Challand-Saint-Anselme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'ancienne commune, voir Challant.

Challand-Saint-Anselme
Blason de Challand-Saint-Anselme
Héraldique
Challand-Saint-Anselme
Le hameau Maé au crépuscule
Nom francoprovençal Tchallan damón
Nom alémanique z'uabra Tschallanh (Éischemtöitschu)[1]
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de la Vallée d'Aoste Vallée d'Aoste 
Syndic Riccardo Perret
2010
Code postal 11020
Code ISTAT 007013
Code cadastral C593
Préfixe tel. 0125
Démographie
Gentilé Challandins
Population 762 hab. (31-12-2010[2])
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 00″ nord, 7° 44′ 00″ est
Altitude Min. 1 030 m
Max. 1 030 m
Superficie 2 700 ha = 27 km2
Divers
Saint patron Saint Anselme d'Aoste
Fête patronale 21 avril
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Challand-Saint-Anselme

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Challand-Saint-Anselme

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Challand-Saint-Anselme
Liens
Site web http://www.comune-challandsaintanselme.it/Comune-/it/Home-Page.aspx

Challand-Saint-Anselme est une commune italienne alpine de la région Vallée d'Aoste, située dans le bas Val d'Ayas.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune de Challand-Saint-Anselme à l'intérieur de la Vallée d'Aoste.

d'Arlaz[modifier | modifier le code]

Voir lien externe au fond de l'article

Challand-Saint-Anselme est longé par le d'Arlaz, qui naît à Brusson, l'un des plus importants rus de la Vallée d'Aoste, creusé au XVe siècle pour arroser avec les eaux de l'Évançon les zones exposées au sud, et donc plus sèches, entre les actuelles communes de Brusson, Challand-Saint-Anselme, Montjovet, Émarèse et de Verrès.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette commune fit partie du fief personnel de la Maison de Challant, vicomtes d'Aoste, qui devinrent les Seigneurs et ensuite les Comtes de Challant (15 août 1424). La paroisse fut érigée par Pierre-François de Sales (neveu de saint François De Sales), évêque d'Aoste, le 6 juin 1746. Le titulaire est Saint Anselme d'Aoste, la plus importante personnalité valdôtaine de tous les temps, fêté le 21 avril. La commune fut établie vers la fin du XVIIIe siècle, mais jusqu'à 1754 le conseil de la communauté challandine s'organisa autonomement, séparée des lois en vigueur dans la commune limitrophe de Challand-Saint-Victor.

Le 26 avril 1928, par le décret royal no 1088 (entré en vigueur le 31 mai 1928), le gouvernement fasciste unifia les deux communes en une seule entité administrative sous le nom de Challant, dont le siège fut fixé au hameau de Ville, siège de l'ancienne commune de Challand-Saint-Victor. Cet événement causa le mécontentement de la population. En 1939, selon la politique d'italianisation des toponymes valdôtains, qui concerna 32 autres communes au val d'Aoste, la commune de Challant reçut le nom Villa Sant'Anselmo (par le décret royal no 1442 du 22 juillet 1939).

Après la chute du régime fasciste, et grâce à la guerre de résistance des partisans valdôtains, le premier décret d'autonomie de la Vallée d'Aoste (n. 545 du 7 septembre 1945) est promulgué par le prince Humbert II de Savoie, lieutenant général du royaume d'Italie, encore sous la tutelle de Gouvernement militaire alliée. En particulier, ce décret :

  • Abolit la Provincia di Aosta et sa préfecture, établie en 1927 par les autorités fascistes, et les 113 communes canavésainnes furent réinsérées dans la province de Turin (région Piémont) ;
  • Promeut la création de la Circonscription autonome de la Vallée d'Aoste, en attribuant ainsi toutes les compétences du préfet au président du Conseil de la Vallée d'Aoste (la « région » en tant qu'entité administrative n'existant pas encore à cette époque) ;
  • Rétablit la toponymie originale pré-fasciste des communes, en langue française.

Ce décret entra en vigueur le 1er janvier 1946, et la commune reprit le nom de Challant. Ce ne fut que le 12 septembre 1946, par un décret du président du Conseil de la Vallée d'Aoste (no 9496/I), entré en vigueur le 20 septembre suivant, que les deux anciennes communes furent enfin rétablies, avec leur toponymie originale de Challant-Saint-Anselme et Challant-Saint-Victor.

La loi régionale du 9 décembre 1976 (no 61) a enfin disposé le d final, sur la base d'une forme plus ancienne et citée plus fréquemment.

Monument et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Anselme ;
  • Le sanctuaire Sainte-Anne ;
  • Les moulins de Ruvère et de Quinçod ;
  • Les mines de Béchaz et Orbeillaz : autrefois ici étaient extraits le quartz aurifère à l'époque des Salasses, tandis que par la suite à l'époque des Romains des gisements de plomb, de cuivre, d'or et d'argent ont été découverts.

Sport[modifier | modifier le code]

Dans cette commune se pratique le tsan, l'un des sports traditionnels valdôtains.

Administration[modifier | modifier le code]

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
9 mai 2005 24 mai 2010 Gratien Grosjacques   Syndic
24 mai 2010 en cours Richard Perret Liste civique Syndic
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Quinçod (chef-lieu), Corliod, Tilly, Châtillonet, Bachan, Ruvére, Tollégnaz, Moussanet, Allésaz, Maé, Pésan, Orbeillaz, Arbaz, Plésod

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Brusson, Challand-Saint-Victor, Emarèse, Issime

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Auguste Voulaz, La paroisse de Saint-Anselme de Challand d'après les rapports rédigés par les curés Jean-Barthélemy Davisod (1786) Jean-Pierre Obert (1820), Charles-Emmanuel Bésenval (1883), soit "État des paroisses" : documents à servir pour son histoire. Aoste : Pheljna, 1998.
  • abbé Louis Bonin, Vallée de Challand - Brusson - Guide et folk-lore, éditeur Typographie commerciale, Mondovì (1928)
  • Jean-Auguste Voulaz. Le Herbal - Aperçu historique - Documents. Association valdôtaine des archives sonores, Aoste, 1985.
  • Guy Grimod et Pierre Lexert, Jean-Auguste Voulaz. Aperçus sur les rus valdôtains. (Extrait de : Le monde alpin et rhodanien n. 4, Grenoble 1985.
  • Jean-Auguste Voulaz. Le moulin de Rivière à Challand-Saint-Anselme. Extrait de : Lo Flambò, 1980, n. 2. - Aoste
  • Jean-Auguste Voulaz, L'or de l'Évançon. Extrait de : Lo Flambò (Le Flambeau), 1986, n. 3. - Aoste
  • Centre Culturel de Challand-Saint-Anselme (par les soins de). Le Ru Corthod - recueil de textes. Contient : L'ancien d'Émarèse / Abbé Joseph-Marie Trèves Les rûs de la Vallée d'Aoste : le canal d'Ayas / Hans R. von Fels Anciens rûs de la Vallée d'Aoste / Joseph Bréan, Quart, 1986.
  • Annick Richard, Le district aurifère de Challant (Val d'Aoste) : gitologie, géochimie et métallogénie de l'or, Thèse de doctorat de spécialité, Université scientifique et médicale, Grenoble, 1981.
  • Jean-Auguste Voulaz, Voyage autour du... clocher de Challand-Saint-Anselme.
  • Annick Richard. Le district aurifère de Challant (Val d'Aoste-Italie): gitologie, géochimie et métallogénie de l'or. Thèse de doctorat de spécialité, Université scientifique et médicale, Grenoble 1981.
  • Julien Pignet, Challand ou Challant? : note orthographique, Aoste, typographie Duc, 1961.
  • Jean-Auguste Voulaz, Lo fioladjo: une ancienne tradition disparue de nos jours dont le souvenir, bien que terni par le temps, existe encore à Challand-Saint-Anselme, dans Lo Falmbò, 1986, n. 1, p. 33-39
  • Jean-Auguste Voulaz, La paroisse de Saint-Anselme de Challand : d'après les rapports rédigés par les curés Jean-Barthélemy Davisod (1786), Jean-Pierre Obert (1820), Charles-Emmanuel Bésenval (1883), soit "État des paroisses" : documents à servir pour son histoire, Pavone Canavese: Pheljna, 1998

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michele Musso, Imelda Ronco, D'Eischemtöitschu : vocabolario töitschu-italiano, Walser Kulturzentrum, Gressoney-Saint-Jean, éd. Musumeci, Quart, 1998, p. 299-300.
  2. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Challand-Saint-Anselme.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]