Challand-Saint-Victor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'ancienne commune, voir Challant.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Challand.
Challand-Saint-Victor
Blason de Challand-Saint-Victor
Héraldique
Vue d'ensemble du chef-lieu (hameau Ville).
Vue d'ensemble du chef-lieu (hameau Ville).
Nom francoprovençal Tchallan
Nom alémanique z'undra Tschallanh (Éischemtöitschu)[1]
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Valle d'Aosta-Stemma.svg Vallée d'Aoste 
Province Blason ville It Aoste.svg Aoste 
Syndic Michel Savin
2015-2020
Code postal 11020
Code ISTAT 007014
Code cadastral C594
Préfixe tel. 0125
Démographie
Gentilé challandins
Population 605 hab. (31-12-2010[2])
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 00″ Nord 7° 42′ 00″ Est / 45.68333, 7.7
Altitude Min. 744 m – Max. 744 m
Superficie 2 500 ha = 25 km2
Divers
Saint patron saint Victor de Soleure
Fête patronale 30 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Challand-Saint-Victor

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Challand-Saint-Victor

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Challand-Saint-Victor
Liens
Site web http://www.comune.challand-st-victor.ao.it/fr/home/base.html

Challand-Saint-Victor est une commune alpine de la Vallée d'Aoste en Italie du Nord, située dans le bas val d'Ayas.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Challand-Saint-Victor est la première commune que l'on rencontre en remontant le Val d'Ayas, à partir de Verrès.

Sur le territoire de la commune se situe le lac de Ville, qui a reçu en 2013 le label « Meraviglia italiana » (Merveille italienne) et la réserve naturelle du même nom (voir lien externe à la fin de l'article), aussi bien que la spectaculaire cascade formée par l'Évançon près d'Isollaz.

Localisation de la commune de Challand-Saint-Victor à l'intérieur de la Vallée d'Aoste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette zone a été habitée depuis la Préhistoire, comme témoigne la présence d'un dolmen situé près du col d'Arlaz à 1 029 m, reliant le bas val d'Ayas et la vallée de la Doire baltée à Montjovet.

L'histoire de Challand-Saint-Victor a toujours été liée à celle de la commune voisine, Challand-Saint-Anselme. Pour des renseignements quant à l'histoire des deux communautés, nous signalons le paragraphe concernant l'histoire sur l'article dédié à Challand-Saint-Anselme.

Économie[modifier | modifier le code]

Comme pour de nombreuses autres communes valdôtaines, Challand-Saint-Victor possède sa centrale hydroélectrique, la centrale d'Isollaz, gérée par la sté CVA et alimentée par les torrents Évançon, Lavasey et Graine.

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

  • La réserve naturelle du lac de Ville ;
  • Le château de Ville ;
  • La maison Denabian (XIIIe siècle) ;
  • Les deux ponts romains à dos d'âne du hameau Vervaz, autrefois seule liaison entre l'adret et l'envers du bas val d'Ayas ;
  • La tour de Bonot (ou Tour des signaux), au hameau du même nom en localité Isollaz, tour de signalisation entre le Château de Graines et celui de Verrès ;'était
  • La maison Masù, également la Salle, qui présente des analogies avec le château Pascal de la Ruine à Morgex : c'était la résidence de Catherine de Challant et Pierre Sarriod d'Introd dans la seconde moitié du XVe siècle, et ensuite propriété par la famille noble Masù ;
  • Le crucifix (XVe siècle) de l'église paroissiale ;
  • Les cascades d'Isollaz (sur l'Évançon) et d'Orbeillaz (sur le d'Arlaz près de la limite avec Challand-Saint-Anselme). Cette dernière se situe près d'un monolithe appelé localement le Flambeau d'Arlaz ;
  • Les Brenghe de Builey[3], un monument naturel protégé par une loi régionale.

Sport[modifier | modifier le code]

Un terrain de sports traditionnels valdôtains est situé au col d'Arlaz, pour la pratique du tsan et de la rebatta. Une section de tsan est active à Challand-Saint-Victor.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
9 mai 2005 24 mai 2010 Robert Malcuit   Syndic
24 mai 2010 9 mai 2015 Gabriella Minuzzo   Syndique
10 mai 2015 en cours Michel Savin Liste civique Syndic
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Abaz, Champeille, Châtaignères, Isollaz, Nabian, Sizan, Targnod, Vervaz, Ville, Viran

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Arnad, Challand-Saint-Anselme, Emarèse, Issime, Montjovet, Verrès

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Louis Bonin. Vallée de Challand - Brusson - Guide et folklore. Mondovì, Mondovì Tipografia Commerciale, 1928.
  • Robert Berton, Anthroponymie valdôtaine : familiaire de la communauté de montagne de l'Évançon : table alphabétique des noms de famille et prénoms des paroisses de: Ayas, Brusson, Challand-Saint-Anselme, Challand-Saint-Victor, Verrès, Arnad, Issogne, Champdepraz, Montjovet-Bourg, Montjovet-la-Rivière, Montjovet-Saint-Eusèbe, Quart, Musumeci éd., 1984.
  • Pierre-Georges Thiébat, Albert Careggio, Notes d'histoire sur Challand-Saint-Victor, Aoste, Imprimerie valdôtaine, 1977.
  • Jean-Auguste Voulaz, Voyage autour du... clocher de Challand-Saint-Anselme.
  • Annick Richard. Le district aurifère de Challant (Val d'Aoste-Italie): gitologie, géochimie et métallogénie de l'or. Thèse de doctorat de spécialité, Université scientifique et médicale, Grenoble 1981.
  • Julien Pignet, Challand ou Challant? : note orthographique, Aoste, typographie Duc, 1961.
  • Jean-Auguste Voulaz, Lo fioladjo: une ancienne tradition disparue de nos jours dont le souvenir, bien que terni par le temps, existe encore à Challand-Saint-Anselme, dans Lo Falmbò, 1986, n. 1, p. 33-39
  • Jean-Auguste Voulaz, Le moulin de Rivière à Challand-Saint-Anselme, dans Lo Falmbò, 1980, n. 2, p. 41-52
  • Jean-Auguste Voulaz, La paroisse de Saint-Anselme de Challand : d'après les rapports rédigés par les curés Jean-Barthélemy Davisod (1786), Jean-Pierre Obert (1820), Charles-Emmanuel Bésenval (1883), soit "État des paroisses" : documents à servir pour son histoire, Pavone Canavese: Pheljna, 1998
  • Piergiorgio Thiébat, Albert Careggio, Notes d'histoire sur Challand-Saint-Victor, Aoste: Imprimerie valdôtaine, 1977
  • Piergiorgio Thiébat, Le démembrement de la paroisse de Saint-Victor de Challand, Aoste, Imprimerie valdôtaine, 1982

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michele Musso, Imelda Ronco, D'Eischemtöitschu : vocabolario töitschu-italiano, Walser Kulturzentrum, Gressoney-Saint-Jean, éd. Musumeci, Quart, 1998, p. 299-300.
  2. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  3. Bringues signifie mélèzes dans le patois de la basse vallée, tandis que Biouley indique une forêt de bouleaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Challand-Saint-Victor.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]