Pascal Dupuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupuis (homonymie).

Pascal Dupuis

Pascal Dupuis avec les Penguins de Pittsburgh

Pascal Dupuis avec les Penguins de Pittsburgh

Surnom(s) Dooper[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 7 avril 1979,
Laval (Canada)
Joueur
Position Ailier gauche
Tire de la gauche
Équipe LNH Penguins de Pittsburgh
Ancienne(s) équipe(s) Wild du Minnesota
Rangers de New York
Thrashers d'Atlanta
A joué pour Lumberjacks de Cleveland (LIH)
HC Ajoie (LNB)
Carrière pro. Depuis 2000

Pascal Dupuis (né le 7 avril 1979 à Laval situé dans la province de Québec au Canada) est un joueur de hockey sur glace évoluant dans la Ligue nationale de hockey.

Après avoir joué dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec pendant quatre saisons, il rejoint en tant qu'agent libre et pour cinq saisons et demie le Wild du Minnesota de la Ligue nationale de hockey. Par la suite, il joue avec les Rangers de New York puis avec les Thrashers d'Atlanta avant de rejoindre en février 2008 les Penguins de Pittsburgh. La saison suivante, en 2008-2009, il remporte avec les Penguins la Coupe Stanley.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son enfance et ses débuts[modifier | modifier le code]

Photographie de Mike Ribeiro avec le maillot des Stars de Dallas en train de faire un lancer.
En 1998-1999, Mike Ribeiro (ici en photographie avec les Stars de Dallas) est le meilleur pointeur de la LHJMQ.

Pascal Dupuis naît le 7 avril 1979 à Laval, ville située dans la province de Québec alors que cinq ans plus tôt, son père, Claude Dupuis, est repêché par les Nordiques de Québec lors de la huitième ronde du repêchage amateur de 1974 de l'Association mondiale de hockey – Claude Dupuis ne joue finalement jamais dans l'AMH et ne connaît que quelques matchs dans la Ligue internationale de hockey[2].

Pascal Dupuis grandit en idolâtrant Michel Goulet et les Nordiques puis rejoint en 1995-1996 les Laval-Laurentides, équipe midget[Note 1] du Québec[3]. Tout comme son père quelques années plus tôt, il joue son hockey junior dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (également désignée par le sigle LHJMQ). Il rejoint les Huskies de Rouyn-Noranda en 1996-1997 et joue un peu plus de la moitié des matchs de l'équipe qui termine avant-dernière de toute la LHJMQ[4]. Au cours de la saison suivante, Dupuis rejoint les Cataractes de Shawinigan et avec eux, il joue pour la première fois les séries de la ligue junior mais ils sont éliminés dès le premier tour par les Foreurs de Val-d'Or en six matchs[4].

En 1998-1999, les Cataractes terminent en tête de la division Lebel et sont ainsi qualifiés directement pour les demi-finales de division en évitant le premier tour. À la surprise générale, l'équipe de Dupuis est éliminée en six matchs par les Olympiques de Hull, sixièmes de la division lors de la saison régulière[5]. Avec seulement cinquante-sept matchs joués au cours de la saison régulière, Pascal Dupuis est tout de même le quatrième pointeur de l'équipe avec soixante-douze points – il compte ainsi une trentaine de points de moins que le meilleur de l'équipe, Jean-Philippe Paré[6].

Lors de la saison 1999-2000, il connaît sa meilleure saison offensive inscrivant cinquante buts et obtenant un total de cent-cinq points, deuxième meilleur pointeur de l'équipe derrière Dominic Forget et meilleur buteur[7]. Les Cataractes finissent premiers de la division Centrale dans la conférence Lebel puis passent le premier tour des séries en six matchs. Les Voltigeurs de Drummondville éliminent Dupuis et les siens au second tour en sept matchs[5].

Avec le Wild du Minnesota[modifier | modifier le code]

Photographie couleur de Gaborik
Entre 2001 et 2007, Dupuis et Marián Gáborík (ici en photographie) jouent ensemble avec le Wild du Minnesota.

Dupuis est alors âgé de 21 ans et n'a jamais été choisi lors d'un repêchage[Note 2] de la Ligue nationale de hockey. Malgré tout, sa bonne saison 1999-2000 attire l'attention de la nouvelle franchise de la LNH, le Wild du Minnesota qui lui offre un contrat[8]. Il devient joueur professionnel et rejoint l'équipe-école du Wild, les Lumberjacks de Cleveland qui jouent dans la Ligue internationale de hockey. Il joue la quasi-totalité de la saison dans la LIH mais fait tout de même ses débuts avec le Wild dans la LNH en jouant les quatre derniers matchs de la saison. Sa première apparition dans la LNH a lieu le 2 avril 2001 contre les Sharks de San José et il inscrit un but malgré la défaite 4-2 des siens[9]. La saison suivante, il devient joueur à temps plein pour le Wild alors que ce dernier ne se qualifie pas pour les séries[10].

Durant la saison 2002-2003, il marque vingt buts et enregistre un total de quarante-huit points durant la saison en ne manquant que deux rencontres. Il est ainsi le deuxième pointeur de l'équipe derrière Marián Gáborík[11] alors que le Wild termine sixième de l'Association de l'Ouest et se qualifie pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley[10]. Au cours de celles-ci, le Wild élimine tour à tour l'Avalanche du Colorado et les Canucks de Vancouver, à chaque fois en sept rencontres avant de tomber en finale de l'association contre les Ducks d'Anaheim[12].

La production de l'ailier gauche québécois chute en 2003-2004 avec seulement vingt-six points en une soixantaine de matchs joués[13] ; l'équipe ne réitère pas sa prestation de l'année précédente et ne parvient pas à se qualifier pour les séries[10]. La saison 2004-2005 de la LNH est annulée en raison d'un lock-out et Dupuis décide de tenter sa chance en Europe en janvier 2005[8]. Il rejoint ainsi les rangs du HC Ajoie, qui évolue dans la Ligue nationale B en Suisse pour huit rencontres de la saison régulière. L'équipe termine à la dernière place du classement et Dupuis aide le club à garder sa place en LNB[14] en jouant les six rencontres des playoffs et en inscrivant six buts et huit aides[3].

Quatre équipes en deux saisons[modifier | modifier le code]

Il revient dans la LNH pour la saison suivante, une saison sans séries, puis il signe une prolongation de contrat avec le Wild en juillet 2006 pour une nouvelle année[15] mais ne reste avec la franchise du Minnesota que jusqu'au milieu de la saison 2006-2007. En effet, l'équipe l'échange le 9 février 2007 après quarante-huit matchs aux Rangers de New York en retour de Adam Hall[8]. Il inscrit un but lors de son premier match avec les Rangers[16] mais ne joue que six rencontres avec la formation de New York avant d'être échangé, avec le futur choix de troisième ronde des Rangers au repêchage 2007, aux Thrashers d'Atlanta en retour d'Alex Bourret[17]. Une fois encore, il marque son premier but lors de son premier match avec les Thrashers[16]. Au printemps, il prend part aux quatre premiers matchs de l'histoire des Thrashers en séries éliminatoires, amassant un but et trois points malgré les quatre défaites de son équipe contre les Rangers[18]. Dupuis débute la saison 2007-2008 avec Atlanta mais il change une nouvelle fois d'équipe le 26 février 2008. Il est échangé en compagnie de Marián Hossa aux Penguins de Pittsburgh en retour de Colby Armstrong, Erik Christensen, Angelo Esposito et d'un choix de première ronde au repêchage de 2008[17].

Première finale de la Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Photographie des Red Wings champions de la Coupe Stanley
En 2007-2008, les Penguins perdent en finale de la Coupe Stanley contre les Red Wings de Détroit.

Dupuis rejoint donc l'équipe de Pittsburgh qui compte dans ses rangs le jeune Sidney Crosby, capitaine de l'équipe, et également Ievgueni Malkine mais qui manque de joueurs pour épauler les deux joueurs vedettes sur les ailes. Pour la quatrième fois de sa carrière, il inscrit son premier but avec sa nouvelle dès son premier match[16]. En seize rencontres, Dupuis marque douze points[19] et l'équipe se qualifie pour les séries en décrochant la première place de la division Atlantique[20].

Les Penguins parviennent en finale de la Coupe Stanley en battant tour à tour les Sénateurs, 4 matchs 0, les Rangers de New York, 4-1 et enfin les Flyers de Philadelphie, également en cinq matchs. Ils rencontrent en finale de la Coupe les Red Wings de Détroit, champions de la saison régulière[21]. Les deux premiers matchs sont joués à Détroit et Chris Osgood blanchit[Note 3] à deux reprises les Penguins 4-0 et 3-0. Pittsburgh reprend espoir en gagnant la troisième rencontre 3-2 avec deux buts de Crosby mais ils concèdent la défaite lors de la quatrième date. Lors du cinquième match, trois prolongations sont nécessaires et un but de Petr Sýkora pour voir les Penguins l'emporter. Finalement, les Red Wings l'emportent lors du sixième match sur la glace de Pittsburgh et remportent leur onzième Coupe Stanley[22].

La Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Photographie de Talbot lors de la parade de la victoire des Penguins
Comme Dupuis, Maxime Talbot (ici en photographie) est un des Québécois de l'équipe des Penguins de Pittsburgh

Hossa quitte les Penguins lors de l'intersaison pour rejoindre les champions en titre alors que Dupuis lui décide de rester au sein de la franchise et le 1er juillet 2008, il signe une extension de contrat de trois saisons avec l'équipe[23]. En début de saison, le 11 décembre, lors d'un match contre les Islanders de New York, Dupuis et Petr Sýkora inscrivent tous les deux le premier coup du chapeau de leur carrière lors d'une victoire 9-2[24]. En février, lors d'une victoire 5-4 contre les Flyers de Philadelphie, il réalise la centième passe décisive de sa carrière[25] puis un mois plus tard, le 28 mars, il joue son cinq-centième match dans la grande ligue[25]. Le 5 avril, à quelques matchs de la fin de la saison, il inscrit un but pour son deux-centième point depuis ses débuts[25]. À la fin du calendrier, les Penguins sont classés à la deuxième place de la division derrière les Devils du New Jersey avec sept points de retard, quatrième équipe de la conférence[21].

En séries, les Penguins éliminent au premier tour les Flyers en six matchs alors que lors du dernier match ils sont menés au score 3-0 avant de revenir au jeu, le réveil étant sonné par un combat entre Maxime Talbot, autre québécois des Penguins, et Dan Carcillo des Flyers[26]. Au tour suivant, Dupuis et ses coéquipiers affrontent les Capitals de Washington emmenés par Ovetchkine. La série se prolonge jusqu'au septième match grâce à notamment une prestation de Semion Varlamov dans les buts des Capitals ainsi qu'aux talents offensifs de Crosby et Ovetchkine ; le septième match décisif a lieu dans la salle de Washington et après 31 minutes de jeu, les Penguins mènent déjà 5-0. Ils remportent le match et la qualification sur le score de 6 buts à 2[27].

La finale de conférence est jouée contre les Hurricanes de la Caroline mais ces derniers perdent totalement pied en étant éliminés en quatre matchs. Contrairement à la saison précédente et à la superstition de la LNH[Note 4], Crosby en accord avec le vétéran Bill Guerin décide de toucher le trophée Prince de Galles remis au champion de la conférence[28]. Les Penguins retrouvent les champions en titre en finale de la Coupe Stanley, les Red Wings de Détroit. Après les deux premières rencontres et deux défaites de Pittsburgh 1-3, la finale semble prendre le même chemin que la saison passée mais les Penguins gagnent les deux matchs chez eux 4-2[29]. Osgood blanchit les Penguins lors de la cinquième date, 5-0, puis Pittsburgh gagne 2-1 le sixième match[30]. La finale se joue donc au terme d'un septième match joué à Détroit le 12 juin et Dupuis soulève la Coupe Stanley à la suite d'une victoire 2-1 des siens grâce à un doublé de Talbot[31]. Dupuis est également un des six Québécois avec Marc-André Fleury, Talbot, Kristopher Letang, Philippe Boucher et Mathieu Garon a remporter la Coupe Stanley avec les Penguins cette saison ; c'est le plus grand nombre de joueurs québécois depuis les Canadiens de Montréal en 1993[32].

La suite de sa carrière[modifier | modifier le code]

Comme tous les joueurs champions de la Coupe Stanley, Dupuis a droit à une journée entière pour profiter du trophée ; ainsi début août, il accueille la Coupe Stanley dans la ville de Boisbriand à quelques kilomètres de Montréal, au Québec[33]. Dupuis et les joueurs des Penguins rencontrent le Président des États-Unis, Barack Obama, le 10 septembre 2009 dans la Maison-Blanche avant d'attaquer la saison 2009-2010[34]. Le 14 novembre 2010, il inscrit les quatre-vingt-dix neuvième et centième buts de sa carrière contre les Bruins de Boston, dont le but de la victoire en prolongation[35]. Le 8 avril 2010, les Penguins jouent le dernier match de leur histoire dans le Mellon Arena – patinoire des Penguins destinée à l'abandon à l'issue de la saison – et ils remportent la rencontre 7-3. Le dernier but est inscrit par Guerin sur une passe décisive de Dupuis[36].

Les Penguins terminent à la deuxième place de la division et sont qualifiés pour les séries de la Coupe. Ils rencontrent une nouvelle fois les Sénateurs lors de la première ronde et en viennent à bout en six matchs[37] mais au cours du deuxième tour, ils sont éliminés en sept matchs par les Canadiens de Montréal[37].

La saison 2010-2011 des Penguins est gâchée par les blessures des joueurs de l'équipe. Ainsi Jordan Staal rate tout le début de la saison ; quand il revient au jeu en janvier, c'est au tour de Crosby puis de Malkine d'être blessés. Ils manquent tous les deux la fin de saison mais malgré tout, Crosby finit meilleur pointeur de l'équipe avec soixante-six points. En novembre, Dupuis joue son six-centième match de carrière dans la LNH[38]. Deuxième de la division Atlantique, l'équipe de Pittsburgh perd au premier tour en sept rencontres contre le Lightning de Tampa Bay[39]. Le 28 juin 2011, il signe une prolongation de contrat de deux saisons avec Pittsburgh pour une valeur moyenne de 1,5 millions de dollars par saison[40].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pascal Dupuis est marié avec Carole-Lyne et ensemble ils ont quatre enfants[33] : trois filles nommées Maeva (née en 2004), Zoé (née le 24 mars 2008 à Atlanta)[41] et enfin Lola née le 3 novembre 2010[42]. Ils ont également un garçon, Kody, né le 9 février 2006[43].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[44]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun +/- PJ  B   A  Pts Pun +/-
1996-1997 Huskies de Rouyn-Noranda LHJMQ 44 9 15 24 20 - - - - - - -
1997-1998 Huskies de Rouyn-Noranda LHJMQ 39 9 17 26 36 - - - - - - -
Cataractes de Shawinigan LHJMQ 28 7 13 20 10 - 6 2 0 2 4 -
1998-1999 Cataractes de Shawinigan LHJMQ 57 30 42 72 118 - 6 1 8 9 18 -
1999-2000 Cataractes de Shawinigan LHJMQ 61 50 55 105 99 - 13 15 7 22 4 -
2000-2001 Lumberjacks de Cleveland LIH 70 19 24 43 37 - 4 0 0 0 0 -
2000-2001 Wild du Minnesota LNH 4 1 0 1 4 0 - - - - - -
2001-2002 Wild du Minnesota LNH 76 15 12 27 16 -10 - - - - - -
2002-2003 Wild du Minnesota LNH 80 20 28 48 44 +17 16 4 4 8 8 0
2003-2004 Wild du Minnesota LNH 59 11 15 26 20 +5 - - - - - -
2004-2005 HC Ajoie LNB 8 5 5 10 26 - 6 6 8 14 8 -
2005-2006 Wild du Minnesota LNH 67 10 16 26 40 -10 - - - - - -
2006-2007 Wild du Minnesota LNH 48 10 3 13 38 -7 - - - - - -
Rangers de New York LNH 6 1 0 1 0 -4 - - - - - -
Thrashers d'Atlanta LNH 17 3 2 5 4 -6 4 1 2 3 4 +2
2007-2008 Thrashers d'Atlanta LNH 62 10 5 15 24 -4 - - - - - -
Penguins de Pittsburgh LNH 16 2 10 12 8 +4 20 2 5 7 18 +5
2008-2009 Penguins de Pittsburgh LNH 71 12 16 28 30 +1 16 0 0 0 8 -5
2009-2010 Penguins de Pittsburgh LNH 81 18 20 38 16 +5 12 2 5 7 4 +6
2010-2011 Penguins de Pittsburgh LNH 81 17 20 37 59 +16 7 1 0 1 2 -2
2011-2012 Penguins de Pittsburgh LNH 82 25 34 59 34 +18 6 2 4 6 0 0
2012-2013 Penguins de Pittsburgh LNH 48 20 18 38 26 +31 15 7 4 11 12 +2
Totaux LNH 798 175 199 374 363 +56 97 19 25 44 56 +7

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Photographie couleur de la Coupe Stanley gravée des noms des joueurs 2008-2009 des Penguins
La Coupe Stanley et l'effectif des Penguins 2008-2009 gravé.

Transactions en carrière[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « midget » est un terme de hockey désignant une catégorie de jeunes joueurs de hockey. Il s'agit de la catégorie plus jeune que les joueurs juniors soit 15, 16 et 17 ans. Littéralement le terme anglais midget désigne une personne exceptionnellement petite.
  2. Le terme « repêchage » correspond au mot anglais de Draft et désigne un évènement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, où les équipes d'une catégorie sélectionnent des sportifs issus d'une autre catégorie – souvent une catégorie de joueurs plus jeunes.
  3. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  4. Une superstition de la LNH considère que le véritable trophée à remporter est la Coupe Stanley et qu'en touchant le trophée Prince de Galles, l'équipe perd ses chances de remporter la finale par la suite.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 36.
  2. .(en) « Claude Dupuis hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  3. a et b « Pascal Dupuis - Statistiques », sur www.nhl.com.
  4. a et b « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 217.
  5. a et b « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 218.
  6. (en) « 1998-99 Shawinigan Cataractes roster and player statistics », sur le site The Internet Hockey Database (consulté le 26 février 2011).
  7. (en) « 1999-00 Shawinigan Cataractes roster and player statistics », sur le site The Internet Hockey Database (consulté le 26 février 2011).
  8. a, b et c (en) « Pascal Dupuis, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 26 février 2011).
  9. (en) « Pascal Dupuis, Penguins - 2000-2001 Game Log », sur le site officiel de la Ligue nationale de hockey (consulté le 26 février 2011).
  10. a, b et c « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 77.
  11. « Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide », p. 140.
  12. « Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide », pages 202 à 205.
  13. « Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide », p. 138.
  14. (fr) Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2004/05 », sur le site Hockeyarchives (consulté le 26 février 2011).
  15. (en) « Wild Re-Signs Pascal Dupuis », sur le site officiel du Wild du Minnesota,‎ 13 juillet 2006 (consulté le 26 février 2011).
  16. a, b et c « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 49.
  17. a et b « Atlanta Thrashers 2010.11 Media Guide », p. 240.
  18. « Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide », p. 247.
  19. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 29.
  20. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 305.
  21. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 163.
  22. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 306.
  23. (en) Jason Seidling, « Dupuis Continues to Thrive on Top Line With Crosby », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 4 avril 2010 (consulté le 26 février 2011).
  24. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 112.
  25. a, b et c « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 114.
  26. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 94 et 95.
  27. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 114 à 115.
  28. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 124 à 126.
  29. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 128 à 140.
  30. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 142 à 148.
  31. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 149 à 150.
  32. (fr) La Presse Canadienne, « Une coupe à saveur québécoise », sur le site du Réseau des sports,‎ 13 juin 2009 (consulté le 14 juin 2009)
  33. a et b (en) Kevin Shea, « Hockey Hall of Fame - Stanley Cup Journals: 2009, 12 », sur le site officiel du Temple de la renommée du hockey,‎ 24 juillet 2009 (consulté le 26 février 2011).
  34. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 307.
  35. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 114.
  36. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 117.
  37. a et b « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 118.
  38. (en) Tony Jovenitti, « Penguins-Ducks In-Game Blog », sur le site des Penguins de Pittsburgh,‎ 5 novembre 2010 (consulté le 2 mai 2011).
  39. (en) Tony Jovenitt, « Perseverance: the Penguins' 2010-11 Season in Review », sur Pittsburgh Penguins,‎ 10 avril 2011 (consulté le 2 mai 2011).
  40. (en) « Penguins Re-Sign Forward Pascal Dupuis », sur Pittsburgh Penguins,‎ 28 juin 2011 (consulté le 28 juin 2011).
  41. (en) « Penguins vs. Islanders - 03/24/2008 - Recap », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 24 mars 2008 (consulté le 27 février 2011).
  42. (en) Shelly Anderson, « Penguins Notebook: Malkin moves back to center », sur le site de la Pittsburgh Post-Gazette,‎ 4 novembre 2010 (consulté le 27 février 2011).
  43. (en) « Avalanche vs. Wild - 02/09/2006 - Recap », sur le site officiel de l'Avalanche du Colorado,‎ 9 février 2006 (consulté le 27 février 2011).
  44. (en) « Pascal Dupuis hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Andrew Podnieks, The Year of the Penguins : Celebrating Pittsburgh's 2008-09 Stanley Cup Championship Season, Fenn Publishing Company,‎ juillet 2009, 184 p. (ISBN 978-1551683331)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • Ligue de hockey junior majeur du Québec, Guide 2010-2011 de la LHJMQ,‎ 2010, 354 p.
  • (en) Minnesota Wild, Minnesota Wild 2010-2011 Team Guide,‎ 133, 440 p.
  • (en) Atlanta Thrashers, Atlanta Thrashers 2010.11 Media Guide,‎ 2010, 259 p.
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide,‎ 2008, 421 p.
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide,‎ 2009, 428 p.
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide,‎ 2010, 440 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 24 mars 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.