Cogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cogne (homonymie).

Cogne
Blason de Cogne
Héraldique
Cogne
Place Émile Chanoux, la place de la maison communale. Au fond, dans l'axe de l’arbre isolé, le Valnontey et le Grand Paradis.
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de la Vallée d'Aoste Vallée d'Aoste 
Syndic Franco Allera
2015-2020
Code postal 11012
Code ISTAT 007021
Code cadastral C821
Préfixe tel. 0165
Démographie
Gentilé cognein
Population 1 483 hab. (31-12-2010[1])
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 00″ nord, 7° 22′ 00″ est
Altitude Min. 1 544 m
Max. 4 061 m
Superficie 21 304 ha = 213,04 km2
Divers
Saint patron Saint-Ours
Fête patronale 1er février
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Cogne

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Cogne

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Cogne
Liens
Site web http://www.comune.cogne.ao.it

Cogne est une commune italienne de la Vallée d'Aoste.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cogne se trouve à la fin de la vallée du même nom, près du massif du Grand-Paradis et à l'intérieur de son parc national.

Avec une superficie de 213,04 km2, elle est la commune valdôtaine la plus étendue.

Localisation de la commune de Cogne à l'intérieur de la Vallée d'Aoste.

Le territoire[modifier | modifier le code]

La commune de Cogne se divise comme suit :

Le chef-lieu est appelé localement Veulla (= « ville »), et se situe au centre de la cuvette de Cogne, à côté desPrés de Saint-Ours, un vaste replat qui n'est pas constructible selon les statuts communaux.

Cogne se trouve à 140 km de Turin, 160 km de Genève et 26 km d'Aoste.

Veulla se divise en plusieurs parties :

  • Desot Veulla (Ville-dessous), la partie basse, près de l'église Saint-Ours ;
  • Métanéire, la partie centrale comprenant entre autres l'église Saint-Ours et la maison communale ;
  • Sonveulla, le centre historique, la partie d'en haut ;
  • Laydetré[2], la partie accueillant actuellement le départ de la télécabine et les pistes de ski de pente ;
  • Son-lou-Prò[3], la dernière partie vers le Valnontey.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme dérive du mot Cougn, qui dans le patois local signifie coin, référé à la position et à l'aménagement du chef-lieu.

Histoire[modifier | modifier le code]

La civilisation du haut val de Cogne, correspondant aux villages de l'actuelle commune de Cogne, se développa le long des chemins muletiers qui le reliait aux vallées arpitanes du Piémont et avec le Canavais, par le col du Rancio et le col de l'Ariette.

Cet héritage est représenté aujourd'hui par le patois cognein, qui se différencie des autres parlers valdôtains et ressemble plutôt aux patois des hautes vallées francoprovençales piémontaises, et par la cuisine cogneine, où l'ingrédient principal est souvent le riz, élément traditionnel de la cuisine piémontaise.

Industrie minière[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mines de Cogne.

La commune a aussi été réputée pour ses mines de fer, situées sur les pentes du mont Créyaz, au lieu-dit Colonne. Elles furent exploitées probablement dès l'Antiquité, certainement au XVe siècle, et jusqu'en 1978. La magnétite que l'on extrayait alimentait l'industrie sidérurgique Cogne, située à Aoste. L'exploitation et les besoins en combustible pour fondre le minerai expliquent sans doute que le versant du mont Créyaz soit entièrement déboisé.

Le « délit de Cogne »[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2002, un événement troubla la vie des habitants de Cogne, lorsqu'un enfant âgé de 3 ans, Samuele Lorenzi, fils d'une famille originaire de Bologne, fut tué. Cette affaire, défini Le délit de Cogne par la presse italienne, eut pour issue la condamnation, prononcée définitivement par la Cour de cassation le , de la mère de Samuele, Anna Maria Franzoni, suspect principal dès le début des enquêtes, à seize ans de réclusion.

Cette affaire a attiré l'intérêt de l'opinion publique italienne pendant des années, surtout à cause de l'extraordinaire attention qui lui a été réservée par la presse.

Culture et traditions[modifier | modifier le code]

Les dentelles de Cogne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dentelle de Cogne.
La Maison des dentelles (Mèison di pitz), rue César-Emmanuel Grappein.

Cogne est connue pour l'ancienne tradition de ses dentellières, un secret que les femmes cogneines ont transmis de mère en fille jusqu'à nos jours. Une exposition permanente a lieu en face de l'église du chef-lieu de Cogne, rue docteur César Grappein, dans la soi-disant Maison di pitz (qui signifie Maison des dentelles, dans le patois cognein).

Personnalités liées à Cogne[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Ours[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Ours

Selon une légende, les habitants de Cogne décidèrent de bâtir une église au village, puisqu'il était trop difficile de rejoindre la chapelle du Crêt, surtout en hiver. Ils choisirent de la bâtir au hameau Lisardey, mais lorsqu'ils y portèrent les reliques, le lendemain ils les retrouvèrent toujours de l'autre côté de la Grand Eyvia. Après plusieurs fois, ils comprirent qu'il s'agissait d'un signe divin, et construisirent l'église à l'endroit où elle se trouve encore de nos jours.

Pont de Chevril[modifier | modifier le code]

Le pont de Chevril était un pont sur la Grand Eyvia, situé sur la commune d'Aymavilles le long de la RR 47. Il s'est écroulé le 23 décembre 2011, et constituait l'un des chefs-d'œuvre de l'architecture alpine du val de Cogne. Il avait été projeté par le Corps Royal du Génie civil de Turin en 1865 pour relier Cogne à Aoste. Il représentait une œuvre sans aucun doute remarquable sous le profil de l'ingénierie.

Événements[modifier | modifier le code]

  • La Marche Grand-Paradis, compétition internationale de ski de fond ;
  • Devétéya de Cogne, célébrant la désalpe, le jour de la Saint-Michel (29 septembre). Dans ce sens, le patois cognein représente une exception, vu que les termes inalpe et désalpe, indiquant respectivement la montée et la descente des alpages lors de la transhumance, sont remplacés par vétéya et devétéya, qui dérivent du verbe vétì (= vêtir), suggérant l'idée selon laquelle la montagne se vêt et se dévêt des vaches[5].

Sport[modifier | modifier le code]

Dans cette commune se pratiquent la rebatta et le palet, deux des sports traditionnels valdôtains.

Tourisme et sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Voir lien externe au fond de l'article sur les pistes de ski

À Cogne se situe le siège de la Compagnie des guides de Cogne - Grand-Paradis.

Le val de Cogne est un des paradis alpins de la cascade de glace et surtout du ski de randonnée, avec des parcours notamment au Valnontey.

Un petit domaine skiable a été aménagé à Cogne. Il compte 9 km de pistes.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Cogne
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Italie
Site web www.funiviegranparadiso.it
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 20″ nord, 7° 21′ 29″ est
Massif Alpes pennines
Altitude 1 534 m
Altitude maximum 2 297 m
Altitude minimum 1 534 m
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 4
Télécabines 1
Télésièges 2
Fils neige 1
Débit 4 118 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 7
     Noires 1
     Rouges 4
     Bleues 2
Total des pistes 8 km
Installations
Nouvelles glisses
1 snowpark
Ski de fond
Nombre de pistes 12
Total des pistes 80 km
Neige artificielle
Canons 90 % du domaine

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Cogne

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Cogne

Un télésiège 2-places à pince fixe dessert depuis les hauteurs du village une piste pour débutants. Un télécabine équipé de cabines 14 places part depuis 1990 du même endroit et rejoint Moncuc à 2 059 m d'altitude. De là, plusieurs pistes rejoignent le village. Le télésiège 2-places de Grand Crot, construit en 1973, rejoint relativement lentement le sommet du domaine. Un fil-neige a été installé dans le village même.

La saison d'exploitation en hiver commence généralement à la mi-décembre, et se termine à la fin mars.

Un skibus gratuit circule dans le village.

Perle des Alpes[modifier | modifier le code]

Le tourisme à Cogne est favorisé en particulier par sa position au cœur du Parc national du Grand-Paradis et par le fait de faire partie des Perles des Alpes, Cogne étant la seconde localité valdôtaine à avoir été choisie après Chamois.

Administration[modifier | modifier le code]

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
9 mai 2005 24 mai 2010 Bruno Zanivan Liste civique  
24 mai 2010 en cours Franco Allera Liste civique  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Veulla (chef-lieu), Boutillères, Champlong, Crétaz, Épinel, Gimillan, Moline, Montroz, Lillaz, Valnontey.

  • Veulla (= ville) est le chef-lieu ;
  • Les parties dans lesquelles chef-lieu se divise sont : Sonveulla (fr. "Sonville", le centre historique), Desot veulla (fr. Ville dessous), Métanéire (la partie centrale, comprenant l'église et la maison communale), Laydatré (fr. Au-delà des trois, près des implantations de ski et de la télécabine), Son-lou-pro (fr. Au-dessus des prés, la partie haute, vers le Valnontey) ;
  • Gimillan offre l'un des plus beaux panoramas sur la cuvette de Cogne ;
  • La vallée se divise en deux vallons, à l'ouest se trouve le Valnontey, au sud, le Valleille, où se trouvent les merveilleuses cascades de Lillaz.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Aymavilles, Brissogne, Champorcher, Charvensod, Fénis, Gressan, Locana (TO), Noasca (TO), Ronco Canavese (TO), Saint-Marcel, Valprato Soana (TO), Valsavarenche

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Ce toponyme signifie en patois cognein littéralement « au-delà des trois » sous-entendant les trois parties historiques du chef-lieu (Sonveulla, Desot-Veulla et Métanéire), Laydatré étant la partie nouvelle bâtie récemment pour accueillir les installations de ski.
  3. En patois cognein littéralement « en amont des prés ».
  4. Lien.
  5. Le mot du mois : l'inalpe - www.patoisvda.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Cogne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]