Henriette d'Angeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Angeville.
Henriette d'Angeville
Portrait d'Henriette d'Angeville.
Portrait d'Henriette d'Angeville.
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance ,
Semur-en-Auxois, Côte-d'Or (France)
Décès (à 76 ans),
Lausanne, Vaud (Suisse)
Surnom Mademoiselle d'Angeville, la fiancée du mont Blanc
Carrière
Disciplines Alpinisme, spéléologie
Ascensions notables Mont Blanc (1838)

Henriette d'Angeville, née le à Semur-en-Auxois[1] et morte le à Lausanne, plus connue sous le nom de « Mademoiselle d'Angeville, la fiancée du mont Blanc », est une alpiniste franco-suisse. Elle est la deuxième femme à gravir le mont Blanc. Vers la fin de sa vie, elle s'intéresse à la spéléologie et fonde un musée de minéralogie à Lausanne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, le père d'Henriette est fait prisonnier et son grand-père est guillotiné[2]. La famille d'Angeville s'installe à Hauteville-Lompnes, dans le Bugey, dans le département de l'Ain[3]. Dès l'âge de 10 ans, Henriette se lance dans l'ascension de quelques sommets calcaires dans les alentours du Bugey[3].

L'ascension du mont Blanc[modifier | modifier le code]

Une des locomotives du tramway du Mont-Blanc baptisée « Mademoiselle d'Angeville »

Henriette d'Angeville, vivant à Genève[4], rêve depuis longtemps de gravir le mont Blanc lorsqu'elle entame de minutieux préparatifs et se fait confectionner une toilette spéciale comprenant un pantalon bouffant, un manteau cintré et un canotier-cagoule isolant[5]. Parvenue au sommet le en compagnie de douze guides et porteurs[6], elle devient à l'âge de quarante-quatre ans la deuxième femme à gravir le mont Blanc, trente ans après Marie Paradis (1778-1839). Pour son exploit, elle est désormais surnommée « la fiancée du mont Blanc »[5]. En 1838, Marie Paradis participe à la réception donnée par Henriette d'Angeville après son exploit et lui confie en la félicitant qu'elle la considérait comme la première véritable femme alpiniste à monter au sommet du Mont Blanc[7]. Effectivement, Henriette d'Angeville est la première femme à faire l'ascension jusqu'au sommet sans se faire aider physiquement[2].

La carrière d'alpiniste et de spéléologue[modifier | modifier le code]

Elle continue sa carrière d'alpiniste pendant encore 25 ans[5]. Sa dernière grande course est l'ascension de l'Oldenhorn dans les Diablerets (Alpes vaudoises) en 1863 qu'elle réalise à l'âge de 69 ans[4], puis elle s'installe pour sa retraite dans le gros village de Ferney-Voltaire (pays de Gex)[2]. Vers la fin de sa vie, elle s'intéresse à la spéléologie et fonde un musée de minéralogie à Lausanne[5].

Mort[modifier | modifier le code]

Elle meurt le 13 janvier 1871 à l'âge de 76 ans à Lausanne[2].

Le Carnet vert[modifier | modifier le code]

Dans son texte, elle explique écrire son histoire à cause de son genre, décrivant comment les ressentis des femmes peuvent différer des hommes et insiste sur l'aspect extraordinaire de son expérience en tant que femme[8]. Elle fait plusieurs fois références à Marie Paradis, une paysanne, considérant que bien qu'elle soit la première femme à avoir grimpé le Mont Blanc, elle se considère comme plus capable de comprendre ses ressentis qu'elle, car venant de l'aristocratie[8]. Par son récit, elle remet en cause les stéréotypes sociaux, bien qu'elle n'hésite pas à les « utiliser » pour justifier certaines de ses actions[3].

En 2007, le Conseil général de la Haute-Savoie a pu acheter 18 de ces dessins au crayon, au sépia ou à l'aquarelle qui illustrent les différentes étapes de l'ascension. Ils ont une grande valeur historique et ethnographique, tant pour l'histoire de la conquête des cimes que pour celle de l'émancipation féminine par l'écriture et par le sport.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives en ligne de Côte-d'Or, état civil 1758-an V, vue 62/652
  2. a b c et d « figures de l'alpinisme : Henriette d'Angeville », sur alpinisme.com (consulté le 10 mars 2019)
  3. a b et c Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Femmes et alpinisme: un genre de compromis, 1874-1919, L'Harmattan, (ISBN 9782296002012, lire en ligne), p. 42-43
  4. a et b Sylvain JOUTY et Hubert ODIER, Dictionnaire de la montagne, Place des éditeurs, (ISBN 9782258082205, lire en ligne)
  5. a b c et d Dufour, Catherine, Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses, Paris, Fayard, (ISBN 978-2-2136-8131-3), « 2. Alpinistes », p.14-15
  6. Gérard Bordes, Grande Encyclopédie de la Montagne, t. 1, Paris, Atlas, , 2400 p.
  7. Le Dauphiné Libéré du 27 décembre 2007
  8. a et b Bénédicte Monicat et Bénédicte Marie Christine Monicat, Itinéraires de l'écriture au féminin: voyageuses du 19e siécle, Rodopi, (ISBN 9789051838718, lire en ligne), p. 81-82

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Spécial Centenaire de la Spéléologie », Spelunca, no 31,‎
  • Colette Cosnier, Henriette d'Angeville : La Dame du Mont Blanc, Paris, Paulsen, coll. « Guérin », , 304 p. (ISBN 978-2911755972)

Liens externes[modifier | modifier le code]