Dark Souls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dark Souls
Image illustrative de l'article Dark Souls

Éditeur JPN From Software
AN Namco Bandai Games
EUR Namco Bandai Games
Développeur From Software
Concepteur Hidetaka Miyazaki
Musique Motoi Sakuraba[1]

Début du projet 2010[réf. nécessaire]
Date de sortie PlayStation 3
JPN
AN
EUR

Xbox 360
AN
EUR
Genre Action-RPG
Mode de jeu Un joueur,
multijoueur en ligne.
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Média B-RD (PlayStation 3)
DVD (PC, X360)
Langue Textes en français, voix en anglais.
Contrôle Manette de jeu
Clavier/souris

Évaluation CERO : D ?
ESRB : M ?
PEGI : 16 ?

Dark Souls (ダークソウル, Dāku Souru?) est un jeu vidéo de type action-RPG développé par l'entreprise japonaise From Software et édité par Namco Bandai pour l'édition NTSC-U/C et PAL. Il est sorti en septembre/octobre 2011 sur PlayStation 3 et Xbox 360 (hormis le Japon pour ce dernier)[2] et en fin août 2012 sur PC.

Il s'agit du successeur spirituel de Demon's Souls. Une suite, Dark Souls II, annoncée en décembre 2012, est sortie en mars 2014. S'en suivi Dark Souls III annoncée durant l'E3 2015 et sortie en avril 2016.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Au commencement, il y avait l’Âge des Anciens, où les dragons ancestraux régnaient sans conteste dans un monde noyé sous un épais brouillard. Puis vint le Feu, amenant la disparité. Certains, cachés dans les Ténèbres, y découvrirent un nouveau pouvoir et s’élevèrent contre les dragons. Gwen, le Seigneur de la Lumière, accompagné de Nito, le Premier des Morts, ainsi que la Sorcière d’Izalith et ses filles du Chaos, eux-mêmes aidés par la trahison de Seath l’écorché, décimèrent les dragons ancestraux et l’Âge du Feu commença.

Des siècles, puis des millénaires passèrent et, parmi les dieux salvateurs, les humains s’élevèrent. Leur ancêtre, le Pygmée, lui aussi étant détenteur d'un pouvoir du Feu, les affubla de la Marque Sombre. Les humains se transformèrent petit à petit en Carcasse, état entre la mort et la folie. Le détail des événements s'étant déroulés pendant l'Âge du Feu n'est pas raconté mais évoqué par les descriptions des objets, armes et armures ainsi que par les décors, laissant donc une certaine place à l'interprétation.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le joueur pourra croiser de nombreux personnages non-joueurs : aventuriers, marchands, forgerons... Certains ont une quête propre avec laquelle le joueur peut interférer en leur parlant à des moments-clés ou en les tuant.

Certains personnages (Artorias, Béatrice), monstres (roues squelettes) et objets (les Orbes fissurés permettant d'envahir les autres joueurs, l'épée de Gwyn) font référence aux manga Berserk et JoJo's Bizarre Adventure (le chevalier Tarkus ou l'armure d'épines de Kirk). Mais plus que tout, la quasi-totalité des PNJ et de nombreux boss sont des reprises de ceux de Demon's Souls (le PNJ Patches est d'ailleurs présent dans les deux opus).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le jeu commence alors que l'Âge du Feu arrive à sa fin et que le pouvoir du Feu s'affaiblit. Le joueur prend le contrôle d'un humain marqué de la Marque Sombre enfermé dans un asile avec d'autres êtres dans sa condition. Il s'évadera et sera amené à Lordran, la partie du monde où les Seigneurs du Feu s'étaient installés au début de leur règne, où il doit faire sonner les deux Cloches de l’Éveil, la première au sommet de la cathédrale de la Paroisse des Mort-vivants, la seconde dans le Hameau du Crépuscule dans un marais souterrain. Le son des deux cloches permet le réveil de Frampt, un des Serpents Primordiaux qui envoie le joueur vers Anor Londo, la capitale des Seigneurs désormais abandonnée. Dans la salle du trône, le joueur trouve Gwynevere, la fille de Gwyn qui lui offre le Calice dans lequel il devra mettre les âmes des Seigneurs alliés de Gwyn afin que le joueur puisse raviver le Feu et prendre la succession de Gwyn.

Pendant sa quête, le joueur pourra rencontrer Kaathe, un autre Serpent Primordial qui lui suggère plutôt de ne pas se lier au Feu comme l’a fait Gwyn. Une fois les Seigneurs tués et leurs âmes collectées dans le Calice, le joueur est amené au Kiln de la Première Flamme où il retrouve Gwyn et le tue. Le joueur a alors la possibilité de se lier au Feu, se sacrifiant pour perpétuer l'Âge du Feu, ou de quitter les lieux en vie, marquant le début de l'Âge des Ténèbres et l'avènement de l'humanité.

Artorias of the Abyss

Par le passé, Manus a tenté de plonger la ville d'Oolacile dans l’Abysse, une version propre des Ténèbres. Le Chevalier Artorias, fidèle lieutenant de Gwyn, a été choisi pour arrêter Manus mais il échoua et finit corrompu par Manus. En retrouvant le pendentif de Manus, un objet défiant les lois de l’espace et du temps, le joueur peut être ramené dans le passé par Manus, et tuera Artorias puis Manus, prévenant la venue de l'Abysse.

Développement[modifier | modifier le code]

Le projet est annoncé pour la première fois durant le salon du jeu vidéo Tokyo Game Show 2010 sous le titre Project Dark[3], mais il a ensuite été rebaptisé officiellement sous le nom de Dark Souls[4]. La version PlayStation 3 japonaise a été annoncée et est donc sortie comme étant une exclusivité détenue par From Software[5].

Accueil et réception[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Famitsu (JP) 37/40[6]
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 9/10[7]
Gameblog (FR) 4/5[8]
Gamekult (FR) 8/10[9]
IGN (US) 9/10[10]
Jeuxvideo.com (FR) 18/20[11]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 89/100 (XBox 360, PS3)[12],[13]
85/100 (PC)[14]

Dark Souls a reçu de la part de la presse spécialisée des critiques majoritairement positives et a fait éloge vis-à-vis de sa difficulté très élevée et de son ambiance dark fantasy comme c'était le cas de son prédécesseur.

Le magazine de jeux vidéo japonais Famitsu lui attribue une notation hautement favorable de 37 sur 40 répartie sur les quatre notes de 9,9,9 et 10[6] contrairement à Demon's Souls qui a eu une notation assez basse de 29 sur 40 (7/9/6/7)[15]. Sur le site web américain IGN, le jeu a obtenu un verdict très satisfaisant de 9 sur 10[10] en raison de son bestiaire variant entre les créatures dégoûtantes, terrifiantes, majestueuses et désespérément magnifiques, de son level design « incomparable », de sa durée de vie moyenne de 60 heures et de son gameplay exigeant[10].

Le jeu est apposé parmi les « indispensables Gameblog[8] » dans le site français éponyme. Le rédacteur a écrit dans son résumé que « Dark Souls est un bijou d'une noirceur sublime[8] », jugeant bien sûr la difficulté comme étant « cruel[le], plus encore que [celle de] son aîné avec qui il partage presque tout, Dark Souls possède une ambiance comme nulle autre, où le joueur, proie, joue sa vie à chaque pas, sa santé mentale à chaque fois qu'il essaye de progresser face à des maléfices qui le balaient d'un tranchant d'épée[8] » et apparentant ce titre à une véritable drogue[8]. Jeuxvideo.com lui a attribué une note générale de 18 sur 20, le trouvant « exigeant, dur, impitoyable[11] » et « terriblement frustrant pour le commun des mortels habitués au casual gaming et aux succès faciles[11]. »

En termes de ventes, Dark Souls s'est écoulé à plus de 279 567 exemplaires durant sa semaine de lancement, occupant ainsi la première place des classements sur la période du 19 au 25 septembre 2011 au Japon[16]. En avril 2013, le directeur exécutif de From Software annonce un chiffre de vente de plus de 2 300 000 exemplaires[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Work & Discography : Games », sur Motoi Sakuraba ~ UNOFFICIAL English Website. Consulté le 26 septembre 2011
  2. « Fiche Dark Souls », sur Jeuxvideo.fr.
  3. (fr) boulapoire, « TGS> Un Project Dark chez From Software », sur Gamekult.com, . Consulté le 26 septembre 2011
  4. (fr) Puyo, « Demon's Souls : la suite a un nom », sur Gamekult.com, . Consulté le 26 septembre 2011
  5. (en) Anoop Gantayat, « Demon's Souls Followup Officially "Dark Souls" », sur ADRIASANG.COM, . Consulté le 27 septembre 2011
  6. a et b (fr) CaptainHarlock, « Dark Souls noté », sur PlayFrance.com, (consulté le 27 septembre 2011)
  7. (fr) Oli Welsh, « Dark Souls - Test », sur Eurogamer.fr, (consulté le 10 octobre 2011)
  8. a, b, c, d et e (fr) TigerSuplex, « Dark Souls, le test sur PlayStation 3 et Xbox 360 », sur Gameblog, (consulté le 5 octobre 2011)
  9. (fr) boulapoire, « Test Dark Souls », sur gamekult.com, (consulté le 10 octobre 2011)
  10. a, b et c (en) Keza MacDonald, « Dark Souls Review », sur IGN.com, (consulté le 2 octobre 2011)
  11. a, b et c (fr) Dharn, « Test de Dark Souls sur Xbox 360 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 5 octobre 2011)
  12. (en) « Dark Souls on Xbox 360 », sur Metacritic, (consulté le 12 mars 2017)
  13. (en) « Dark Souls on PlayStation 3 », sur Metacritic, (consulté le 12 mars 2017)
  14. (en) « Dark Souls: Prepare to Die Edition PC », sur Metacritic, (consulté le 12 mars 2017)
  15. (fr) Kolia, « Premières notes pour l'exclusivité Demon's Souls », sur Play3-Live.com, . Consulté le 2 octobre 2011
  16. (ja) « 「DARK SOULS」が約28万本で好調な売れ行き。「ICO」「ワンダと巨像」「Gears of War 3」「閃乱カグラ」など新作が大量の「週間販売ランキング+」 », sur 4Gamer.net,‎ . Consulté le 29 septembre 2011
  17. Succès pour Dark Souls

Liens externes[modifier | modifier le code]