Taylor Kitsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taylor Kitsch
Description de cette image, également commentée ci-après

Taylor Kitsch en 2012

Naissance (34 ans)
Kelowna, Colombie-Britannique, Canada
Nationalité Canadienne
Profession Acteur
Mannequin
Films notables X-Men Origins: Wolverine
John Carter
Battleship
Savages
Du sang et des larmes

Taylor Kitsch est un acteur canadien né le à Kelowna, en Colombie-Britannique, Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Taylor Kitsch a deux grands frères et deux petites sœurs. Taylor Kitsch était en fait pendant longtemps destiné à une carrière de hockeyeur professionnel, jusqu'à ce qu'une grave blessure au genou ne l'empêche de réaliser ce rêve. Il profita ensuite de son physique pour, en 2002, intégrer l'agence de mannequins IMG et prêter son image à des marques comme Diesel et Abercrombie & Fitch. Taylor Kitsch apparaît également dans le livre de table à café en édition limitée du célèbre photographe John A. Russo. Il obtint en parallèle un diplôme de nutritionniste et de coach sportif.

Carrière[modifier | modifier le code]

Révélation télévisuelle[modifier | modifier le code]

Sa carrière de comédien fut lancée sur le petit écran puisqu'il débuta avec des apparitions dans des séries comme Godiva's ou Kyle XY, avant d'être révélé aux yeux du grand public pour son interprétation du jeune footballeur Tim Riggins dans la série Friday Night Lights. Son rôle occupe une place des plus importantes dans la série, grâce à laquelle il reçut plusieurs distinctions lors de cérémonies de récompenses, telles que les Teen Choice Awards (deux nominations en tant que meilleure révélation et acteur le plus sexy). De ce fait, Taylor Kitsch fait l'objet de plus en plus de propositions par le grand écran, et ne sera plus régulier au sein de la cinquième saison de Friday Night Lights.

Échecs cinématographiques successifs[modifier | modifier le code]

En 2009, aux côtés de ses partenaires de X-Men Origins: Wolverine, Hugh Jackman et Ryan Reynolds.
En 2011, avec l'équipe de Battleship.

Parallèlement au lancement de Friday Night Lights, il est à l'affiche de productions mineurs, toutes sorties en 2006, où il enchaîne les seconds rôles : sa carrière cinématographique début ainsi aux côtés de Samuel L. Jackson dans le film d'action parodique Des serpents dans l'avion, puis se poursuit avec le thriller Le Pacte du sang et la comédie pour adolescents John Tucker doit mourir. Si le second degré du premier est apprécié par une partie de la critique[1], l'accueil est glacial pour les deux autres[2][3].

L'année suivant marque ensuite un tournant : il reçoit en effet la proposition du réalisateur Gavin Hood du rôle très convoité de Gambit dans X-Men Origins: Wolverine, porté par la star Hugh Jackman dans le rôle titre. Le jeune acteur fait forte impression et engrange beaucoup d'expérience sur le tournage. Il choisit notamment de tourner lui-même -sans doublure- le plus de scènes d'actions possibles, et apprit donc à utiliser les cartes et le fameux bâton du super-héros qu'il incarne. Il déclara d'ailleurs au sujet du personnage qu'il interprète : « Je connaissais le personnage, mais je ne savais rien de son histoire. Je savais que cela se verrait et donc que j'avais du travail. J'adore le personnage, j'adore ses pouvoirs, et j'apprécie ce qu'ils [l'équipe du film] ont fait avec lui. Je ne connaissais pas vraiment ce genre de film, mais avec du recul, ça a été une bénédiction d'y aller et de créer ma propre interprétation du personnage. En bref, je suis vraiment excité par tout ça ! »[réf. nécessaire]. Si le blockbuster fonctionne commercialement, il est très mal reçu par la critique, qui le considère comme le plus mauvais opus de la franchise[4].

En 2011, alors que Friday Night Lights se conclue à la télévision, il est à l'affiche du biopic The Bang Bang Club, réalisé par Steven Silver, dans lequel il joue le rôle d'un photographe de guerre pendant les derniers jours de l'apartheid en Afrique du Sud. Les critiques sont très mitigées.

Il terminé alors le tournage de John Carter, un long-métrage d'heroic fantasy pour Walt Disney Pictures réalisé par Andrew Stanton, où il retrouve l'actrice Lynn Collins, avec qui il avait tourné X-Men Origins: Wolverine. Le blockbuster, doté d'un budget colossal de 250 millions de dollars repose sur l'univers proposé par le cinéaste, et la prestation de l'acteur, seule véritable tête d'affiche. Le film est l'un des plus gros échecs commerciaux du cinéma mondial[5], n’engrangeant qu'un peu plus de 73 millions sur le territoire nord-américain, et se rattrapant à peine à l'étranger[6]. Les critiques ne sont pas non plus tendres vis à vis de ce pourtant ambitieux projet[7].

Deux mois plus tard, il est la star d'un autre blockbuster. Le réalisateur de Friday Night Lights Peter Berg lui a en effet fait confiance avec Battleship, une adaptation cinématographique du jeu de la compagnie Hasbro. Le jeune acteur y donne la réplique au vétéran Liam Neeson et y retrouve son camarade Jesse Plemons, mais donne aussi la réplique à d'apprentis comédiennes comme Rihanna et Brooklyn Decker. Il joue le rôle d'un commandant naval décrit comme un être « fougueux à l'extrême » et un « grand marin mais un piètre politicien »[réf. nécessaire]. Le film est un nouvel échec commercial[8], et reçoit des critiques encore plus catastrophiques[9], tuant une nouvelle fois dans l'oeuf tout espoir de franchise pour le studio.

La même année, il tourne sous la direction d'un cinéaste respecté, Oliver Stone. Dans le thriller Savages, il interprète un jeune dealer de marijuana devant secourir sa petite amie enlevée par un cartel mexicain. Il y a pour partenaire Aaron Johnson. Les jeunes comédiens sont entourés d'acteurs de renoms tels que Benicio del Toro, Salma Hayek ou John Travolta dans les seconds rôles, mais le film ne parvient pas à convaincre les critiques, et ne rentre dans ses frais que grâce à l'international[10].

Regain critique[modifier | modifier le code]

Suite à ces échecs successifs, il revient en 2014 à l'affiche de productions plus modestes, où il n'hésite pas à accepter des seconds rôles.

Il incarne ainsi un jeune médecin dans la production canadienne de Don McKellar, La Grande Séduction à l'anglaise, remake de la comédie québécoise La Grande Séduction, où il évolue aux côtés de Brendan Gleeson. Le film reçoit des critiques mitigées, mais saluant la performance des acteurs[11].

Il revient à la télévision avec un téléfilm pour la chaîne HBO, écrit et réalisé par Ryan Murphy, où vedettes de séries télévisées contemporaines côtoient des stars confirmées du cinéma hollywoodien. Kitsch y donne ainsi la réplique Mark Ruffalo, Matthew Bomer, Jim Parsons, Jonathan Groff, Alfred Molina et Julia Roberts. Ce casting quatre étoiles est acclamé par la critique, qui salue cette oeuvre dédiée aux prémices de la montée du virus du SIDA aux Etats-Unis[12].

Il retrouve ensuite Peter Berg pour un projet plus personnel, un film d'action militaire adapté du roman Du sang et des larmes de Marcus Luttrell, retraçant la véritable mission d'un groupe d'un Navy Seals en Afghanistan. Kitsch y incarne le lieutenant Michael P. Murphy. L'oeuvre fonctionne très bien au box-office, bénéficiant de la présence de la star Mark Wahlberg en tête d'affiche, et de critiques très positives[13].

Enfin, il joue de son image d'héros d'action en incarnant un jeune militaire dans le trailer de lancement du jeu Call of Duty: Advanced Warfare au côté d'Emily Ratajkowski. La même année, Taylor Kitsch prêtera sa voix pour le film d'animation Almost Heroes 3D, une nouveauté pour l'acteur qui ne s'était jamais prêté au doublage.

Toujours en quête de rôles plus adultes, il rejoint le casting de la deuxième saison de l'acclamée série télévisée policière True Detective, diffusée durant l'été 2015 sur la chaîne HBO. Il y incarne Paul Woodrugh, un jeune vétéran de guerre au passé trouble, plongé dans une affaire criminelle qui le dépasse. Il a pour partenaires les stars Colin Farrell, Rachel McAdams et Vince Vaughn.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :