Émarèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Émarèse
Blason de Émarèse
Héraldique
Émarèse
La maison communale à Érésaz
Nom francoprovençal Émarésa
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de la Vallée d'Aoste Vallée d'Aoste 
Province Vallée d'Aoste
Syndic Lucina Grivon
2010
Code postal 11020
Code ISTAT 007025
Code cadastral D402
Préfixe tel. 0166
Démographie
Gentilé émarésot(te)s
Population 223 hab. (31-12-2010[1])
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 00″ nord, 7° 42′ 00″ est
Altitude Min. 1 170 m
Max. 1 170 m
Superficie 1 000 ha = 10 km2
Divers
Saint patron Pantaléon de Nicomédie
Localisation
Localisation de Émarèse
Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste
Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Émarèse
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Émarèse
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Émarèse
Liens
Site web http://www.comune.emarese.ao.it/

Émarèse est une commune située dans la Vallée d'Aoste en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Émarèse se situe à proximité du Col de Joux. La maison communale se situe au hameau Érésaz.

Localisation de la commune de Émarèse à l'intérieur de la Vallée d'Aoste

Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme latin est Ima regia[2]. Le pape Alexandre III cite la paroisse d'Émarèse dans sa bulle du . Vers 1307 la paroisse fut supprimée et annexée à Montjovet de Montjovet. En 1435 l'église paroissiale de Sommarèse est transférée à Émarèse hameau plus central. Enfin par décret du l'évêque d'Aoste érige définitivement la nouvelle paroisse d'Émarèse. Le cadastre des États Sardes de la paroisse d'Émarèse a été terminé le , il recense 5.968 parcelles réparties entre 201 propriétaires-contribuables soient 45 noms de famille différents.

Culture[modifier | modifier le code]

Au hameau Érésaz se situe le siège du Centre d'études « abbé Trèves ».

Personnalités liées à Émarèse[modifier | modifier le code]

  • Joseph-Marie Trèves - Curé et militant antifasciste, fondateur du mouvement La jeune Vallée d'Aoste.

Économie[modifier | modifier le code]

Émarèse a toujours été une commune à vocation agricole[réf. nécessaire].

Un gisement d'or est découvert à Émarèse au XVIIIe siècle. Cet événement a attiré de nombreux chercheurs d'or[réf. nécessaire].

Depuis sa découverte en 1872 et plus particulièrement à partir de la décennie 1940 jusque vers 1970 , une mine d'amiante située à Chassan-Settarme entre Sommarèse et Chassan, située 1335 et 1485 mètres d'altitude, a été exploitée sur le territoire de la commune par la « Società Italiana Amianto ». En plus de l'exploitation de plusieurs aires, une décharge de déchets inertes contenant de l'amiante avait été implantée sur la commune. En 2011 un plan d'assainissement et de sécurisation du site principal de Chassan-Settarme a été approuvé. En 2012 L'aire polluée a été désignée comme « Site d'intérêt national » par la Commission parlementaire d'enquête sur les déchets[3]

Émarèse fait désormais partie de l’unité des communes valdôtaines du Mont-Cervin.

Sport[modifier | modifier le code]

Dans cette commune se pratique le tsan, l'un des sports traditionnels valdôtains.

Administration[modifier | modifier le code]

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
9 mai 2005 24 mai 2010 Fabrice-Marie Trèves Liste civique Syndic
24 mai 2010 En cours Lucina Grivon Liste civique Syndique
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Chassan, Émarèse, Érésaz, Fontillun, Longeon, Ravet, La Saléraz, Sommarèse, Settarme

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Brusson, Challand-Saint-Anselme, Challand-Saint-Victor, Montjovet, Saint-Vincent

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Vallée d'Aoste autrefois, recueil d'ouvrages de Robert Berton, 1981, Sagep éd., Gênes.
  3. (it)L'amianto di Emarese dans la revue Environnement n° 59 mars 2013 p. 43-44 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Émarèse.

Sur les autres projets Wikimedia :