Édouard Ferray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Édouard Ferray
Fonctions
Liste des maires d'Évreux
-
Liste des conseillers généraux de l'Eure
-
Président
Chambre de commerce et d'industrie de l'Eure
-
Biographie
Naissance
Décès

Évreux
Nom de naissance
Henry Édouard Féray
Nationalité
française
Formation
Activités

Édouard Ferray, ou Féray selon son acte de naissance[2] ou encore Feray (né en 1845, mort en 1903), est un pharmacien de formation, spéléologue français et homme politique.

Il est surtout connu pour ses travaux d'hydrogéologie dans le karst normand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Ferray est né le à Évreux dans le département de l'Eure ; il est décédé le dans la même ville [3].

Après des études supérieures effectuées à l'école de pharmacie de Paris où il côtoie Marcellin Berthelot, il revient s'installer comme pharmacien dans sa ville natale en 1869. Son métier l'amène à s'intéresser aux eaux d'alimentation sur lesquelles il effectue de nombreuses analyses.

C'est alors que se déclenche la « guerre des eaux » avec la ville de Paris qui achète un grand nombre de sources pour assurer les besoins en eau de la capitale.

Avec l'appui du conseil d'arrondissement d'Évreux dont il est membre, il obtient des crédits du ministère de l'Agriculture et du conseil général de l'Eure pour effectuer des études et recherches sur l'hydrogéologie du département de l'Eure de 1879 à 1898.

Il devient le premier président de la chambre de commerce et d'industrie d'Évreux (1890-1903). Conseiller municipal, il est élu maire d'Évreux le à la suite d'Anatole Guindey, mort en fonction.

Activités spéléologiques[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la spéléologie, Édouard Ferray effectue des études et recherches sur l'hydrogéologie du département de l'Eure et en particulier sur les eaux du Sec Iton.

Il intègre des travaux antérieurs de Guettard (1758), Lapeyruque [4] (1857), René Bonin (1856), Caffin[réf. nécessaire] (1865-1866). Il réalise de nombreux traçages, selon un protocole scientifique très strict.

Il décrit et topographie plusieurs cavités normandes, dont certaines sont toujours étudiées par les spéléologues actuels[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ferray, E. (sans date) : titre inconnu, in Recueil de la Société libre de l'Eure, après 1878, avant 1882.
  • Ferray, E. (sans date) : titre inconnu, in Bulletin des travaux des Sociétés savantes, ministère de l'Instruction publique (Paris), après 1878, avant 1882.
  • Ferray, E. (1882) : Les pertes de l'Iton, in Congrès des Sociétés savantes, Sorbonne (Paris), avril 1882, 1883, 15 pages, Édition Ernest Quettier (Évreux), reprint in L'Eure souterraine (3), 1984, pages 46-56, Édition Fareu (Évreux).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il se fait remettre l'insigne de chevalier de la Légion d'honneur[2] le 27 février 1901 par le préfet Dominique Dévérini-Vico.

Un odonyme local rappelle le nom de cette personnalité : Rue Édouard Feray à Évreux[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Rue Édouard Feray », à Évreux, Eure, Normandie, France. 49° 01′ 41″ N, 1° 09′ 03″ E
    Voir notamment : Google Maps & Google Street 1 & Google Street 2 & OpenStreetMap & annuaire-mairie.fr
  2. a et b « Notice LH/956/19. », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. Sources fascicule 20 personnalités qui ont fait Évreux édité à l'occasion des Journées du Patrimoine 2010 par les Archives municipales d'Évreux.
  4. Conducteur des Ponts-et-Chaussées, cité dans une étude hydrogéologique réalisée par le BRGM sur le Sec-Iton en 1971 Lire en ligne
  5. Site du Centre normand d'études du karst (CNEK)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]