Saint-Mayeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Mayeux
Mairie de Saint-Mayeux.
Mairie de Saint-Mayeux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d’Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Corlay
Intercommunalité CIDERAL
Maire
Mandat
Guy Quéré
2014-2020
Code postal 22320
Code commune 22316
Démographie
Gentilé Mayochin
Population
municipale
502 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 24″ N 3° 00′ 17″ O / 48.2566666667, -3.0047222222248° 15′ 24″ Nord 3° 00′ 17″ Ouest / 48.2566666667, -3.00472222222  
Altitude 274 m (min. : 189 m) (max. : 316 m)
Superficie 30,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Mayeux

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Mayeux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mayeux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mayeux

Saint-Mayeux [sɛ̃majø] (Sant-Vaeg en breton) est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en Région Bretagne.

Ses habitants s'appellent les Mayochins et les Mayochines. Au recensement de 2006, ils étaient 529[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient de saint Mayeux, saint breton peu connu, également dénommé saint Mieux, saint Maeoc, saint Maëc, saint Nic, etc[2]

Antiquité[modifier | modifier le code]

L'occupation du territoire de Saint-Mayeux au néolithique est attestée par des menhirs et des allées couvertes.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Saint-Mayeux était une paroisse issue du démembrement de la paroisse de l'Armorique primitive de Plussulien. Elle faisait partie du diocèse de Quimper, et avait pour trèves : Caurel et Saint-Gilles-Vieux-Marché.

L'époque moderne[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Saint-Mayeux était brittophone jusque 1930 environ. Le monument aux morts de la guerre 1914-1918 a une inscription en breton.

En 1890, l'abbé Guitterel, recteur de Saint-Mayeux, a publié un recueil de cantiques en breton  : Kantikou Zan-Vek zavet gant ann Otrou Guitterel, belek. Moulet evit ann eil gwech.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1922 Eugène Cuven AD Député, conseiller général
mars 2001 2014 Guy Quéré PS Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 502 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 784 1 703 1 418 1 478 1 827 1 836 1 786 1 879 2 020
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 808 1 633 1 677 1 641 1 686 1 606 1 604 1 617 1 583
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 568 1 532 1 434 1 416 1 303 1 274 1 185 1 123 921
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
909 874 773 664 539 484 519 502 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le clocher de l'église, reconstruit en 1808, est une récupération de celui de l'abbaye de Bon-Repos.
  • La chapelle Saint-Maurice, son retable classé et sa fontaine miraculeuse
  • Le Roch ar lin, avec le bélvédère chargé d'histoire et de légendes, dont la célèbre chaire à escalier[5] et ses menhirs.
  • Des menhirs, le Mein ar c'has (la Pierre du chat), le Roch al lein (le Rocher du sommet)
  • Le Tombeau du Gaulois (une allée couverte)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. populations légales 2006 sur le site de l’INSEE
  2. http://marikavel.org/bretagne/guimaec/accueil.htm
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. Docteur Marcel Baudouin, "La Chaire à escalier de Roc'h-ar-Lin à Saint-Mayeux (Côtes-du-Nord)", Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 1907, volume 8, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1907_num_8_1_7031