X-Men Origins: Wolverine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

X-Men Origins: Wolverine

Titre québécois X-Men les origines : Wolverine
Titre original X-Men Origins: Wolverine
Réalisation Gavin Hood
Scénario David Benioff
Skip Woods
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Marvel Enterprises
Seed Productions
Dune Entertainment
The Donners's Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Super-héros
Sortie 2009
Durée 107 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

X-Men Origins: Wolverine ou X-Men les origines : Wolverine au Québec et au Nouveau-Brunswick est un film de super-héros américain réalisé par Gavin Hood sur le scénario de David Benioff et Skip Woods, basé sur le personnage de Wolverine créé par Len Wein, John Romita et Herb Trimpe. C’est un prologue de la trilogie de films issus des comics X-Men, mettant en scène les origines du héros Marvel et son histoire avant les événements de la trilogie X-Men. Hugh Jackman reprend son rôle fétiche de héros au pouvoir de régénération convoité par l’armée et impitoyable jusqu’au bout des griffes. Après avoir intégré le programme militaire « Weapon X » qui transforme Wolverine en arme vivante en ayant recours à une opération qui injecte de l’adamantium liquide dans le corps, Wolverine n’a de cesse de retrouver ceux qui ont tué la femme qu’il a aimée[1].

Ce film est d’abord sorti en avant-première le 8 avril 2009 à Sydney en Australie, le 27 avril à Buenos Aires et le 28 avril à Mar del Plata en Argentine, avant la sortie mondiale qui eut lieu les 29 avril (Royaume-Uni, Danemark, Afrique du Sud et Australie), le 30 avril (Philippines et République dominicaine) et le 1er mai (États-Unis et au Canada).

En France, sa sortie dans les salles eut lieu le 29 avril 2009 avec 969 755 entrées[2] cumulées en une semaine.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire débute au Canada en 1845 quand John Howlett est tué par son domestique, Thomas Logan. Le jeune fils Howlett, nommé James, découvre en même temps sa nature de mutant et sa véritable filiation : sous le coup de la douleur d’avoir perdu son père, des griffes d’os surgissent entre ses phalanges, dont il se sert pour éventrer le meurtrier. Dans un dernier soupir, ce dernier lui confie être son véritable père. Épouvanté par toutes ces révélations, accablé par le regard de sa mère, James Howlett s’enfuit à travers les bois enneigés. Il est rejoint par son frère Victor, mutant lui aussi, qui lui garantit son soutien dans toutes les épreuves à venir.

Protégés des blessures et du vieillissement par leur pouvoir d’auto-régénération, les deux frères combattent côte à côte dans le camp nordiste au cours de la guerre de Sécession, dans les rangs américains pendant la première et la Seconde Guerre mondiale, puis pendant la guerre du Viêt Nam. Là, leur invulnérabilité devient flagrante après qu’ils ont survécu au peloton d’exécution pour acte de rébellion en 1972. Le colonel William Stryker leur offre l’amnistie s’ils rejoignent l’équipe de mutants qu’il a constituée. En font également partie l’Agent Zéro (David North), Deadpool (Ryan Reynolds), Bolt (Chris Bradley), Le Colosse (Frederick J. Dukes) et Kestrel (Johnny Wraith). James finit par quitter l'équipe, dont il désapprouve les méthodes.

Six ans plus tard, en 1978 ou 1979, dans les Rocheuses canadiennes, James vit une vie paisible de bûcheron et un amour passionné avec Kayla. Sa compagne l’aide à réfréner l’instinct bestial qui le submerge parfois. Lorsque Stryker vient le prévenir que ses anciens coéquipiers sont tués les uns après les autres et qu’il pourrait être la prochaine cible, il ne prend pas la menace au sérieux. Peu après, Kayla est sauvagement assassinée par Victor, qui n’a pas pardonné à son frère de l’avoir abandonné. James le poursuit pour le tuer, mais sort vaincu du combat.

Stryker lui offre alors de le rendre invulnérable en recouvrant son squelette d’un amalgame d’adamantium, un métal indestructible provenant d’une météorite. L’opération réussit, au prix d’une incroyable souffrance pour le cobaye. Désormais doté de griffes tranchantes comme des rasoirs, celui qui a adopté le nom de Wolverine, en souvenir d'une histoire indienne racontée par Kayla, est plus que jamais déterminé à se venger, quitte à laisser triompher l’animal en lui. Aidé de Gambit (Rémy Lebeau), il se rend jusqu’à la centrale nucléaire de Three Mile Island, où sont emprisonnés plusieurs jeunes mutants, dont Stryker a synthétisé les pouvoirs pour créer un mutant artificiel : l’Arme XI. Il s’agit en fait de Deadpool (Wade Wilson), remodelé après quelques opérations. Il retrouve également Kayla vivante : elle avait seulement été plongée en léthargie par une substance administrée par Sabretooth (Victor Creed). Il apparaît également que Kayla est une mutante capable de persuader n'importe qui par simple contact. Stryker s'est ainsi servi de la détresse de James après son décès présumé pour lui faire accepter l'idée de devenir son cobaye dans le projet Arme X. James finit par comprendre que Kayla a été contrainte à ce subterfuge pour sauver sa sœur détenue par Stryker, mais qu'elle l'aime toujours. Malheureusement, elle est blessée lors de sa fuite avec un ensemble de jeune mutants dont Cyclope (Scott Summers) et finira par succomber à ses blessures.

Wolverine réussit à vaincre Deadpool grâce à l'aide inattendue de Victor, mais Stryker lui tire plusieurs balles d'adamantium dans le cerveau, ce qui lui efface la mémoire, avant de quitter les lieux, persuadé par Kayla, proche de la mort, de marcher pendant une longue distance. Le Professeur Xavier, arrivé entretemps sur les lieux, évacue les jeunes mutants. Stryker sera récupéré par un véhicule militaire bien après et informé qu'il est attendu pour une audition au sujet du meurtre d'un général opposé à son projet d'Arme XI. Quant à Wolverine, il commence à errer sans sa mémoire, oubliant Kayla et son nom, adoptant celui de Logan, conforme à l'inscription sur la plaque militaire autour de son cou. Le film s'achève le matin du 28 mars 1979, celui de la catastrophe nucléaire de Three Mile Island, qui s'est produite dans la nuit du 27 au 28 mars 1979.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Source : IMDb[4]

Distribution[modifier | modifier le code]

Hugh Jackman, Ryan Reynolds, Taylor Kitsch, Liev Schreiber (caché), le maire de Tempe, Hugh Hallman, Lynn Collins et will.i.am lors de la première du film à Tempe, en Arizona.
Sources et légende : Version française (V. F.) sur Doublagissimo[5] et RS Doublage[6]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage fut difficile pour Gavin Hood, dont c'était le premier film à gros budget. Il révélera en 2013 qu'il avait commencé à travailler sur ce film alors que le scénario était encore en cours d'écriture[7].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La musique du film X-Men Origins: Wolverine est entièrement composée par Harry Gregson-Williams en compagnie de Halli Cauthery et Christopher Willis pour la musique additionnelle. En revanche, elle a été mixée par Malcolm Luker, tramée par l’ingénieur en musique technique Costa Kotselas avec la participation de Martin Tillman sur le violoncelle électrique.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Logan Through Time 4:16
2. Special Privileges 1:58
3. Lagos, Nigeria 5:10
4. Wade Goes to Work 1:29
5. Kayla 2:50
6. Victor Visits 2:05
7. Adamantium 4:17
8. Agent Zero Comes for Logan 3:06
9. Logan Meets Gambit 4:36
10. To the Islands 3:43
11. Deadpool 4:09
12. The Towers Collapse 3:23
13. Memories Lost 2:56
14. …I’ll Find My Own Way 1:24
45:22

Production[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Pour le rôle de Victor Creed, les premiers choix étaient Gerard Butler et Karl Urban.[réf. souhaitée]

Pour le rôle de Silver Fox, Michelle Monaghan fut la première actrice sollicitée avant Lynn Collins.[réf. souhaitée]

Le rôle de Stryker, le premier choix était Liev Schreiber (qui incarnera finalement Victor Creed) et ensuite Michael C. Hall.[réf. souhaitée]

Scott Porter était sollicité pour le rôle de Gambit.[réf. souhaitée]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 373 062 000 $ au box-office mondial, dont 179 883 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 150 000 000 $[8]. En France, il a réalisé 1 958 789 entrées[9].

Il a reçu un accueil critique mitigé, recueillant 38 % de critiques positives, avec une note moyenne de 5,1/10 et sur la base de 252 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[10]. Sur Metacritic, il obtient un score de 40/100 sur la base de 39 critiques collectées[11].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Comparaison avec les comics et les films précédents[modifier | modifier le code]

Dans la séquence pré-générique, le scénario est inspiré du premier numéro de Wolverine Origins (par Paul Jenkins et Andy Kubert) sur la jeunesse du mutant canadien. Dans le film Victor Creed apparaît comme le demi-frère de Wolverine. Cependant, dans le comics, Creed et le demi-frère de Wolverine sont deux personnages différents. Wolverine perd la mémoire, il ne le saura jamais dans la trilogie des films X-Men. Ce lien fraternel est uniquement valable pour le film.

Concernant l’acquisition de son squelette d’adamantium, le film suit la trame de Weapon X (par Barry Windsor-Smith) mais fait intervenir la perte de mémoire de Wolverine bien après l’implantation du métal. À noter que les flashbacks dans X-Men 2 mentionnaient un effacement de la mémoire de Wolverine à la fin du processus ; le présent film n'est pas cohérent car un effacement de mémoire est programmé à ce moment-là, mais le sujet s’échappe.

D’autres personnages divergent davantage de leur version dans les comics. Deadpool, en particulier, possède, dans le film, des pouvoirs très différents de sa version de l’univers Marvel (comme les yeux laser) et son costume n'est pas le même que dans le comics, qui fait plus fantastique et même s'il est doté de réflexes et d'une rapidité surhumains (en tant que capacités et non en tant que pouvoirs). Il est à noter que, dans le film, ses capacités sont supérieures à sa version comics. Il n'a jamais fait équipe avec Wolverine au sein d'une équipe de l'Arme X. Même l’origine de son nom change. Il conserve, cependant, ses bavardages exaspérants et est conscient d’être un personnage de fiction comme dans les comics.

L'Agent Zero est d'origine asiatique dans le film alors qu'il est présenté comme caucasien dans les comics et n'est pas pourvu d'une rapidité et de réflexes surhumains à l'origine. Gambit n'a pas connu Wolverine à cette époque, idem pour Cyclope qui, en plus, n'a jamais été prisonnier de l'Arme X[réf. nécessaire].

Lorsque la plaque d’identité de Wolverine est gravée, la forme et le no  ont été modifiés par rapport à X-Men : 45825243 T78 A. Dans le premier film, seule la première série de chiffres était visible[réf. nécessaire].

Séquences supplémentaires[modifier | modifier le code]

Après le générique de fin, trois séquences sont à découvrir :

  • La première : Stryker marche sans discontinuer jusqu’à ce qu’il soit rejoint par un véhicule militaire américain ; l’un des passagers lui annonce qu’il va comparaître devant la justice pour le meurtre d’un de ses supérieurs.
  • La deuxième : Wolverine est dans un bar au Japon, entourés de verres vides et commandant un autre whisky. La serveuse lui demande (en japonais dans le texte) : « Vous buvez pour oublier ? ». Il secoue la tête et répond : « Je bois pour me souvenir. ». C'est cette seconde scène qui fût projeté au cinéma lors du générique de fin, cependant elle a été remplacée par la scène avec Deadpool sur le DVD car il était question qu'un film avec ce mutant soit réalisé, film qui n'a toujours pas vu le jour.
  • La troisième : sur l’île de Three Mile Island, la centrale est un tas de ruines d’où émerge le sabre de Deadpool. Dans son prolongement, le bras de Deadpool où la lame va se loger, après quoi sa main tâtonne jusqu’à trouver l’objet qu’elle cherchait : la tête décapitée de son propriétaire. La main caresse la tête. Soudain les yeux s’ouvrent et Deadpool siffle « Chuuuuuutt ! ». C'est cette scène qui se trouve à la fin du générique sur le DVD.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « X-Men Origins: Wolverine, le synopsis », sur AlloCiné
  2. (fr) « Box-office : classé x… Men », sur AlloCiné (consulté le 7 mai 2009)
  3. (en) X-Men Origins: Wolverine sur l’Internet Movie Database
  4. « Informations techniques » sur IMDb, consulté le 27 mai 2011, mis en ligne le 22 mars 2013
  5. « Fiche de doublage V. F. du film (section shows) » sur Doublagissimo, consulté et mis en ligne le 22 mars 2013
  6. « Deuxième fiche de doublage V. F. du film » sur RS Doublage, consulté et mis en ligne le 22 mars 2013
  7. (en) Mario-Francisco Robles, « Finally! An Explanation for ‘X-Men Origins: Wolverine’ »,‎ 21 octobre 2013
  8. X-Men Origins: Wolverine sur Box Office Mojo.
  9. X-Men Origins: Wolverine sur JP‘s Box-Office.
  10. X-Men Origins: Wolverine sur Rotten Tomatoes.
  11. X-Men Origins: Wolverine sur Metacritic.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Saga X-Men[modifier | modifier le code]

Article détaillé : X-Men (série de films).

Liens externes[modifier | modifier le code]