Mary et Max

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mary et Max

Titre original Mary and Max
Réalisation Adam Elliot
Scénario Adam Elliot
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre Animation
Sortie 2009
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mary et Max (Mary and Max) est un film australien en animation de pâte à modeler réalisé par Adam Elliot et sorti en 2009.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mary est une petite fille australienne solitaire et disgracieuse de 8 ans. Souffre-douleur de plusieurs de ses camarades d'école, elle écrit à un correspondant choisi au hasard dans un annuaire de New York pour avoir un ami. Max Horowitz, 44 ans, Juif solitaire, obèse et atteint du syndrome d'Asperger, répond à sa lettre. Leur correspondance devient alors plus régulière au cours des années qui suivent.

Mary et Max s'échangent des chocolats par correspondance, car ils sont gourmands, l'un comme l'autre. Max a inventé la recette du hot-dog au chocolat. Il aime inventer d'autres recettes, toujours au chocolat. Mary adore le lait concentré sucré.

Max participe au groupe de parole des « hyperphages anonymes », c'est-à-dire ceux qui mangent trop. Dans ce groupe, une autre hyperphage tombe amoureuse de lui et le couve du regard, puis le couvre de baisers dans l'ascenseur. Max en est très gêné, car son syndrome rend difficile l'interprétation des sentiments et des « messages non verbaux » des autres. Cela l'isole donc beaucoup.

Mary a un voisin qui a perdu ses jambes à la guerre et a peur de sortir de chez lui. Il est agoraphobe. Elle lui prend son courrier dans sa boite aux lettres et le lui apporte. C'est un vieux monsieur. Il finit par dépasser ses angoisses à la fin du film.

Un peu plus tard, Mary a une tache de vin sur le front, qui fait d'elle le souffre-douleur de toute la classe. Elle économise longuement pour parvenir à faire retirer cette tache sur son front par de la chirurgie esthétique. Mais elle se rend compte que cela ne change rien à sa vie.

Mary fait des études de psychiatrie et publie sa thèse sur le syndrome de Max. Max est très choqué par ce livre, qui parle de lui. Mary a mené cette étude par amitié pour Max, mais celui-ci est trop émotif pour supporter cette nouvelle.

Mary se marie avec un Grec très gentil, dont elle était amoureuse dans son enfance. Malheureusement, Mary ne parvient pas à s'occuper de son couple car Max ne répond plus à ses lettres, qui l'angoissent terriblement. Cela la rend terriblement malheureuse, au point qu'elle oublie son mari et sombre dans la dépression et l'alcoolisme, comme sa mère. Son mari finit par partir, pour rejoindre un homme en Nouvelle-Zélande, dont il est amoureux. Il lui laisse une lettre très gentille pour l'assurer qu'il l'aime toujours, mais moins que son amoureux en Nouvelle-Zélande, et qu'il espère qu'ils pourront se retrouver, une fois la douleur de leur histoire apaisée.

Mary sort de sa dépression grâce à une lettre de Max, qui finit par lui écrire pour s'excuser. Il lui explique son syndrome et ses difficultés à entrer en relation avec les autres. C'est le vieux monsieur cul-de-jatte qui lui a apporté le colis de Max, car il a dépassé ses angoisses. D'une certaine façon, il renverse les rôles en apportant, cette fois, son aide à Mary, alors que c'était elle qui l'a aidé durant de nombreuses années. Dans les deux cas, cette aide porte sur le courrier, c'est-à-dire sur l'échange entre les êtres humains, qui est le fil d'Ariane du film.

Lorsque Mary finit par venir à New York pour rencontrer Max, elle a avec elle son bébé, qu'elle a eu avec son mari homosexuel. Mais Max vient de mourir. Il semble dormir sur son canapé, avec un grand sourire. Max ne savait pas sourire, mais, grâce à sa correspondance avec Mary, il a fini par progresser et par apprendre à être heureux. Son regard est porté vers le plafond, où il a fixé les lettres de Mary après les avoir plastifiées. On comprend alors que Mary lui a beaucoup apporté et qu'il est parti serein.

Thèmes du film[modifier | modifier le code]

Le film évoque le thème de l'alcoolisme, de la différence et de la solitude. À travers la correspondance de Mary et de Max, ce sont deux êtres solitaires qui se rencontrent et cherchent à se comprendre. Mary pose des questions fondamentales à Max, sur l'amour, la vie ou encore de la méchanceté de ses camarades. Ces questions angoissent énormément Max, qui a l'habitude de rester enfermé dans une vie régulière et parfaitement normée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution vocale[modifier | modifier le code]

Les informations concernant la distribution de la version originale sont tirées de l'Internet Movie Database[1].

Musique du film[modifier | modifier le code]

La musique de Mary et Max est composée essentiellement de morceaux que le réalisateur, Adam Elliot, souhaitait inclure dans ses films depuis longtemps. Il écoutait ces musiques lors de l'écriture du scénario et de la réalisation. Le compositeur Dale Cornelius complète cette sélection en écrivant quelques pistes originales.

  1. Perpetuum MobilePenguin Cafe Orchestra
  2. Old Mother HubbardABC Radio Orchestra
  3. Russian RagSydney Alpha Ensemble
  4. Across Two WorldsDale Cornelius
  5. The TypewriterLeroy Anderson
  6. Dance of the Knights (Montagues and Capulets) – tiré de Roméo et Juliette de Prokofiev, interprété par le Sydney Symphony Orchestra
  7. Prelude and YodelPenguin Cafe Orchestra
  8. Zadok the PriestThe Kings of Consort & Choir
  9. Max's MeltdownDale Cornelius
  10. That Happy FeelingBert Kaempfert & His Orchestra
  11. Zorba's DanceThe London Pops Orchestra
  12. That's LifeJames Last & His Orchestra
  13. How I Feel/Pulping Her LifeDale Cornelius
  14. Whatever Will Be Will Be (Que Sera Sera)Pink Martini
  15. The Humming Chorus – tiré de Madame Butterfly, interprété par Nana Mouskouri
  16. A Swinging SafariBert Kaempfert

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]