Summer of Love

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression Summer of Love (en français Été de l'amour) désigne l'été 1967, et plus particulièrement les événements qui se déroulèrent d'abord dans le quartier de Haight-Ashbury, à San Francisco (Californie), où des milliers de jeunes du monde entier se réunirent librement pour une nouvelle expérience sociale, faisant ainsi découvrir au public la contre-culture hippie.

Contexte[modifier | modifier le code]

On considère généralement que le Summer of Love a commencé avec le rassemblement du Human Be-In au Golden Gate Park, le 14 janvier 1967[1]. L'importance de cet événement a suscité l'intérêt des médias pour la contre-culture hippie qui fleurissait dans le quartier de Haight-Ashbury[2]. Le mouvement était nourri par les médias propres à la contre-culture, particulièrement le San Francisco Oracle (en), dont le lectorat global atteignit son pic d'un demi-million de personnes cette année-là[3]. Le théâtre de rue / l'activisme des collectifs The Diggers avait aussi retenu l'attention médiatique.

Les étudiants des facultés (colleges) et des lycées (high schools) commencèrent à arriver à Haight-Ashbury pendant les vacances de printemps 1967. Les dirigeants de la municipalité, déterminés à arrêter l'afflux de jeunes gens que leurs écoles avaient laissés libres pour l'été, attirèrent, malgré eux, davantage l'attention sur l'événement. Une série d'articles d'actualité dans les journaux locaux alerta les médias nationaux sur le mouvement hippie grandissant. Les dirigeants de la communauté de Haight y répondirent en formant le Council of the Summer of Love[4], donnant au mouvement créé par le bouche-à-oreille son nom officiel[5].

La musique[modifier | modifier le code]

Pour l'occasion, John Phillips, du groupe The Mamas & The Papas mit vingt minutes pour écrire les paroles de la chanson San Francisco (Be Sure to Wear Flowers in Your Hair) :

« If you're going to San Francisco,
be sure to wear some flowers in your hair...
If you're going to San Francisco,
Summertime will be a love-in there. »

L'interprétation de cette chanson par Scott McKenzie fut diffusée en mai 1967. Elle devait à l'origine promouvoir le Festival international de musique pop de Monterey au mois de juin, le premier grand festival de rock dans le monde, auquel assistèrent plus de 200 000 personnes. San Francisco devint rapidement un tube, transcendant ainsi son objectif de départ.

Les Beatles et leur évolution sur le plan personnel et artistique ont également joué un rôle dans la portée qu'a eu le Summer of Love. L'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band sortit le 1er juin 1967 en Europe et un jour plus tard aux États-Unis. Par ses influences psychédéliques, ses instruments indiens, sa pochette aux couleurs vives, l'album synthétisait l'essence même du Summer of Love.

Les Beatles ont alors dépassé leur image de « braves garçons », et le 25 juin 1967, leur chanson All You Need Is Love, écoutée dans le monde entier, mettait l'accent sur les idéaux d'amour, de paix et d'unité véhiculés par la contre-culture.Il ne faut pas oublier Bob Dylan qui, lui aussi, participa en créant la chanson Blowin' in the Wind , qui devint un hymne anti-guerre.

L'été[modifier | modifier le code]

Durant l'été, pas moins de 100 000 jeunes originaires du monde entier ont convergé vers le quartier d'Haight-Ashbury, à San Francisco, à Berkeley, et dans d'autres villes de la région de San Francisco, pour participer à une version populaire de l'expérience hippie[6]. Dans le Golden Gate Park, la nourriture était gratuite, ainsi que les drogues et l'amour libre. Un hôpital gratuit (toujours en fonction) a été installé pour les besoins médicaux, et un magasin gratuit offrait les nécessités de base à ceux qui en avaient besoin[2].

Le Summer of Love a attiré diverses catégories sociales : des adolescents et des étudiants attirés par leurs pairs et séduits à l'idée de rejoindre une expérience utopique, des classes moyennes en vacances qui venaient en touristes, et même des militaires venant des casernes alentour pour y faire la fête. L'afflux massif de nouveaux arrivants a commencé à poser des problèmes. Le quartier ne pouvait loger tant de monde, et les lieux se détérioraient rapidement. Le quartier souffrait de surpopulation, de problèmes de logement, de nourriture, de drogues et de hausse de la criminalité. Nombreux sont ceux qui ont simplement jeté l'éponge et sont retournés à leurs études[2]. Mais quand les dernières recrues, les Flower Children (Enfants-fleurs, ou Enfants aux fleurs) retournèrent chez eux, ils y apportèrent de nouvelles idées, de nouveaux idéaux, de nouveaux modes de vie, une nouvelle mode dans la plupart des grandes villes des États-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne, d'Europe occidentale, d'Australie, de Nouvelle-Zélande et du Japon.

Le 6 octobre 1967, ceux qui restaient dans le quartier ont joué une parodie de funérailles, la cérémonie de « La mort du hippie », pour symboliser l'épuisement de l'événement[5].

L'expression « Summer of Love » (ou plus exactement, le « Second Summer of Love ») est parfois utilisée, particulièrement au Royaume-Uni, pour parler des étés 1988 et 1989 et de l'apparition de l'acid house et de la culture rave.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Archives: 1967 sur www.dead.net
  2. a, b et c (en) Gail Dolgin; Vicente Franco. (2007). American Experience: The Summer of Love. PBS.
  3. « Summer of Love: Underground News », PBS American Experience companion website (consulté le 15 mai 2007)
  4. Conseil de l'été de l'Amour.
  5. a et b « The Year of the Hippie: Timeline », PBS.org (consulté le 24 avril 2007).
  6. Allen Cohen – San Francisco Oracle, Human-Be-IN, History of the Haight-Ashbury

Liens internes[modifier | modifier le code]