Champorcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champorcher
Blason de Champorcher
Héraldique
Image illustrative de l'article Champorcher
Nom francoprovençal Tsamportsé
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de la Vallée d'Aoste Vallée d'Aoste 
Syndic Alessandro Glarey
2015-2020
Code postal 11020
Code ISTAT 007018
Code cadastral B540
Préfixe tel. 0125
Démographie
Gentilé Champorchérins
Population 404 hab. (31-12-2010[1])
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 00″ nord, 7° 37′ 00″ est
Altitude Min. 1 427 m
Max. 1 427 m
Superficie 6 800 ha = 68 km2
Divers
Saint patron Saint Nicolas
Fête patronale 6 décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Champorcher

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Champorcher

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Champorcher

Champorcher est une commune italienne alpine de la région Vallée d'Aoste.

Géographie[modifier | modifier le code]

Champorcher se situe dans la vallée du même nom, près du torrent Ayasse. La vallée est reliée au val de Cogne et au massif du Grand-Paradis par la fenêtre de Champorcher, près du lac Misérin.

Localisation de la commune de Champorcher à l'intérieur de la Vallée d'Aoste

Culture[modifier | modifier le code]

Le chanvre[modifier | modifier le code]

Voir lien externe au fond de l'article

Champorcher est connu pour la tradition du tissage du chanvre. Aujourd'hui cette activité est promue par la coopérative Lou dzeut[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Champorcher fait partie de la communauté de montagne Mont-Rose.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Un domaine skiable a été aménagé. Il compte 25 km de pistes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Champorcher dériverait de Saint Porcier, un soldat romain, qui, échappé du massacre de la légion thébaine, alla chez Saint Bessus en Vallée d'Aoste. Après leur rencontre, les deux saints décidèrent de se diviser, Saint Bessus alla au val Soana, au-delà des Alpes, au Piémont, tandis que Porcier décida de rester dans la vallée de Champorcher.

Champorcher signifierait donc Champ de Porcier[3].

Personnalités liées à Champorcher[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Nicolas (1728) ;
  • Le sanctuaire du Misérin.

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Le Parcours découverte du bois de Chardonney, sur la rive droite de l'Ayasse ;
  • La Maison Thomas à Chardonney, exemple d'architecture rurale typique, siège de l'écomusée du chanvre.

Événements[modifier | modifier le code]

Le 5 août se déroule chaque année le pèlerinage au sanctuaire Notre-Dame-des-Neiges près du lac Misérin.

Aires naturelles[modifier | modifier le code]

  • Les Goilles du Pourtset forment un gouffre faisant partie du Parcours des gouffres à travers les communes de Pontboset (Gouffre du Ratus), de Fontainemore (Gouffre de Guillemore) et de Hône (les trois Golilles de Hône) ;
  • Le Parc naturel du Mont-Avic, dont une partie s'étend sur le territoire communal de Champorcher.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mauro Bassignana, Claudine Remacle, Fausta Baudin, Champorcher hier et aujourd'hui, Quart : éd. Musumeci, 2013, EAN: 9788870328912.
  • Joseph Gontier, Notices sur Champorcher, Ivrée : Imprimerie Laurent Garda, 1895.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

La maison communale.
Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
9 mai 2005 21 mai 2010 Célestin Savin Liste civique Syndic
22 mai 2015 en cours Alessandro Glarey Champorcher avant tout Syndic
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Boussiney, Perrier, Dogier, Dublanc, Salleret, Outre l’éve, Parié, Moulin, L’Écreux, Véranaz, Loré, Vigneroisaz, Vagly, Mellier, Coudreyt, Grand-Rosier, Petit-Rosier, Château, Gontier, Garavet, Byron, Arbussey, Collin, Grand-Mont-Blanc, Petit-Mont-Blanc, Perruchon, Ronchas, Chardonney, Sen-du-Gail, Vignat

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Champdepraz, Cogne, Fénis, Issogne, Pontboset, Valprato Soana (TO), Vico Canavese (TO)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. La coopérative du chanvre de Champorcher
  3. Joseph-Marie Henry, Historie populaire, religieuse et civile de la Vallée d'Aoste, Aoste 1967

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Champorcher.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]