Robert Sténuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sténuit.

Robert Pierre André Sténuit1933 - ) est un plongeur, archéologue sous-marin, journaliste et écrivain d'origine belge.

Après des études en Sciences Politiques, Robert Sténuit se lance d'abord dans la spéléologie et la plongée souterraine, à partir de 1950.

En 1962, il participe au projet Man in Sea à Villefranche sur Mer pour établir un record historique, 24 heures par 60 m de fond. L’idée était de prouver qu’après l’espace, l’homme pouvait vivre sous l’eau pour de longues périodes, devenir un Aquanaute. Deux ans plus tard il devient « L’Homme le plus profond» en passant 49 heures à 130 m de profondeur, en saturation, dans une maison sous la mer. Il devient ensuite plongeur d’essai et participe à de nombreuses simulations pour mettre au point les nouvelles tables de désaturation et tester le mélange Oxygène / Hélium pour des plongées de plus en plus profondes.

C’est aussi à cette époque qu’il se lance dans l’archéologie sous-marine et la recherche d’épaves. Entre beaucoup d’autres, il découvre et fouille en 1967 la première épave retrouvée de l’Invincible Armada, la galéasse Girona, perdue en 1588 sur la côte d’Irlande du Nord. Il s’agit du plus important trésor de l’Armada jamais découvert.

En tout, une vingtaine d’épaves, d’époques et d’origines différentes sont sorties des eaux grâce au travail de Robert Sténuit, et avec elles, ce sont des cargaisons d’or et d’argent, de lingots et de pièces, de bijoux et de merveilles, qui ont refait surface.

Il a créé, en collaboration avec Henri Delauze, (président de la COMEX) le Groupe de recherche archéologique sous-marine post-médiéval, le GRASP. Les travaux du GRASP sont publiés dans l'International Journal of Nautical Archaeology (Londres). Ils ont été, en outre, le sujet de plusieurs livres et de nombreux articles de vulgarisation (notamment dans le National Geographic Magazine). Ils ont également fait l'objet de programmes de télévision, de conférences etc.

Ils ont valu au Directeur-Fondateur du Groupe, M. Robert Sténuit, un doctorat Honoris Causa en Science de la Nouvelle Université d'Ulster (Coleraine) "pour avoir contribué à faire de l'archéologie sous-marine une discipline scientifique".

Épaves retrouvées et découvertes de Robert Sténuit[modifier | modifier le code]

Navires de commerce[modifier | modifier le code]

. Frégate WENDELA, Cie. Asiatique Danoise, 1737, Fetlar (Shetland)

. Flûte LASTDRAGER, V.O.C., 1653, Yell (Shetland)

. Navire SLOT TER HOOGE, V.O.C., 1724, Porto Santo (Madère)

. Navire WITTE LEEUW, V.O.C., 1613, Ile de Ste. Hélène (Atlantique Sud)

. Navire DE BOOT, V.O.C., 1738, Sud Devon (Royaume-Uni)

. Navire WINTERTON, E.E.I.C., 1792, Salary (Madagascar)

. Steamer MEÏ-KONG, Messageries Maritimes, 1877, Cap Guardafui (Somalie)

. Nao NUESTRA SEñORA DE LA ASUMPCIÓN Y LAS ANIMAS,  Carrera de Indias, 1681 (Panama)

Navires de guerre[modifier | modifier le code]

. Galéasse GIRONA, Invincible Armada, 1588 (Irlande du Nord)

. Frégate ATHÉNIENNE, Royal Navy, 1806, Esquerquiz (Méditerranée)

. Côtre SPRIGHTLY, Royal Navy, 1777, Guernesey (Iles Anglo-Normandes)

. Navire CURACAO, Admiraliteit Amsterdam, 1729, Unst (Shetland)

. Pinque EVSTAFFI, Marine Impériale Russe, 1780, Griff Skerry (Shetland)

. Frégate THETIS, Royal Navy, 1830, Cabo Frio (Brésil)

. Naú NOSSA SENHORA DO MONTE DO CARMO, Marine Royale Portugaise, 1775, Salary (Madagascar)

Divers[modifier | modifier le code]

Récupération d’une statue grecque en bronze (apoxyomenos), 4è-3è siècle av. J.C., Vele Orjule (Croatie)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Trésors des mers, l'histoire engloutie – Éditions du Trésor
  • Ces mondes secrets où j'ai plongé – Robert Laffont
  • L'Or noir sous les flots bleus – Dargaud
  • Histoire des pieds lourds – Musée du scaphandre
  • Les épaves de l'or – Gallimard
  • Dauphin mon cousin – Le livre de poche
  • La plongée sous-marine, vacances chez Neptune – Dargaud
  • Le livre des trésors perdus – Famot
  • Les Trésors de l'Armada – Albin Michel
  • Les jours les plus profonds – Plon
  • L'Or à la Tonne l'exploitation des trésors engloutis - Glénat
  • La flûte engloutie - Plon

Distinctions[modifier | modifier le code]

- Docteur Honoris Causa de la “New University of Ulster” “pour avoir contribué à  placer l’archéologie sous-marine sur une base scientifique”.

- Lauréat du “Premio Maurizio Sarra” (Rome), 1964.

- Lauréat du “Sea-View Award” (Anvers), 1990.

- Lauréat du “Reg Vallintine Award” “for historical diving achievements” de la “Historical Diving Society” (Londres), 2000.

- Lauréat du “Premio Artiglio 2005” (Viareggio).

- Membre de la “Nautical Archaeology Society” (Londres).

- Membre de l’ “Institute of Nautical Archaeology” (Texas).

- Membre de la “Commission française d'Histoire Maritime” (Paris).

- Membre du “Club des Explorateurs” (Paris).

- Ex-membre de la (défunte) “Belgian Nautical Research Association”.

- Membre de la “Historical Diving Society” (Londres).

- Membre de l’ “Advisory Board” de la “Historical Diving Society” (Santa Maria, Ca, USA).

- Membre de l’ “International Advisory Board” du “Bermuda Underwater Exploration Institute” (Hamilton, Bermuda).

Citation[modifier | modifier le code]

"Je me suis toujours fait une certaine idée des trésors.                                                                Mais le mot, le mot magique avec son grand T, demande définition.                                                   Dans ma définition, le noble métal jaune ne figure pas seul.                                                           Le mot « Trésor » recouvre aussi, à part entière et sans discriminer, toutes les sortes de découvertes,
aussi bien tout objet d’importance historique, sentimentale ou financière, que
toute sensation, intellectuelle ou viscérale, que je parviendrais à pêcher dans
un dépôt d’archives poussiéreux ou bien au fond d’un océan.                                                             A son découvreur donc, un trésor apporte tout, tout ce qui compte."

Sources et références[modifier | modifier le code]