Williams FW25

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Williams FW25

Williams FW25

Ralf Schumacher au volant de la Williams FW25 au Grand Prix des États-Unis 2003

Présentation
Équipe Drapeau du Royaume-Uni BMW Williams F1 Team
Constructeur Williams F1 Team
Année du modèle 2003
Concepteurs Gavin Fisher
Antonia Terzi
Spécifications techniques
Châssis Monocoque moulée en fibre de carbone epoxy en nid d'abeille
Suspension avant Triangles superposés, poussoirs et basculeurs avec barre de torsion, amortisseurs Penske
Suspension arrière Triangles superposés, poussoirs et basculeurs avec barre de torsion, amortisseurs Penske
Nom du moteur BMW P83-5
Cylindrée 2 998 cm³
870 ch à 19 000 tr/min
Configuration V10 à 90°
Position du moteur centrale arrière
Boîte de vitesses Longitudinale semi-automatique séquentielle
Nombre de rapports 7 + marche arrière
Électronique Williams / BMW
Système de freinage Disques Carbone Industrie, étriers AP Racing
Dimensions et Poids Empattement : 3100 mm
Voie avant : 1800 mm
Voie arrière : 1800 mm
Poids : 600 kg
Carburant Petrobras, Castrol
Pneumatiques Michelin
Histoire en compétition
Pilotes 3. Drapeau de la Colombie Juan Pablo Montoya
4. Drapeau de l'Allemagne Ralf Schumacher
4. Drapeau de l'Espagne Marc Gené
Début Le 9 mars 2003 au GP d'Australie 2003
Courses Victoires Pole Meilleur tour
16 4 4 2
Championnat constructeur 2e avec 144 points
Championnat pilote Juan Pablo Montoya : 3e
Ralf Schumacher : 5e
Marc Gené : 17e

Chronologie des modèles (2003)

La Williams FW25 est la monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie Williams F1 Team, lors de la saison 2003 de Formule 1. Elle est pilotée par le Colombien Juan Pablo Montoya qui entame sa troisième saison au sein de l'écurie britannique et l'Allemand Ralf Schumacher dont c'est la cinquième année de collaboration avec Williams. Les pilotes essayeurs sont le Brésilien Antônio Pizzonia, le Chinois Ho-Pin Tung et l'Espagnol Marc Gené, qui remplacera Schumacher pour une course.

Le premier Grand Prix de la saison, disputé en Australie, se solde par une deuxième place de Montoya et d'une huitième place pour Schumacher[1]. Malgré ces résultats prometteurs, l'écurie réalise un début de saison en demi-teinte, Schumacher terminant dans les points à chaque Grand Prix et Montoya devant faire face à des problèmes de fiabilité et des accidents en course, le Colombien ne ralliant l'arrivée dans les points seulement deux fois en cinq courses.

Il faut attendre le septième Grand Prix de la saison, disputé à Monaco, pour voir Williams à leur meilleur niveau, Schumacher signant la pole position et Montoya remportant la course[2],[3]. Au Grand Prix du Canada, Schumacher et Montoya se classent respectivement deuxième et troisième après s'être tous deux élancés de la première ligne, le pilote allemand ayant signé une deuxième pole position consécutive[4],[5].

Le retour en Europe est très bénéfique pour Williams qui signe deux doublés au Grand Prix d'Europe et au Grand Prix de France, Schumacher signant les deux dernières victoires de sa carrière[6]. Après trois deuxièmes places consécutives, Juan Pablo Montoya remporte le Grand Prix d'Allemagne où il s'est élancé de la pole position et a signé le meilleur tour en course, réalisant l'unique hat-trick de sa carrière[7].

Lors des deux manches suivantes, le Colombien termine à chaque fois sur le podium alors qu'en Italie, Schumacher, souffrant, laisse sa place au pilote essayeur Marc Gené qui termine cinquième de l'épreuve[8]. À l'issue de ce Grand Prix, Williams mène le championnat des constructeurs et Montoya est à trois points de Michael Schumacher pour le titre de champion du monde[9].

Les deux dernières manches de la saison sont pourtant difficiles pour l'écurie britannique : Montoya termine sixième du Grand Prix des États-Unis et abandonne au neuvième tour du Grand Prix du Japon à la suite d'un problème hydraulique alors qu'il était en tête de la course, tandis que Ralf Schumacher abandonne lors de ces deux courses[10],[11].

À la fin de la saison, l'écurie Williams termine deuxième du championnat des constructeurs avec 144 points. Juan Pablo Montoya se classe troisième du championnat des pilotes avec 82 points et Ralf Schumacher prend la cinquième place avec 58 points[12].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés de la Williams FW25 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
2003 BMW Williams F1 Team BMW P83-5 V10 Michelin AUS MAL BRÉ SMR ESP AUT MON CAN EUR FRA GBR ALL HON ITA USA JAP 144 2e
Juan Pablo Montoya 2e 12e Abd 7e 4e Abd 1re 3e 2e 2e 2e 1re 3e 2e 6e Abd
Ralf Schumacher 8e 4e 7e 4e 5e 6e 4e 2e 1re 1re 9e Abd 4e Abd Abd
Marc Gené 5e

Légende : ici

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement du Grand Prix d'Australie 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  2. « Qualifications du Grand Prix de Monaco 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  3. « Classement du Grand Prix de Monaco 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  4. « Classement du Grand Prix du Canada 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  5. « Qualifications du Grand Prix du Canada 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  6. « Victoires de Ralf Schumacher », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  7. « Hat-tricks de Juan Pablo Montoya », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  8. « Classement du Grand Prix d'Italie 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  9. « Classements généraux à l'issue du Grand Prix d'Italie 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2003)
  10. « Classement du Grand Prix des États-Unis 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  11. « Classement du Grand Prix du Japon 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)
  12. « Classements du championnat du monde de Formule 1 2003 », sur statsf1.com (consulté le 8 novembre 2012)

Sur les autres projets Wikimedia :