Jean-Michel Leniaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Michel Leniaud
Image dans Infobox.
Jean-Michel Leniaud en 2014.
Fonctions
Président
Société des amis de Notre-Dame de Paris (d)
depuis
Directeur
École des chartes
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
ToulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Maître
Directeur de thèse
Claude Goyard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Jean-Michel Leniaud (né le à Toulon) est un haut fonctionnaire et historien de l'art français. Archiviste paléographe, enseignant-chercheur et inspecteur des monuments historiques, il est directeur de l'École nationale des chartes du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un médecin de la marine[1], Jean-Michel Leniaud naît le à Toulon, dans le Var[2],[3].

Il fréquente le lycée Gambetta d'Oran, le lycée Pierre-Loti de Rochefort, le lycée Dumont-d'Urville de Toulon et le lycée Pierre-de-Fermat de Toulouse[3].

Musicien amateur, il suit les cours de la classe d'orgue de Xavier Darasse au conservatoire de Toulouse (1969-1972)[4] et envisage des études de musicologie[1] avant de se réorienter vers l'histoire de l'art. Il poursuit alors des études d'archiviste paléographe à l'École nationale des chartes, dont il sort diplômé en 1976[2]. Sa thèse, Recherches sur Jean-Baptiste Lassus (1807-1857), archéologue et architecte, porte sur Jean-Baptiste-Antoine Lassus, dont l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville à Paris est le dernier chantier.

Il est également licencié en histoire et en histoire de l'art, diplômé de l’École pratique des hautes études (1978), docteur d'État en droit (1986)[5] et habilité à diriger des recherches[6] en lettres et sciences humaines (1990)[7].

Acteur de la conservation du patrimoine (1977-2011)[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Leniaud est un historien connu notamment pour ses travaux sur l’histoire du patrimoine et sur l’histoire de l’architecture[8].

Inspecteur puis inspecteur en chef (1989) des monuments historiques de 1977 à 1990, il est successivement conservateur régional des monuments historiques pour la région Rhône-Alpes (1979-1983), chef de la division des affaires générales et de la protection des monuments historiques (1983-1986) puis chef de la division du patrimoine mobilier (1986-1990) au ministère de la Culture où il s'occupe, entre autres, de la déconcentration des monuments historiques au niveau régional.

Il se consacre entièrement à la recherche et à l'enseignement depuis 1990, année où il est nommé directeur d'études à l’École pratique des hautes études dans la section des sciences historiques et philologiques. Il enseigne également l’histoire de l’art de l'époque contemporaine à l’École nationale des chartes comme chargé de cours (1991-1996) puis comme professeur (depuis 1996) ; et à l’École du Louvre depuis 2000[6], où il avait fondé en 1991 la classe préparatoire au concours de conservateur du patrimoine.

En 2003, il est membre de la commission présidée par René Rémond sur la répartition entre l'État et les collectivités territoriales des monuments historiques affectés au ministère de la Culture. Le rapport a été remis le [9].

Il est membre de la Commission nationale des monuments historiques jusqu'en , de la commission régionale du patrimoine et des sites d’Île-de-France jusqu'en 2012 et de celle de Poitou-Charentes jusqu'en 2016. En , il est nommé président du conseil scientifique de l'Institut national du patrimoine[10], renouvelé en 2017[11] et en 2020[12]. En , il est désigné président du conseil scientifique de la Fondation La Sauvegarde de l'art français[13].

En 2017, il est introduit membre d'honneur dans la compagnie des architectes en chef des monuments historiques[14].

Par arrêté du 28 octobre 2020 de la ministre de la Culture, il a été nommé membre du conseil d'administration du Centre des monuments nationaux[15].

Il est commissaire général de plusieurs expositions : Viollet-le-Duc et le goût des ruines, château de Pierrefonds, 1979-1980, Viollet-le-Duc. les visions d'un architecte, Cité de l'architecture et du patrimoine, [16],[17] et La splendeur retrouvée de la basilique Saint-Denis. François Debret (1770-1830), architecte romantique, Centre des monuments nationaux, basilique Saint-Denis, [18],[19].

Ses recherches portent essentiellement sur l’architecture des XIXe et XXe siècles, sur les institutions artistiques et sur l’histoire religieuse en rapport avec les arts. Il mène également une réflexion sur la notion de patrimoine dans notre société[20]. Il dirige en outre la publication des procès-verbaux de l’Académie des beaux-arts (après 1811), douze volumes parus[21]. Il est jusqu'en 2018 rédacteur en chef de la revue semestrielle Livraisons d’histoire de l’architecture.

Activités internationales[modifier | modifier le code]

Ancien consultant de l’Unesco pour le patrimoine (Laos et Niger) et expert du Conseil de l’Europe. Expert universitaire international (Milan, Montréal, Leuven). Ancien membre du collège européen de gradués EPHE/TU Dresden. Invité dans de nombreuses universités et institutions étrangères : Alba Iulia, Berne, Bologne, Bruxelles (U.L.B.), Budapest, Dresde, Florence, Fribourg, Genève, Göttingen, Lausanne, Leuven, Londres, Louvain-la-Neuve, Milan, Montréal, Naples, Norwich, Prague, Québec, Rome, Ryad, Saint-Petersbourg, Szeged, Tokyo, Toronto, Tunis, Turin, Venise, Vienne, etc.[22] Titulaire d'une Chaire mobile du Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions, au Canada[23].

Directeur de l'École des chartes (2011-2016)[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé directeur de l'École nationale des chartes[24] pour une durée de cinq ans. Pour la première fois un contemporanéiste est appelé à la tête de l'établissement[25]. Il contribue à la modernisation de l'administration et des moyens de communication de l'École, améliore le cursus des études en développant les stages internationaux, pilote le transfert depuis la Sorbonne jusqu'aux deux sites actuels de la rue de Richelieu, consolide la place de l'établissement dans le Campus Condorcet et l'installe au sein de l'Université Paris sciences et lettres[26].

En , il est nommé par arrêté de la ministre de la Culture président de la commission du patrimoine cultuel. Cette commission n'ayant jamais été réunie, il démissionne de cette attribution en [27]. La même année, il préside le jury du premier prix historique "Jean Clinquart", de l'association pour l'Histoire des Douanes (AHAD)[28].

En 2016, son programme pour un nouveau mandat comme directeur de l'École nationale des chartes n'est pas retenu par les conseils de l'École[29]. Michelle Bubenicek est nommée pour lui succéder à compter du [30].

Président de la Société des amis de Notre-Dame de Paris (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

En 2017, il succède à Alain Erlande-Brandenburg à la présidence de la Société des amis de Notre-Dame de Paris[31].

Par arrêté du , Jean-Michel Leniaud est nommé membre du conseil scientifique de l'établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris[32].

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Président d'honneur de l'association Livraisons d'histoire de l'architecture et rédacteur en chef de la revue du même nom (2001-2020).
  • Administrateur du Fonds de dotation Pierre Mesmer.
  • Administrateur de la Fondation pour le rayonnement de la trompe musicale.
  • Vice-président de l'Association des anciens honneurs héréditaires (2014-2021).

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Cour des comptes au palais d'Orsay. Chronique d'un drame de pierre, Paris, La Documentation française, Comité d'histoire de la Cour des comptes, 2021, 152 p.[35] (ISBN 978-2-252-04524-4).
  • Préface à Adolphe-Napoléon Didron, Histoire de Dieu. Iconographie chrétienne, Paris, Les Mondes de l’art. Klincksieck, 2021 (ISBN 978-2-252-04524-4).
  • Préface à Les Cathédrales d’Arras du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque des 4, 5 et 6 octobre 2017, sous la direction de Laurence Baudoux-Rousseau et Delphine Hanquiez, Université d’Artois, Aire-sur-la-Lys, 2020, ateliersgalerieéditions (ISBN 978-2-916601-48-9).
  • Architecture au XIXe siècle. Programmes, styles, fantasmes, Rome, Campisano editore, 2021, 317 p. (ISBN 978-88-85795-48-8).
  • Eugénie. L’Impératrice architecte, avec Marie-France Lecat, Bruxelles, AAM Éditions, 2021 (ISBN 978-2-87143-380-4).
  • Champs-Élysées. 1900-1930. Art nouveau. Art déco, avec Maurice Culot, Charlotte Mus et al., préface de Nadine de Rothschild, Bruxelles, AAM Éditions, 2021 (ISBN 978-2-87143-391-0).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie sur lesechos.fr
  2. a et b Biographie sur le site de France Inter.
  3. a et b Notice dans le Who's Who.
  4. Philippe Bachet, Xavier Darasse. 1934-1992, Toulouse, , 767 p. (ISBN 979-10-699-3846-5), p. 108
  5. Voir diplôme de l'université de droit, d'économie et de sciences sociales de Paris, Paris 2, 10 mars 1986, et notice SUDOC de la thèse.
  6. a b c d et e Biographie dans EducPros, sur letudiant.fr
  7. « Jean-Michel Leniaud », sur prosopo.ephe.fr.
  8. Vincent Noce, « Jean-Michel Leniaud directeur de l’École nationale des chartes », "Portrait", Le Journal des Arts, n° 397, 20 septembre 2013
  9. « Le rapport Rémond. Dans le cadre de la Décentralisation, un « transfert souhaitable » de propriété à une collectivité territoriale », sur www6.nordnet.fr (consulté le )
  10. Arrêté du 5 mai 2011 portant nomination du président du conseil scientifique de l'Institut national du patrimoine.
  11. Arrêté du 30 mars 2017 portant nomination du président du conseil scientifique de l'Institut national du patrimoine.
  12. Arrêté du 30 janvier 2020 portant nomination du président du conseil scientifique de l'Institut national du patrimoine.
  13. « Rapport d'activité 2018 de la Fondation La Sauvegarde de l'art français » (consulté le )
  14. « Les membres d'honneurs », sur La compagnie des Architectes en Chef des Monuments Historiques (consulté le )
  15. « Légifrance - Publications officielles - Journal officiel - JORF n° 0272 du 08/11/2020 », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  16. Dossier de la Cité de l'architecture et du patrimoine sur l'exposition Viollet-le-Duc, 2014
  17. Jean-Jacques Larrochelle, compte rendu de l'exposition Viollet-le-Duc, Le Monde, 3 janvier 2015
  18. Adrien Goetz, "L'architecte qui fit sa révolution artistique à Saint-Denis", Le Figaro, 31 décembre 2018
  19. Maria D. Valderrama-Efe, "La joya oculta parisina qui guarda parte de la historia de Francia", La Vanguardia, 1er janvier 2019
  20. Interview pour Le Monde à l'occasion des Journées du patrimoine]
  21. Frédéric Chappey, "Compte-rendu bibliographique" du tome XI des Procès-verbaux de l'Académie des Beaux-Arts (1860-1864), édité par Sybille Bellamy-Brown, sous la direction de Jean-Michel Leniaud, Paris, 2018, éd. École nationale des chartes, Mémoires et documents de l'École des chartes, n°106, 760 p., 5 index, dans Bulletin monumental de la Société française d'Archéologie, 2019, t.177-2, p.199-200.
  22. Voir rapports annuels d'activités du directeur d'études édités par la section des sciences historiques et philologiques de l'École pratique des hautes études.
  23. « Chaires mobiles du CELAT – Celat », sur www.celat.ulaval.ca (consulté le )
  24. Décret du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche du 10 août 2011 publié au Journal officiel de la République française du 11 août 2011.
  25. Yann Verdo, "Un contemporanéiste à l'École des chartes", Les Échos, 7 octobre 2011
  26. « Rapports d’activité et comptes financiers », sur École nationale des chartes, (consulté le )
  27. Entretiens avec Jean-Philippe Lecat, ministre de la culture et de la communication, 1978-1981, recueillis et présentés par Françoise Mosser, Paris, La Documentation française, 2016, p. 306, n.12
  28. « Assemblée générale de l'AHAD le 17 mai 2013 à MONTREUIL »,
  29. « École des chartes : « Je pars avec le sentiment qu'une partie des chantiers est inachevée » (JM Leniaud) », sur newstank.fr, .
  30. « Michelle Bubenicek nommée directrice de l'École à partir du 1er septembre 2016 », sur enc-sorbonne.fr, .
  31. Présentation de la société des amis de Notre-Dame de Paris (consulté le 9 avril 2020).
  32. Arrêté du 27 mars 2020 portant nomination au conseil scientifique de l'établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
  33. Comptes rendus : Arnaud Timbert, Bulletin monumental, 1997, n° 155-3, p. 262-263 ; Philippe Plagnieux, 2000, 158-4, p. 378-379 ; Anne Lombard-Jourdan, Bibliothèque de l'École des chartes, 1997, vol. 155-1, p. 423-425 ; Denis Lavalle, Revue de l'art, 1997, 115, p. 75-76.
  34. Compte rendu de Françoise Hamon, Bulletin monumental, 1999, n° 157-2, p. 254 ; compte rendu de François Macé de Lépinay, Revue de l'art, n° 124, p. 92-93
  35. Compte rendu par Danièle Lamarque dans Gestion et finances publiques, n°3-2021, mai-juin 2021.
  36. Décret du 30 novembre 2019 portant promotion et nomination
  37. « Bibliothèque de l'école des chartes. 1995, tome 153, livraison 2. page 619 » (consulté le )
  38. « Actualité de l'académie des beaux arts » (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]