Famille Silbermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Silbermann.
Johann Andreas Silbermann.
Orgue J.-A. Silbermann de l’église Saint-Thomas de Strasbourg.

Les Silbermann formaient une grande famille de facteurs d'orgue du XVIIIe siècle installée à Strasbourg, d'où leurs instruments se répandirent dans toute l'Alsace.

  • Gottfried Silbermann (1683-1753). Après avoir suivi son frère André en Alsace auprès duquel il se forme à la facture d'orgue, il s'installe en Saxe en 1709, où il construit 49 instruments sans avoir vu les travaux d’esthétique classique française de son frère. Il fabrique aussi des clavicordes et des pianoforte. En Allemagne, il côtoie Jean Sébastien Bach.
  • Jean-André Silbermann (1712-1783), (Johann Andreas) le fils aîné d’André, laisse de nombreux manuscrits très précieux pour la facture d'orgue. Il reprend l’affaire Silbermann alsacienne et construit 57 instruments en Alsace même, en Allemagne et en Suisse, dont subsiste celui de Bouxwiller (1778). On peut cependant noter quelques restaurations d'instruments, comme en l'église Saint-Thomas de Strasbourg ou à Wasselonne (1745) qui permettent de témoigner du génie de ce facteur. À noter, l'orgue de l'église priorale de Saint-Quirin en Moselle, presque entièrement préservé et seul ouvrage de Jean-André SIlbermann conservé en Lorraine. Un de ses orgues en très bon état se trouve à l´église protestante de Gries (67240). Il a été construit en 1781 et à la fois l´instrument et son buffet sont inscrits aux monuments historiques depuis 1984. Il fera l´objet d´un relevage en 2016 afin de lui redonner sa parfaite sonorité.
  • Jean-Daniel Silbermann (1717-1766), second fils d'André, est parti rejoindre son oncle en Saxe, d’où il rapporte certains jeux (par exemple le quintaton).

En quatre-vingts années de pratique, les Silbermann alsaciens ont réalisé 91 instruments et donné à la facture d’orgue alsacienne un élan qui se ressent encore au XXIe siècle.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • L'Art de la fugue de Jean-Sébastien Bach par Louis Thiry sur l'orgue de l'église Saint-Thomas de Strasbourg, Studio SM collection Vox Humana, 1993.
  • "Soli Deo Gloria" (programme Johann Sebastian Bach) à St-Thomas de Strasbourg, Pamina (SPM 0387 561 MS, 1981) : Barbara Schmutz enregistre le deuxième disque après restauration de l'instrument[1].
  • "28 Juillet à Saint Thomas", Pamina (SPM 1600 320 CD, 1991) : André Stricker donne le programme type de la commémoration annuelle de la mort de Bach[2].
  • "Le Grand Siècle", Pamina (SPM 1600 350 CD, 1996) : André Stricker donne le programme de la musique française adaptée au concept Silbermann[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Léon Koehlhoeffer, Les Silbermann facteurs d'orgues en Alsace et en Saxe, Jérôme Do. Bentzinger Editeur - 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]