Gabriel Aranda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Affaire Aranda)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aranda (homonymie).

Gabriel Aranda, né le 20 juillet 1938 à Paris est un self-made man, journaliste à l'ORTF puis conseiller technique du ministre de l'Équipement et du Logement Albin Chalandon dans le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas.

Il déclenche l'affaire Aranda largement reprise par les médias qui le surnomment "L'Archange". Après son départ en Suisse sous le nom de Daumier, il est à nouveau l'objet des médias pour des accusations de viol et contraintes sexuelles sur sa fille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriel Aranda est né le 20 juillet 1938 à Paris. Il commence à travailler dès l'âge de 14 ans comme pâtissier puis entre dans les assurances à la SNECMA. Il est appelé pour ses obligations militaires pendant 28 mois[1]. C'est à la banque Vernes et Commerciale de Paris où il est embauché en 1967 comme conseiller financier qu'il est apprécié par son directeur Albin Chalandon[2]. Journaliste à l'ORTF de fin 1969 à mars 1971 sous Jacqueline Baudrier, il soulève une hypothétique affaire d'espionnage tournant autour de secrets russes à l'origine de l'assassinat de Kennedy et sollicite un port d'armes pour se défendre. Chalandon intègre Aranda dans son ministère à sa sortie de l'ORTF en 1971 jusqu'à l'arrivée de Pierre Messmer qui change de ministre de l'Équipement en juillet 1972[1].

Affaire Aranda[modifier | modifier le code]

Aranda quitte le ministère de l'Équipement en même temps que Chalandon le 5 juillet 1972. Il emporte avec lui des documents secrets compromettant d'après Aranda pour certains solliciteurs en échange de pots-de-vin. Dans un premier temps il souhaite défendre son ministre victime de rumeurs et transmet les photocopies au Canard enchaîné de documents internes au ministère révélant la corruption existant dans le secteur de l'urbanisme et de la construction à l'époque[3]. Le journal titre le 13 septembre 1972 « L'étrange opération Archange » surnom donné à Gabriel Aranda[4] provoquant le scandale politique connu sous le nom d'« affaire Aranda » . L'affaire est reprise par les médias nationaux et met en émoi le gouvernement. Aranda se cache sous le pseudo de Leven[5] et réapparait le 18 septembre avant la conférence de presse du Président Pompidou qui doit aborder l'affaire. Accompagné de son avocat Maître Floriot, il est inculpé par le Juge Galmiche de vol de documents. Aranda transmet au juge 367 photocopies sur 138 affaires. Le 21 septembre, lors de sa conférence de presse le président Pompidou parle de l'affaire Aranda pendant 15 minutes en chargeant "le mythomane" exemple à l'appui l'hypothétique affaire d'espionnage tournant autour de secrets russes. Son procès se déroule en juillet 1974, défendu par Maître Dumas, il obtient un non-lieu et une amende de 2000 francs pour complicité de diffamation envers le ministère de l'Équipement, amende réduite en appel à 300 francs[6].

Expatriation en Suisse[modifier | modifier le code]

Roland Dumas le met en contact avec un "grand personnage du gaullisme immobilier" Raymond Vulliez qui l'emploie dans une de ses sociétés suisses[7].

Il s'installe en 1974 en Suisse sous le nom de Jacques Daumier[8] et n'évoque plus jamais l'affaire[3].

Nouveaux procès pour inceste[modifier | modifier le code]

En 2005, Aranda fait à nouveau les titres des médias français et suisses lorsque sa fille porte plainte contre lui pour inceste et viols entre 1985 et 2000[9].

En décembre 2009, la cour d'assises de Genève le reconnaît coupable de viols et contraintes sexuelles sur la personne de sa fille, qu'il viole entre l'âge de 8 et 22 ans, et le condamne à trois ans d'emprisonnement dont six mois ferme. La condamnation est modifiée en appel en 2014, l’accusation de viol est abandonnée et le tribunal confirme la peine d’Aranda pour contraintes sexuelles sur sa fille[10],[11].

Publication[modifier | modifier le code]

  • L'État piégé, Stock, Paris, 1972.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gabriel Aranda, L'État piégé, Stock, (lire en ligne)
  2. Frédéric CHARPIER, Martine ORANGE et Erwan SEZNEC, Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours: Le vrai visage du capitalisme français, LA DECOUVERTE, (ISBN 9782707185112, lire en ligne)
  3. a et b Erwan Seznec, « Les dossiers explosifs de Gabriel Aranda » dans Histoire secrète du patronat : de 1945 à nos jours, sous la direction de Benoît Collombat et David Servenay, La Découverte, 2009, p. 270-271.
  4. Également surnommé Saint-Just de la photocopie
  5. Thierry Wolton, Les écuries de la Ve, Grasset, (ISBN 9782246394297, lire en ligne)
  6. Marc Baudriller, Une histoire trouble de la Vème république - Le poison des affaires, Tallandier, (ISBN 979-10-210-0314-9, lire en ligne)
  7. Karl Laske et Laurent Valdiguié, Le vrai canard, Stock, (ISBN 9782234066397, lire en ligne)
  8. Catherine Focas, « Troisième condamnation pour «l’archange Gabriel» », tdg.ch/,‎ (lire en ligne) :

    « Troisième procès et troisième condamnation pour Gabriel Aranda, ce haut fonctionnaire français ayant vécu incognito durant trente ans à Genève sous le nom de Daumier. »

  9. « Un ex-haut fonctionnaire français accusé de viol », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  10. « "L’archange Gabriel" condamné à trois ans de prison en appel », La Tribune de Genève, 15 décembre 2011.
  11. Catherine Focas, « «L’archange Gabriel» ne fera pas un seul jour de prison », tdg.ch/,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]