Véronique Le Guen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Véronique Le Guen
Véronique Le Guen et Michel Siffre.jpg
Avant l'expérience "hors du temps" de Véronique Le Guen présentation des connexions sur un mannequin, avec Michel Siffre
Biographie
Naissance

Saint Maur des Fossés (Val de Marne)
Décès
Nom de naissance
Véronique BorelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Véronique Borel-Le Guen (née Véronique Borel le à Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne, morte le ) est une spéléologue française.

Ancienne élève de science Po autrefois secrétaire de direction dans une maison d'édition, elle a été choisie pour ses qualités physiques et mentales pour une expérience hors du temps. Déjà recordwoman de plongée en siphon souterrain (47 heures d'immersion en Australie) elle s'est faufilée dans de nombreuses grottes souterraines immergées équipée de scaphandres et matériel respiratoire.

En couple avec Francis Le Guen, elle est principalement connue pour avoir réalisé une expérience d'isolement sous terre afin d'étudier les rythmes circadiens de l'être humain.

Expérience de chronobiologie[modifier | modifier le code]

Le , Véronique 32 ans descend dans l'aven de Valat-Nègre dans le Causse noir, près de Millau, à 82 mètres de profondeur, pour une expérience de chronobiologie, dirigée par Michel Siffre et en collaboration avec de plusieurs membres du C.N.R.S., du C.N.E.S., du C.E.A. Elle n'a de contact avec la surface que par radio, sans qu'aucune indication de temps (jour ou heure) ne lui soit communiquée. Rapidement, son rythme nycthéméral se déphase complètement avec celui de la surface. Elle ne ressort de sa claustration volontaire que 111 jours plus tard[1], le . Cette tentative inédite permettra de multiples études et analyses sur les rythmes biologiques et les cycles du sommeil.

Décès[modifier | modifier le code]

Le , soit quatorze mois après sa sortie, Véronique Le Guen se donne la mort[2] en absorbant une dose massive de produits toxiques.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Seule au fond du gouffre, Arthaud, 1989

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des rythmes de vie aux rythmes scolaires: Une histoire sans fin, Claire Leconte, Presses Universitaires du Septentrion, 2017 p. 136.
  2. Le suicidologe: Dictionnaire des suicidés célèbres, François de Negroni, Corinne Moncel, Le Castor Astral, 1997 p. 284

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]