Control (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Control
Control Logo.png

Développeur
Éditeur
Distributeur
Réalisateur
Sam Lake et Mikael Kasurinen (réalisateurs)
Sam Lake, Anna Megill, Clay Murphy et Brooke Magg (scénaristes)
Scénariste
Sam Lake
Compositeur
Martin Stig Andersen
Petri Alanko[1]

Début du projet
Date de sortie
Windows, Xbox One, Playstation 4

Nintendo Switch (cloud)
Playstation 5, Xbox Series
Genre
Mode de jeu
Plate-forme

Langue
Moteur
Northlight Engine[2]
Version
1.10 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Évaluation
PEGI : 16 ?
Site web

Control est un jeu vidéo d'action-aventure finlandais développé par Remedy Entertainment et édité par 505 Games. Il est sorti le 27 août 2019[3] sur Windows, PlayStation 4 et Xbox One, le 28 octobre 2020 sur Nintendo Switch (en version cloud) et le 2 février 2021[4] sur Playstation 5 et Xbox Series.

Les évènements du jeu prennent place dans l'Ancienne maison, quartier général du Federal Bureau of Control (FBC), une agence secrète du gouvernement américain chargée de contenir et d'étudier les phénomènes qui violent les lois de la réalité, appelés dans le jeu « phénomènes paranaturels ». Le joueur incarne Jesse Faden qui est à la recherche de son frère Dylan depuis 17 ans. En explorant l'Ancienne Maison, Faden récupère l'Arme de Service qui lui permet de devenir la nouvelle directrice du FBC. Grâce à ses nouvelles capacités lui permettant, entre autres, de projeter des objets ou encore de léviter, elle essaye de repousser The Hiss, une force paranaturelle ayant envahi l'Ancienne Maison.

L'histoire et l'ambiance se basent notamment sur la Fondation SCP et le genre New weird tandis que l'environnement s'inspire de l'architecture brutaliste.

Le jeu dispose de deux extensions : La Fondation et AWE. Ce dernier officialise le « Remedy Connected Universe » entre les différents jeux du studio puisqu'il marque le retour d'Alan Wake, protagoniste du jeu homonyme paru en 2010. Le , un jeu dérivé uniquement multijoueur ainsi qu'une suite ont été annoncés.

Trame[modifier | modifier le code]

C'est parce qu'il a découvert avec sa sœur Jesse un projecteur de diapositives altéré que Dylan est retenu en captivité par le FBC.

L'histoire se déroule à New York, au cœur d'un bâtiment appelé l'Ancienne Maison qui abrite une agence secrète, le FBC — Federal Bureau of Control —, qui est attaqué par The Hiss, une entité surnaturelle et hostile qui prend possession des employés[5],[6].

Le joueur incarne Jesse Faden, qui tente de reprendre le contrôle de la situation[6] et de retrouver son frère Dylan, enlevé par ladite agence il y a 17 ans dans la petite ville d'Ordinary. Alors qu'elle s'empare du revolver, l'Arme de Service, appartenant à l'ancien directeur, Jesse devient bien malgré elle directrice du Bureau[7]. Par la suite, elle obtient divers pouvoirs psychiques, comprenant la télékinésie[8]. Équipée de sa nouvelle arme, Jesse doit résoudre diverses situations dans l'Ancienne Maison tout en combattant The Hiss, déterminé à contrôler notre monde.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Parmi les pouvoirs de Jesse, celui de faire léviter des objets et de les projeter.

Control est un jeu d'action-aventure en vue à la troisième personne[9]. La quête principale met en scène le protagoniste dans sa quête pour retrouver son frère tout en repoussant The Hiss, une entité paranaturelle prenant le contrôle des individus[7]. Elle doit notamment purifier certaines zones[7]. Plusieurs personnages non jouables proposent des quêtes secondaires à accomplir[10]. Le joueur doit également résoudre des puzzles[7]. Plusieurs documents parsemés dans l'Ancienne Maison peuvent être collectés afin d'en apprendre plus sur le lore du jeu[7].

Jesse dispose de plusieurs pouvoirs : elle peut projeter des objets, léviter, créer un bouclier et contrôler un ennemi[11]. Le jeu reprend les codes d'un Metroidvania, certains chemins, lieux, étant inaccessibles sans l'obtention de certains pouvoirs ou d'un badge[12]. Pour se défendre, Jesse dispose également de l'Arme de Service, pouvant prendre six formes différentes et qui se recharge uniquement s'il chauffe trop[7],[13]. Une fois tués, les ennemis lâchent de la vie, permettant ainsi à Jesse de faire remonter sa barre de santé[14]. Un arbre de compétences permet d'améliorer le personnage, dont ses pouvoirs, tandis que des mods pouvant être récupérés ou construits servent à optimiser l'Arme de Service ainsi que Jesse[7].

Pour se déplacer, le joueur peut utiliser les ascenseurs et un système de voyage rapide est présent[10] Le jeu dispose également d'un mode photo[15].

Le jeu montre également des vidéos et des cinématiques en FMV[16].

Développement[modifier | modifier le code]

Contexte et annonce du jeu[modifier | modifier le code]

Control est développé par Remedy Entertainment, un studio finlandais de développement fondé en 1995. Le studio est reconnu pour être à l’origine de la franchise Max Payne ainsi que les titres Alan Wake (2010), Alan Wake's American Nightmare (2012) et Quantum Break (2016)[17], ces derniers étant tous édités par Microsoft à la suite d'un accord passé entre les deux studios. Toutefois, ce partenariat prend fin vers 2017, ce qui permet à Remedy de s'ouvrir à de nouveaux horizons, tel que la PlayStation 4 de Sony[18]. Mikael Kasurinen, qui a travaillé sur le précédent projet de Remedy (Quantum Break), est le directeur du jeu tandis que Sam Lake porte la double casquette de scénariste et directeur créatif[19],[20].

Le projet naît sous le nom de code Project 7 (abrégé P7)[17],[18],[21] et débute avant la sortie de Quantum Break. En outre, l'équipe s'est d'abord concentrée sur la création d'un univers de jeu cohérent avant de lui implémenter un scénario[8]. P7 tourne sur le moteur graphique Northlight, le même utilisé pour Quantum Break[2].

Remedy a passé un accord avec 505 Games afin qu'il édite le jeu ; en contrepartie d'un investissement de 7,75 millions d'euros, l'éditeur s'occupera du marketing et de la distribution du jeu, et s’octroiera 45 % des parts de ventes[9],[17],[21]. À ce moment, P7 est d'ores et déjà prévu sur Windows, PlayStation 4 et Xbox One[17],[18]. En , le studio renforce ses effectifs en recherchant un game designer[9],[22].

Début 2018, P7 obtient une fenêtre de lancement pour 2019, sans pour autant posséder une date de sortie précise[23].

En , le studio profite de l'E3 pour officialiser le titre du jeu ; P7 devient Control[5],[24].

Influences[modifier | modifier le code]

Brutalisme[modifier | modifier le code]

Le gratte-ciel AT&T Long Lines Building est une des principales influences pour bâtir l'Ancienne Maison[25].

La conception de l'Ancienne Maison reprend le style architectural brutaliste populaire entre les années 1950 et 1970 et utilisé pour la construction de bon nombre de bâtiments gouvernementaux[26]. D'après le World Design Director[Traduire passage] Stuart Macdonald, l'une des principales influences est le gratte-ciel AT&T Long Lines Building situé à New York, mais il cite également l'hôtel de ville de Boston, l'Andrews Building à l'Université de Toronto à Scarborough et le Met Breuer (en)[26].

Fondation SCP et New Weird[modifier | modifier le code]

« Je ne voulais pas avoir à dire aux joueurs les réponses à nos mystères[...] mais tout cela sert l'expérience d'entrer dans le jeu et de comprendre ce qui s'y trouve. Je veux que le jeu vous hante un peu : certaines choses que vous voyez n'ont aucun sens et ça vous trotte dans la tête pendant un moment[n 1]. »

— Mikael Kasurinen, Interview avec www.videogameschronicle.com[27]

Pour l'aspect bureaucratique du FBC, le site Fondation SCP est la principale inspiration[28]. Ce dernier est à la fois un site d'écriture collaborative et une organisation secrète fictive chargée de cacher l'existence des phénomènes surnaturels, appelés « SCP »[28]. Le jeu reprend notamment la présentation sous forme de rapports intradiégétiques des objets de pouvoir et objets altérés dans lesquelles se trouvent également le moyen de les contenir[28]. Certains de ses objets sont même fortement inspirés par ceux de la Fondation SCP[29]. Mikael Kasurinen mentionne également les séries X-Files, Twin Peaks et Buffy contre les vampires[28].

Logo de la Fondation SCP.

Pour Pierce, organisateur communautaire de la Fondation SCP, c'est le meilleur jeu sur la fondation possible[28]. Pour lui, Control capture le ton qui donne envie à des personnes comme moi de revenir vers la communauté[28]. Il explique en détails : « J'ai juste eu ce sentiment chaleureux et flou tout au long du jeu, en voyant l'influence culturelle de quelque chose que j'ai passé huit ans de ma vie à faire comme un passe-temps[...]Je pense qu'en toute honnêteté, on leur a clairement donné l'inspiration, mais ils sont partis dans leur propre direction. Ils en ont fait quelque chose que nous n'aurions pas pu faire en mille ans. »[28],[n 2].

Pour traiter de la gestion du surnaturelle par des personnages se trouvant dans un univers se voulant réaliste, Kasurinen cite les œuvres de David Lynch, Stanley Kubrick ou encore les romans Southern Reach (en)[30]. Du côté des jeux vidéo, il mentionne les nombreux non-dits de la franchise Dark Souls, obligeant les joueurs à réfléchir par eux-mêmes sur les différentes situations[30].

Le jeu explore le genre du New weird[31]. Les objets ordinaires devenus altérés où encore l'émission d'animation en volume The Threshold Kids mettant en scènes des marionnettes inquiétantes sont des exemples de l'utilisation du New Weird[31].

Pour Brooke Maggs, Control’s Narrative Designer[Traduire passage], « il ne s'agit pas de vous horrifier ou de présenter le visage de l'horreur. Lorsque nous découvrons le New Weird, nous pouvons ressentir de la peur, mais je dirais qu'il y a plus un sentiment de crainte, quelque chose de trop grand pour être expliqué, trop insaisissable pour être pleinement compris, ce qui est terrifiant et beau [...] Le New Weird est un genre qui explore quelque chose de sinistre sans vous le montrer directement. Il ne vous montre que des aperçus. Vous voulez tout voir[...] mais cela n'est jamais révélé »[n 3].

Pour mieux impliquer les joueurs, aucun marqueur pour guider vers l'objectif n'est affiché[27].

Moteur de jeu[modifier | modifier le code]

Remedy a remplacé son Moteur physique, passant d'Havok à PhysX[27].

Audio[modifier | modifier le code]

Le groupe de rock finlandais Poets of the Fall collabore depuis de nombreuses années avec le studio.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Pour donner vie aux personnages, les comédiens se sont servis de la technique de capture de mouvement. Le jeu reprend plusieurs comédiens des précédentes productions du studio. Ainsi, Courtney Hope, apparue dans le rôle de Beth Wilder dans Quantum Break, incarne le personnage principale Jesse Faden[32]. Elle n'est pas le seul retour du jeu, puisque Sean Durrie qui y joue Nick Marsters interprète Dylan Faden. Voix d'Alan Wake dans le jeu homonyme, Matthew Porretta reprend le personnage et incarne vocalament et physiquement le Dr Casper Darling[33]. James McCaffrey, qui prête sa voix au rôle-titre de la trilogie Max Payne ainsi qu'à Thomas Zane dans Alan Wake, joue ici le directeur Zachariah Trench[33].

Le reste de la distribution comprend : Antonia Bernath (Emily Pope), Martti Suosalo (en) (Ahti), Brig Bennett (Helen Marshall), Ronan Sommers (Simon Arish), Charlotte Randle (Raya Underhill) et Derek Hagen (Frederick Langston)[34].

Le jeu comprend également un caméo audio d'Hideo Kojima et de son traducteur Aki Saito, le premier s'exprimant en japonais[35]

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale est composée par Petri Alanko et Martin Stig Andersen (en)[36].

Comme pour Max Payne 2 et Alan Wake, le groupe Poets of the Fall - sous le pseudonyme Old Gods of Asgard[33],[37]- compose plusieurs chansons[37]. Ils ont ainsi composé la chanson Take Control[33] présente sur le niveau du Labyrinthe du cendrier ainsi que la chanson My Dark Disquiet.

Un tango composé par Alanko et écrit par Lake est chanté en finnois par Martti Suasalo (en)[38]. Matthew Porretta chante également la chanson Dynamite durant une scène[39].

Accueil et distinctions[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
PC Gamer (UK) 88%[14]
Presse numérique
Média Note
Gameblog (FR) 8/10[40]
Gamekult (FR) 8/10[10]
GameSpot (US) 8/10[41]
IGN (US) 8.8/10[42]
Jeuxvideo.com (FR) 15/20[7]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 85 %[43]

Critiques globales[modifier | modifier le code]

Control est un jeu qui fut, en globalité, très bien reçu. Surtout félicité pour ses innovations de gameplay et sa conception de niveau sans délaisser la narration, questionnant autour du surnaturel et du sens que nous y mettons.

L'ancienne Maison et son ambiance[modifier | modifier le code]

L'ambiance est la principale force du jeu. C'est l'Ancienne Maison qui a particulièrement marquée : « le meilleur personnage[...] c'est son bâtiment. Un gratte-ciel suintant de brutalisme, presque entièrement vêtu de béton et bourré d'idées en matière de direction artistique et d'architecture » explique Noddus de Gamekult[10]. De même pour Logan de Jeuxvideo.com : « La brutalité et la simplicité apparente des lieux cohabitent avec l’étrange pour donner vie à un vaste et majestueux dédale de salles et de couloirs aux ambiances variées. »[7].

Pour Polygon : « L'Ancienne Maison est conçue dans l'imposant béton apparent de l'architecture brutaliste. Ce béton [...]devrait être ennuyeux, mais les développeurs finlandais de Remedy le rendent fascinant [...] Rien dans l'environnement ne devrait être attrayant, et certainement pas beau, mais même les plus petits détails semblent bourdonner avec un but et une vie secret »[13]. Selon Kotaku, l'Ancienne Maison est « la véritable star » du jeu[16].

Pour IGN : « Le charme des lieux provient en grande partie du casting éclectique de Control [...] chaque personnage s’avère original et semble tout à fait à sa place au sein de l’Ancienne Maison »[42].

La plupart des rédacteurs constatent l'influence de David Lynch[44],[10],[40],[45],[46].

Combats et puzzles[modifier | modifier le code]

Le rédacteur de Polygon Juge les combats « explosifs » et « satisfaisants », même s'il regrette néanmoins le manque d'un système de couverture (en)[13].

Pour Logan de Jeuxvidéo.com : « La prise en main déconcertante de facilité des aptitudes paranormales et de l’Arme de Service insuffle un sentiment enivrant de puissance et de maîtrise. Il est véritablement grisant de fondre sur The Hiss sous une pluie de débris et d’effets visuels »[7]. Pour l'intelligence artificielle, il explique que si elle n'est pas brillante, l'agressivité des ennemis et leur nombre compensent ce problème[7]. Quant aux puzzles, « ils ajoutent une touche fort appréciable de réflexion dans ce jeu de tir à la troisième personne »[7].

Pour Le Monde : « C’est là la particularité de Jesse Faden[...] des combats chorégraphiques, très impressionnants vus de l’extérieur mais étonnamment aisés à exécuter. On a vite fait de se prendre pour un réalisateur de film d’action hollywoodien, privilégiant le beau geste et le coup d’éclat à l'efficacité. »[45].

Ventes[modifier | modifier le code]

En décembre 2020, le studio annonce que le jeu s'est vendu à deux millions d'exemplaire[47].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le jeu est récompensé par pas moins de 80 prix et nommé pour 14 distinctions.

Liste des récompenses et nominations
Année Prix Catégorie Résultat Ref
2018 Golden Joystick Awards Most Wanted Game Nomination [48]
2019 Game Critics Awards Best Original Game Nomination [49]
Best PC Game Nomination
Best Action/Adventure Game Nomination
Golden Joystick Awards Best Storytelling Nomination [50],[51],[52]
Best Visual Design Nomination
Best Audio Nomination
Critics' Choice Award Lauréat
Ultimate Game of the Year Nomination
Titanium Awards Game of the Year Nomination [53]
Best Art Nomination
Best Game Design Nomination
Best Narrative Design Nomination
Best Adventure Game Nomination
Best Soundtrack (Petri Alanko) Nomination
The Game Awards 2019 Game of the Year Nomination [54],[55]
Best Game Direction Nomination
Best Narrative Nomination
Best Art Direction Lauréat
Best Audio Design Nomination
Best Performance (Courtney Hope) Nomination
Best Performance (Matthew Porretta) Nomination
Best Action/Adventure Game Nomination
2020 New York Game Awards Great White Way Award for Best Acting in a Game (Courtney Hope) Lauréat [56]
Visual Effects Society Awards Outstanding Visual Effects in a Real-Time Project Lauréat [57],[58]
23rd Annual D.I.C.E. Awards Game of the Year Nomination [59],[60]
Outstanding Achievement in Art Direction Lauréat
Outstanding Achievement in Character (Jesse Faden) Nomination
Outstanding Achievement in Game Direction Lauréat
Outstanding Achievement in Original Music Composition Lauréat
Outstanding Achievement in Story Nomination
Outstanding Technical Achievement Nomination
Action Game of the Year Lauréat
NAVGTR Awards Game of the Year Nomination [61],[62]
Animation, Technical Lauréat
Art Direction, Contemporary Lauréat
Control Design, 3D Lauréat
Direction in a Game Cinema Lauréat
Game, Original Action Nomination
Graphics, Technical Lauréat
Lighting/Texturing Lauréat
20th Game Developers Choice Awards Game of the Year Nomination [63],[64]
Best Audio Lauréat
Best Narrative Nomination
Best Technology Lauréat
Best Visual Art Lauréat
SXSW Gaming Awards Video Game of the Year Nomination [65],[66]
Most Promising New Intellectual Property Nomination
Excellence in Art Nomination
Excellence in Design Lauréat
Excellence in Narrative Nomination
Excellence in Technical Achievement Nomination
Excellence in Visual Achievement Nomination
16th British Academy Games Awards Best Game Nomination [67],[68]
Game Design Nomination
Animation Nomination
Artistic Achievement Nomination
Audio Achievement Nomination
Music Nomination
Narrative Nomination
Original Property Nomination
Performer in a Leading Role (Courtney Hope) Nomination
Performer in a Supporting Role (Martti Suosalo) Lauréat
Technical Achievement Nomination
18th Annual G.A.N.G. Awards Best Dialogue Nomination [69]
Best Original Instrumental Nomination
Best Original Soundtrack Album Nomination
Best Audio Mix Nomination
Steam Awards Gameplay le plus innovant Nomination [70]

Postérité[modifier | modifier le code]

Contenus téléchargeables[modifier | modifier le code]

La Fondation[modifier | modifier le code]

Le contenu téléchargeables La Fondation est sorti le [71]. L'extension nécessite de terminer le jeu de base avant de pouvoir la commencer[72].

Après avoir reçu un appel du Comité, Jesse part explorer les fondations de l'Ancienne Maison[73]. Cette nouvelle zone est divisée en 4 zones reliées entre elles par un hub, lieu où se trouve un monolithe appelé le Clou[74]. Jesse doit reformer le Clou dont l'endommagement menace l'Ancienne Maison et doit également découvrir ce qu'il est arrivé à Helen Marshall[73],[74].

Jesse dispose de deux pouvoirs supplémentaires : Elle peut manipuler des cristaux pour en faire des plateformes et les détruire en leur tirant dessus[72].

AWE[modifier | modifier le code]

Alors que le jeu de base multiplie les références à Alan Wake, cet extension sortie le fait la jonction entre les deux franchises de Remedy[75],[76],[77].

Après avoir vue une vision spectrale d'Alan Wake, Jesse se dirige vers le Secteur des Enquêtes - nouvelle zone disponible - est doit traquer le psychiatre Emil Hartman, personnage secondaire dˈAlan Wake ayant été altéré par The Darkness et The Hiss[76],[77]. De nombreuses références aux évènements de Bright Falls et de Cauldron Lake ainsi qu'aux personnages qui y sont liées comme Alice Wake sont présentes[75],[78]. De nouvelles « missions nettoyage » d'Ahti ont été ajoutées[78].

L'Arme de Service glane une nouvelle forme, pouvant maintenant devenir un lance mine appelé Surge et Jesse peut lancer trois objets simultanément[76],[77]. Via deux bornes d'arcade, il est possible de faire un mode contre la montre et survie ainsi que de refaire les boss et le Labyrinthe du Cendrier[76]. Une nouvelle tenue est également disponible[76].

Globalement, si l'idée de lier les deux univers a été appréciée, sa mise en œuvre, consistant principalement à une multitude de documents à lire et d'enregistrements à écouter, et le peu de temps de présence d'Alan Wake, est décevant pour plusieurs rédacteurs qui semblent jouer à un teasing d'un prochain jeu mettant en scène l'écrivain qu'à une vraie extension[75],[78],[77]. De même pour les puzzles et les nouveaux objets altérés qui sont jugés beaucoup trop simples et décevants[75],[78]. L'originalité du contenu est également décriée, les zones reprenant le style brutalisme du jeu de base, là où La Fondation propose un autre environnement[75],[78]. Les combats contre Emil Hartman font partie des meilleurs moments du contenu, ceux-ci reprenant notamment la mécanique de la gestion de la lumière d'Alan Wake[78],[77].

Suites[modifier | modifier le code]

Le , deux nouveaux jeux ont été annoncés[79]. Le premier est un jeu dérivé multijoueur ayant pour nom de code « Condor » et le second est annoncé comme étant une suite[79].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : I didn’t want to have to tell players the answers to our mysteries. I realised very early on that we needed to be very careful what we said to the press in particular, but that all serves the experience of getting into the game and understanding what’s there. I want the game to haunt you a bit: some of the things that you see don’t make sense and it percolates in the back of your head for a while.
  2. Citation originale : I just had this warm fuzzy feeling throughout the game, seeing the cultural influence of something I’ve spent eight years of my life kind of doing as a hobby [...] I think in fairness, they clearly had the inspiration [from us], but they took it in their own direction. They did something with it that we could not do in a thousand years.
  3. Citation originale : it’s not about horrifying you or presenting the face of horror. When engaging with the New Weird, we may feel dread, but I would say there is more of a sense of awe, something too large to be explained, too elusive to be fully grasped, which is terrifying and beautiful [...] The New Weird is a genre that explores something sinister without showing it to you directly. It shows you glimpses. You want to see all of it [...] but it is never revealed.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gautoz, « Gautoz est allé au chevet de Control, le nouveau Remedy : « Une claque monumentale en termes de direction artistique et d'ambiance » », sur Gamekult, (consulté le ).
  2. a et b Laurely Birba, « Control : le nouveau Remedy ressemble-t-il un peu trop à Quantum Break ? », sur JeuxActu, (consulté le ).
  3. « Control émergera du manoir Remedy fin août », sur gamekult.com,
  4. « Control: Ultimate Edition for PlayStation 5 Reviews », sur metacritic.com (consulté le )
  5. a et b « Control : c'est le nouveau jeu de Remedy et ça fait penser à Quantum Break », sur JeuxActu, (consulté le ).
  6. a et b Gautoz, « Le nouveau projet halluciné de Remedy se nomme Control : Du shoot surréel et une envie de cinéma, du Remedy quoi », sur Gamekult, (consulté le ).
  7. a b c d e f g h i j k et l « Control : Un TPS solide et mystérieux au-delà du surnaturel », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  8. a et b Laurely Birba, « Control : une vidéo avec les développeurs qui parlent de l'histoire du jeu », sur JeuxActu, (consulté le ).
  9. a b et c Thomas Pillon, « Le nouveau jeu de Remedy s'oriente vers le multijoueur en ligne et en open world », sur Gameblog, (consulté le ).
  10. a b c d et e « Test : Plus qu'une rédemption, Control est un vrai tour de force de Remedy », sur www.gamekult.com, (consulté le )
  11. « Control : Remedy présente les pouvoirs de Jesse Faden, l'héroïne », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  12. « Control : une approche moins linéaire saupoudrée de Metroidvania », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  13. a b et c (en) « Control review: a technical marvel, and an artistic achievement », sur www.polygon.com, (consulté le )
  14. a et b (en) « CONTROL REVIEW Remedy returns with its strangest shooter yet. », sur PC Gamer, (consulté le )
  15. « Control : un mode photo et une option pour désactiver le motion blur dans la prochaine mise à jour », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  16. a et b (en) « Control: The Kotaku Review », sur kotaku.com, (consulté le )
  17. a b c et d mrderiv, « Des détails sur le prochain jeu Remedy (Alan Wake, Max Payne) », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  18. a b et c Romain Mahut, « Remedy (Quantum Break, Alan Wake) sortira son prochain jeu sur PS4 », sur Gameblog, (consulté le ).
  19. (en) Brian Shea, « Remedy Announces Gravity-Bending Shooter, Control », sur Game Informer, (consulté le ).
  20. (en) Dean Takahashi, « Remedy’s Sam Lake on 21 years of game storytelling and transmedia », sur VentureBeat, (consulté le ).
  21. a et b Julien Hubert, « Le prochain Remedy, "P7", a un éditeur : Premiers détails sur le jeu », sur Gameblog, (consulté le ).
  22. ChewbieFR, « Le prochain titre de Remedy (Alan Wake) sera un jeu en tant que service », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  23. « P7 : le nouveau jeu de Remedy Entertainment sortira en 2019 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  24. Gautoz, « On a vu Control, le prometteur nouveau Remedy : Ils sont dans les murs ! », sur Gamekult, (consulté le ).
  25. (en) « The real buildings that inspired Control's Oldest House », sur www.gamedeveloper.com, (consulté le )
  26. a et b (en) « The real buildings that inspired Control's Oldest House », sur www.eurogamer.net, (consulté le )
  27. a b et c (en) « I’ve been working on games for 20 years, and Control is my best workl », sur www.videogameschronicle.com, (consulté le )
  28. a b c d e f et g (en) « The Creepypasta Community That Influenced Control », sur kotaku.com, (consulté le )
  29. (en) « The web's creepiest fictional wiki is now a mind-bending video game », sur www.wired.co.uk, (consulté le )
  30. a et b (en) « ‘Control’ Game Director Drew Inspiration From David Lynch’s “Unexpected, Unsettling” Work », sur www.hollywoodreporter.com, (consulté le )
  31. a et b (en) « Control Confronts Us With A Very Specific Type of Horror: A Lack of Control », sur www.ign.com, (consulté le )
  32. « News jeu E3 2019 : Control - Courtney Hope parle de son personnage, Jesse Faden », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  33. a b c et d (en) « 9 Details About Alan Wake You Only Noticed If You Played Max Payne and Control », sur gamerant.com, (consulté le )
  34. D'après le générique de fin
  35. (en) « Hideo Kojima is in Control, narrating a very weird mission », sur www.polygon.com, (consulté le )
  36. (en) « Control – making you feel lost in an endless place », sur www.gamereactor.eu, (consulté le )
  37. a et b (en) « Music in Games: Poets of the Fall on Working with Remedy », sur www.gamereactor.eu, (consulté le )
  38. (en) « Sam Lake interview — How storytelling creates value in games », sur venturebeat.com, (consulté le )
  39. (en) « 10 Unanswered Questions We Still Have About Control », sur gamerant.com, (consulté le )
  40. a et b « TEST de Control : Aux grands maux, du grand Remedy », sur Gameblog, (consulté le )
  41. (en-US) « Control Review - An Action-Packed Paranormal Portal », sur GameSpot, (consulté le )
  42. a et b (en-US) « Control Review Stays on my mind. », sur IGN, (consulté le )
  43. « 'Control on reviews for PC », sur Metacritic (consulté le )
  44. (en) « Control' Feels Like What Would Happen if David Lynch Made a Video Game », sur time.com, (consulté le )
  45. a et b « On a testé… « Control », jeu de tir réjouissant et élégant des créateurs de « Max Payne » », sur www.lemonde.fr, (consulté le )
  46. (en) « 'Control' Feels Like What Would Happen if David Lynch Made a Video Game », sur time.com, (consulté le )
  47. « Control : le jeu de Remedy a dépassé les deux millions de ventes », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  48. Tom Hoggins, « Golden Joysticks 2018 nominees announced, voting open now », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. Stephany Nunneley, « E3 2019 Game Critics Awards – Final Fantasy 7 Remake wins Best of Show », VG247, (consulté le )
  50. Stephen Tailby, « Days Gone Rides Off with Three Nominations in This Year's Golden Joystick Awards », Push Square, (consulté le )
  51. GamesRadar staff, « Vote now for your Ultimate Game of the Year in the Golden Joystick Awards 2019 », GamesRadar+, (consulté le )
  52. GamesRadar staff, « Here's every winner from this year's Golden Joystick Awards, including the Ultimate Game of the Year », GamesRadar+, (consulté le )
  53. « Titanium Awards 2019 » [archive du ], Fun & Serious Game Festival (consulté le )
  54. Jeremy Winslow, « The Game Awards 2019 Nominees Full List », GameSpot, (consulté le )
  55. Eddie Makuch, « The Game Awards 2019 Winners: Sekiro Takes Game Of The Year », GameSpot, (consulté le )
  56. Ryan Meitzler, « The New York Video Game Awards 2020 Winners Revealed; The Outer Worlds Takes Game of the Year », DualShockers, (consulté le )
  57. Patrick Hipes, « VES Awards Nominations: 'The Lion King', 'Alita: Battle Angel', 'The Mandalorian' & 'GoT' Top List », Deadline Hollywood, (consulté le )
  58. Erik Pedersen et Antonia Blyth, « VES Awards: 'The Lion King' & 'The Irishman' Take Top Film Honors – Winners List », Deadline Hollywood, (consulté le )
  59. Rebekah Valentine, « Control, Death Stranding each receive eight DICE 2020 nominations, including Game of the Year », GamesIndustry.biz, (consulté le )
  60. Eric Van Allen, « Untitled Goose Game Wins Top Bill at the 2020 D.I.C.E. Awards », USgamer, (consulté le )
  61. « 2019 Nominees », National Academy of Video Game Trade Reviewers, (consulté le )
  62. « 2019 Winners », National Academy of Video Game Trade Reviewers, (consulté le )
  63. Gamasutra staff, « Death Stranding leads the pack of 2020 Game Developers Choice Awards nominees », Gamasutra, (consulté le )
  64. Eddie Makuch, « Untitled Goose Game Wins Another Game Of The Year Award », GameSpot, (consulté le )
  65. Grayshadow, « 2020 SXSW Gaming Awards Nominees Revealed », NoobFeed, (consulté le )
  66. Grayshadow, « SXSW 2020 Gaming Award Winners Revealed », Noobfeed, (consulté le )
  67. Keith Stuart, « Death Stranding and Control dominate Bafta games awards nominations », sur The Guardian, (consulté le )
  68. Louis Chilton, « Bafta Games Awards 2020: The results in full », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. Kelly Wilson, « Game Audio Network Guild Announces 18th Annual G.A.N.G. Award Nominees », The Hype Magazine, (consulté le )
  70. « Steam Awards 2020 - list of nominated games », Gamepressure (consulté le )
  71. « Control : L'extension La Fondation prend date ce mois de mars », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  72. a et b « TEST de Control The Foundation : Extension du domaine de la lutte », sur www.gameblog.fr, (consulté le )
  73. a et b « Control : The Foundation - Une plongée ésotérique et prévisible au cœur du paranormal », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  74. a et b « Test : The Foundation , la petite dose de Control qui vaut surtout pour son lore », sur www.gamekult.com, (consulté le )
  75. a b c d et e « Control AWE : Le véritable héritage d'Alan Wake ? », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  76. a b c d et e « Control : L'extension AWE présente ses nouveautés », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )
  77. a b c d et e (en) « Control AWE DLC Review – Haunted Oldest House », sur www.gamespot.com, (consulté le )
  78. a b c d e et f (en) « Control: AWE Expansion Review », sur www.ign.com, (consulté le )
  79. a et b « Control : Un spin-off multijoueur next-gen et un nouvel opus annoncés par Remedy ! », sur www.jeuxvideo.com, (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]