Pennes-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pennes-le-Sec
Image illustrative de l'article Pennes-le-Sec
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Le Diois
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Marielle Peyroche
2015- en cours
Code postal 26340
Code commune 26228
Démographie
Gentilé Pennois, Pennoises[1]
Population
municipale
28 hab. (2014)
Densité 3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 20″ nord, 5° 19′ 09″ est
Altitude Min. 421 m – Max. 1 339 m
Superficie 9,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Pennes-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Pennes-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pennes-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pennes-le-Sec

Pennes-le-Sec est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pennes-le-Sec est située à 18 km à l'ouest de Luc-en-Diois (chef-lieu du canton) et à 24 km au sud de Die.

Les communes les plus proches sont Rimon-et-Savel, Aucelon, Pradelle et Brette.

Ce village reconstruit de la Drôme provençale, haut perché, situé à 792 mètres d'altitude, est la seule commune de France à n'appartenir en totalité qu'à un seul propriétaire foncier : 931 hectares (cf. cadastre). Le relief est notamment marqué par le col de Pennes.

La commune est arrosée par la Roanne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fief des évêques de Die, puis, au XVIIe siècle, des Duvivier.

Le village fut presque abandonné jusqu'en 1946 quand un Grenoblois nommé Charles Piot décida de s'y installer et de le faire renaître. Il y vécut de 1946 jusqu'à son décès[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Georgette Giroud    
février 2003 mars 2008 Henry Cacheux    
mars 2008 mars 2014 Rémi Bonnefoy    
mars 2014 décembre 2015 Antoine Colangelo[3] SE  
décembre 2015 en cours Marielle Peyroche    

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections législatives de 2017, aucun électeur du village — y compris la maire — n'a émis un bulletin de vote[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 28 habitants, en augmentation de 33,33 % par rapport à 2009 (Drôme : 3,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
107 84 101 100 124 114 97 112 99
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
109 101 86 81 74 60 69 72 67
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
47 46 40 37 19 17 18 6 22
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
46 48 57 24 12 20 18 26 28
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Stèle de Charles Piot.
  • Chapelle catholique.
  • Temple protestant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Piot.
  • Claude Giroud.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_pennes-le-sec_26228.html
  2. « Collection Sur Les Lieux De : Pennes le sec, histoire d’un village privé », France Culture,‎ (lire en ligne)
  3. Pennes-le-Sec sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 31 octobre 2014).
  4. Gérard Méjean, « Législatives : le village aux 100 % d’abstention », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :