David Koresh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Début de l'incendie de la résidence des Davidiens, le 19 avril 1993, dans lequel a péri David Koresh

David Koresh, de son vrai nom Vernon Wayne Howell (17 août 1959-19 avril 1993), est le leader du groupe religieux des « Davidiens[1] », dont 82 membres périssent, lui inclus, lors du siège de leur résidence par l'ATF et le FBI, dans la ville de Elk, près de Waco au (Texas), le 19 avril 1993.

Enfance[modifier | modifier le code]

Vernon naît à Houston, au Texas, d'une mère célibataire (Bonnie Sue Clark) et d'un père charpentier (Bobby Howell) qui disparaît alors qu'il a deux ans[2].

Koresh rapporte que son enfance est solitaire ; certaines sources disent qu'il aurait été violé de façon répétée par des garçons plus âgés[3].

Dyslexique, avec de mauvais résultats scolaires, qui lui valent le sobriquet de « mister retardo » (« monsieur le demeuré »), il quitte rapidement l'école[4].

Selon sa mère, à l'âge de 12 ans, il connaît le Nouveau Testament par cœur[5].

À 19 ans, il a une liaison avec une jeune femme qui, découvrant qu'elle est enceinte, l'abandonne parce qu'elle le juge incapable de s'occuper d'un enfant. Il rejoint alors l'église de sa mère, l'Église adventiste du septième jour[6] où il tombe amoureux de la fille du pasteur. Le pasteur l'expulse de la congrégation à cause de son insistance à vouloir épouser sa fille[7].

Avec les Davidiens[modifier | modifier le code]

En 1981, il déménage à Waco où il se joint à la communauté des Davidiens, un groupe religieux résultant d'une première division avec les adventistes du septième jour dans les années 1930 et d'une autre dans les années 1950.

En 1983, il déclare avoir acquis le don de prophétie. C'est alors qu'il débute une liaison avec Lois Roden, la femme d'une soixantaine d'années qui est alors leader du groupe. Cette dernière autorise Koresh à enseigner en son nom propre au sein de la communauté. Mais son fils, George Roden, qui avait été pressenti pour être le futur leader, chasse Koresh de la résidence, l'arme au poing. Avec 25 membres, Koresh s'établit à deux kilomètres de la résidence pendant deux ans.

Lois Roden meurt en 1986. C'est à cette époque que Koresh, qui avait été un ardent défenseur de la monogamie, décide que la polygamie est bonne pour lui. En septembre 1986, il prêche que 140 femmes lui sont destinées, 60 en tant que ses « reines » et 80 en tant que concubines. Il a alors une relation avec Karen Doyle, une jeune fille de 14 ans qu'il nomme sa seconde femme.

Selon David Bunds, un ancien Davidien, cette nouvelle doctrine de polygamie est établie à son profit, afin qu'il puisse avoir des rapports sexuels avec de jeunes filles sans souffrir de culpabilité[8].

George Roden, fin 1987, peine à conserver une quelconque autorité sur le groupe des davidiens. Il aurait dès lors décidé de défier Koresh dans un concours de « résurrection des morts ». Koresh débarque alors à la résidence, avec 7 de ses amis armés ; des échanges de tirs ont lieu entre Roden et les hommes de Koresh. Un procès pour tentative de meurtre conduit à l'acquittement de Koresh et de ses hommes, notamment en raison d'un vice de procédure.

Koresh[modifier | modifier le code]

Au cours d'un voyage qu'il fait en Israël, en 1985, Koresh dit avoir la vision qu'il est le Cyrus moderne et que la résidence du Mont Carmel à Waco est le centre du royaume de David. Koresh est une translittération, en hébreu, du nom Cyrus, le roi Perse qui avait permis aux Juifs dispersés à travers Babylone de retourner à leurs terres. Le roi David est également mentionné comme « Messiah[9] » dans la Bible hébraïque ; le choix d'associer les deux noms lui apparaît alors. Durant le siège de Waco, il en donne une autre explication à un négociateur du FBI :

Koresh : « Comment le Christ se révèle-t-il dans le quatrième sceau ? »

FBI : « Comme un cavalier sur un cheval pâle. »

Koresh : « Et quel était son nom ? »

FBI : « Mort ! »

Koresh : « Vous savez ce que signifie Koresh ? »

FBI : « Dites-le moi ! »

Koresh : « Cela veut dire : mort ! »[10]

Les enfants[modifier | modifier le code]

Selon Jeannine Bunds, ancien membre de la communauté, Koresh a « au moins 15 enfants, issus de différentes femmes et jeunes filles de la résidence ». Certaines n'ont pas plus de 12 ans[11]. Bunds a mis au monde 7 de ces enfants. Un test ADN – effectué sur des femmes et des enfants qui apparaissent dans une vidéo – confirme la paternité. Les tests médicaux qui sont opérés sur les enfants qui ont pu quitter la résidence avant l'incendie conduisent à un bilan indiquant que l'autorité de Koresh est « un environnement psychologique destructeur pour les enfants[12] ». Les enfants doivent appeler leurs parents biologiques des « chiens », Koresh est le « père » et les enfants qui ne sont pas de lui des « bâtards ». Les enfants, dès l'âge de 6 ans, ont connaissance de l'existence, du nom et de l'efficacité d'un nombre considérable d'armes à feu ; ils sont astreints à un entraînement paramilitaire intensif, mais ils ne connaissent pas ce qu'un enfant scolarisé et du même âge est supposé connaître[13].

La chute[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Siège de Waco.

Le 28 février 1993, les ATF se présentent à la résidence de la communauté avec un mandat de perquisition. Le siège qui s'ensuit, afin de déloger les membres de leur résidence, dure 51 jours et se termine par un incendie, dont la cause est encore controversée ; le bilan de la tragédie se chiffre à 82 morts, dont David Koresh et 21 enfants. Il s'agit d'une des grandes affaires dites de « suicide collectif », bien que la cause des décès reste controversée[14],[15]. David Koresh, en particulier, a été retrouvé avec une à deux balles dans la tête selon les sources[16],[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. En anglais : Branch Davidians.
  2. The Devil's Party : A History of Charlatan Messiahs, Virgin Books, Colin Wilson, 2001.
  3. Chronicles, Volume 19, Rockford Institute, Rockford Institute, 1995 p. 20
  4. Final 24, saison 2, épisode 7, par Karl Jason, documentaire sur David Koresh.
  5. Portrait Of Koresh Full Of Contradictions -- Parents Try To Reconcile Memories As Ex-Followers Paint Other Image sur Seattle Times, mars 1993
  6. sur le site Internet de International Cultic Studies Association (ICSA)
  7. Samuelson, Eric (1993), written at Austin, Texas, Subject: Initial Waco Chronology [1]
  8. Secretary Of The Treasury (1993), written at Washington D.C., Report of The Department Of The Treasury on the Bureau Of Alcohol, Tobacco, And Firearms, Investigation of Vernon Wayne Howell also known as David Koresh, Department of the Treasury, ISBN 0-16-042025-3.
  9. En français : « Le Messie ».
  10. Extrait de la transcription d'une conversation sur le site de PBS entre un négociateur du FBI (John #4) et Koresh, discutant du livre de l'apocalypse, le 7 mars 1993 dans la soirée.
  11. U.S. Department of Justice (1993), "Evidence of Historical Child Sexual and Physical Abuse", written at Washington, D.C., Report to the Deputy Attorney General on the Events at Waco
  12. Scott Gregory, Sophfronia. Children of a Lesser God - The surviving kids of Ranch Apocalypse offer shocking details of life with David Koresh, Time.
  13. Gibson, Charles. "Escaping Waco - Cult Survivors Tell Horrific Tales of Life With David Koresh", ABC, 2003
  14. Armageddon in Waco: critical perspectives on the Branch Davidian conflict, Stuart A. Wright, University of Chicago Press, 1995, p. 229 - 230
  15. Davidian Massacre: Disturbing Questions About Waco Which Must Be Answered, carol Moore, Legacy Communications, 1995 [2]
  16. Delusions and the madness of the masses Par Lawrie Reznek Rowman & Littlefield, 2010 p. 84
  17. Inside the minds of mass murderers: why they kill Par Katherine M. Ramsland Greenwood Publishing Group, 32005 p. 111

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

David Koresh: Cult Of Death, article du Time sur David Koresh