La Grande Séduction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Grande Séduction (homonymie).

La Grande Séduction

Réalisation Jean-François Pouliot
Scénario Ken Scott
Acteurs principaux
Sociétés de production Max Films
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Genre comédie romantique
Sortie 2003
Durée 110 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Grande Séduction est un film québécois de Jean-François Pouliot sorti en 2003.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie-la-Mauderne est un petit village situé en Basse-Côte-Nord, accessible uniquement par les voies aériennes et maritimes (c'est le village réel de Harrington Harbour[1] qui tient lieu de plateau de tournage). Traditionnellement axée vers la pêche, l'économie est complètement à plat dans cette bourgade de 120 habitants. Un projet d'implantation d'une usine de contenants de plastique permettrait de relancer ce village où l'exode se fait fort, et redonner une fierté perdue à tous les habitants. Toutefois, un obstacle se dresse quant à l'arrivée de cette industrie à Sainte-Marie : aucun médecin n'y réside. Nouveau maire du village, Germain Lesage (Raymond Bouchard), aidé de son ami pêcheur Yvon Brunet (Pierre Collin) et du directeur « guichet automatique » de la caisse populaire du coin, Henri Giroux (Benoît Brière), de leurs femmes et de tous les habitants du village, tentera de convaincre le docteur Christopher Lewis (David Boutin) de Montréal, grand amateur de cricket et de jazz fusion, de s'installer à Sainte-Marie-la-Mauderne. Les techniques utilisées par le maire et les habitants ressemblent toutefois à une grotesque tromperie, une grande séduction qui ne tient qu'à un mince fil.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Harrington Harbour

Le village d'Harrington Harbour et la Basse-Côte-Nord en général ont connu un regain d'intérêt de la part des Québécois et d'autres touristes. Le Nordik Express, navire qui faisait la liaison entre Havre-Saint-Pierre et les villages de la Basse-Côte-Nord, a été pris d'assaut par les touristes qui voulaient absolument visiter Harrington Harbour. Le village est maintenant desservi par le Bella Desgagnés depuis 2013.

Cet intérêt a aussi touché l'Europe francophone où a également été présenté le film, notamment au Festival de Cannes de 2003.

Un remake anglophone du film, La Grande séduction à l'anglaise (The Grand Seduction), réalisé par Don McKellar, est sorti en 2013. Un remake français, réalisé par Stéphane Meunier, est également en projet[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Harrington Harbour fait partie de la municipalité de Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent
  2. « La Grande Séduction tentera de charmer le public français », sur yahoo.com,‎ 16 janvier 2014 (consulté le 12 septembre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]