Dark Souls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dark Souls
Dark Souls Logo.jpg

Développeur
Éditeur
Réalisateur
Compositeur
Producteur
Daisuke Uchiyama
Hidetaka Miyazaki
Kei Hirono

Date de sortie
PlayStation 3
JPN
AN
EUR

Xbox 360
AN
EUR

Windows
AN
EUR [2]
JPN [3]

Dark Souls : Remastered
 : PC, Xbox One, PS4  : Nintendo Switch
Genre
Mode de jeu
Plate-forme

Langue
Textes en français, voix en anglais.
Moteur

Évaluation
CERO : D ?
ESRB : M ?
PEGI : 16 ?
Site web

Souls

Dark Souls (ダークソウル, Dāku Souru?) est un jeu vidéo de type action-RPG développé par l'entreprise japonaise FromSoftware et édité par Namco Bandai pour l'édition NTSC-U/C et PAL. Il est sorti en septembre/octobre 2011 sur PlayStation 3 et Xbox 360 (hormis le Japon pour ce dernier) et en août 2012 sur PC. Une édition remastérisée, Dark Souls: Remastered est sortie en 2018 sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC.

Le joueur incarne un humain maudit par la Marque Sombre le rendant mort-vivant, et évolue à Lordran dans un monde médiéval-fantastique à la troisième personne. Le jeu se concentre sur la maîtrise du gameplay et l'utilisation des compétences, armes, armures, magies et objets pour mener à bien les combats, en particulier contre les boss du jeu. Le level design pousse le joueur à explorer l'environnement. L'histoire se veut très cryptique, rythmée par de rares cinématiques, incitant le joueur à explorer le riche lore du jeu et favorisant l'imagination pour faire les liens dans ces bribes d'histoires, aboutissant à l'émergence de beaucoup de théories sur l'univers et l'histoire de Dark Souls.

Il s'agit du successeur spirituel de Demon's Souls. Une suite, Dark Souls II est sortie en mars 2014, suivie de Dark Souls III, sorti en avril 2016.

Dark Souls a été acclamé par la critique, et est considéré comme l'un des jeux vidéo les plus influents de sa génération. Les critiques louant la profondeur des mécaniques de combat, la conception des niveaux et le développement de l’histoire laissant une grande part à l’interprétation. Le gameplay du jeu est réputé pour son exigence et le jeu est très populaire dans la communauté du speedrun.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Au commencement, il y avait l'Âge des Anciens, où les dragons ancestraux régnaient sans conteste dans un monde noyé sous un épais brouillard. Puis vint le Feu, amenant la Disparité. Certains êtres, cachés dans les Ténèbres, y découvrirent un nouveau pouvoir et s’élevèrent contre les dragons. Gwen (ou Gwyn en anglais), le Seigneur de la Lumière, accompagné de Nito, le Premier des Morts, ainsi que la Sorcière d’Izalith et ses filles du Chaos, eux-mêmes aidés par la trahison du dragon Seath l’écorché, décimèrent les dragons ancestraux et l'Âge du Feu commença.

Des siècles, puis des millénaires passèrent et, parmi les dieux salvateurs, les humains s’élevèrent. Leur ancêtre, le Pygmée Furtif, lui aussi étant détenteur d'un pouvoir du Feu, les affubla de la Marque Sombre. Les humains se transformèrent petit à petit en Carcasses, état entre la mort et la folie. Le détail des événements s'étant déroulés pendant l'Âge du Feu n'est pas raconté mais évoqué par les descriptions des objets, armes et armures ainsi que par les décors, laissant donc une certaine place à l'interprétation.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le joueur pourra croiser de nombreux personnages non-joueurs : aventuriers, marchands, forgerons... Certains ont une quête propre avec laquelle le joueur peut interférer en leur parlant à des moments-clés ou en les tuant.

Certains personnages (Artorias, Béatrice), monstres (roues squelettes) et objets (les Orbes fissurés permettant d'envahir les autres joueurs, l'épée de Gwen) font référence aux manga Berserk et JoJo's Bizarre Adventure (le chevalier Tarkus ou l'armure d'épines de Kirk). Mais plus que tout, la quasi-totalité des PNJ et de nombreux boss sont des reprises de ceux de Demon's Souls (le PNJ Patches est d'ailleurs présent dans les trois opus).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le jeu commence alors que l'Âge du Feu arrive à sa fin et que le pouvoir du Feu s'affaiblit. Le joueur prend le contrôle d'un humain marqué de la Marque Sombre enfermé dans un asile avec d'autres êtres dans sa condition. Il s'évadera et sera amené à Lordran, la partie du monde où les Seigneurs du Feu s'étaient installés au début de leur règne, où il doit faire sonner les deux Cloches de l’Éveil, la première au sommet de la cathédrale de la Paroisse des Mort-vivants, la seconde dans le Hameau du Crépuscule dans un marais souterrain. Le son des deux cloches permet le réveil de Frampt, un des Serpents Primordiaux qui envoie le joueur vers Anor Londo, la capitale des Seigneurs désormais abandonnée. Dans la salle du trône, le joueur trouve Gwynevere, la fille de Gwen qui lui offre le Calice dans lequel il devra mettre les âmes des Seigneurs alliés de Gwen afin que le joueur puisse raviver le Feu et prendre la succession de Gwyn.

Pendant sa quête, le joueur pourra rencontrer Kaathe, un autre Serpent Primordial qui lui suggère plutôt de ne pas se lier au Feu comme l’a fait Gwen, mais de le laisser mourir. Une fois les Seigneurs tués et leurs âmes collectées dans le Calice, le joueur est amené au Kiln de la Première Flamme où il retrouve Gwen et le tue. Le joueur a alors la possibilité de se lier au Feu, se sacrifiant pour perpétuer l'Âge du Feu, ou de quitter les lieux en vie, marquant le début de l'Âge des Ténèbres et l'avènement de l'humanité.

Artorias of the Abyss

Par le passé, Manus a tenté de plonger la ville d'Oolacile dans l'Abysse, une version propre des Ténèbres. Le Chevalier Artorias, fidèle lieutenant de Gwen, a été choisi pour arrêter Manus mais il échoua et finit corrompu par Manus. En retrouvant le pendentif de Manus, un objet défiant les lois de l’espace et du temps, le joueur peut être ramené dans le passé par Manus, et tuer Artorias puis Manus, prévenant l'étendue de l'Abysse.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Dark Souls est un jeu de rôle/action à la troisième personne mêlant exploration et combat en temps réel. Le jeu prend place dans un monde qui devient peu à peu ouvert que le joueur est libre d'explorer à sa guise, l'accès à certaines régions étant bloqué au début du jeu et nécessitant l’accomplissement de certains tâches préalables[4].

Pour progresser, le joueur peut personnaliser son personnage (apparence, classe, physique) et son équipement grâce au large arsenal (épées à une main, à deux mains, masses, katanas, arcs, boucliers, magies et armures) qu'il peut trouver en explorant les niveaux ou en les achetant aux quelques marchands. Dans l'exploration, les Feux sont des points de repère servant de lieu de repos et de checkpoints, mais leur utilisation entraîne la réapparition de tous les ennemis vaincus de la zone (sauf les boss, les mini-boss et certains personnages particuliers). Le joueur peut également redevenir Humain aux Feux, un état lui permettant d'invoquer des personnages pouvant l'assister lors des combats de boss[5].

L'évolution du personnage se fait grâce aux âmes que le joueur va collecter en tuant les ennemis et boss du jeu. Les âmes servent à la fois de points d'expérience que le joueur peut utiliser pour développer une caractéristique particulière (points de vie, endurance, force, dextérité, intelligence, foi) et de monnaie auprès des marchands et forgerons. Si le personnage meurt, celui-ci revient au dernier Feu utilisé à l'état de Carcasse et a la possibilité de récupérer les âmes et points d'humanité en sa possession à sa mort s'il parvient à revenir à l'endroit où il a été tué ; en cas d'échec, elles sont perdues.

Le mode de jeu en ligne permet au joueur, s'il est en état Humain, d'envahir ou d'être envahi par un autre joueur ou un personnage non-joueur qui cherchent à tuer le joueur pour restaurer leur humanité, récolter des âmes ou atteindre un autre objectif selon leurs Serments. Ce mode introduit également la possibilité de laisser des messages au sol, que ce soit un conseil, un avertissement ou un piège.

Le joueur est libre d'orienter ses relations avec les personnages non-joueurs. Il peut discuter avec eux, révélant leur histoire et permettant pour certains d'être invoqués par la suite, les ignorer ou les tuer, récupérant ainsi une partie de leur équipement et dans certains cas, changeant l'histoire d'autres personnages. Ces personnages s'ajoutent à l'intrigue du jeu mais ne sont pas essentiels. Si le joueur choisit de s'engager avec eux, certains de ces personnages peuvent aider le joueur en pouvant être invoqué pour certains combats de boss lorsque le personnage du joueur est sous forme humaine.

Dark Souls propose un mode New Game Plus. Le premier rejeu (possible après avoir terminé le jeu) est nommé « NG+ », avec les rejeux suivants nommés « NG++ » et jusqu'à « NG+7 ». À chaque rejeu, le joueur conserve les niveaux, les âmes et la plupart des objets obtenus au cours de la partie. À chaque nouveau jeu, le niveau des ennemis augmentent, ils ont plus de vie, d'endurance et de forces, le New Game Plus représente alors un vrai challenge et apporte de la rejouabilité au titre.

Développement[modifier | modifier le code]

Arcs-boutants de la cathédrale de Milan

Le projet est annoncé pour la première fois durant le salon du jeu vidéo Tokyo Game Show 2010 sous le titre Project Dark[6], mais il a ensuite été rebaptisé officiellement sous le nom de Dark Souls[7]. La version PlayStation 3 japonaise a été annoncée et est donc sortie comme étant une exclusivité détenue par From Software[8].

Dark Souls a été développé par FromSoftware, avec le créateur de la série Hidetaka Miyazaki en tant que producteur et réalisateur. Dark Souls est le successeur spirituel du jeu de la série souls, Demon's Souls[9] (qui était, lui aussi, un successeur spirituel de la précédente série King's Field de FromSoftware[10]). Cependant, Demon's Souls a été publié par Sony et Dark Souls par Bandai Namco ; ce transfert signifiait que les droits de propriété intellectuelle empêchaient FromSoftware de faire une suite[11],[12]. Après deux ans de développement, Dark Souls est sorti avec ses nombreuses similitudes (telles que le gameplay, le multijoueur en ligne et la présentation de l'intrigue) et les différences (telles qu'un monde connecté et de nouveaux personnages dans un univers et un scénario distincts) de son prédécesseur[13].

Le Dôme de Milan (à gauche) et l'escalier à double révolution du Château de Chambord (à droite), inspirations architecturale d'Anor Londo[14].
Angkor Vat au Cambodge, inspiration de la cité perdue d'Izalith[14]. Galerie avec racines au temple Ta Prohm, ainsi que l'une des bibliothèques de la 2e enceinte.

Les personnages et le monde de Dark Souls contiennent de nombreux parallèles philosophiques et folkloriques entre la mythologie grecque[15],[16], la mythologie japonaise[17], l'existentialisme français[18] et le travail de philosophes proto-existentialistes comme Friedrich Nietzsche[18].

Le directeur du jeu, Hidetaka Miyazaki, a déclaré que le jeu s'inspire directement d’autres œuvres de fantasy et de dark fantasy, en particulier de la série de mangas Berserk[19],[20].

Certains éléments des Souls sont inspirés par des lieux réels, notamment en Europe. Dans une interview, les développeurs affirment s'être inspirés du dôme de Milan et du Château de Chambord pour concevoir Anor Londo, ou encore du Mont Saint-Michel pour construire les ruines de la Nouvelle Londo[21],[22],[23],[14].

La grotte des Cristaux, dans l'État de Chihuahua au Mexique, inspiration de la caverne de cristal[14].

Autre lieu emblématique de Dark Souls, la cité perdue d'Izalith, est inspirée du plus grand des temples du complexe géant d'Angkor au Cambodge. Nommé Angkor Vat, il est un véritable symbole de l'architecture khmère. Ce qui le caractérise, et c'est d'ailleurs en partie ce qu'on retrouve dans le jeu, ce sont les arbres du temple de Ta Prohm[14].

Après la sortie réussie du jeu pour PlayStation 3 et Xbox 360, de nombreux joueurs ont exprimé leur souhait d’avoir une version PC. L'administrateur de l'éditeur international Namco Bandai Games, Tony Shoupinou, leur répond sur leur page web qu'une version PC était possible[24]. En 2012, des fans ont lancé une pétition pour obtenir une édition de Dark Souls sur PC, avec plus de 93 000 personnes la signant[25]. Une version PC du jeu a été confirmée en via le magazine allemand PC Action[26]. Au cours du processus de développement, FromSoftware rencontre des difficultés avec le portage sur PC en raison de leur inexpérience sur la plate-forme, et se concentrait sur le nouveau contenu plutôt que sur l'optimisation[27].

Dark souls : Prepare To Die Edition, sort en août 2012 pour PC et propose de nouveaux contenus, y compris des boss, des ennemis, de l'équipement et des PNJ[28]. Le nouveau contenu, Artorias of the Abyss, sort sur consoles en octobre 2012 sous forme de contenu téléchargeable (DLC)[29]. Dark souls : Prepare To Die Edition l’édition pour PC utilise Games for Windows Live pour le jeu en ligne et pour ses DRM, s’attirant les foudres des fans[30].

En raison des limitations techniques de la version PC, jugées absurde sur des plateformes performantes, un mod est développé pour contourner les limitations du jeu, nommé DSFix, il apparait peu de temps après sa sortie[31]. DSFix est ensuite devenu un patch non officiel créé par des fans qui permet des améliorations graphiques, augmentant le plafond à 60 images par seconde, et permettant l'installation de mods de texture personnalisés[32]. Le jeu n'a jamais eu de patch officiel pour repousser ces limitations, jusqu'à la sortie de l'édition remastérisée Dark Souls: Remastered, qui corrige ces limitations techniques.

Accueil[modifier | modifier le code]

Dark Souls est sorti en septembre/octobre 2011 sur PlayStation 3 et Xbox 360 (hormis le Japon pour ce dernier) et en août 2012 sur PC[33]. Une édition remastérisée, Dark Souls: Remastered est sortie en 2018 sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC.

Critique[modifier | modifier le code]

Jeu[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Famitsu (JP) 37/40[34]
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (UK) 9/10[35]
Gameblog (FR) 4/5[36]
Gamekult (FR) 8/10[37]
IGN (US) 9/10[38]
Jeuxvideo.com (FR) 18/20[39]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 89/100 (Xbox 360, PS3)[40],[41]
85/100 (PC)[42]

Dark Souls reçoit des critiques majoritairement positives de la presse spécialisée notamment pour son ambiance dark fantasy, et son gameplay exigeant[43].

Le magazine de jeux vidéo japonais Famitsu lui attribue une notation hautement favorable de 37 sur 40 répartie sur les quatre notes de 9,9,9 et 10[34] contrairement à Demon's Souls qui a eu une notation assez basse de 29 sur 40 (7/9/6/7)[44]. Sur le site web américain IGN, le jeu a obtenu un verdict très satisfaisant de 9 sur 10[45] en raison de son bestiaire variant entre les créatures dégoûtantes, terrifiantes, majestueuses et désespérément magnifiques, de son level design « incomparable », de sa durée de vie moyenne de 60 heures et de son gameplay exigeant[45].

Le jeu est apposé parmi les « indispensables Gameblog[46] » dans le site français éponyme. Le rédacteur a écrit dans son résumé que « Dark Souls est un bijou d'une noirceur sublime[46] », jugeant bien sûr la difficulté comme étant « cruel[le], plus encore que [celle de] son aîné avec qui il partage presque tout, Dark Souls possède une ambiance comme nulle autre, où le joueur, proie, joue sa vie à chaque pas, sa santé mentale à chaque fois qu'il essaye de progresser face à des maléfices qui le balaient d'un tranchant d'épée[46]» et apparentant ce titre à une véritable drogue[46]. Jeuxvideo.com lui a attribué une note générale de 18 sur 20, le trouvant « exigeant, dur, impitoyable[47] » et « terriblement frustrant pour le commun des mortels habitués au casual gaming et aux succès faciles[47]. »

Version PC[modifier | modifier le code]

En GameSpy, qualifie le portage du jeu sur PC de « minable ». En cause, notamment : la limite du jeu de 30 images par seconde, la maniabilité à la souris et au clavier médiocres et la résolution non réglable. Cependant, la qualité du jeu en lui même est saluée, donnant au jeu une critique globalement positive[48]. Eurogamer commente également la qualité du port, déclarant : « Dark Souls: Prepare to Die Edition ne vient pas avec les options techniques que vous attendez d'un jeu PC bien conçu, car c'est un port d'un jeu de console, et c'est tout ce que FromSoftware a promis de sortir. »[49]

Ventes[modifier | modifier le code]

En matière de ventes, Dark Souls s'est écoulé à plus de 280 000 exemplaires durant sa semaine de lancement, occupant ainsi la première place des classements sur la période du 19 au au Japon[50]. En avril 2013, le directeur exécutif de From Software annonce un chiffre de vente de plus de 2 300 000 exemplaires[51]. En , From Software annonce que l'ensemble de la série s'est écoulé à plus de 27 000 000 d'exemplaires[52].

Postérité[modifier | modifier le code]

Influence[modifier | modifier le code]

Dark Souls est considéré comme l’un des jeux vidéo les plus influents de sa génération[53]. En 2019 GameSpot l'a nommé l'un des jeux les plus influents du XXIe siècle[54]. Il est également considéré comme l’un des meilleurs jeux vidéo[55],[56],[57],[58].

Dark Souls a notamment inspiré : Destiny[59], Alienation[60], Lords of the Fallen[61], Salt and Sanctuary[62], Shovel Knight[63],[64], Titan Souls[63],[65], Enter the Gungeon[66], The Witcher 3: Wild Hunt[67],[68], Nioh[69], God of War[70],[71], Journey et ZombiU[53], ainsi que les caractéristiques de la PlayStation 4[72]. Dark Souls a également été cité comme source d'inspiration pour la série télévisée Stranger Things[73].

La série des Souls a créé la notion de Souls-like : des jeux qui suivent les principes généraux des Souls, en particulier l'exploration, le système de combat exigeant, le système de point de contrôle ou encore le système d'expérience[74]. Le studio The Astronauts, qui développe Witchfire, caractérise le genre par le respect de quatre points : une narration indirecte, une ambiance lugubre, des musiques pour les combats de boss et un gameplay fondé sur la maîtrise des mécaniques de combat et la connaissance des ennemis[75],[76]. Parmi les jeux parfois considérés comme des Souls-like, on trouve par exemple Blasphemous[77], Nioh, The Surge, Salt and Sanctuary, Lords of the Fallen, Code Vein, ou encore Hollow Knight[74],[78],[79].

Suites[modifier | modifier le code]

À la suite de son succès, Dark Souls a connu deux suites : Dark Souls II et Dark Souls III.

Le jeu est rendu rétrocompatible sur Xbox One. En 2016, pour les précommandes de Dark Souls III sur cette plate-forme, un code de téléchargement pour ce Dark Souls rétrocompatible est offert[80].

Le jeu Bloodborne, développé par FromSoftware en parallèle de Dark Souls II et sorti en 2015, est profondément lié aux Souls, que ce soit sur le plan du gameplay exigeant, de l'ambiance ou de la narration cryptique, si bien que le terme Soulsborne est parfois employé[81],[82]. Sekiro: Shadows Die Twice, sorti en 2019, s'en rapproche également, malgré un cadre situé dans un Japon médiéval-fantastique durant l'époque Sengoku et un gameplay centré davantage sur l'infiltration[83]. Elden Ring, futur jeu de FromSoftware issu de la collaboration entre Hidetaka Miyazaki et l'écrivain George R. R. Martin, est quant à lui décrit par son créateur comme une évolution de Dark Souls[84].

Dark Souls: Remastered[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Game Informer (US) 8.75/10[85]
Presse numérique
Média Note
Destructoid (US) 9/10[86]
IGN (US) 9/10[87]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic PC: 84/100[88]
PS4: 84/100[89]
XONE: 86/100[90]
NS: 83/100[91]

Dark Souls: Remastered est une édition remastérisée du jeu sortie le sur PlayStation 4, Xbox One et PC, puis le sur Nintendo Switch[92],[93],[94]. Cette version est réalisée par le studio polonais QLOC. Elle compte des améliorations techniques (framerate à 60 images par seconde, image en résolution 4K pour les versions PlayStation 4 Pro, Xbox One X et PC[95]) et des changements pour le mode multi-joueur, avec des serveurs dédiés, un nombre maximum de joueurs augmenté de 4 à 6 et la reprise du système de mise en ligne par mot de passe de Dark Souls III[96],[97],[98], ainsi que quelques retouches mineures dans le gameplay.

Dark Souls: Remastered a été plutôt bien reçu par la critique[99],[100],[101],[43], qui apprécie le travail sur le rendu visuel et les performances, mais déplore l’absence d'un système anti-triche dans le mode en ligne[102],[103] et le prix de la version PC, qui a peu bénéficié du remaster au regard de la disponibilité de mods créés par la communauté[104].

La sortie du jeu fut suivie du retrait de l'édition originale de toutes les plateformes de vente, ce qui suscite le mécontentement des utilisateurs, et également le risque que le jeu soit perdu tels que de nombreuses autres œuvres[105],[106].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Work & Discography : Games », sur Motoi Sakuraba ~ UNOFFICIAL English Website. Consulté le 26 septembre 2011
  2. « Dark Souls International Releases », Giant Bomb,
  3. « Dark Souls: Prepare to Die Edition Release Information for PC », GameFAQs,
  4. « Dark Souls Remastered - Gamekult », sur www.gamekult.com (consulté le )
  5. « Test de Dark Souls Remastered : toutes les flammes de ta vie », sur Journal du Geek (consulté le )
  6. boulapoire, « TGS> Un Project Dark chez From Software », sur Gamekult.com, (consulté le )
  7. Puyo, « Demon's Souls : la suite a un nom », sur Gamekult.com, (consulté le )
  8. (en) Anoop Gantayat, « Demon's Souls Followup Officially "Dark Souls" », sur ADRIASANG.COM, (consulté le )
  9. (en) « Souls (Franchise) », sur Giant Bomb (consulté le )
  10. (en) Phil Kollar, « Demon’s Souls Director Discusses Difficulty, Sequels, And More », sur Game Informer (consulté le )
  11. (en) Michael McWhertor, « Sony studios head wants to see more Demon's Souls », sur Polygon, (consulté le )
  12. (en) Jin Ha Lee, Rachel Ivy Clarke, Simone Sacchi et Jacob Jett, « Relationships among video games: Existing standards and new definitions », Proceedings of the American Society for Information Science and Technology, vol. 51, no 1,‎ , p. 1–11 (ISSN 1550-8390, DOI 10.1002/meet.2014.14505101035, lire en ligne, consulté le )
  13. (en-CA) « Prepare To Die: A Brief History Of The Souls Series », sur CGMagazine (consulté le )
  14. a b c d et e « Richesses géographiques - Dossier : Dark Souls : Références culturelles d'hier et d'aujourd'hui », sur Jeuxvideo.com (consulté le )
  15. (en) « Darks Souls and mythology », sur Destructoid (consulté le )
  16. (en-US) « Dark Souls and the Mythology of Ruin », sur Escapist Magazine, (consulté le )
  17. (en) « 8 Videogame Characters Based On Japanese Folklore », sur pastemagazine.com, (consulté le )
  18. a et b (en-US) « An Existentialist Philosophical Analysis of Dark Souls », sur The Gemsbok, (consulté le )
  19. Miayazaki, Hidetaka, et Hayashi, M. Kirie,, Dark souls : design works (ISBN 978-1-926778-89-1 et 1-926778-89-8, OCLC 844461046, lire en ligne)
  20. (de) « Dark Souls 3: Das komplette Gamescom-Interview mit Schöpfer Hidetaka Miyazaki », sur PC GAMES, (consulté le )
  21. (en) « Dark Souls Design Works Translation: Creating the world Part 2/2 - Dark Souls », sur Giant Bomb (consulté le )
  22. (en) Marc Nix, « The Real Dark Souls Starts Here: 13 Real-Life Inspirations for Lordran - IGN », sur IGN, (consulté le )
  23. « Richesses géographiques - Dossier : Dark Souls : Références culturelles d'hier et d'aujourd'hui », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  24. (en) « Dark Souls admin suggests PC could happen with a petition », sur Engadget (consulté le )
  25. « Dark Souls for PC - Petition Bureau » (version du 8 janvier 2012 sur l'Internet Archive), sur petitionbureau.org,
  26. « Dark Souls PC confirmed in PC Action magazine | RPG Site » (version du 26 octobre 2016 sur l'Internet Archive), sur www.rpgsite.net,
  27. (en) Fred Dutton, « From Software "having a tough time" porting Dark Souls to PC, frame rate issues remain », sur Eurogamer, (consulté le )
  28. (en-US) « Dark Souls: Prepare to Die Edition coming to PC in August », (consulté le )
  29. « Dark Souls PC coming to Steam, consoles to get PC content », sur VG247, (consulté le )
  30. « Gamers rallying against Dark Souls PC using Games for Windows Live - GameSpot.com » (version du 20 avril 2012 sur l'Internet Archive), sur uk.gamespot.com,
  31. « GameSpy: Modder Purportedly Fixes Dark Souls PC Resolution Limitations in 23 Minutes [Update] Tested! - Page 1 », sur pc.gamespy.com (consulté le )
  32. (de) « Dark Souls: Prepare to Die Edition - Fans bringen das Spiel auf 60FPS », sur www.gamestar.de, (consulté le )
  33. « Fiche Dark Souls », sur Jeuxvideo.fr.
  34. a et b CaptainHarlock, « Dark Souls noté », sur PlayFrance.com, (consulté le )
  35. Oli Welsh, « Dark Souls - Test », sur Eurogamer.fr, (consulté le )
  36. TigerSuplex, « Dark Souls, le test sur PlayStation 3 et Xbox 360 », sur Gameblog, (consulté le )
  37. boulapoire, « Test Dark Souls », sur gamekult.com, (consulté le )
  38. (en) Keza MacDonald, « Dark Souls Review », sur IGN.com, (consulté le )
  39. Dharn, « Test de Dark Souls sur Xbox 360 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  40. (en) « Dark Souls on Xbox 360 », sur Metacritic, (consulté le )
  41. (en) « Dark Souls on PlayStation 3 », sur Metacritic, (consulté le )
  42. (en) « Dark Souls: Prepare to Die Edition PC », sur Metacritic, (consulté le )
  43. a et b Marilys Vallet, « Dark Souls : des jeux vidéo pour masos ? », sur Le Point, (consulté le )
  44. « Premières notes pour l'exclusivité Demon's Souls », sur JeuxVideo-Live, (consulté le )
  45. a et b (en) « Dark Souls Review - IGN », (consulté le )
  46. a b c et d « TEST. Dark Souls (PlayStation 3, Xbox 360) », sur Gameblog, (consulté le )
  47. a et b « Test du jeu Dark Souls sur 360 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  48. « GameSpy: Dark Souls: Prepare to Die Edition Review - Page 1 », sur pc.gamespy.com (consulté le )
  49. (en) Rich Stanton, « Dark Souls: Prepare to Die Edition Review », sur Eurogamer, (consulté le )
  50. (ja) « 「DARK SOULS」が約28万本で好調な売れ行き。「ICO」「ワンダと巨像」「Gears of War 3」「閃乱カグラ」など新作が大量の「週間販売ランキング+」 », sur 4Gamer.net,‎ . Consulté le 29 septembre 2011.
  51. « Succès pour Dark Souls », Jeuxvideo.com, .
  52. (en) From Software, « PRESS RELEASE : "DARK SOULS" series exceeds 27 million sales » [« Communiqué de presse : la série "Dark Souls" dépasse les 27 millions de ventes »], sur fromsoftware.jp, (consulté le ).
  53. a et b (en) Erik Kain, « 'Dark Souls' Inspired The Design Of Sony's PlayStation 4 », sur Forbes (consulté le )
  54. (en-US) « The Most Influential Games Of The 21st Century: Dark Souls », sur GameSpot (consulté le )
  55. (en) Polygon Staff, « The 500 best games of all time: 500-401 », sur Polygon, (consulté le )
  56. (en) Scott Tailford, « 30 Best Video Games Of All Time », sur WhatCulture.com, (consulté le )
  57. (en) « Top 100 Video Games of All Time - IGN.com » (consulté le )
  58. (en) GamesRadar Staff 2015-02-25T20:50:41Z, « The 100 best games ever », sur gamesradar (consulté le )
  59. (en) « Destiny Inspired by Dark Souls, Monster Hunter, Bungie Says | The Escapist », sur www.escapistmagazine.com (consulté le )
  60. (en) Dave Tach, « How Dark Souls influenced Alienation, the next game from Resogun's developer », sur Polygon, (consulté le )
  61. (en-US) « Lords of the Fallen Dev Talks Dark Souls Comparisons », sur GameSpot, (consulté le )
  62. (en) Griffin McElroy, « How Salt and Sanctuary reimagines Dark Souls as a 2D action-platformer », sur Polygon, (consulté le )
  63. a et b « How do you make an RPG after Dark Souls? - Kill Screen - Videogame Arts & Culture. » (version du 28 août 2015 sur l'Internet Archive), sur killscreendaily.com,
  64. (en) Mike Williams, « Game Dev Recipes: Shovel Knight », sur USgamer, (consulté le )
  65. (en-US) Andi Hamilton, « Titan Souls review », sur PC Gamer, (consulté le )
  66. (en-US) « How to Get Started in Enter the Gungeon on PS4 », sur PlayStation.Blog, (consulté le )
  67. (en) Robert Purchese, « The Witcher 3: What is a next-gen RPG? », sur Eurogamer, (consulté le )
  68. (en) Gary Jones, « Witcher 3: Why Dark Souls has proved a big influence, new details on 200+ hours gameplay », sur Express.co.uk, (consulté le )
  69. (en) Jeffrey Matulef, « Nioh director Fumihiko Yasuda on difficulty, player feedback and what's changing », sur Eurogamer, (consulté le )
  70. « God of War’s New Combat System Explained | PS4 Pro » (consulté le )
  71. (en) « Gaming », sur Variety (consulté le )
  72. (en) Michael McWhertor, « Demon's Souls and Dark Souls inspired PS4's design, says Shuhei Yoshida », sur Polygon, (consulté le )
  73. (en) « How Silent Hill, Dark Souls and The Last of Us Influenced Stranger Things - IGN », (consulté le )
  74. a et b (en-US) Shaun Prescott, « The best Souls-like games on PC », sur PC Gamer, (consulté le )
  75. (en-US) Adrian Chmielarz, « The Dark Souls of Shooters, Part 1 », sur The Astronauts, (consulté le )
  76. (en-US) Adrian Chmielarz, « The Dark Souls of Shooters, Part 2 », sur The Astronauts, (consulté le )
  77. « On a testé… « Blasphemous », de la pénitence à l’extase », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  78. « Preview du Code Vein : Le Souls-Like vampirique sera-t-il à la hauteur ? », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  79. (en-US) Steven Strom, « Hollow Knight beats Metroid, Dark Souls at their own brutal game », sur Ars Technica, (consulté le )
  80. mrhillidan, « Dark Souls rétrocompatible Xbox One et offert avec les précommandes de Dark Souls III », sur Jeuxvideo.com, .
  81. (en) Michael McWhertor, « Streamer pulls off five-game, no-hit ‘Soulsborne’ run, right before Sekiro launch », sur Polygon, (consulté le )
  82. (en-US) « Sekiro: Shadows Die Twice Is Not Part Of Soulsborne Series, From Software Says », sur GameSpot, (consulté le )
  83. Jonathan Bushle, « TEST. Sekiro : Shadows Die Twice (PS4, Xbox One, PC) », sur Gameblog, (consulté le )
  84. (en) Esra Krabbe, « Elden Ring Is an Evolution of Dark Souls Says Creator – E3 2019 - IGN », IGN, (consulté le )
  85. Daniel Tack, « Dark Souls Remastered – Gently Modifying A Masterpiece », Game Informer,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. 0, « Review: Dark Souls Remastered », Destructoid.com, (consulté le )
  87. « Dark Souls Remastered Review », sur IGN, (consulté le )
  88. « Dark Souls Remastered for PC Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  89. « Dark Souls Remastered for PlayStation 4 Reviews » [archive du ], sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  90. « Dark Souls Remastered for Xbox One Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  91. « Dark Souls Remastered for Switch Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  92. (en) Michael McWhertor, « Dark Souls: Remastered for Switch delayed » [archive du ], sur Polygon, (consulté le )
  93. Maxime Claudel, « Test de Dark Souls Remastered sur Switch : un enfer à transporter partout », sur Numerama, (consulté le )
  94. « Test - Faut-il craquer pour Dark Souls Remastered ? (màj version Switch) », sur www.gamekult.com, (consulté le )
  95. (en) Michael McWhertor, « Dark Souls: Remastered coming to PC, PS4 and Xbox One », sur Polygon (consulté le )
  96. (en) Sherif Saed, « Dark Souls Remastered announced for PC, PS4, Xbox One with 4K and 60fps », sur VG247, (consulté le )
  97. (en) Callum Agnew, « Can the Nintendo Switch Handle a Dark Souls Remaster? », sur Game Revolution, (consulté le )
  98. (en) Lucy O'Brien, « Here are All the Differences Between Dark Souls and Dark Souls Remastered » [archive du ], sur IGN, (consulté le )
  99. (en) « Dark Souls Remastered for PlayStation 4 Reviews » [archive du ], sur Metacritic, (consulté le )
  100. (en-GB) Rich Stanton, « Dark Souls: Remastered review – dark fantasy RPG makes glorious return », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  101. « TEST. Dark Souls Remastered (PS4, Xbox One) », sur Gameblog (consulté le )
  102. (en) Imran Khan, « Dark Souls Remastered On PC Already Falling Victim To Infamous Hackers », sur Game Informer, (consulté le )
  103. (en) « ‘I wish they had good anti-cheat,’ says Dark Souls hacker »,
  104. (en) Richard Scott-Jones, « Dark Souls Remastered review scores - our roundup of the critics », sur PCGamesN (consulté le )
  105. « L’Atlantide des jeux vidéo perdus à jamais (ou presque) », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  106. Chris Kohler, « A Reminder That You're Just Renting Those Digital Games », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels[modifier | modifier le code]

Anciens sites (obsolètes) :

Autres[modifier | modifier le code]