Recoubeau-Jansac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Recoubeau-Jansac
Recoubeau-Jansac
L'ancienne gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Jean-Pierre Rouit
2020-2026
Code postal 26310
Code commune 26262
Démographie
Gentilé Recoubeaulois, Recoubeauloises
Population
municipale
269 hab. (2017 en augmentation de 3,46 % par rapport à 2012)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 17″ nord, 5° 24′ 49″ est
Altitude Min. 474 m
Max. 1 297 m
Superficie 12,96 km2
Élections
Départementales Canton du Diois
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Recoubeau-Jansac
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Recoubeau-Jansac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Recoubeau-Jansac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Recoubeau-Jansac

Recoubeau-Jansac est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Recoubeaulois et Recoubeauloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Recoubeau.

Recoubeau-Jansac est située à 5 km au nord-ouest de Luc-en-Diois (chef-lieu du canton) et à 12 km au sud de Die.

Rose des vents Barnave Barnave Menglon Rose des vents
Barnave N Menglon
O    Recoubeau-Jansac    E
S
Aucelon Montlaur-en-Diois Luc-en-Diois

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Recoubeau[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 1220 : Castrum de Ricobel (cartulaire de Die, 62).
  • 1372 : Recoubel (inventaire Morin-Pons, I, 629).
  • 1509 : mention de l'église : Ecclesia parrochialis Sancti Johannis de Ricobello (visites épiscopales).
  • 1533 : Ricobeau (archives de la Drôme, E 2230).
  • 1615 : Ricoubeaux (archives de la Drôme, E 5751).
  • 1631 : Ricoubeau (archives de la Drôme, E 6484).
  • 1760 : Roquebeau (archives de la Drôme, C 27).
  • 1891 : Recoubeau, commune du canton de Luc-en-Diois.

Jansac[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[2] :

  • 1200 : Genzac (cartulaire de Die, 27).
  • 1227 : Castrum de Gentiaco (cartulaire de Die, 31).
  • 1230 : Castrum de Gensac (cartulaire de Die, 32).
  • 1705 : Gensac (dénombrement du royaume).
  • 1788 : Jeansac (Alman. du Dauphiné).
  • 1891 : Jansac, commune du canton de Luc-en-Diois.

Recoubeau-Jansac[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Recoubeau[modifier | modifier le code]

Jansac[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Recoubeau[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[1] :

  • Au point de vue féodal, Recoubeau était une terre du fief des comtes de Diois puis des évêques de Die.
  • Elle passe (par héritage) des comtes de Diois aux (d')Agoult.
  • 1241 : passe aux Artaud d'Aix.
  • 1580 : les Montauban se qualifient de barons de Recoubeau.
  • 1634 : la terre est vendue aux Ducros.
  • Fin XVIIe siècle : passe aux Alléoud.
  • Vers 1762 : passe aux La Tour.
  • 1765 : passe aux Plan de Sièyes.
  • 1775 : vendue aux Gueymard, derniers seigneurs.

Pendant les guerres de Religion, le bourg reste catholique[3].

Avant 1790, Recoubeau était une communauté de l'élection de Montélimar, de la subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die, dont l'église, dédiée à saint Jean-Baptiste, était celle d'une commanderie de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui fut unie à celle de Valdrôme au XVIe siècle. Les dîmes appartenaient, en partie au chapitre de Die, en partie à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (voir Le Prieuré)[1].

Le Prieuré

Ancienne commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, unie à celle de Valdrôme dès le XVIe siècle et dont le titulaire avait la plus grande partie des dîmes de la paroisse[4]

  • 1240 : Preceptoria hospitalis Jerosolimitani de Ricobello (J. Chevalier, Histoire de Die, I, 482).
  • XIVe siècle : Preceptoria de Ricobello (pouillé de Die).
  • 1449 : Preceptoria Ricobelli (pouillé hist.).
  • 1891 : Le Prieuré, ferme de la commune de Recoubeau.

De la Révolution à 1975[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune fait partie du canton de Luc-en-Diois[1].

En 1853, le château accueille un couvent pour orphelines. S'y est ajouté une usine pour le travail de la soie.
En 1961, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge fait l'acquisition du château pour y installer un IMP (Institut médico-pédagogique auquel s'est ajouté un CAT (Centre d’aide par le travail)[réf. nécessaire].

Jansac[modifier | modifier le code]

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

Présence romaine[3].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[2] :

  • Au point de vue féodal, Jansac était une terre probablement possédée par les Artaud d'Aix.
  • Elle passe aux Mévouillon.
  • 1227 : vendue aux évêques de Die.
  • Aliénée par les évêques
  • 1329 : possession des Morges.
  • 1540 : possession des Brotin.
  • 1564 : passe (par mariage) aux Monteynard (encore seigneurs de Jansac en 1601).
  • Passe aux Borel de Ponsonas. La terre leur est longtemps disputée par les Odde de Bonniot.
  • Peu après 1725 : elle est vendue aux Gilbert, derniers seigneurs.

Avant 1790, Jansac était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest et du bailliage de Die, formant une paroisse du diocèse de Die, dont l'église était dédiée ) saint Jean-Baptiste. La cure était de la collation de l'évêque diocésain et les dîmes appartenaient au curé[2].

De la Révolution à 1975[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune fait partie du canton de Luc-en-Diois[2].

Recoubeau-Jansac de 1975 à nos jours[modifier | modifier le code]

En décembre 1975[réf. nécessaire] (ou 1976[3]), les deux communes fusionnent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1989 Charles Monge DVD Président du Conseil Général (2001-2002)
1989 en cours Jean-Pierre Rouit[5] DVD Chef d'entreprise

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2017, la commune comptait 269 habitants[Note 1], en augmentation de 3,46 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
145164126171169197191172203
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
248307251259336329541313353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311207267203188170170226135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
158184164208197207228247271
2017 - - - - - - - -
269--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Population 1962-2008.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : le dernier dimanche d'août[3].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : polyculture, vignes (vins AOC Châtillon-en-Diois et "Clairette de Die), ovins, volailles[3].

  • Foire : le 12 avril[3].

Artisanat[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Gare de Recoubeau.
Ancienne halle à marchandises de la gare de Recoubeau.
Village de Jansac.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Recoubeau
  • Château de Recoubeau : quatre tours d'angle remanié au XXe siècle[réf. nécessaire].
    • Château et couvent[3].
  • Église du XIXe siècle[3].
  • Ancienne gare de Recoubeau sur la ligne de Livron à Aspres-sur-Buëch.
  • Ancienne halle à marchandises de la gare de Recoubeau (France-Drôme).
Jansac
  • Petit village perché[3].
  • Site du château médiéval de Jansac détruit au XXe siècle[réf. nécessaire].
  • Église d'origine romane (située sur un à-pic)[3].
  • Moulin de Jansac. Ses abords sont inscrit (SI)[3].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Recoubeau-Jansac possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 298 (Recoubeau)
  2. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 182 (Jansac)
  3. a b c d e f g h i j et k Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Recoubeau-Jansac
  4. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 290 (Le Prieuré)
  5. Recoubeau-Jansac sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 31 octobre 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.