Mont Hakkoda (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mont Hakkoda

Titre original Hakkodasan
八甲田山
Réalisation Shirô Moritani
Scénario Jiro Nitta (roman)
Shinobu Hashimoto (Scénario)
Acteurs principaux
Sociétés de production Hashimoto Productions
Shimano Kikaku
Toho
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre Drame
Sortie 1977
Durée 169 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mont Hakkoda (八甲田山, Hakkodasan?) est un film japonais de 1977 réalisé par Shirô Moritani. Il fut proposé à la 50ème cérémonie des Oscars pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, mais il ne fut pas nommé[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1902, au Japon, une compagnie de soldats japonais, commandée par le Colonel Nakabayashi, entreprend une traversée des Monts Hakkoda. Malgré l'apparition d'une importante tempête de neige, les officiers décident de continuer le voyage. La quasi-totalité des hommes périront de froid ou d'épuisement.

Memorial de la marche vers la mort sur le mont Hakkoda.
La statue de Fusanosuke Gotō qui survécut à l'entrainement militaire dans les monts Hakkoda en 1902.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

L'incident des monts Hakkoda est historique :

En février 1902, la 5e régiment d'infanterie japonais part en manœuvres près d'Aomori, sur les pentes des Monts Hakkoda. Le but de cet entrainement est d'aguerrir les soldats en vue d'un conflit possible avec la Russie, qui risque de se dérouler dans des conditions climatiques rigoureuses. Une tempête de neige, la mauvaise organisation et les erreurs continues des officiers provoquent une catastrophe: sur les 210 officiers et soldats, seul 11 vont survivre, encadrés par le caporal Fusanosuke Gotō, qui possède aujourd'hui sa statue au pied des Monts Hakkoda.

La conséquence pratique la plus positive de ce drame fut l'introduction au Japon du ski, qui était inconnu en 1902, et qui commença à équiper les troupes de montagne.

Le film, sorti 75 ans après les faits, dénonce longuement certains défauts anciens et en partie toujours actuels de la société japonaise, vue à travers ses forces armées : la soumission à l'autorité, le manque d'initiative individuelle, le poids de la bureaucratie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « List of Japanese films nominated for Academy Award for Best Foreign Language Film », Motion Picture Producers Association of Japan (consulté le 2008-06-22)