La Harpe de Birmanie (film, 1956)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Harpe de Birmanie.

La Harpe de Birmanie

Titre original Biruma no tategoto
Réalisation Kon Ichikawa
Scénario Michio Takeyama (roman)
Natto Wada
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Sortie 1956
Durée 116 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Harpe de Birmanie (Biruma no tategoto) est un film japonais réalisé par Kon Ichikawa, sorti en 1956. Il est adapté du roman éponyme de Michio Takeyama, publié au Japon en 1947.

Synopsis[modifier | modifier le code]

  • Birmanie, fin de la Seconde Guerre mondiale. L'armistice est signé. Une section de soldats japonais, aguerris au chant et instruits musicalement, sont retenus en captivité dans un camp britannique en attendant leur rapatriement. Un des leurs, Mizushima, le joueur de harpe, est chargé de convaincre un groupe isolé de soldats japonais insoumis. Mais, Mizushima n'est point écouté et la section réfractaire sera anéantie. Suite au combat, celui-ci est porté disparu. Au cours de sa longue errance, il découvre les corps de centaines de ses compatriotes, morts sur le champ de bataille, et se met à enterrer leurs cadavres. Devenu moine bouddhiste, il renonce à rentrer au Japon, estimant que son rôle est d'assurer une sépulture aux soldats japonais morts et abandonnés sur le sol birman...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film de Kon Ichikawa, comme le roman de Michio Takeyama dont il est issu, s'inspire de l'histoire authentique d'un soldat japonais - Kazuo Nakamura (1917-2008) - qui, dès l'âge de treize ans, se sentant très attiré par le bouddhisme, se destinait à devenir moine. Mobilisé dans l'armée japonaise, il combattit sur divers fronts avant d'être envoyé en Birmanie où il apprit la fin de la guerre et la capitulation de son pays. Prisonnier en 1945 des troupes britanniques, il monta un chœur destiné à réconforter le moral de ses compagnons de captivité. Il leur proposa d'interpréter des chansons très populaires comme Hanyû no yado[1], Kôjô no tsuki ou Sakura. Il organisa, en outre, diverses cérémonies en l'honneur des soldats morts au combat, ainsi que des lectures commentées des textes bouddhiques. Rapatrié en 1946, il devint bonze à Gunma, dans sa région natale, et retourna souvent en Birmanie où il fit élever une pagode en l'honneur des soldats japonais et birmans décédés au cours du second conflit mondial[2].
  • Des années auparavant, Takeyama s'empara du destin de ce personnage grâce au récit d'un témoin privilégié, enrôlé dans la brigade où officiait Nakamura. Au carrefour du conte pour enfants et de l'aventure philosophique, l'œuvre fut initialement publiée en feuilleton entre 1947 et 1948. Voulant rendre compte du déchirement moral et spirituel du héros - le bouddhisme étant une religion, par essence, pacifiste - l'écrivain dédoubla le personnage : au soldat Mizushima (Shôji Yasui), ici instrumentiste du groupe musical, fut ajouté un nouveau protagoniste, totalement recréé, le capitaine Inouyé (Rentaro Mikuni), également chef de chœur. Takeyama voulut ainsi confronter le destin individuel de Mizushima, lié à cette exigence intérieure qui le pousse à demeurer en Birmanie, et celui, collectif, du groupe de soldats, symbolisé par son capitaine. Cet antagonisme était de nature à renforcer l'expression dramatique de l'œuvre et la gravité du choix fait par Mizushima. Un autre personnage essentiel du livre est la harpe traditionnelle birmane, nommée encore saung-gauk, précisément rendue nécessaire par le dédoublement du héros. Dans le film d' Ichikawa, fidèle, pour l'essentiel, à l'esprit du roman, elle contribue à instaurer un climat émotionnel significatif[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Titre japonais de Home, Sweet Home, traduit dès 1889 et devenu grandement populaire au Japon.
  2. Claire Akiko-Brisset, maître de conférences à l'Université Paris VII : L'histoire d'un soldat, Allerton Films.
  3. Claire Akiko-Brisset : op. cité.

Lien externe[modifier | modifier le code]