Prouilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prouilly
L'église de Prouilly
L'église de Prouilly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Fismes
Intercommunalité Communauté de communes Ardre et Vesle
Maire
Mandat
Catherine Malaisé
2014-2020
Code postal 51140
Code commune 51448
Démographie
Population
municipale
594 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 00″ N 3° 51′ 06″ E / 49.3, 3.85166666667 ()49° 18′ 00″ Nord 3° 51′ 06″ Est / 49.3, 3.85166666667 ()  
Altitude Min. 66 m – Max. 210 m
Superficie 10,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Prouilly

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Prouilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prouilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prouilly

Prouilly est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à environ 17 km au nord-ouest de Reims, la commune s'étend sur 1 019 hectares. Elle est traversée par la route touristique du Champagne ainsi que par la Vesle ; elle possède quatre hameaux (l'Orée du Bois, la Chute des Eaux, la Ferme de Naurois, et les Trois Bouts de Bois) et fait partie du Massif de Saint Thierry.

Communes limitrophes de Prouilly
Pévy
Montigny-sur-Vesle Prouilly Trigny
Jonchery-sur-Vesle Courcelles-Sapicourt Muizon

Histoire[modifier | modifier le code]

Historique du nom[modifier | modifier le code]

  • Proculum Domus Coram Alba : « La maison en longueur devant la colline blanche »
  • Provinicelliacus : « Proche de la petite vigne »
  • Prouiliacus' - Pouiliaco - Pruiliacum - Proelium
  • Prouilly a pour origine de l’époque gauloise Prouillious

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Prouilly a compté sur son blason les armoiries de quatorze familles seigneuriales.

En 1231, Prouilly avait pour seigneur Ebalus et en 1352 Jean de Tournières, tous deux chevaliers. De 1645 à 1654 Pierre Laistre sieur de Coudray, à partir de 1666 les sieurs D’Arras d’Haudrecy de la Marlière [1] de Cernay habitaient le château qui devait être important (les titres anciens nous décrivent ses terrasses, ses voûtes et ses escaliers conduisant à l’auditoire).

Robert d’Arras est le premier de cette famille mentionné sous le titre de vicomte de Prouilly. La seigneurie passe ensuite dans la famille de Montigny. Elle relevait en plein fief de la très haute et puissante Dame Marthe Elisabeth de Croy de la Rochefoucault duchesse d’Ancenis, comtesse de Roucy.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Le 20 août 1785, la « Grande Jeannette » et ses complices assassinèrent sept personnes au moulin de Cuissat (ancien moulin de Prouilly sur les bords de la Vesle). Ils furent jugés à Châtillon-sur-Marne, puis condamnés au supplice de la roue en 1786 sur la place d’Erlon à Reims. Elle fut la dernière personne à être torturée publiquement en France.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le 15 août 1842 Prouilly fut presque entièrement détruit par un incendie.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Plaque en mémoire des neuf légionnaires et des soldats du 6e escadron du 7e régiment de chasseurs à cheval et du 15e régiment d'artillerie tombés entre le 12 septembre et le 4 octobre 1914 lors de la Première bataille de la Marne.

Pendant la Première Guerre mondiale, Prouilly possédait un important hôpital militaire (HOE : Hôpital d'Orientation et d'Évacuation) le long de la D75 entre Prouilly et Jonchery-sur-Vesle. Les blessés français (et leurs alliés) affluaient en provenance de nombreux lieux de combats pour se faire soigner, notamment des batailles du Chemin des Dames dans l’Aisne en 1917.

Le 5 octobre 1914, au-dessus du point de jonction des communes de Jonchery-sur-Vesle, de Prouilly et de Muizon, au lieu-dit la Tuilerie à Muizon, s'est déroulé le premier combat aérien avec avion abattu de l’histoire mondiale de l’aviation militaire[Note 1], remporté par le Voisin III du pilote, le sergent Joseph Frantz et du mécanicien, le caporal Louis Quenault contre un Aviatik B.I allemand avec a son bord le pilote le sergent Wihlem Schlichting et l'observateur, l'oberleutenant Fritz von Zangen, qui reposent au cimetière allemand de Loivre. Ce fait historique, a engendré une nouvelle tactique de combat dans les airs qui coûtera beaucoup de vies à un grand nombre de jeunes pilotes [2].

Le 20 juin 1915, neuf légionnaires du 2e régiment étranger d'infanterie sont fusillés à Prouilly pour « rébellion »[3].

Vie Administrative[modifier | modifier le code]

La maison commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le village appartient aux subdivisions suivantes :

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Prouilly
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1814 Jacques Failliot    
1814 1840 Auguste Godin    
23 septembre 1840 novembre 1844 Jean-Marie Maireaux    
8 novembre 1844 1874 Pierre-Gabriel Darras    
1874 1878 Eugène Remi Petitfrère    
1878 1884 Jacques Désiré Poteaufeux    
1884 1898 Jean Clovis Prudhomme    
1898 1900 Fauvet-Darras    
1900 1904 Elie-Nicolas Fauvet    
1904 1905 Fauvet-Darras    
         
1919 1919 Paul Goulard    
1919 1941 Léon Quarré    
1941 1945 Camille Godin    
1945 1948 Charles Remy    
1948 1953 Bernard Fleury    
1953 1971 Charles Remy    
1971 mars 1989 Jules Legall SE  
mars 1989 juin 1995 Monique Godin-Détoulet SE  
juin 1995 mars 2008 Thierry Pinon SE  
mars 2008 en cours Catherine Malaisé[4] SE  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau : Roumanie Soresti (Roumanie) depuis 1990Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées. Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 594 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480 470 479 523 585 584 630 679 712
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
699 655 657 618 620 566 554 549 546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
517 519 513 569 538 493 460 424 404
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
444 416 459 433 472 554 548 550 588
2011 - - - - - - - -
594 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Pierre, d’architecture romane, date du XIIe siècle et XIIIe siècle. Elle est classée aux Monuments Historiques depuis le 9 août 1921. Parmi ses éléments remarquables, on trouve[7] :

  • 3 statues (petite nature) : saint Pierre, évêque (XIVe siècle) : Saint Pierre et deux évêques, statues décorant le tympan du porche occidental. Les statues, insérées dans le tympan trilobé des trois parties du portail occidental, représentent, celle du centre, Saint Pierre, avec sa clé dans la main gauche, un livre dans la main droite, vêtu d'une longue robe, à sa droite, un évêque mitré, crosse à la main, un autre évêque mitré à sa gauche. Elles sont classées le 10 mars 1908.
  • Plaque funéraire, bas-relief : La Crucifixion (1555). Inscription funéraire décorée de la Crucifixion, bas-relief. Épitaphe ornée d'un encadrement sculpté et surmonté d'un bas-relief (Calvaire). Elle est classée le 23 octobre 1908).
  • Lambris de revêtement (XVIe siècle). Boiseries diverses : panneaux ornés de parchemins plissés, d'écussons, etc. Classés le 23 octobre 1908.
  • Garde-corps de tribune - balustrade (XVIe siècle). Classé le 23 octobre 1908.
  • Toiles du Christ en croix (XVIIe siècle) et de saint Jérôme (restauré en 2009) (XIXe siècle). Classées en 1999.

La maison des Templiers de Prouilly, qui existe toujours aujourd’hui, a appartenu aux Templiers, puis aux chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem de l’ordre de Malte.

Le tumulus la « Husse » (appelé aussi la « Butte ») est situé à 1 km à l'est du village au somment d'une montagne qui domine la Vesle. Il mesure 10 mètres de haut. Il a été supposé être le « Tombeau de Pharamond ». On estime sa construction vers le IVe siècle. Des Fouilles archéologiques commandées par M. Lécrivain en 1836 n’ont pas été concluantes.

Prouilly possède de nombreuses carrières de pierres datant du Moyen Âge qui ont servi à la construction de l’église du village mais aussi de la Cathédrale Notre-Dame de Reims. Elles parcourent la colline sur plusieurs kilomètres derrière le village en partant des caves de certaines maisons de Prouilly. Pour des raisons de sécurité, elles sont aujourd’hui totalement fermées.

Champagne[modifier | modifier le code]

Des archives anciennes prouvent l’existence de vignobles dès 857. En 1231, une rente sur les vins de Prouilly était versée à l’ordre des Templiers. Prouilly faisait commerce de ses vins avec Reims au XIVe siècle notamment en fournissant les léproseries en 1336.

Prouilly est une commune de l’appellation Champagne. Au cœur du Massif de Saint-Thierry, elle est traversée par la Route touristique du Champagne. Le village possède près de 130 hectares de vignes pour 56 exploitants. Voici la répartition des cépages : 7 % de Chardonnay, 65 % de Pinot meunier et 28 % de Pinot noir[8].

56 exploitants, quatre pressoirs et la coopérative la champenoise proposent différentes marques de Champagne dans le village.

Activités[modifier | modifier le code]

  • Parcours pédestre de la Côte Saint Michel

Parcours de randonnée de 14 km sur les communes de Montigny-sur-Vesle, Pévy et Prouilly

Trois jolis villages à l'architecture chaleureuse, deux points de vue offrant des panoramas étendus, un entrelacs de champs, de vignes et de bosquets, sont les points forts de cet itinéraire.

  • Centre équestre l'Équidium

Club Hippique de Prouilly qui propose promenades, loisirs et compétitions.

Situé dans un cadre forestier très agréable, les installations s'étendent sur 4 hectares et se modernisent en permanence. L'école d'équitation s'adresse à un large public de 3 à 93 ans et permet de monter des shetlands, des doubles poneys et des chevaux.

www.equidium.fr

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La victoire de Frantz et Quenault est la première victoire homologuée de l'histoire de l'aviation.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. geneanet.org : Robert Gabriel d'ARRAS d'HAUDRECY
  2. Témoignage de Joseph Frantz à la RTBF le 22 novembre 1965 : « 14/18 (Novembre 1965) », sur Europeana (consulté le 1er janvier 2013)
  3. R.-G. Réau, Les crimes des conseils de guerre, p. 256-268, Éditions du Progrès Civique, Paris, 1925
  4. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. Ministère de la culture
  8. Source CIVC 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Templars, Malcolm Barber, 2002.
  • Les Amis du Vieux Prouilly, cahier d'histoire n°1, Collection histoire de Prouilly, 2007, 236 p.
  • Les Amis du Vieux Prouilly, cahier d'histoire n°2, Collection histoire de Prouilly, 2008, 204 p.
  • Les Amis du Vieux Prouilly, cahier d'histoire n°3, Collection histoire de Prouilly, 2010, 304 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]