Charlotte Casiraghi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casiraghi.
Charlotte Casiraghi
Description de cette image, également commentée ci-après

Charlotte Casiraghi en 2010.

Nom de naissance Charlotte Marie Pomeline Casiraghi
Naissance (30 ans)
Monte-Carlo, Monaco
Nationalité Monégasque
Activité principale
Ambassadrice de Gucci
Autres activités
Ascendants

Charlotte Casiraghi, née le à Monaco, est un membre de la famille princière de Monaco.

Elle est connue comme une personnalité du monde de la mode et une cavalière ayant participé à plusieurs championnats d'équitation.

Fréquemment présente à la une de la presse people, Charlotte Casiraghi a également fait la couverture de l'édition française du magazine Vogue en juillet 2011. Depuis fin 2009, la jeune femme est par ailleurs l'égérie de la ligne hippique de la marque italienne Gucci.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Charlotte Casiraghi est la fille de Caroline de Monaco et de son deuxième époux, l'industriel italien Stefano Casiraghi (1960-1990). Elle a deux frères, Andrea (1984) et Pierre Casiraghi (1987). Du mariage de sa mère en 1999 avec le prince Ernest-Auguste de Hanovre, elle a une demi-sœur, la princesse Alexandra de Hanovre (1999).

Par sa mère, elle est la petite-fille du prince Rainier III de Monaco (1923-2005) et de son épouse l'actrice américaine Grace Kelly (1929-1982). Elle est la nièce du prince Albert II et de la princesse Stéphanie de Monaco.

Enfance[modifier | modifier le code]

Orpheline de père à l'âge de quatre ans, Charlotte Casiraghi quitte en 1990 Monaco avec sa mère et ses deux frères pour la petite ville de Saint-Rémy-de-Provence. Caroline de Monaco a alors l'intention de limiter l'exposition médiatique de ses enfants pour les protéger des journalistes[1].

À la fin des années 1990, elle voit entrer dans sa famille le prince Ernest-Auguste de Hanovre, qui devient son beau-père en 1999. Peu de temps après, la princesse Caroline donne le jour à une autre fille, Alexandra de Hanovre[2], et la famille déménage à Fontainebleau, près de Paris[1],[3].

Éducation et formation universitaire[modifier | modifier le code]

En 2000, Charlotte Casiraghi intègre le lycée François-Couperin de Fontainebleau, où elle suit des cours en philosophie de Robert Maggiori. Elle y passe son baccalauréat en juillet 2004 et obtient alors la mention très bien. Elle poursuit ses études en classe préparatoire aux grandes écoles, au lycée Fénelon, dans le but d'intégrer Normale Sup'. Elle échoue au concours d'entrée en [1].

En 2007, elle obtient une licence de philosophie à l'université Paris-Sorbonne[1],[4]. Elle effectue à la même époque deux stages dans le monde de l'édition : l'un chez Robert Laffont, à Paris, et l'autre au journal britannique The Independent, à Londres[5],[6].

Activités officielles[modifier | modifier le code]

En tant que membre de la famille princière de Monaco, Charlotte Casiraghi exerce quelques fonctions officielles dans son pays. Depuis 1997, elle est ainsi la marraine des forces de sécurité monégasques. Depuis 2006, elle participe chaque année au Bal de la rose, dont le but est de collecter des fonds pour la Fondation Princesse-Grace-de-Monaco.

En 2009 et 2011, elle accompagne son oncle, le prince Albert II, lors de la remise du trophée du Grand Prix automobile de Monaco. Surtout, depuis 2010, elle assume le rôle de présidente honoraire du Jumping International de Monte-Carlo, une fonction dans laquelle elle succède à sa mère.

Championnats d'équitation[modifier | modifier le code]

En 2001, Charlotte Casiraghi intègre l'équipe du champion d'équitation français Marcel Rozier. Entraînée successivement par Rozier et ses fils Philippe et Thierry, Charlotte participe alors à plusieurs compétitions juniors et amateurs de saut d'obstacles. En 2004, elle met toutefois sa passion pour l'équitation entre parenthèses afin de se consacrer pleinement à ses études[1],[6].

En , elle reprend sa pratique du saut d'obstacles avec Thierry Rozier. Peu de temps après, elle participe au Global Champions Tour avec GI Joe, un cheval de Jan Tops, à Valence[7], Monte-Carlo[8], Cannes, Estoril, Rio de Janeiro[9] et Valkenswaard. En juin suivant, Charlotte réalise sa première interview télévisée dans l'émission Stade 2, à laquelle elle est invitée pour parler de sa participation au championnat[10].

En 2010, elle renouvelle sa participation au Global Champions Tour avec les chevaux Troy et Tintero. Elle est alors choisie par Gucci pour devenir l'ambassadrice de sa ligne équestre[11]. La styliste Frida Giannini réalise désormais spécialement pour la jeune fille les tenues qu'elle porte durant ses compétitions[11].

Journalisme[modifier | modifier le code]

Charlotte Casiraghi a publié plusieurs articles dans la presse anglo-saxonne. Elle a ainsi écrit pour le supplément du dimanche du quotidien The Independent (fin 2007) et pour le magazine de mode AnOther (en janvier 2008)[5]. Son premier article, intitulé « Sole Mate » et consacré à la David Lynch/Christian Louboutin “Fetish” exhibition, est ainsi publié le 21 octobre 2007[12].

En 2009, elle est rédactrice au magazine Above avant de fonder, avec deux amies, Ever Manifesto, une revue gratuite centrée sur la mode écologique[5],[13],[14].

En 2015, avec Joseph Cohen, Robert Maggiori, et Raphael Zagury-Orly, elle fonde « Les Rencontres philosophiques de Monaco » et le « Prix Philosophie ». En octobre de la même année, elle participe à un entretien croisé avec André Comte-Sponville dans Philosophie Magazine. Le 28 novembre 2015, elle signe une critique du livre de philosophie Défense du secret d'Anne Dufourmantelle, dans Libération[15].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2007, Charlotte Casiraghi commence à fréquenter Alexander Dellal, fils de l'homme d'affaire anglo-iranien Guy Dellal[4].

De à , elle est en couple avec le comédien et humoriste Gad Elmaleh[16],[17]. Le couple à un enfant, Raphaël, né le [18].

Elle est aujourd'hui en couple avec Lamberto Sanfelice, un réalisateur et scénariste italien.

Titre et place dans l'ordre de succession monégasque[modifier | modifier le code]

Malgré son appartenance à la famille princière de Monaco et bien que quelques médias la qualifient régulièrement de « princesse »[19], Charlotte Casiraghi ne possède aucun titre de noblesse. Comme elle l'a déclaré elle-même dans l'interview qu'elle a donnée au magazine Vogue de septembre 2011 : « Je ne suis pas princesse [...]. Ma mère l'est, pas moi. Je suis la nièce d'un chef d'État et à ce titre, j'ai quelques devoirs de représentation, rien de très contraignant ou de très exceptionnel »[20].

Au 25 février 2017, Charlotte est en huitième position dans l'ordre de succession au trône de Monaco.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Couvertures de magazine[modifier | modifier le code]

Régulièrement présente à la une de la presse du cœur, la jeune femme est également apparue en couverture des :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Pauline Delassus, « Charlotte de Monaco Génération Glamour », Paris Match.com, 17 août 2011.
  2. Biographie de la princesse Caroline sur le site officiel de la principauté de Monaco.
  3. Biographie sur le site du magazine Elle.
  4. a et b Fiche biographique sur le site du magazine Gala.
  5. a, b et c (it) Antonella Amapane, « Charlotte Casiraghi: "Voglio una moda che non inquini il nostro pianeta" », La Stampa.it, 21 septembre 2009.
  6. a et b Stéphane Bern, « « Charlotte Casiraghi : “Ma mère est un exemple pour moi” », Le Figaro Madame, 19 juin 2011.
  7. « Spanish riding event draws Athina Onassis and Charlotte Casiraghi » dans Hello! du 8 mai 2009.
  8. « Charlotte and her famous family add royal allure to exclusive equestrian fixture » dans Hello! du 29 juin 2009.
  9. « Charlotte Casiraghi in Brazil » dans Rdujour du 3 août 2009.
  10. « Charlotte Casiraghi poised and passionate in first television interview » dans Hello! du 21 août 2009.
  11. a et b Vicki Woods, « Charlotte Casiraghi: Riding High » dans Vogue du 15 août 2010.
  12. Faran Krentcil, « Charlotte Casiraghi, Fashion Journalist » sur Fashionista du 25 octobre 2007.
  13. J.J. Martin, « Giving fashion an 'eco-boost' » dans The New York Times du 24 septembre 2009.
  14. EFE, « Carlota Casiraghi crea una publicación gratuita sobre temáticas alternativas » dans La Vanguardia du 21 septembre 2009.
  15. Élisabeth Philippe, « Charlotte Casiraghi - Femme de tête », Vanity Fair n°41, novembre 2016, pages 78-85.
  16. « « Gad Elmaleh en couple avec Charlotte Casiraghi ? », RTL.be, 12 janvier 2012.
  17. « Charlotte Casiraghi : La fille de Caroline de Monaco s'affiche avec l'humoriste et comédien », Gala.fr, 24 mars 2013.
  18. « Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh parents d'un petit Raphaël ! », Le Point.fr, 18 décembre 2013.
  19. Coraline Lussac, « Princesse jusqu'au bout des ongles » dans Gala du 2 avril 2008.
  20. « Charlotte Casiraghi dans les yeux » dans Vogue Paris, no 920, septembre 2011, p. 390.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Charlotte Casiraghi » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Presse générale en ligne[modifier | modifier le code]

Mode et presse féminine[modifier | modifier le code]

Presse du cœur[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]