Charles Spackmann Barker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barker.
Charles Spackmann Barker
Charles Spackman Barker 001.jpg

Charles Spackman Barker

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
MaidstoneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Charles Spackman Barker, né à Bath (Somerset) le et mort à Maidstone (Kent) le , est un facteur d'orgue d'origine anglaise mais ayant surtout exercé son art en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la médecine mais s'oriente rapidement vers la facture d'orgue qu'il apprend à Londres. Il retourne s'installer à Bath où il inventera les soupapes à étrier, destinées à alléger le jeu des notes graves, et préfigurant l'idée de son levier pneumatique, dit machine Barker.

Ne voyant pas d'avenir pour ses inventions en Angleterre, il s'installe à Paris en 1837 sur l'invitation d'Aristide Cavaillé-Coll. En 1839, il dépose le brevet du levier pneumatique. Cette invention est tout de suite adoptée par Cavaillé-Coll qui l'utilise pour la première fois en 1841 sur l'orgue de la Basilique royale de Saint-Denis.

Ensuite il rejoint en 1841 la société de facture d'orgues Daublaine & Callinet où il est contremaître. Barker dirige alors la réfection des grandes orgues de l'église Saint-Eustache de Paris dont il a conçu les plans (inauguration le 19 juin 1844). Il y met accidentellement le feu quelques mois plus tard en faisant tomber une bougie pendant une visite technique de routine. Par la suite, associé à Pierre-Alexandre Ducroquet qui vient de racheter Daublaine & Callinet, il conçoit et dirige le remplacement de l'orgue incendié, inauguré en 1854. On lui doit aussi l'orgue de Saint-Pierre, à Montrouge.

À la suite du rachat de Daublaine & Callinet par Joseph Merklin, Barker s'associe en 1858 et pour quelques années à Charles Verschneider, construisant ensemble notamment en 1860 l'orgue de l'abbatiale Saint-Léger de Saint-Maixent (Deux-Sèvres) très bien conservé.

En 1870, fuyant les troubles politiques de Paris, il va s'installer à Dublin où il construit les orgues de la cathédrale. Il meurt dans la misère le .

Références[modifier | modifier le code]

  • Guy Oldham and Nicholas Thistlethwaite. "Barker, Charles Spackman." Grove Music Online. Oxford Music Online. 28 Jun. 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]