Chevrolet Corvette C7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chevrolet Corvette (C7)
Chevrolet Corvette jaune vue de trois-quart avant.
Corvette Stingray Coupé présente lors de l'édition 2013 du Salon de l'automobile de Los Angeles.

Marque Drapeau : États-Unis Chevrolet
Années de production Depuis 2013
Classe Grand tourisme
Usine(s) d’assemblage Bowling Green, États-Unis
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) V8 culbuté à 90°
Position du moteur Longitudinale avant
Cylindrée 6162 cm3
Puissance maximale 466 à 659 ch
Couple maximal 630 Nm
Transmission Propulsion (avec différentiel autobloquant électronique ELSD)
Boîte de vitesses Manuelle 7 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1539 kg
Consommation mixte 12 L/100 km
Consommation (sportive) 31,3 L/100 km
Émission de CO2 279 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 portes
Cabriolet 2 portes
Direction Crémaillère, assistance électrique variable
Freins Disques ventilés percés rainurés, étriers fixes 4 pistons
Dimensions
Longueur 4493 mm
Largeur 1877 mm
Hauteur 1234 mm
Empattement 2710 mm
Voies  AV/AR 1595 mm  / 1565 mm
Chronologie des modèles

La Chevrolet Corvette (C7) est une voiture de sport américaine produite par Chevrolet depuis 2013. Elle représente la 7e génération de Chevrolet Corvette, dont la production a débuté en 1953 et fait renaître le nom « Stingray » (nom anglais de la raie à éperon), désignant à l'origine la Corvette de deuxième génération.

Marquant les 60 ans de ce modèle, cette génération tire avantage de technologies éprouvées, comme le ressort à lames ou la distribution par culbuteurs, dont l'implémentation innovante permet à la Corvette de rester concurrentielle sur le plan des performances avec les sportives européennes.

En 2017, Chevrolet dévoile une série spéciale baptisée Carbon 65 de sa Corvette pour fêter les 65 ans du modèle originel né en 1952[1].

Genèse[modifier | modifier le code]

La conception de la 7e génération de Corvette s'est déroulée dans un contexte difficile, devant faire face à plusieurs changement de cap concernant le projet ainsi qu'aux nombreuses difficultés auxquelles General Motors est confronté.

Un contexte économique difficile[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, General Motors, la maison-mère de Chevrolet, fait face à des difficultés financières majeures dont le point d'orgue est la faillite organisée du groupe le .

La suprématie du groupe s'est vue ébranlée dès le début des années 1980 par le succès des constructeurs japonais sur le marché américain. Les difficultés se sont ensuite enchaînées jusqu'à une première restructuration en 2003 qui a permis de stabiliser à environ 28 % les parts de marché aux États-Unis, contre près de 45 % vingt ans plus tôt[2]. Cependant, cette accalmie fut de courte durée en raison du poids des retraites des anciens collaborateurs du groupe, qui empêchent l'investissement dans de nouveaux modèles[2].

Les véritables difficultés ont commencé à partir de 2005 avec une baisse des ventes de véhicules. Le changement des habitudes de consommation des américains, qui désirent à partir de ce moment des véhicules plus petits et moins consommateur en carburant, s'est traduit par la baisse des ventes de pick-ups dont la production était particulièrement profitable[3]. L'effet le plus visible de cette baisse des ventes fut la perte par General Motors de la place de premier constructeur automobile mondial au profit de Toyota en 2008. Cette baisse des ventes fut accentuée par le début de la crise économique la même année.

Le , General Motors se déclare en faillite après des pertes totalisant 81 milliards de dollars sur quatre ans[2]. La restructuration entreprise sous le régime du chapitre 11 de la loi sur les faillites est destinée à créer deux entités différentes, l'une viable et l'autre comportant à la fois les marques qui ne sont pas rentables ainsi que la quasi-totalité des dettes du groupe[2].

La commission chargée de la restructuration de General Motors, nommée par le président Barack Obama, jugea que la branche Corvette était bénéficiaire et qu'elle serait intégrée dans le nouveau groupe[4].

Le feu vert du gouvernement américain[modifier | modifier le code]

La conception de la 7e génération de Chevrolet Corvette a débuté peu de temps après la commercialisation de la génération précédente, en 2005[4]. L'équipe de Tadge Juechter, l'ingénieur en chef responsable de Corvette, s'est cependant vue désistée du projet durant l'hiver 2007, tous les projets concernant de nouveaux véhicules ayant été arrêtés à ce moment-là au sein du groupe General Motors[5]. La direction du groupe demanda aux concepteurs de permettre à la 6e génération de la sportive de rester quelques années de plus sur le marché, puis de se focaliser sur un prochain modèle, qui serait, faute de moyens, une évolution de la génération précédente. Cependant, ce modèle ne verra jamais le jour en raison de la faillite de General Motors en juin 2009[5].

La conception d'une véritable 7e génération de Chevrolet Corvette a été approuvée après que le groupe s'est remis de la faillite de 2009. Au sein de General Motors, cette génération est alors connue sous le nom de code Y1XX[5].

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

Photographie d'une Corvette C7 rouge vue de côté.
Le dessin de la C7 est plus acéré que par le passé.

La C7 se présente sous la forme d'un coupé ou d'un cabriolet plutôt compact pour sa catégorie. D'une longueur de 4 492 mm[6], elle est plus courte qu'une Nissan GT-R (4 670 mm) ou qu'une BMW M6 (4 898 mm).

Habitacle[modifier | modifier le code]

L'écran central sert de compte-tours lorsque la voiture roule.

Châssis, freins et suspensions[modifier | modifier le code]

Moteur et transmission[modifier | modifier le code]

Cette 7e génération de Corvette se dote de deux moteurs, l'un atmosphérique pour la Stingray et l'autre suralimenté pour la Z06. Plusieurs boîtes de vitesses sont disponibles, dont une manuelle à 7 rapports.

V8 6,2L - LT1[modifier | modifier le code]

La Corvette Stingray, coupé comme cabriolet, est motorisée par un V8 de 6 162 cm3 répondant au nom de LT1. L'ouverture entre les deux bancs de cylindres est de 90°. Entièrement en aluminium[6], ce moteur fait appel à des solutions plutôt rustiques, notamment au niveau de la distribution. Cette dernière est assurée par un système de tiges et de culbuteurs actionnés par un arbre à cames unique, situé au centre du V. Ce système commande l'ouverture des 16 soupapes dont dispose le moteur.

En Amérique du Nord, ce moteur développe 455 ch à 6 000 tr/min et 624 Nm à 4 600 tr/min[6]. L'ajout de l'échappement performance optionnel, qui est également présent dans l'option Z51, fait grimper la puissance à 460 ch et le couple à 630 Nm aux mêmes régimes d'obtention[6]. En Europe, cet échappement est de série et le moteur est censé pouvoir délivrer 466 ch[n 1],[7].

Le LT1 possède un système de coupure de la moitié des cylindres afin de diminuer sa consommation lorsqu'il n'est pas fortement sollicité. La puissance développée par ce V4 est alors de 128 ch[8].

V8 6,2L compressé - LT4[modifier | modifier le code]

Compétition[modifier | modifier le code]

Chevrolet Corvette C7.R[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chevrolet Corvette C7.R.

Pour la saison 2014 d'endurance, Corvette Racing et Chevrolet développe une version compétition de la Corvette C7 pour les catégories LM GTE (Le Mans Grand Tourisme Endurance) et GT LM (Grand Tourisme Le Mans). La première des deux homologations permet à Corvette Racing d'engager la voiture dans les courses organisées par l'Automobile Club de l'Ouest et la Fédération Internationale de l'Automobile, notamment les 24 Heures du Mans et le championnat du monde d'endurance FIA. La seconde permet à l'écurie américaine un engagement dans le championnat United SportsCar Championship organisé par l'International Motor Sports Association.

Versions[modifier | modifier le code]

Chevrolet Corvette Z06[modifier | modifier le code]

Chevrolet Corvette ZR1[modifier | modifier le code]

Chevrolet Corvette ZR1
Marque Drapeau : États-Unis Chevrolet
Années de production 2018 -
Classe Sportive
Moteur et transmission
Moteur(s) V8 LT5 765 ch
Puissance maximale 765 ch DIN
Couple maximal 969 Nm
Boîte de vitesses Automatique à 8 rapports
Manuelle à 7 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1 625 kg
Vitesse maximale 340 (Coupé)
320 (Cabriolet) km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Cabriolet

En novembre 2017, Chevrolet dévoile une version exclusive de sa Corvette, la Corvette ZR1 dotée d'un moteur V8 6.2 de 765 ch[9].

La Corvette ZR1 Convertible, version cabriolet de la Corvette ZR1 Coupé, est dévoilée au Salon de Los Angeles 2017[10].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lors du passage au banc de puissance d'une Corvette Stingray dans le cadre de l'essai mené par Sport Auto en février 2015, la puissance mesurée fut, dans des conditions de température et de kilométrage idéales, de 447,7 ch tandis que le couple était inférieur de 6 % aux valeurs annoncées.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Vétaux (photogr. Greg), « Sexagéniale », Sport Auto, Mondadori Axel Springer, no 637,‎ , p. 54-60 (ISSN 0151-6353)
  • Sylvain Vétaux (photogr. Laurent Villaron), « Casser la voix! », Sport Auto, Mondadori Axel Springer, no 640,‎ , p. 58-65 (ISSN 0151-6353)
  • (en) Larry Edsall, Corvette Stingray : The Seventh Generation of America's Sports Car, MBI Publishing Company, , 192 p. (ISBN 1627881352 et 9781627881357)

Sources Internet[modifier | modifier le code]

  • (en) « A giant falls », sur www.economist.com, The Economist Newspaper Limited, (consulté le 26 juin 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]