Monument Sforza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cheval de Léonard)
Aller à : navigation, rechercher

Le Cheval de Léonard (en italien : Il Cavallo di Leonardo ou Gran Cavallo) est un monument commandé à Léonard de Vinci par Ludovic Sforza, duc de Milan . Il réussit à terminer uniquement un modèle en argile ; en s'inspirant de ce projet, deux reproductions ont été créées à partir des années 1970.

Histoire[modifier | modifier le code]

Proportions du cheval de Léonard.
Étude du cheval de Leonard de Vinci, vers 1490.
Esquisse du monument équestre de Francesco Sforza.

Premier projet[modifier | modifier le code]

En 1482, Ludovic Sforza, le duc de Milan, propose à Léonard de Vinci de construire la plus grande statue équestre du monde : un monument à la gloire de son père François Sforza, duc de 1452 à 1466 et fondateur de la maison Sforza. Léonard sait que la qualité du cheval est très importante pour souligner le personnage et étudie tous les détails anatomiques de l'animal, en réalisant des projets préparatoires et en utilisant comme modèles quelques chevaux déjà célèbres pour leur beauté. Les projets reproduisaient les plus belles parties anatomiques de chaque cheval. Dans ses notes; il va jusqu'à noter les noms des chevaux qu'il croque et on trouve des remarques du type : « Morel Fiorentino est gros et a un beau cou... », ou bien « Ronzone est blanc, il a des belles cuisses et se trouve à Porte Comasina »[1].

L'intention de Léonard est de sélectionner les meilleures « parties » de divers chevaux et d'en faire un montage pour obtenir le cheval idéal, afin d'honorer François Sforza.

Léonard, avec ce monument, veut réaliser une œuvre qui ferait oublier toutes les statues équestres précédentes, en particulier celles de Verrocchio et de Donatello, dédiées respectivement à Bartolomeo Colleoni et à Gattamelata. Léonard s'intéresse plus au cheval qu'au cavalier ; son cheval doit être le plus grand de tous, dépassant les 7 m de hauteur posé sur les membres postérieurs dans une position cabrée, un défi alors jamais tenté. Pour cela, Léonard remplit des feuilles et des feuilles de croquis d'anatomie, passant beaucoup de temps à projeter et calculer cette œuvre gigantesque. Pour sa fusion, il prévoit 100 tonnes de bronze.

Second projet[modifier | modifier le code]

Ludovic Sforza commence à s'impatienter et cherche d'autres sculpteurs de Florence en mesure de réaliser cette œuvre dans des délais plus courts, mais personne ne se présente. Léonard de Vinci finit par se persuader que les problèmes sont trop nombreux pour réussir à construire un cheval cabré et se résigne à créer un cheval plus classique, mais ne reposant que sur deux membres : un membre postérieur et le membre antérieur opposé.

Vers le coulage du bronze[modifier | modifier le code]

Après presque 16 années d'études, la construction du modèle commence ; elle se termine à l'occasion du mariage en 1494 de la nièce du duc Blanche-Marie Sforza avec l'empereur Maximilien d'Autriche. Cette statue colossale est exposée publiquement, et provoque l'admiration générale. Léonard fait réaliser les moules pour couler le bronze, tout semble prêt pour l'œuvre définitive, mais les 100 tonnes de bronze nécessaires ne sont plus disponibles, car elles ont été utilisées pour fabriquer des canons destinés à la défense du duché d'Este envahi par les soldats français du roi Louis XII. Le modèle en argile est transféré à Mantoue pour réparation, mais les troupes françaises à Milan en 1499 sous le commandement de Jacques de Trivulce, un ennemi des Sforza, causent des dommages irréparables au cheval de Léonard qui est utilisé comme cible par les arbalétriers, tandis que Léonard quitte la ville. Les moules sont perdus et par conséquence l'œuvre aussi.

Les réalisations du projet au XXe siècle et XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le projet de Dent[modifier | modifier le code]

Le cheval américain dans les Jardins et Sculpture Frederik Meijer, Grand Rapids, Michigan.

En 1977 Charles Dent, un pilote américain, collectionneur d'art et passionné de sculpture, s'enthousiasme à l'idée de réaliser après 5 siècles le rêve de Léonard. Mettre sur pied l'organisation et trouver les fonds se révéla cependant une entreprise difficile qui lui demanda plus de 15 ans. Le coût du cheval, finalement, arriva presque à 2,5 millions de dollars, mais Charles Dent mourut en 1994 avant de réussir à voir son rêve se réaliser.

Le projet a rencontré de nombreuses difficultés et finalement la direction des travaux a été confiée à la sculptrice Nina Akamu qui a mené à bien l'entreprise.

La première étape a été de réaliser un cheval aux dimensions réduites, d'environ 3 m de haut. Celui-ci permit d'arriver à la gigantesque sculpture en argile de 8 m de haut. Le cheval d'argile servit à créer un moule en craie (ou en cire pour des détails plus fins) dans lequel a été coulé le bronze fondu. Contrairement au projet de Léonard, ce cheval a été réalisé en sept sections. Au XVe siècle, il n'était pas possible de souder le bronze.

Les sections arrivèrent en juillet 1999 à Milan où elles furent soudées ensemble. Après quelques discussions, le cheval fut posé en septembre 1999 à l'entrée de l'hippodrome de San Siro.

La réalisation de deux exemplaires[modifier | modifier le code]

Il existe deux exemplaires identiques du Cheval de Léonard. À la mort de Dent, le projet était sur le point d'être abandonné lorsque Frederik Meijer, propriétaire d'une chaîne de supermarchés dans le Michigan, offrit de financer le projet, à condition que l'on crée deux chevaux : un pour Milan et l'autre pour le Meijer Gardens : un parc naturel et artistique à Grand Rapids (Michigan), propriété de Meijer, où sont rassemblées des copies des plus célèbres statues modernes.

Le Cheval de Léonard fut placé dans le parc en octobre 1999 et est toujours la plus belle pièce exposée.

Le cheval de Vinci[modifier | modifier le code]

Un exemplaire de taille réduite de 2,5 m se trouve à Vinci, la ville natale de Léonard, inauguré le 17 novembre 2001[2].

Le cheval de Allentown[modifier | modifier le code]

Un exemplaire de 3 m a été placé à Allentown la ville natale de Dent, au Jardin mémorial de Charles C. Dent à Baum école des beaux arts, il a été inauguré le 4 octobre, 2002[3].

Da Vinci Science Center Horse[modifier | modifier le code]

Le Da Vinci Science Centre - la société qui a réalisé les soudures du cheval de Dent et qui s'appelait alors connu Discovery Center of Science and Technology - présente une réplique du cheval de 1 m dans son hall principal, inauguré le 30 octobre 2005[4].

Le cheval du Wyoming[modifier | modifier le code]

Une réplique de Cheval de 2,5 m a été placée à Sheridan, Wyoming, elle a été inauguré le 20 août 2015[5]. C'est une commande de la Wyoming Community Foundation au nom de l'engagement de la ville envers les arts.

Autres interprétations[modifier | modifier le code]

Le cheval de Touraine[modifier | modifier le code]

En 2013, l'artiste anglais Waj [6] a créé un cheval monumental inspiré du projet de statue équestre de Léonard. La sculpture Le Grand Cheval a été imaginée à partir des esquisses de Léonard de Vinci et de dessins de chevaux. C'est une libre interprétation. La construction s'est faite en fils d'acier soudés constituant un maillage métallique en trois dimensions. Afin de conserver l'idée de démesure de l'œuvre imaginée à l'origine, la sculpture fait cinq mètres de hauteur. Dans les finitions, elle combine les idées d'architecture et de machinerie (chères à Léonard de Vinci) avec certaines parties articulées : tête, membres antérieurs, queue, oreilles... et des détails sonores : crinière inversée qui devient carillon et une queue composée de chaînes. On peut les actionner en tirant sur les câbles, grâce à un système de poulies et de contrepoids[7].

Les dimensions du cheval sont approximativement : hauteur : 5 m, longueur : 5 m, largeur : 1,70 m, poids : 250 kg.

Le cheval de Waj a été exposé en 2014 devant l'hôtel de ville de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher)[8] à l'occasion d'une exposition de l'artiste à la médiathèque de cette ville.

Il est aujourd'hui l'hôte du Conservatoire Muro dell' Arte à Véretz (Indre-et-Loire) pour une durée indéterminée. Il s'offre donc au regard des nombreux touristes qui visitent la Touraine, chère à Léonard qui y termina ses jours.

Le cheval de Florence[modifier | modifier le code]

Une autre interprétation de 7,3 m de hauteur du cheval Sforza, basée sur différentes interprétations, a été fabriquée par l'Opéra Laboratori Fiorentini SpA, en collaboration avec Polo Museale Fiorentino et l'Institut et Musée d'Histoire des Sciences de Florence, Italie. Il est fait d'armature en acier avec la fibre de verre enduite spéciale de résine, pour le faire ressembler en bronze. Il est composé de six pièces et peut être démonté. Il a été exposé en Hongrie, États-Unis, Italie[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Académie des inscriptions et belles-lettres, Institut de France 1997, p. 471
  2. « The Vinci Horse », sur Da Vinci Science Center
  3. « The Baum School Horse », sur Da Vinci Science Center
  4. « The Da Vinci Science Center Horse », sur Da Vinci Science Center
  5. « The Wyoming Horse », sur Da Vinci Science Center
  6. « Site officiel de l'artiste animalier Waj » (consulté le 9 juin 2015)
  7. « Léonard de Vinci est fou de Châteauvieux », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  8. « Exposition : Sculptures… à histoires ! », sur www.mediatheque.romorantin.com, (consulté le 4 juin 2015)
  9. « Exhibition Featuring Work of Leonardo da Vinci to Open at High Museum in Atlanta, October 2009 », High Museum of Art,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Bramly et Leonardo da Vinci, Le grand cheval de Léonard: le projet monumental de Léonard de Vinci, A. Biro, , 78 p. (ISBN 9782876600966)
  • Académie des inscriptions et belles-lettres, Institut de France, Journal des Savants, Éditions Klincksieck,