Georges-Marie Haardt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haardt.

Georges-Marie Haardt

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Georges-Marie Haardt lors de l'expédition la Croisière noire.

Naissance 12 juillet 1884
Naples
Décès 16 mars 1932 (à 47 ans)
Hong Kong
Nationalité française, belge
Pays de résidence France
Profession
Autres activités
Distinctions
Commandeur de la Légion d'honneur

Compléments

Chef des Croisières Citroën

Georges-Marie Haardt (12 juillet 1884, Naples - 16 mars 1932, Hong Kong) est un industriel et explorateur français d'origine belge, directeur général et vice-président dans les débuts des Automobiles Citroën pendant vingt ans et ami proche d' André Citroën.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Naples en 1884 de parents belges, naturalisé français en 1914, il servit durant la première guerre mondiale dans les blindés. Ingénieur, Il fut pendant vingt ans attaché à Citroën, d'abord comme responsable commercial puis comme directeur général de 1905 à 1923[1]. Il est également vice-président de la Société anonyme André Citroën et directeur général de Mors de 1908 à 1914.

De sa vie privée, on sait peu de choses, sinon qu'il était protestant, marié et occupait un appartement rue de Rivoli.

Cet appartement avait été décoré en 1927 dans le style Art Déco par le décorateur Jacques-Emile Ruhlmann, et servait notamment d'écrin à de superbes portraits du peintre Alexandre Iacovleff, membre des Croisières Noire et Jaune.

Sa devise, inscrite sur le flanc de ses voitures de commandement, était "Res, non verba": des actes, non des paroles.

Il fut nommé chef des trois expéditions Citroën, d'abord à travers le Sahara, puis l'Afrique (Croisière noire[1]), puis l'Asie (Croisière jaune[1]). C'est à l'issue d'une grippe, compliquée en double pneumonie, contractée lors de cette dernière expédition sur le chemin du retour, qu'il meurt à Hong Kong le 16 mars 1932.

André Citroën a envoyé ce télégramme aux hommes de l'expédition après avoir appris le décès de son ami : « L'Homme est mort mais l'œuvre reste. Ramenez en France le corps de votre chef. Je pleure avec vous »[1].

Il est membre de l'Automobile Club de France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « Georges-Marie Haardt », sur www.chine-informations.com (consulté le 9 août 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]