Étroubles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étroubles
Blason de Étroubles
Héraldique
Vue du bourg
Vue du bourg
Nom francoprovençal Étroble
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de la Vallée d'Aoste Vallée d'Aoste 
Syndic Marco Calchera
2015-2020
Code postal 11014
Code ISTAT 007026
Code cadastral D444
Préfixe tel. 0165
Démographie
Gentilé Étroubleins
Population 491 hab. (31-12-2010[1])
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 00″ nord, 7° 13′ 00″ est
Altitude Min. 1 280 m
Max. 1 280 m
Superficie 3 900 ha = 39 km2
Divers
Fête patronale 15 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Étroubles

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Étroubles

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Étroubles
Liens
Site web http://www.comune.etroubles.ao.it/

Étroubles est une commune italienne alpine de la région Vallée d'Aoste. Elle fait partie de la communauté de montagne Grand-Combin.

Il fait partie des plus beaux bourgs d'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune de Étroubles à l'intérieur de la Vallée d'Aoste

La commune d'Étroubles s'étend dans la moyenne vallée du Grand-Saint-Bernard, à mi-chemin (à 16 kilomètres) entre Aoste et le col du Grand-Saint-Bernard. Le tunnel du Grand-Saint-Bernard se trouve à 5 kilomètres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption.

Le toponyme Étroubles vient du francoprovençal valdôtain Étrobbla, qui indique la chaume des céréales.

Le toponyme latin est Stipulis[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, Étroubles était le centre principal de la vallée du Grand-Saint-Bernard, et s'appelait Restapolis. Ici se trouvait sans doute la garnison hivernale des troupes de frontière.
Napoléon Ier, lors de sa descente en Italie vers Marengo, s'arrêta ici le 20 mai 1800, chez l'abbé Léonard Veysendaz, après avoir fait étape à l'hospice du Grand-Saint-Bernard. L'arrivée du général fut précédée par une bataille sur le mont Crêtes le 15 mai 1800, où se trouvaient les troupes du général croate Victor Rohan. En juin 1914, des squelettes ont été retrouvées dans le terrain près de la chapelle du nouveau cimetière.

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Vachéry et la Tour de la Vachère en hiver.

Au hameau Vachéry se situe une tour médiévale dénommée Tour de la Vachère : elle fut érigée au XIIe siècle sur des fondations romaines.

Une église, dont il ne reste aujourd'hui que le clocher roman remontant au 1400, se trouvait autrefois dans le bourg.

Un hospice de charité fut édifié à Étroubles en 1317. Au XIXe siècle il était encore ouvert.

L'église paroissiale remonte au XIXe siècle et son clocher au XVe.

L'ancienne tour d'Étroubles se dressait autrefois sur le promontoire dit de la Tour, mais aucune trace n'est visible aujourd'hui.

Culture[modifier | modifier le code]

À partir du 20 mai 2005, le bourg d'Étroubles est devenu le siège d'un musée en plein air. De nombreuses œuvres sont exposées dans les ruelles du chef-lieu, dans le cadre d'un projet de relance de l'économie communale après la fermeture des installations de ski. Ce projet a été cofinancé par l'Union européenne et s'est développé en collaboration avec la Fondation Pierre Gianadda de Martigny.

Les artistes représentés sont, entre autres : Franco Balan, Carlo Brenna, Yves Dana, Hans Erni, Albert Féraud, Alberto Gambale, Andrea Granchi, Guido Magnone, Chicco Margaroli, Assaf Mekhtiev, Evelyne Otis Bacchi, Giulio Schiavon, Salvatore Sebaste, Norbert Verzotti, Siro Viérin, Sergio Zanni.

La contribution du peintre et sculpteur italien Italo Bolano a permis le 23 septembre 2006 l'élargissement du musée, par la réalisation d'un monument et d'une céramique inspirés respectivement à l'image d'un pèlerin et de la Via Francigena, le long de laquelle se trouvait Étroubles.

Un bronze du sculpteur valaisan Michel Favre, intitulé Amitié alpine, a élargi davantage l'exposition. Une peinture murale de Chicco Margaroli, intitulée La Via Francigena, a été inaugurée le 6 août 2010.

Vue du bourg.

Personnalités liées à Étroubles[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Sculpture en bois dédiée aux Landzettes.
  • Le Carnaval de la Combe froide, en patois valdôtain, Carnaval de la coumba freida (voir lien externe)
  • La Veilla d'Étrobble (du patois valdôtain, la veille d'Étroubles).

Sport[modifier | modifier le code]

Dans cette commune se pratique le fiolet, l'un des sports traditionnels valdôtains.

Associations[modifier | modifier le code]

Voir lien externe au fond de l'article.

À Étroubles se situe le siège de la Compagnie des guides du Valpelline, pour le territoire valdôtain du Grand Combin.

Administration[modifier | modifier le code]

La maison communale.
Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
10 mai 2005 24 mai 2010 Massimo Tamone   Syndic
24 mai 2010 10 mai 2015 Massimo Tamone Liste civique Syndic
10 mai 2015 en cours Marco Calchera Liste civique Syndic
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Bézet, Chez-les-Blancs, Cerisey, Échevennoz, Éternod, La Collère, Lavanche, Pallais, Prailles, Vachéry, Véyaz

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Allein, Bourg-Saint-Pierre (Valais), Doues, Gignod, Ollomont, Saint-Oyen

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Vallée d'Aoste autrefois, recueil d'ouvrages de Robert Berton, 1981, Sagep éd., Gênes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Étroubles.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]