Wolfgang Preiss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Preiss.

Wolfgang Preiss

Naissance 27 février 1910
Nuremberg, Allemagne
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemand
Décès 27 novembre 2002 (à 92 ans)
Baden-Baden, Allemagne
Profession Acteur

Wolfgang Preiss, né le 27 février 1910 à Nuremberg, et mort le 27 novembre 2002 à Baden-Baden, est un acteur allemand, connu pour ses multiples rôles d'officier allemand et celui du Dr Mabuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'enseignant, Wolfgang Preiss étudie la philosophie, les lettres et le théâtre au début des années 1930. Il prend également des cours privés avec Hans Schlenck et fait des apparitions dans diverses productions théâtres à Heidelberg, Königsberg, Bonn, Brême, Stuttgart et Berlin.

En 1941, il rejoint le théâtre populaire berlinois d'Eugen Klöpfer, son enrôlement dans l'unité de défense aérienne de la Wehrmacht en avril 1941 lui permet de poursuivre son activité théâtrale. Jusqu'alors, il a été "laissé de côté" parce qu'un officier du bureau de révision était un de ses admirateurs.

En 1942, il fait ses débuts au cinéma dans une production de l'UFA : Le Grand Amour, un film de propagande avec Zarah Leander. Après la guerre, Wolfgang Preiss retourne au théâtre, et à partir de 1949 il prête sa voix au doublage de films en allemand.

En 1954, il revient au cinéma en apparaissant dans L'Amiral Canaris d'Alfred Weidenmann. L'année suivante, il incarne le rôle principal de Claus von Stauffenberg dans le film de Falk Harnack, Le 20 juillet qui a trait au complot visant à assassiner Hitler en 1944. Il se voit décerner pour ce rôle le Prix Fédéral du Film en 1956 et jouit d'une certaine notoriété.

Dès lors, Wolfgang Preiss se cantonne aux rôles d'officier droit et loyal qu'il joua dans plusieurs films et dans de nombreuses productions internationales, principalement en Italie et aux États-Unis, jouant occasionnellement un plus typique officier nazi cynique ou brutal.

Il apparaît dans des productions telles que Le Jour le plus long (1962), Un pont trop loin de Richard Attenborough (1977), Le Cardinal d'Otto Preminger (1963), et avec Jean-Paul Belmondo dans Paris brûle-t-il ? (1966). Il est en tête d'affiche aux côtés de Burt Lancaster dans Le Train de John Frankenheimer (1964), de Frank Sinatra dans L'Express du colonel von Ryan (1965), de Robert Mitchum dans La Bataille pour Anzio (1968), et de Richard Burton dans Le Cinquième commando (1971).

En outre, pour le public ouest-allemand, il devient l'incarnation du génie maléfique pour son rôle du Dr Mabuse. Il joue ce rôle pour la première fois en 1960 (succédant à Rudolf Klein-Rogge) dans Le Diabolique Docteur Mabuse de Fritz Lang puis à quatre autres reprises.

Dès le milieu des années 1960, Wolfgang Preiss tourne davantage pour la télévision, jouant notamment Georges-Marie Haardt dans La Cloche tibétaine et le général Walther von Brauchitsch dans les télésuites américaines Le Souffle de la guerre et War and Remembrance, basées sur les livres de Herman Wouk.

En 1987, il reçoit un second Prix Fédéral du Film pour l'ensemble de sa carrière, qui aura comporté plus de 100 participations dont près de 30 pour des rôles d'officier allemand. Il meurt à la suite d'une chute à l'âge de 92 ans.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Lors du film Le Diabolique Docteur Mabuse, afin que les spectateurs ne puissent démasquer à l'avance le méchant du film, les scénaristes ont eu l'idée, non dénuée d'une pointe d'humour, de créditer Wolfgang Preiss du seul rôle du professeur Jordan alors qu'un certain Lupo Prezzo était annoncé pour le rôle de Cornelius.

Ce nom est en fait le nom italianisé de Wolfgang Preiss : Wolf(gang) (loup en allemand) devenait Lupo et Preiss (prix en allemand) devenait Prezzo. Un nom inconnu à résonance italienne semblait crédible compte tenu de la production italo-allemande du film. Ce nom est encore utilisé dans certains ouvrages spécialisés.

D'autre part, ce secret a fait naître une sorte de maxime dans la profession (avec une rime en -eiß) : "Ich weiß etwas, was niemand weiß, den Mabuse spielt der Preiss." ("Je sais quelque chose que tu ne sais pas, le Mabuse est joué par le Preiss !")

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]