Obésité en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'obésité en France pourrait rattraper celle taux d'obésité des États-Unis d'ici 2020[1] selon certaines études. Comme dans les autres pays, l'obésité touche davantage les familles modestes que les personnes à hauts revenus[2].

Définition[modifier | modifier le code]

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), définit le surpoids et l’obésité comme « une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ».L'obésité est mesurée par l’indice de masse corporelle (IMC) qui est une mesure du poids par rapport à la taille. L'IMC est égal au poids divisé par le carré de la taille, exprimé en kg/m2.

Obésité selon les tranches d'âge[modifier | modifier le code]

Enfant et adolescent[modifier | modifier le code]

L'obésité augmente en France[3], notamment chez les enfants (3,5 % des enfants sont obèses[4], et un enfant sur cinq est en surpoids). De nouveaux programmes ont été récemment mis en place, comme l'interdiction de placer des distributeurs de boissons gazeuses dans les écoles, ainsi que l'instauration de programmes de santé publiques tels que l'EPODE — Ensemble, prévenons l’obésité des enfants.

Dans le cadre du deuxième programme national nutrition santé (PNNS) 2006-2010, la Haute Autorité de santé a publié en septembre 2011 une recommandation de bonne pratique sur le « Surpoids et l'obésité[5] de l'enfant et l'adolescent » (actualisation de ses recommandations de 2003) visant à améliorer la qualité de la prise en charge médicale des enfants et adolescents ayant un surpoids ou une obésité. Selon cette recommandation, en France, la prévalence estimée du surpoids incluant l’obésité était en 2006, d'après les références de l'Obesity Task Force[6] (IOTF), de 18 % chez les enfants de 3 à 17 ans, dont 3,5 % présentaient une obésité et est supérieure dans les populations défavorisées. La probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’âge adulte varie selon les études de 20 à 50 % avant la puberté, à 50 à 70 % après la puberté.

Adulte[modifier | modifier le code]

En 2009, pour l’étude Obépi-Roche citée par une recommandation de bonne pratique de la Haute Autorité de santé sur le « Surpoids et l'obésité[7], la prévalence de l’obésité (IMC ≥ 30 kg/m2) chez les adultes français de 18 ans et plus était de 14,5 % et celle du surpoids (25 ≤ IMC ≤ 30 kg/m2) de 31,9 %. La prévalence de l’obésité était plus élevée chez les femmes (15,1 %) que chez les hommes(13,9 %) et augmentait avec l’âge dans les deux sexes avec un pic pour la tranche d’âge 55-64 ans.

La même étude, publiée fin 2012, montre que 32,3 % des français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids (25 ≤ IMC < 30 kg/m2) et 15 % présentent une obésité (IMC ≥ 30 kg/m2). De plus 32 % des femmes âgées de 25 à 34 ans souffrent de surpoids (dont 11 % d'obésité) tandis que cette proportion atteint 37 % chez les femmes de 35 à 44 ans (dont 16 % d'obèses)[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Elaine Sciolino, « France Battles a Problem That Grows and Grows: Fat », New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. Selon l'INSEE, « Il y a toujours moins d'obèses chez les cadres que chez les ouvriers ou les agriculteurs, mais les disparités entre ces catégories se sont nettement accrues. »
  3. « Livre blanc sur le surpoids et l'obésité de MethodCO », sur https://www.methodco.fr
  4. Situation nutritionnelle en France en 2006 selon les indicateurs d’objectif et les repères du Programme national nutrition santé (PNNS), site de l'INVS.
  5. Voir sur le portail has-sante.fr.
  6. International Voir sur iaso.org.
  7. [1] de l'adulte » : prise en charge médicale de premier recours
  8. ObEpi-Roche 2012. Voir sur roche.fr.

Articles connexes[modifier | modifier le code]