Fourmetot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fourmetot
Fourmetot
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Pont-Audemer
Intercommunalité Communauté de communes de Pont-Audemer / Val de Risle
Statut Commune déléguée
Maire délégué Daniel Bussy
2019-2020
Code postal 27500
Code commune 27263
Démographie
Gentilé Fourmetotois
Population 685 hab. (2016 en augmentation de 8,9 % par rapport à 2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 56″ nord, 0° 34′ 22″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 134 m
Superficie 10,02 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Le Perrey
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Fourmetot
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Fourmetot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Fourmetot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Fourmetot

Fourmetot est une ancienne commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie. Depuis le , elle est une commune déléguée du Perrey.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fourmetot est une commune du nord-ouest du département de l'Eure en région Normandie. Située dans la région naturelle du Roumois[1], elle occupe un territoire compris entre la vallée de la Risle, le Marais-Vernier et la Seine. Par ailleurs, elle appartient au parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné en tant que Formetot au XIIIe siècle[3].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -tot, appellatif toponymique issu du vieux norrois topt, toft « emplacement, établissement, ferme » resté -toft en Grande-Bretagne et au Danemark, devenu -tótt en Islande. Il est fréquent dans le Roumois : Routot, Colletot, etc.

Le premier élément Fourm- parait représenter un anthroponyme, peut-être Formald[us][4], qui est rarement attesté à époque ancienne. L’effacement du second élément d'un anthroponyme composé (ici -ald) est récurrente dans la toponymie normande, notamment dans les noms de lieux attestés seulement à partir du XIIe siècle. -ald a pu se réduire à -o avant de s'effacer. Formald est par métathèse de [r] une variante du nom de personne germanique occidental Frumwald qui a donné également Fromolt, nom qui s'accorde sans doute mieux avec les formes de Fort-Moville (Formovile 1205) situé à 14 km et qui repose vraisemblablement sur le même nom de personne. -olt a pu se réduire à -o avant de s'effacer en -e. Par ailleurs, on note en vieux suédois l'utilisation du nom de personne germanique sous la forme Fromhold qui convient aussi.

Il existait aussi un nom de lieu Formetuit à 6 km, ancien nom de Saint-Laurent à Corneville-sur-Risle (Capellam S. Laurentii, vulgo de Formetuit en 1147, combiné à l'élément -tuit, appellatif issu du vieux norrois þveit « essart »). Il s'agit sans doute du même personnage, comme dans les lieux voisins Appeville-Annebault, Aptot et Aptuit (parfois écrit à tort Aptuy), basé sur un Scandinave nommé Api[5].

Lilletot est attesté sous la forme Licteltot vers 1055, formé avec le scandinave topt, toft comme le précédent, précédé de l'adjectif littil « petit »[6] que l'on rencontre également dans Lillebec, ancien nom d'un petit ruisseau, sur la commune de Pont-Audemer.

Les communes de Fourmetot et de Lilletot ont été réunies le pour ne former que l'unique commune de Fourmetot avec ses hameaux dénommés : le Chouquet (« la petite souche »), la Barre (« la barrière »), le Hameau Thomas, le Hamel (« le hameau »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les principales généralités historiques sont les suivantes :

La terre fut donnée au XIe siècle à l'abbaye Saint-Pierre de Préaux, peut-être à la suite d'une donation des descendants de ce Formaldus.

On trouvait en 1833, 2 cabaretiers, 1 épicier, 1 cordonnier, 2 maréchaux, 3 tisserands, 4 maçons, 6 charpentiers, 3 menuisiers, 4 couvreurs, 3 charrons et 12 mendiants…

Possède des vestiges préhistoriques et antiques. Passage de la voie romaine Aizier - Pont-Audemer.

En 1843, la commune de Lilletot est absorbée.

Le , elle fusionne avec Saint-Thurien et Saint-Ouen-des-Champs pour constituer la commune nouvelle du Perrey dont la création est actée par un arrêté préfectoral du [7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 En cours Daniel Bussy LR Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 décembre 2018 Daniel Bussy UMP-LR Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2016, la commune comptait 685 habitants[Note 1], en augmentation de 8,9 % par rapport à 2011 (Eure : +1,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
715675684626666657645700693
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
646652647604546515505483458
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
435436410402417378421432411
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
441384386434520552643632682
2016 - - - - - - - -
685--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Fourmetot compte un édifice inscrit au titre des monuments historiques :

  • L'église Notre-Dame, édifice Logo monument historique Inscrit MH (1932)[12]. Elle offre un mélange de roman et de gothique (tour romane). Ce furent les ducs de Normandie et, après eux, les rois de France qui eurent le patronage de l'église de Fourmetot.

Autres édifices :

  • Château du Hamel (XVIe siècle) ;
  • Manoir de la Croisée - porche sur la V.C.ll XVIIe siècle (l640) ;
  • Ferme de l'Épinay (XIe siècle) ;
Plaque commémorative ferme de l'Épinay.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Parc naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • La cavité de la Béranguerie[14].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Roumois », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 27 mars 2017).
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 112
  4. François de Beaurepaire, op. cit.
  5. François de Beaurepaire, op. cit. p. 135.
  6. François de Beaurepaire, op. cit. p. 54.
  7. Thierry Coudert, « Arrêté DELE/BCLI/2018-37 portant création d'une commune nouvelle Le Perrey », Recueil des actes administratifs spécial n°27-2018-198,‎ , p. 63-66 (lire en ligne [PDF])
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Église », notice no PA00099423, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Boucles de la Seine normande », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 avril 2016).
  14. « La cavité de la béranguerie », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 avril 2016).
  15. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 avril 2016).