Réquista

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réquista
La mairie
La mairie
Blason de Réquista
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Réquista
Intercommunalité Communauté de communes du Réquistanais
Maire
Mandat
Eric Bula
2001-2014
Code postal 12170
Code commune 12197
Démographie
Gentilé Réquistanais(e)
Population
municipale
2 024 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 00″ N 2° 32′ 10″ E / 44.0333333333, 2.53611111111 ()44° 02′ 00″ Nord 2° 32′ 10″ Est / 44.0333333333, 2.53611111111 ()  
Altitude Min. 207 m – Max. 670 m
Superficie 59,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Réquista

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Réquista

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Réquista

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Réquista
Liens
Site web Site officiel

Réquista (en occitan Requistar, de ric estar, « lieu riche ») est une commune française, située dans le département de l’Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Selve Durenque Rose des vents
Saint-Jean-Delnous N Lestrade-et-Thouels
O    Réquista    E
S
Cadix
Fraissines
Brasc Connac

Site[modifier | modifier le code]

La commune de Réquista couvre une superficie de 59,32 km2. La population totale est de 2 200 habitants. Le bourg de Réquista, chef-lieu de la commune, comptabilise 1 600 habitants et les 600 personnes qui vivent hors agglomération se répartissent sur les anciennes paroisses de Combradet, L'Hôpital Bellegarde, Lebous, Lincou et Saint-Julien.

Réquista se trouve à environ 37 km de Carmaux, 42 km d'Albi et de Saint-Affrique, 48 km de Rodez, 86 km de Castres, 120 km de Toulouse et 160 km de Montpellier.

On accède à Réquista par la D903 en venant d'Albi (ancienne Route nationale 603), la D902 en venant de Rodez au Nord et de Saint-Affrique au Sud (ancienne Route nationale 602), par la D44 en venant de Millau par Villefranche-de-Panat et par la D344 en venant de Trébas.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Réquista
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2 4 6 11 14 16 16 12 10 5 3 8,4
Température moyenne (°C) 6 6,5 10 12 16,5 20 22 22,5 18 15 9 6,5 13,6
Température maximale moyenne (°C) 10 11 16 18 22 26 28 29 24 20 13 10 18,9
Source : Le climat à Réquista (en °C et mm, moyennes mensuelles) Météo msn [1]


Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Réquista

Les armes de la commune de Réquista se blasonnent ainsi :
Parti : au premier d'or au léopard lionné contourné de gueules, au second aussi d'or au lion de gueules ; le tout sommé d'un chef de sable chargé de quatre flammes d'or.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au temps des guerres de religion, réglant ses comptes avec le vicomte de Panat, seigneur protestant de Castelpers et de Réquista, le duc de Joyeuse pilla la cité.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Un incendie survenu en 1701 nous prive de vestiges anciens : l'église néogothique date du XIXe siècle, les édifices les plus intéressants se trouvent dans les villages voisins à Lincou et à Saint-Jean-Delnous. En 1832, Connac, Lincou et Le Soulié sont « absorbés » par la commune de Réquista. En 1874, Saint-Jean-Delnous se retire du territoire communal (avec Lédergues). Connac, se retire également et forme une commune à partir de 1879.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1901 Xavier Audouard SE  
1901 1904 Ernest Audouard SE  
1904 1906 Joseph Cluzel SE  
1906 1907 Baptiste Canac SE  
1907 1929 Joseph Cluzel SE  
1929 1935 Pierre Ferral SE Médecin
1935 1936 Jules Maurs SE  
1936 1941 Élie Saussol SE  
1941 1944 Pierre Ferral SE  
1944 1953 Élie Saussol SE  
1953 1971 Albert Fournier SE  
1971 1977 Gabriel Fastré SE  
1977 1989 Gaston Pialat SE Un stade de rugby porte son nom
1989 1995 Marcel Souchon PS  
1995 2000 Dominique Azam RPR Démissionne en août 2000
2000 2001 Lucien Bonnevialle RPR Termine le mandat à la suite de la démission de D. Azam
2001 en cours Éric Bula SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 024 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 734 2 546 3 663 3 709 3 547 4 025 4 185 3 874 4 380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 354 4 207 4 017 4 330 3 751 3 387 3 347 3 334 2 821
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 776 2 884 2 655 2 606 2 562 2 500 2 587 2 604 2 583
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 405 2 482 2 625 2 512 2 243 2 060 2 099 2 118 2 037
2011 - - - - - - - -
2 024 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Statue d'une brebis et de son agneau située devant la mairie de Réquista. La brebis étant le symbole de la ville.

Réquista étant le premier canton ovin d’Europe, une fête de la brebis y est organisée tous les ans, le premier dimanche de juin. Une statue d'une brebis et de son agneau est d’ailleurs dressée devant la mairie (image ci-dessous). Tous les lundis matins (le mardi lorsque le lundi est férié), le marché ovin attire les éleveurs de la région ainsi que de nombreux acheteurs venus des départements voisins. Il débute à 9h avec les agneaux gris, se poursuit par les agneaux exports à 9h30, les brebis de réforme à 10h et les agnelets à 10h30. L’instauration de ce marché en 1992 a nécessité la construction d’un local approprié (4 400 m2) qui permet de recevoir un volume annuel de 120 000 têtes environ. Les cotations sont enregistrées hebdomadairement et servent de référence au plan national[3].

Festivités[modifier | modifier le code]

  • Marché Ovin tous les lundis (mardi si le lundi est férié).
  • Foire mensuelle le deuxième jeudi du mois de 8h30 à midi.
  • Estofinado (fin mars).
  • Fête de la brebis (premier dimanche de juin) - Chaque année au premier dimanche de juin.
  • Fête de L'Hôpital Bellegarde l'avant dernier week-end de juin.
  • Brocante vide grenier marché gourmand à Lincou week-end après le 14 juillet
  • Fête de Lincou le premier week-end d'août.
  • Grande brocante à Réquista le 3e week-end de septembre.
  • Marché de noël le dernier Dimanche de novembre.
  • Journée médiévale organisée au collège Céléstin Sourrèzes par des élèves de 5e.
  • Fête de Saint Julien (commune de Réquista) avec concours de belote, repas et bal musette.
  • Foire à la brocante et exposition de voitures anciennes.
  • Feu d'artifice à Lincou et fête votive.

Associations locales[modifier | modifier le code]

  • Le moto club de Réquista a un terrain de cross.
  • National de pétanque.
  • Gala de danse avec les élèves de Josiane Nespoulous.

Lo Nadalet de Réquista[modifier | modifier le code]

C’est une chanson en occitan écrite par Paul Bonnefous en 1864. Elle est chantée tous les ans à la messe du 24 décembre par la chorale de l’église de Réquista. Voici les paroles du Nadalet de Réquista.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de Réquista.
  • Muséum galerie d'art du manoir de Lincou : architecture, extérieur et intérieur, vestige préhistorique, Moyen Âge, collections diverses, galerie d'art, exposition d'artistes.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Fournier : maire de Réquista pendant 18 ans (de 1953 à 1971), une cité de la ville porte son nom. Un stade porte le nom de son fils Robert, officier de l'armée française, mort en Algérie en 1959.
  • Pierrette Champon-Chirac : poète.
  • Paul Bonnafous (1780 - 1849) : parolier du Nadalet de Réquista.
  • Mickaël Firmin (1990 - ) : joueur de football au TFC.
  • Pierre Prion natif de Réquista ( - ), auteur d'une chronologiette[4],[5] sur le village d'Aubais dans le Gard au XVIIIe siècle dont s'est inspiré Émile-Guillaume Léonard[6] pour son livre Mon village sous Louis XV[7] en 1941. Pierre Prion était le scribe de Charles de Baschi, marquis d'Aubais (1686-1777)[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Dominique Azam), Requistar : Connac, Durenca, Ledèrgas, Rutlac La Sèlva, Sent-Jan / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Requistar, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 2000, ill., couv. ill. ; 28 cm, 310 p. (ISBN 2-907279-46-7, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37644301b)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. F.M.B.V., « Fédération française des marchés de bétail vif » (consulté en 15/11/2013)
  4. Pierre Prion, Orest Allen Ranum (Éditeur scientifique) et Emmanuel Le Roy Ladurie (Éditeur scientifique), Pierre Prion, scribe : mémoires d'un écrivain de campagne au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Collection Archives » (no 97),‎ 1985, ill., couv. ill. ; 19 cm, 173 p. (ISBN 2-07-070519-6, ISSN 0530-721X, notice BnF no FRBNF34916429z)
  5. Pierre Prion et Jean-Marc Roger (Éditeur scientifique) (préf. Emmanuel Le Roy Ladurie), La chronologiette de Pierre Prion : 1744-1759, Paris, Fayard,‎ 2007, couv. ill. en coul. ; 24 cm, 453 p. (ISBN 978-2-213-63475-3, notice BnF no FRBNF411679157)
  6. Notice BnF no FRBNF11912479x
  7. Émile-Guillaume Léonard, Mon village sous Louis XV : d'après les mémoires d'un paysan : Reprod. en fac-sim de l'éd. de Paris, Presses universitaires de France, 1941, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Dito »,‎ 1984, VII-351 p. ; 23 cm (ISBN 2-13-038543-5, ISSN 0763-9538, notice BnF no FRBNF34763642p)
  8. Notice BnF no FRBNF146432256