Basilique Saint-Antoine (Padoue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Saint-Antoine
Image illustrative de l'article Basilique Saint-Antoine (Padoue)
La Basilique Sant'Antonio de Padoue
Présentation
Nom local Basilica di Sant'Antonio
Culte Catholique romain
Type Basilique
Début de la construction 1238
Fin des travaux 1310
Style dominant Roman et gothique
Site web http://www.basilicadelsanto.org/
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Vénétie
Ville Padoue
Coordonnées 45° 24′ 05″ N 11° 52′ 48″ E / 45.401389, 11.8845° 24′ 05″ Nord 11° 52′ 48″ Est / 45.401389, 11.88

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

(Voir situation sur carte : Vénétie)
Basilique Saint-Antoine

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique Saint-Antoine

La basilique Saint-Antoine de Padoue (Basilica di Sant'Antonio da Padova en italien) est la plus grande église de la ville de Padoue en Italie et la plus visitée. Elle n'est néanmoins pas la cathédrale padouane, titre qui revient au Dôme de Padoue. La place proche accueille la statue du Gattamelata, œuvre de Donatello. Ce dernier réalisa également dans l'église le maître-autel, la barrière du chœur et un crucifix. Elle est dédiée à saint Antoine de Padoue ou Lisbonne, un moine franciscain portugais du XIIIe siècle, docteur de l'Église.

Architecture[modifier | modifier le code]

Son style est hétéroclite avec une façade romane, des coupoles byzantino-vénitienne, une tour conique, des clochers et intérieur gothiques.

Son plan basilical est à croix latine, à trois nefs. Elle comprend six chapelles et plusieurs cloîtres, celui du chapitre dit « du Magnolia », celui du noviciat, celui du « bienheureux Luca » dit aussi « du général », gothique de 1435, qui permet d'accéder au musée d'art sacré et de la dévotion antonienne et à la bibliothèque antonienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le corps de saint Antoine fut enterré en 1231 dans la petite église Santa Maria Mater Domini (« Sainte Marie Mère de Dieu »), incorporée ensuite à la basilique, dans la chapelle de la Vierge Noire.

La construction de la basilique décidée, un an après la mort de saint Antoine de Padoue, commença en 1238 et se continua jusqu'en 1310.

D'abord église franciscaine à une seule nef et une petite abside, s'y ajoutèrent les deux nefs latérales entre 1256 et 1310.

L'aspect de la basilique continua d'être modifié jusqu'au XVe siècle, surtout après l'incendie puis l'écroulement d'un clocher. Les travaux du XVe siècle incluent le ré-haussement du déambulatoire, la réorganisation du chœur avec l'installation d'un jubé. Pietro Lombardo, fils de Martino da Canova, sculpteur et architecte, travailla beaucoup dans la basilique jusqu'à l'âge de 29 ans, en 1464, où il sculpta notamment le monumento di Antonio Roselli et la lapide sepolcrale di Jacopo Pavini (« pierre tombale de Jacopo Pavini »).

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le maître-autel

Sur l'autel datant de 1895 de Camillo Boito, figure un ensemble des statues représentant la Vierge à l'Enfant et les six saints patrons de la ville dont Prosdocime et Ludovic, un crucifix, toutes œuvres en bronze de Donatello, rassemblées ici après le déplacement d'un précédent autel ainsi que ses bas-reliefs[1] de la Vie de saint Antoine qualifiés « de plus beaux bas-reliefs du monde » par André Suarès[2].

La chapelle Saint-Antoine

Le tombeau de saint Antoine, de Tiziano Aspetti (fin XVIe siècle) nommé l'« Arche », trône au centre et supporte les statues de saint Antoine entouré de saint Bonaventure et saint Louis d'Anjou (les fidèles tournent autour pour toucher l'arrière du caisson) La chapelle s'ouvre sur la nef latérale par une façade en arcades à quatre colonnes et pilastres latéraux surmontée de médaillons en tondo des bustes des quatre évangélistes.

  • hauts-reliefs des miracles de saint Antoine sur les flancs de la chapelle :
    • Saint Antoine reçoit l'habit franciscain, d'Antonio Minello (1512),
    • Le mari jaloux poignarde sa femme et dans le cintre Saint Antoine intercède auprès de Dieu pour le miracle de Giovanni Rubino (entre 1524 et 1529), complétés par Silvio Cosini entre 1534 et 1536,
    • Saint Antoine ressuscite une jeune fille par Danese Cattaneo (1512),
    • Saint Antoine ressuscite une jeune fille signé de Jacopo Sansovino (entre sa commande de 1536 et la fin de sa réalisation de 1563),
    • L'Enfant ressuscité, commencé par Antonio Minello entre 1520 et 1528, complété par Jacopo Sansovino en 1534,
    • Le Cœur de l'avare défunt de Tullio Lombardo (signé et daté de 1525),
    • Saint Antoine rattache le pied d'un jeune garçon de Tullio Lombardo (même date),
    • Miracle du verre resté intact,
    • Saint Antoine fait parler le nouveau-né d'Antonio Lombardo, frère cadet de Tullio.
  • peintures
La Chapelle du Bienheureux Luc Belludi 

(ou de saint Philippe et saint Jacques le Mineur, apôtres), dédiée au bienheureux Luc Belludi, compagnon et successeur de saint Antoine. Fresques de l'artiste florentin Giusto de' Menabuoi qui datent de la seconde moitié du XIVe siècle (1382).

La chapelle du Saint-Sacrement ou Chapelle des Gattamelata

Carrée, de style gothique à quatre colonnes et voûte à nervures, elle date de 1458. Elle comporte une œuvre de Lodovico Pogliaghi en fond derrière l'autel (entre 1927 et 1936)

La chapelle Saint-Jacques ou Saint-Félix

Située symétriquement à la chapelle Saint-Antoine, dans le transept droit, elle fut élevée pour la famille Lupi di Soragna, et décoré par l'architecte et sculpteur Andriolo de Santi en 1370, date à laquelle Altichiero da Zevio termina sa Crucifixion.

La chapelle des Bénédictions

Nommée ainsi pour le passage des souvenirs votifs, elle comporte des fresques :

  • de Pietro Annigoni sur le Péché originel,
  • le Prêche aux poissons de saint Antoine (1981) qui commémore l'événement survenu en 1223 à Rimini,
  • Le Saint affronte le tyran Ezzelino da Romano (1982),
  • La Crucifixion (1982)
La chapelle du Trésor ou chapelle des Reliques

De style baroque, en 1745 les reliques de saint Antoine y furent transportées : trois niches avec de nombreux reliquaires en or, des anciens vœux, des objets liturgiques et sacrés. La niche centrale abrite le reliquaire du XIVe siècle du menton de saint Antoine et celui de la croix en cristal, réalisé en 1437, et ceux du XVe siècle de la langue et de l'appareil vocal du saint. Sont visibles également le froc et les deux premières châsses où furent placés les restes mortels du Saint.

La chapelle de la Vierge Noire

C'est la chapelle de l'ancien couvent franciscain où saint Antoine passa la dernière période de sa vie. Statue de la Vierge de Rinaldino di Puy-L'Evèque.

la chapelle Saint-François

Peinte à fresque par Adolfo de Carolis en 1928 et Ubaldo Oppi en 1939 ; monument à Cassandra Mussato (+1506)

Le chœur-presbytère

Chœur décoré par Achille Casanova entre 1903 et 1939, qui comportaient des stalles gothiques de Lorenzo et Cristoforo Canozzi (1462-1469) qui furent détruites par un incendie en 1749, et remplacées au XVIIIe siècle.

La sacristie
  • Fresques de Saint Antoine prêchant aux poissons et du Verre jeté à terre et resté intact de Girolamo Tessari (1528),
  • Fresques de la Gloire de saint Antoine de Pietro Liberi (1665),
  • Fresque de La Vierge à l'Enfant entre saint François et saint Antoine sur la lunette de la porte.

Les cloîtres[modifier | modifier le code]

Quatre cloîtres : Du Chapitre, du Général, du bienheureux Belludi, des Novices.

Autres bâtiments connexes[modifier | modifier le code]

  • l'Oratoire Saint-Georges de Padoue, dont les parois de la chapelle sont entièrement décorées de fresques par Altichiero da Zevio
  • La Scuola di Sant'Antonio dite Scoletta (XVe siècle), la petite église de l'archiconfrérie de saint Antoine qui comporte une salle de conférence au premier étage avec les peintures de Titien jeune (1511) des miracles de saint Antoine :
    • Miracle du nouveau-né disculpant sa mère accusée d'adultère,
    • Miracle du pied recousu
    • Miracle de la mule pendant l'Eucharistie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. peu appréciés à leur livraison, ils sont délaissés et dispersés et ils ne sont remis en place qu'en 1895.
  2. Voyage du Condottière.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]