Collision aérienne de Villa Castelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collision aérienne
de Villa Castelli
Un Aérospatiale AS350 Écureuil similaire aux deux appareils impliqués dans la collision.
Un Aérospatiale AS350 Écureuil similaire aux deux appareils impliqués dans la collision.
Caractéristiques de l'accident
Date
Type Collision en vol
Causes erreur de pilotage
Site Villa Castelli (Argentine)
Coordonnées 29° 00′ 30″ sud, 68° 13′ 09″ ouest
Caractéristiques des appareils
Type d'appareil Aérospatiale AS350 Écureuil
Aérospatiale AS350 Écureuil
Compagnie Province de La Rioja Province de Santiago del Estero
No  d'identification LQ-CGK LQ-FJQ
Phase Décollage
Passagers 8
Équipage 2
Morts 10
Blessés 0
Survivants 0

Géolocalisation sur la carte : Amérique du Sud

(Voir situation sur carte : Amérique du Sud)
Collision aériennede Villa Castelli

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Collision aériennede Villa Castelli

La collision aérienne de Villa Castelli est un accident qui s'est produit entre deux hélicoptères le vers 17 h 00 locales (20h00 UTC[1]) à proximité de Villa Castelli en Argentine lors du tournage de l'émission de téléréalité Dropped produite par Adventure Line Productions pour TF1.

Les dix personnes à bord des deux hélicoptères sont toutes décédées dans l'accident[2] dont trois des champions sportifs français candidats, la navigatrice Florence Arthaud, la nageuse Camille Muffat et le boxeur Alexis Vastine.

Déroulement du vol[modifier | modifier le code]

La collision met en cause deux hélicoptères de type AS 350 Écureuil[3] transportant chacun cinq personnes, un pilote assis à droite et quatre passagers :

  • l'appareil LQ-FJQ, reconnaissable à sa livrée rayée[4], parti en premier avec à son bord l'équipe de prise de vue, dont un cameraman en place arrière gauche, porte ouverte[1] ;
  • l'appareil LQ-CGK qui transportait les 3 concurrents à l'arrière et un caméraman à l'avant[1] et dont le dessous du fuselage est peint en couleurs sombres[5].

Les deux hélicoptères avaient décollé deux minutes plus tôt d'un terrain dégagé, en bordure du village[6] et revenaient vers celui-ci pour les besoins du film[7],[8], à quelque 80 m de haut et à une distance d'environ 90 mètres l'un de l'autre. L'appareil de prise de vues volait en premier, en léger virage à gauche[9],[10], avec une inclinaison de 15°[1], le second (celui des concurrents) le rattrapait peu à peu par sa gauche, jusqu'à la collision en vol[11]. Les deux rotors se heurtent et se brisent[12],[13]. Dès lors, les deux Écureuil, privés de toute portance, tombent en chute libre et percutent le sol, entraînant un incendie et le décès de tous leurs occupants[1].

Les conditions de visibilité étaient bonnes mais avec de forts vents et une turbulence habituels dans cette région proche de la cordillère des Andes[14] située à 1321 m d'altitude. Des témoignages sur place[15], comme l'analyse des vidéos[16], laissent penser à une erreur de pilotage et non à une panne. Les pilotes des appareils auraient pu perdre de vue l'hélicoptère qu'ils côtoyaient ou être perturbés par les nécessités des prises de vue[16].

Émission[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dropped.

L'émission de téléréalité d'aventure Dropped est la version française de l'émission suédoise Det största äventyret (« La grande aventure »). Produite par Adventure Line Productions (producteur de La Carte au trésor qui utilisait déjà des hélicoptères) et tournée en Argentine, elle devait être diffusée sur TF1 à l'été 2015.

Au moment de l'accident, l'émission en était à sa seconde semaine de tournage. Elle impliquait huit sportifs ou ex-sportifs de haut niveau : Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine de l'équipe des « bleus » sont montés dans le premier hélicoptère les yeux bandés après qu'on leur eut fait faire plusieurs tours sur eux-mêmes pour les désorienter avant de les déposer en pleine nature dans la Quebrada del Yeso[17], le deuxième hélicoptère transportant l'équipe de prise de vue.

Des autres participants au jeu, le footballeur Sylvain Wiltord était déjà éliminé et rentré en France, le patineur artistique Philippe Candeloro, le nageur Alain Bernard, la cycliste Jeannie Longo et la snowboardeuse suisse Anne-Flore Marxer, de l'équipe des « rouges », attendaient une prochaine rotation à quelques centaines de mètres de l'accident[18].

Le tournage a été arrêté, les équipes et les candidats ont été rapatriés en France le 13 mars après avoir été entendus par le juge fédéral[19],[18].

Deux ans après la mort d'un candidat et le suicide du médecin de Koh-Lanta (déjà produite par ALP pour TF1), il s'agit de « la tragédie la plus mortelle jamais survenue dans l'histoire de la téléréalité[20] ».

Victimes[modifier | modifier le code]

L'accident fait dix morts : trois candidats français, la navigatrice Florence Arthaud, surnommée « la petite fiancée de l'Atlantique[21] », 57 ans, l'ancienne nageuse Camille Muffat, championne olympique 2012, 25 ans, et le boxeur Alexis Vastine[22], médaillé olympique 2008, 28 ans, deux pilotes argentins, Juan Carlos Castillo et César Roberto Abate, et cinq employés français de la production audiovisuelle Adventure Line Productions, le réalisateur Laurent Sbasnik, la journaliste Lucie Mei-Dalby, le chef de projet Volodia Guinard, l'ingénieur du son Édouard Gilles et le cameraman Brice Guilbert[23].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hélicoptères et pilotes[modifier | modifier le code]

Les hélicoptères argentins, tous deux de type AS 350 B3 Écureuil, fabriqués par Airbus Helicopters, étaient :

  • l'Écureuil immatriculé LQ-CGK, numéro de série 7041, fabriqué en 2010[5], appartenant à l'État provincial de la Rioja et piloté par Juan Carlos Castillo[17], 50 ans, originaire de Mendoza ; militaire à la retraite, vétéran de la Guerre des Malouines[24], il a couvert le rallye Dakar et participé à des opérations de sauvetage[25] ;
  • l'Écureuil immatriculé LQ-FJQ, numéro de série 7574, fabriqué en 2012[4], appartenant à la province de Santiago del Estero[26] et piloté par César Roberto Abate, 58 ans[27], de Santiago[28], ancien pilote militaire, pilote de ligne et instructeur, travaillant pour la province depuis 1994 ; il était prêté dans le cadre d'une convention de réciprocité entre les deux provinces[29].

Le premier aéronef devait transporter les équipes entre Villa Castelli et Quebrada del Yeso, conformément à la Convention de collaboration entre le Secrétariat du tourisme du gouvernement de la province de La Rioja et la maison de production Adventure Line Production[1], aucun autre hélicoptère n'étant disponible localement, et comme cela s'est pratiqué pour le Dakar ; le second avait été sollicité la veille pour compléter l'activité[1]. Cependant, l'utilisation, pour une émission privée de télévision, de ces hélicoptères financés par des fonds publics et en principe dédiés à des opérations de sauvetage a fait polémique[29].

Les pilotes étaient tous deux très expérimentés ; pilotes officiels du gouvernement de leur province, ils connaissaient très bien la zone et ses conditions aérologiques[28].

Enquêtes[modifier | modifier le code]

Une enquête de sécurité a été ouverte par la Junta de Investigación de Accidentes de Aviación Civil (JIAAC)[30], équivalent argentin du BEA ; ce dernier a également dépêché sur place deux enquêteurs accompagnés d'un conseiller d'Airbus Helicopters et d'un conseiller de Turbomeca[31].

S'agissant d'un accident aérien, c'est un juge fédéral, Daniel Herrera, qui a pris en charge l'enquête judiciaire entamée par le juge d'instruction de la Rioja, Virginia Illanes Bordón[32].

Une enquête judiciaire pour homicide involontaire a également été ouverte par le parquet de Paris le , procédure usuelle pour tous les accidents aériens mortels dans lesquels sont impliqués des citoyens français à l'étranger, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens (GTA). Celle-ci a envoyé sur place cinq gendarmes dont deux enquêteurs de la GTA et trois experts de l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN)[33].

Une autopsie des victimes est demandée pour l'enquête. Les dix corps carbonisés étant méconnaissables[34], les experts argentins attendent leurs homologues français, les trois experts légistes de l'IRCGN, pour pouvoir les identifier grâce aux tests ADN ou aux données dentaires[35].

Conclusions[modifier | modifier le code]

Le rapport final d'enquête[1] est publié le 17 décembre 2015 par la JIAAC.

Aucune anomalie concernant les hélicoptères, leur masses et centrages, le carburant, l'état de santé des pilotes n'a été mise en évidence.

Les deux hélicoptères n'étaient pas équipés de boîtes noires enregistrant les paramètres de vol et les conversations des pilotes et passagers[36]. Le BEA a tenté d'extraire des données des équipements avioniques mais leur état ne l'a pas permis. Le vol avait été précédé d'un briefing mais les échanges radios n'ont pas pu être reconstitués, l'équipe au sol ne disposant pas de radio[1].

Les trajectoires approximatives ont été reconstituées à partir des deux vidéos disponibles[37]. Aucune manœuvre évasive ne semble avoir été réalisée avant l'abordage, les pilotes ayant pu être gênés par le soleil, l'angle mort, les passagers et les montants de pare-brise, et subir des pressions liées aux prises de vues. Les enquêteurs concluent à un problème de détection visuelle[1].

Réactions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Rapport final LQ-CGK / LQ-FJQ de de la Commission d'enquête des accidents de l'aviation civile (JIAAC) en espagnol, anglais, français »
  2. « Drame de «Dropped» : qui étaient les dix victimes », sur Le Parisien, (consulté le 10 mars 2015)
  3. (es)Choque de helicópteros en Argentina: 10 fallecidos
  4. a et b (en) « eurocopter AS350B3 Ecureuil c/n 7574 », sur helis.com
  5. a et b (en) « eurocopter AS350B3 Ecureuil c/n 7041 », sur helis.com
  6. « Crash en Argentine: les villageois présents lors du décollage témoignent », sur BFM-TV
  7. Accident d'hélicoptère en Argentine : les images de la collision
  8. « Dropped: le crash d'hélicoptères est-il dû à une erreur de pilotage? », sur bfmtv.com,
  9. Émission Envoyé Spécial de France 2 du 26/03/2015.
  10. contrairement aux commentaire d'Envoyé spécial, le second appareil est plus bas, et il semble qu'en dernier il soit au contraire en virage à droite
  11. Le Parisien : «Dropped» : des images montrent le choc des hélicoptères sous un autre angle
  12. http://www.minutorioja.com.ar/noticia.php?id=128
  13. « Crash d'hélicoptères en Argentine: 10 morts dont 3 champions français », sur rfi.fr,
  14. « Tournage de "Dropped" : ce que l'on sait du crash en Argentine », sur Le Point,
  15. « Crash en Argentine : ouverture d'une enquête à Paris pour homicides involontaires », sur Francetvinfo, (consulté le 10 mars 2015).
  16. a et b « Crash en Argentine : les questions qui se posent après l'accident entre les deux hélicoptères », sur francetvinfo,
  17. a et b (es) « Clarin.comSociedadSociedad10/03/15 Chocaron dos helicópteros en pleno vuelo: 10 muertos », sur Clarin.com,
  18. a et b Sylvain Labbe, « Bernard, Candeloro : paroles de survivants… », sur sports.fr/, .
  19. « Dix morts dont Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine dans un crash d'hélicoptère en Argentine », sur libération.fr, (consulté le 10 mars 2015).
  20. « Champions français tués : quel est le concept de l'émission "Dropped" ? », sur Sud Ouest, .
  21. PHOTOS. Florence Arthaud, "la petite fiancée de l'Atlantique"
  22. Sébastien Nieto, « Crash en Argentine : Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine parmi les victimes », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  23. « Mort de huit français en Argentine : les images des lieux du crash », Le Monde, .
  24. (en)The Guardian
  25. (es) « "Para mi marido era un vuelo sencillo", dijo la mujer de uno de los pilotos fallecidos », sur Clarín
  26. (es) « Clarin.comSociedadSociedad10/03/15 Chocaron dos helicópteros en pleno vuelo: 10 muertos », sur Clarin.com,
  27. ou 50 ans, d'après d'autres sources : (es) « Piloto santiagueño falleció en choque de helicópteros en la Rioja », sur Diario El Provincial
  28. a et b (es) « Roberto Abate tenía una gran experiencia y hace pocos días ayudó a los inundados », sur El Liberal
  29. a et b (es) « El uso de un helicóptero oficial para la TV generó polémica », sur Clarín
  30. (es) « [INFO] », JIAAC, (consulté le 10 mars 2015)
  31. « Accident survenu en Argentine, entre deux Airbus Helicopters AS 350, lundi 9 mars 2015 », sur bea.aero, (consulté le 10 mars 2015).
  32. « Crash d'hélicoptères: un juge fédéral argentin reprend l'enquête », sur Var-Matin, .
  33. « Crash en Argentine: cinq gendarmes français commencent l'enquête », sur L'Express, .
  34. « Crash en Argentine. Les inspecteurs du BEA attendus sur place », sur Ouest-France, .
  35. « Crash en Argentine : les enquêteurs veulent avancer vite », sur La Nouvelle République, .
  36. Joël Ignasse, « Crash d’hélicoptères : quelles mesures de sécurité à bord ? », sur Sciences et Avenir, .
  37. (es) « Video - recreación del accidente de helicópteros en Villa Castelli, La Rioja - Fuente: JIAAC/BEA », sur YouTube,
  38. « Accident en Argentine », sur elysee.fr, .
  39. « Crash en Argentine : "La France est attristée", dit Manuel Valls », sur bfmtv.com, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :