Camille Kouchner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Camille Kouchner
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Œuvres principales
La Familia grande (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Camille Kouchner, née le à Paris, est une avocate et universitaire française, maître de conférences en droit privé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Camille Kouchner naît le [1], fille du médecin et homme politique Bernard Kouchner et de l’écrivaine et politologue Évelyne Pisier. Elle est la nièce du mathématicien Gilles Pisier et de l’actrice et romancière Marie-France Pisier[2]. À la suite du divorce de ses parents en 1984, elle est partiellement élevée par le second mari de cette dernière, le politologue Olivier Duhamel[3]. Elle a deux frères dont un jumeau, ainsi qu'une demi-sœur et un demi-frère adoptés par sa mère et Olivier Duhamel.

Elle a deux enfants, et un beau-fils, avec le scénariste et réalisateur Thomas Bidegain avec qui elle a vécu « presque vingt ans »[4].

Depuis 2021[réf. nécessaire], Louis Dreyfus est son compagnon[5].

Études[modifier | modifier le code]

Camille Kouchner fait ses études secondaires au lycée Henri-IV, puis au lycée Fénelon à Paris. Elle poursuit des études supérieures à l'université Panthéon-Assas, puis à l'université Paris-Nanterre où elle obtient un DEA de droit syndical et social en 1998, un DEA de théorie et philosophie du droit l'année suivante[réf. souhaitée], et, en 2004, où elle soutient sa thèse de doctorat de droit privé, De l’opposabilité en droit privé sous la direction d’Antoine Lyon-Caen, avec les félicitations du jury et la mention « très honorable »[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

Universitaire[modifier | modifier le code]

Maître de conférences en droit privé, Camille Kouchner est également spécialisée en droit social.

En 2005, elle est nommée[réf. souhaitée] à la faculté de droit d’Amiens où elle est membre du Centre de droit privé et de sciences criminelles (CEPRISCA).

Depuis 2009, elle enseigne le droit social, droit des contrats et le droit de la santé à la faculté de droit de l’université de Paris (anciennement université Paris V – Paris Descartes)[7].

Avocate et affaire du Gardasil[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses fonctions d’enseignante, Camille Kouchner devient avocate au barreau de Paris en . Elle crée le cabinet Atticus Avocats en et y participe en tant qu’associée.

Elle se fait omettre du barreau en 2017[réf. souhaitée].

Avec ses consœurs Capucine de Rohan-Chabot et Rachel Lindon[8], Camille Kouchner représente de jeunes patientes victimes de maladies survenues à la suite de la vaccination contre le papillomavirus avec le vaccin Gardasil des laboratoires Sanofi Pasteur. Elles déposent plainte contre X, fin 2013, pour atteinte involontaire à l'intégrité physique et tromperie aggravée, estimant qu'il s'agit d'effets secondaires du vaccin. Leurs clientes sont atteintes de diverses maladies rares : maladie de Verneuil, lupus, syndrome de Guillain-Barré, myasthénie, hypersomnie idiopathique, dont les symptômes sont apparus dans les quinze jours à trois mois après la vaccination. Une cinquantaine de femmes se joignent à la procédure[9].

Ces plaintes sont classées sans suite en 2015[10] et une autre enquête sur le Gardasil se termine finalement par un non-lieu, en 2019[11].

Vie publique[modifier | modifier le code]

Opinion politique[modifier | modifier le code]

Lors de l’élection présidentielle de mai 2012, elle rejoint le groupe de 362 intellectuels, « citoyens, étudiants, acteurs de l'éducation, des universités, de la recherche, de la médecine, des arts et de la culture » qui appellent à voter en faveur de François Hollande « pour les savoirs et la culture »[12].

À l'occasion de la primaire citoyenne de 2017 visant à désigner un candidat pour l’élection présidentielle de la même année, elle apporte son soutien à Benoît Hamon[13].

Accusation d’inceste et de viol sur « mineur de 15 ans » à l’encontre de son beau-père[modifier | modifier le code]

En 2015, elle a un déclic en voyant Mon roi, de Maiwenn, qui avait confié le rôle de sa mère à sa tante Marie-France Pisier dans Pardonnez-moi, qui racontait la relation incestueuse entre la réalisatrice et son beau-père[14]. Début janvier 2021 dans son livre La Familia grande, Camille Kouchner, accuse d'inceste, de viol et d'agressions sexuelles « répétées pendant des années »[3],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21] son beau-père Olivier Duhamel, second mari de sa mère Évelyne Pisier : elle y raconte qu'à partir des années 1988 et 1989, son beau-père abusait régulièrement de son frère jumeau (rebaptisé Victor dans le livre) durant leur adolescence[22],[23],[24].

Pour obtenir le silence des jumeaux, alors âgés de 13-14 ans, Olivier Duhamel invoquait selon ce livre le risque de blesser leur mère Évelyne Pisier[23], alors en dépression (celle-ci étant couplée à un début d'addiction à l’alcool) à la suite de la mort de ses deux parents par suicide en 1986 puis en 1988.

Dès connaissance du contenu du livre à publier le , Rémy Heitz, procureur de la République de Paris informe que le parquet de Paris ouvre le une enquête des chefs d'accusation pour « viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité »[25]. Le Monde révèle le même jour qu'après le décès inexpliqué de l'actrice Marie-France Pisier, sœur d’Évelyne Pisier et tante de Camille Kouchner, en , une ses amies avait « témoigné auprès des enquêteurs que les raisons de la brouille de la défunte avec sa sœur sont à chercher du côté du beau-frère Olivier Duhamel », et que ses neveux avaient été convoqués par la brigade de protection des mineurs[23].

Dans la foulée des accusations du livre, et sans les démentir[26], Olivier Duhamel démissionne de ses fonctions à la Fondation nationale des sciences politiques[27]. Europe 1 et LCI annoncent de leur côté qu'il quitte ses fonctions d'animateur et de chroniqueur sur leurs antennes respectives[28]. Olivier Duhamel explique « Je n'ai rien à dire sur ce qui, de toute façon, sera, je ne sais pas, n'importe quoi, déformé ou quoi[27] ».

Près de quatre ans après la mort de sa mère Évelyne Pisier en , Camille Kouchner rend publiques ces agressions, avec le soutien de ses deux frères[23],[29]. Le livre de Vanessa Springora, évoquant les abus sexuels de Gabriel Matzneff, lui a « fait un bien fou», lors de sa parution en [30],[31],[32],[33].

La fille d'Évelyne Pisier veut ainsi « donner de la visibilité aux incestes qu'on cache ». Après seulement une semaine, le tirage de La Familia grande atteint 225 000 exemplaires[34] ; la presse rappelle le succès des livres analogues de Claude Ponti en 1995, de Christine Angot en 1999 ou de Catherine Allégret, en 2004[33].

En réaction à ces révélations, le Laurence Parisot, membre du conseil d'administration de l'Institut d'études politiques de Paris, estime qu'une enquête interne à l’institut universitaire est indispensable car, selon elle, le directeur Frédéric Mion aurait dû aller plus loin après avoir été mis au courant des faits commis par Olivier Duhamel[35]. Celui-ci annonce sa démission le .

Le même en soirée, Camille Kouchner est longuement interviewée en direct dans l'émission télévisée La Grande Librairie par le journaliste et critique littéraire François Busnel[36]. Dès le lendemain, elle est entendue par des enquêteurs de la police[37]. Huit jours plus tard, son frère « Victor » est entendu par la brigade de protection des mineurs[38], soit dix ans après avoir été entendu pour la première fois.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kouchner 2021, p. 156
  2. Marie-Elisabeth Rouchy, La Véritable Marie-France Pisier, Paris, Pygmalion, , 287 p. (ISBN 978-2-7564-0774-6 et 2-7564-0774-7, OCLC 881241506, lire en ligne)
  3. a et b Ariane Chemin, « Olivier Duhamel, l’inceste et les enfants du silence », LeMonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Inceste : le témoignage bouleversant de Camille Kouchner contre son beau-père », sur elle.fr, (consulté le ).
  5. « “La Familia grande”, autopsie d’un inceste », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  6. « De l'opposabilité en droit privé », sur theses.fr (consulté le ).
  7. « Faculté de droit, d’économie et de gestion - Université de Paris », sur droit.u-paris.fr (consulté le ).
  8. « Plaintes groupées contre le vaccin Gardasil », sur leparisien.fr, (consulté le )
  9. « Le combat de Camille Kouchner contre le Gardasil », sur elle.fr, (consulté le ).
  10. « Gardasil : pas de lien entre le vaccin et les maladies, d’après la justice », sur santemagazine.fr, (consulté le ).
  11. « Quels vaccins ont été soupçonnés d'effets secondaires graves avant ceux contre le Covid-19 (et qu'en est-il vraiment) ? », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  12. « Pour les savoirs et la culture, 362 intellectuels voteront François Hollande », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  13. « "Soutenir Benoît Hamon, c’est avant toute chose respecter la démocratie" », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  14. Camille Kouchner, invitée exceptionnelle, Francetv
  15. Par l'agence France-Presse, « Camille Kouchner assure que les agressions sexuelles se sont répétées pendant des années », sur LaDépêche.fr
  16. « L’onde de choc de l’affaire Duhamel », sur LEFIGARO.fr, (consulté le ) : « Camille Kouchner accuse son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, d’avoir violé son frère »
  17. « Olivier Duhamel : une pointure du droit et un homme de réseaux », sur Libération.fr,
  18. Emmanuelle Lucas, « Enfants victimes d’inceste, l’engrenage du silence », sur la-croix.com,  : « Elle « accuse Olivier Duhamel, d'avoir violé son frère jumeau »
  19. « Camille Kouchner accusant son beau-père Olivier Duhamel d'avoir agressé sexuellement », sur letemps.ch,
  20. Claire Hache, « Affaire Olivier Duhamel : "L'inceste ne laisse aucune chance à la victime" », sur lexpress.fr,
  21. L. Nahon, T. Cuny, E. Lagarde, D. Ollieric, C. Vignal, J. Boulesteix, L. Latour, « Affaire Olivier Duhamel : une enquête ouverte pour viols et agressions sexuelles », sur francetvinfo.fr,  : « Olivier Duhamel, qui aurait agressé sexuellement le frère »
  22. Ariane Chemin, « Camille Kouchner à Olivier Duhamel : « Tu les vois, les angoisses qui nous hantent depuis ? » », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  23. a b c et d Ariane Chemin, « Olivier Duhamel, l’inceste et les enfants du silence », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  24. « Camille Kouchner brise le silence de l’inceste : “Je ne pouvais plus me taire” », sur nouvelobs.com (consulté le )
  25. « Accusé d’inceste, le politologue Olivier Duhamel est visé par une enquête pour « viols et agressions sexuelles » », sur LeMonde.fr, (consulté le ) : « « Le parquet de Paris a ouvert ce jour une enquête des chefs de viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur un mineur de 15 ans et viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité », écrit le procureur de la République, Rémy Heitz, dans un communiqué ».
  26. Pierrick Baudais, « Accusé d’inceste pour des faits datant des années 80, Olivier Duhamel peut-il être poursuivi ? », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  27. a et b « Accusé d'inceste, le constitutionnaliste Olivier Duhamel démissionne de ses fonctions à la tête de la Fondation nationale des sciences politiques », sur Franceinfo, (consulté le )
  28. Ludwig Gallet avec M. Z., « Accusé d’inceste, le politologue Olivier Duhamel démissionne de Sciences-po », sur leparisien.fr, (consulté le )
  29. Pauline Weiss, « Affaire Duhamel : pour Julien Kouchner, "beaucoup savaient les agissements" de son beau-père », sur marieclaire.fr, (consulté le )
  30. « Affaire Olivier Duhamel: le livre-témoignage, arme pour briser les tabous », sur LEFIGARO.fr, (consulté le )
  31. « Camille Kouchner, Christine Angot, Catherine Allégret, Claude Ponti : le livre, un briseur du tabou de l'inceste », sur Franceinfo, (consulté le )
  32. « "La familia grande", "Le consentement", "La consolation"... Ces livres qui ont brisé les tabous de l'inceste et de la pédophilie », sur midilibre.fr (consulté le )
  33. a et b Copélia Mainardi, « Christine Angot, Catherine Allégret, Claude Ponti : ces autres livres qui ont révélé des affaires d'inceste », sur marianne.net, (consulté le )
  34. Yves Jaeglé, « La Familia grande : le livre de Camille Kouchner sur l’inceste affole les ventes », sur leparisien.fr, (consulté le )
  35. Jules Pecnard, « Affaire Duhamel: Laurence Parisot estime qu'une "enquête interne" à Sciences Po est "indispensable" », sur BFMTV.com, (consulté le ).
  36. La Grande Librairie.
  37. Sarah-Lou Cohen, « Affaire Olivier Duhamel: Camille Kouchner a été entendue le 14 janvier par les enquêteurs », sur BFMTV.com, (consulté le )
  38. « Duhamel accusé d'inceste: le frère de Camille Kouchner entendu par la brigade de protection des mineurs », sur rmc.bfmtv.com, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]