Brooks Orpik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Brooks Orpik

Photographie d'Orpik avec les Penguins de Pittsburgh

Brooks Orpik avec les Penguins de Pittsburgh

Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Né le 26 septembre 1980,
San Francisco (États-Unis)
Joueur
Position Défenseur
Tire de la gauche
Équipe LNH Penguins de Pittsburgh
A joué pour Penguins de WBS (LAH)
Repêc. LNH 18e choix au total, 2000
Penguins de Pittsburgh
Carrière pro. Depuis 2002

Brooks Orpik (né le 26 septembre 1980 à San Francisco en Californie aux États-Unis) est un joueur américain professionnel de hockey sur glace. Il est le frère aîné d'Andrew, également professionnel de hockey sur glace[1]. Les deux frères jouent leurs premiers matchs avec les Eagles de Boston College et ils remportent tous les deux le titre du championnat universitaire américain à quelques années d’intervalle : 2001 pour Brooks et 2008 pour Andrew[2].

En 2008-2009, il fait partie de l'équipe des Penguins de Pittsburgh qui remporte la Coupe Stanley dans la Ligue nationale de hockey. Quelques mois plus tard, il remporte avec l'Équipe des États-Unis la médaille d'argent aux Jeux olympiques d'hiver.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance et ses débuts[modifier | modifier le code]

Fils d'Elizabeth et Rick Orpik, Brooks naît le 26 septembre 1980 à San Francisco en Californie aux États-Unis[3] sept mois après le Miracle sur glace ; ses parents décident alors de lui donner comme prénom Brooks en référence à l’entraîneur de l'équipe américaine, Herb Brooks[4].

Après avoir grandi à East Amherst, dans l'État de New York, près de Buffalo, il débute sa carrière en jouant au sein de l'école Nichols School puis Thayer Academy en tant que défenseur[3]. En 1998, il rejoint le Boston College et joue dans le championnat universitaire, la National Collegiate Athletic Association en jouant pour les Eagles[5]. Lors de sa première saison avec son équipe, les Eagles remportent le tournoi de la division Hockey East puis perdent la saison suivante en finale[6].

Lors de la saison 1999-2000, il manque trois matchs avec son équipe universitaire pour jouer avec les États-Unis lors du championnat du monde junior[3]. L'équipe perd en demi-finale contre la République tchèque puis dans le match pour la médaille de bronze contre le Canada[7]. En sept rencontres, il inscrit un but et réalise une passe décisive[8].

Orpik est choisi par les Penguins de Pittsburgh au premier tour du repêchage d'entrée[Note 1] dans la Ligue nationale de hockey de 2000. Il est alors le dix-huitième joueur choisi lors de la séance, le premier choix des Penguins[9]. Il ne rejoint pas pour autant la franchise de Pittsburgh et joue une troisième saison avec les Eagles dont Brian Gionta est le capitaine[10]. Orpik aide son équipe à remporter une nouvelle fois le tournoi de Hockey East[6] puis le titre de champion national pour l'ensemble de la NCAA[11]. Il reçoit alors le trophée interne du joueur le plus accompli[12].

Ses débuts dans la LAH[modifier | modifier le code]

Photographie de Michel Ouellet avec les Penguins de Pittsburgh
Michel Ouellet (ici en photographie avec Pittsburgh) joue entre 2002 et 2004 avec Orpik chez les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton puis dans la LNH avec Pittsburgh.

Lors de la saison 2000-2001, Orpik fait ses débuts professionnels en jouant pour les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton, l'équipe affiliée dans la Ligue américaine de hockey à la franchise de Pittsburgh. L'équipe termine à la dernière place de sa division, non qualifiée pour les séries éliminatoires[13]. Lors de la saison suivante, il passe le plus clair de son temps avec l'équipe de la LAH mais fait tout de même ses débuts dans la LNH au cours de la 2002-2003. Il joue sa première saison complète dans la LNH en 2003-2004 en participant à 79 rencontres[14] ; il reçoit 127 minutes de pénalités, le plus haut total pour un joueur de l'équipe[15]. En février 2004, il est sélectionné avec les joueurs recrues[Note 2] pour jouer le 54e Match des étoiles[16].

Après les 82 matchs de la saison régulière, les Penguins ne sont pas qualifiés pour les séries éliminatoires tandis que l'équipe de Wilkes-Barre/Scranton l'est. Orpik rejoint alors l'équipe de la LAH pour les séries de la Coupe Calder, équipe dirigée par Michel Therrien. L'équipe passe relativement difficilement tous les tours des séries, en remportant ceux-ci en six ou sept matchs à chaque fois. Ils affrontent les Admirals de Milwaukee en finale de la Coupe et sont battus en quatre matchs[17].

Première saison dans la LNH puis premières séries[modifier | modifier le code]

Photographie de Gonchar
Sergueï Gontchar joue aux côtés d'Orpik en défense entre 2005 et 2010.

L'édition 2004-2005 de la LNH est annulée en raison d'un lock-out et Orpik ne joue pas de la saison[18]. En septembre 2005, il signe une prolongation de contrat avec les Penguins avant la saison 2005-2006[16]. La franchise compte dans ses rangs le jeune Sidney Crosby, premier choix du repêchage 2005[9] et également Sergueï Gontchar, défenseur de métier[19]. Le 4 mars 2006, au cours d'une rencontre entre les Penguins et les Hurricanes de la Caroline, il fait une mise en échec par derrière sur Erik Cole lui écrasant le crâne contre le bord de la patinoire. Orpik reçoit cinq minutes de pénalités pour charge contre la bandeboarding en anglais[20]. Finalement, Cole subit une fracture d'une vertèbre[21], manque la fin de la saison[22] alors qu'Orpik est suspendu trois matchs pour son geste[23]. À l'issue de la saison, il totalise une nouvelle fois le plus haut total de pénalités de l'équipe[15] alors que cette dernière ne marque que 58 points et finit à l'avant-dernière place au classement final de la LNH[24].

L'équipe n'étant pas qualifiée pour les séries, il connaît sa première sélection avec l'équipe senior des États-Unis pour jouer le championnat du monde qui se joue à Riga en Lettonie. Les États-Unis terminent deuxièmes de leur poule derrière les Canadiens menés par Crosby ; les Américains se classent troisièmes de la deuxième phase puis perdent en quart de finale. Ils sont éliminés de la compétition par un blanchissage[Note 3] 6-0 par la Suède[25].

Le 23 juillet 2006, il signe une nouvelle prolongation de contrat pour deux ans avec les Penguins[26]. Au début de la saison 2006-2007, l'équipe de Pittsburgh voit arriver de nouveaux joueurs dans l'effectif dont les choix de première ronde de l'équipe : Ievgueni Malkine, choisit en 2004 et Jordan Staal en 2006[27]. Les Penguins parviennent pour la première fois aux séries éliminatoires depuis 2001[28] mais ils perdent au premier tour contre les Sénateurs d'Ottawa 4 matchs à 1 alors qu'Ottawa atteint par la suite la finale de la Coupe Stanley[29]. Orpik est le deuxième joueur le plus pénalisé lors de la saison régulière avec 82 minutes alors que l'ailier droit, Jarkko Ruutu, agitateur[Note 4] en compte 127[27].

Première finale des séries[modifier | modifier le code]

Photographie de Chris Osgood avec le maillot des Red Wings
En 2007-2008, les Penguins perdent en finale de la Coupe Stanley contre Chris Osgood et les Red Wings de Détroit.

Le 31 mai 2007, Crosby est nommé capitaine de l'équipe[30] mais il rate une trentaine de rencontres sur blessures au cours de la saison 2007-2008 et l'équipe compte alors sur Malkine pour prendre le relais et mener les Penguins. Comme souvent, Orpik n'inscrit que peu de points lors de la saison – onze au total dont un seul but – mais il aide grandement son équipe par son jeu physique et en bloquant les tirs adverses. Ainsi, à deux reprises, il effectue neuf mises en échec lors d'un seul match et totalise deux cent trente-neuf mises en échec à la fin de la saison[31]. L'équipe se qualifie une nouvelle fois pour les séries en décrochant la première place de la division Atlantique[32] alors que Malkine est le meilleur pointeur de l'équipe avec six points de moins que le total de cent douze d'Aleksandr Ovetchkine, joueur des Capitals de Washington et meilleur pointeur de la ligue[33].

Les Penguins parviennent en finale de la Coupe Stanley en battant tour à tour les Sénateurs, 4 matchs 0, les Rangers de New York, 4-1 et enfin les Flyers de Philadelphie, également en cinq matchs. Ils rencontrent en finale de la Coupe les Red Wings de Détroit, champions de la saison régulière[33]. Les deux premiers matchs sont joués à Détroit et Chris Osgood blanchit à deux reprises les Penguins 4-0 et 3-0. Pittsburgh reprend espoir en gagnant la troisième rencontre 3-2 avec deux buts de Crosby mais ils concèdent la défaite lors de la quatrième date. Lors du cinquième match, trois prolongations sont nécessaires et un but de Petr Sýkora pour voir les Penguins l'emporter. Finalement, les Red Wings l'emportent lors du sixième match sur la glace de Pittsburgh et remportent leur onzième Coupe Stanley[34]. Orpik inscrit les quatre premiers points de sa carrière dans les séries éliminatoires et est le joueur qui réalise le plus de mises en échec, avec un total de 102[31].

La Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Photographie de Kris Letang en 2011
Depuis 2007-2008, Kristopher Letang est un des défenseurs important des Penguins aux côtés d'Orpik.

Au cours de l'intersaison, Orpik est approché par Ray Shero, le directeur-général des Penguins qui cherche à solidifier son équipe sur le long terme en faisant signer des contrats de longue durée aux principaux joueurs ; finalement, le 2 juillet 2008, ils signent ensemble une extension de contrat liant Orpik et l'équipe de la Pennsylvanie pour six nouvelles saisons[35]. Lors de la préparation de la saison 2008-2009, le défenseur numéro un de l'équipe, Gontchar, se fait opérer de l'épaule, blessure contractée la saison passée lors d'un match de la finale de la Coupe Stanley et mal soignée. Il est annoncé qu'il manquera entre quatre et six mois de la saison[36]. Pour pallier l'absence de Gontchar, l'entraîneur de l'équipe, Michel Therrien décide alors de mettre en place un système d'assistant-capitaine par rotation et Malkine et Orpik sont désignés pour porter le A sur leur maillot pour le premier mois[37],[38].

Le 11 octobre, lors de la première rencontre à domicile du calendrier, il joue le trois-centième match de sa carrière dans la LNH, une défaite 2-1[39]. Au mois de février, Gontchar n'est toujours pas revenu et Therrien décide de nommer Malkine assistant de Crosby jusqu'à la fin de la saison et Orpik en intérim jusqu'au retour du défenseur russe[38] qui revient finalement au jeu le 14 février 2009. Le lendemain, Therrien et son adjoint, André Savard, sont congédiés ; l'entraîneur de Wilkes-Barre/Scranton, Dan Bylsma, est appelé pour remplacer Therrien tandis que les Penguins pointent à la dixième place de la conférence et ne sont pas qualifiés pour les séries[40]. Une fois encore, Orpik aide son équipe par son jeu défensif avec cette saison le deuxième total de la LNH pour le nombre de mises en échec[41]. À la fin de la phase régulière, les Penguins sont classés à la deuxième place de la division derrière les Devils du New Jersey avec sept points de retard, quatrième au total de la conférence[33].

Photographie de Fleury avec la Coupe Stanley
Marc-André Fleury, gardien des Penguins depuis 2003, aide l'équipe 2008-2009 à remporter la Coupe Stanley.

En séries, les Penguins éliminent au premier tour les Flyers en six matchs alors que lors du dernier match ils sont menés au score 3-0 avant de revenir au jeu, le réveil étant sonné par un combat entre Maxime Talbot des Penguins et Dan Carcillo des Flyers[42]. Au tour suivant, Orpik et ses coéquipiers affrontent les Capitals de Washington emmenés par Ovetchkine. La série se prolonge jusqu'au septième match grâce à notamment une prestation de Semion Varlamov dans les buts des Capitals ainsi qu'aux talents offensifs de Crosby et Ovetchkine ; le septième match décisif a lieu dans la salle de Washington et après 31 minutes de jeu, les Penguins mènent déjà 5-0. Ils remportent le match et la qualification sur le score de 6 buts à 2[43].

La finale de conférence est jouée contre les Hurricanes de la Caroline mais ces derniers perdent totalement pied en étant éliminés en quatre matchs. Contrairement à la saison précédente et à la superstition de la LNH[Note 5], Crosby en accord avec le vétéran Bill Guerin décide de toucher le trophée Prince de Galles remis au champion de la conférence[44]. Les Penguins retrouvent les champions en titre en finale de la Coupe Stanley, les Red Wings de Détroit. Après les deux premières rencontres et deux défaites de Pittsburgh 1-3, la finale semble prendre le même chemin que la saison passée mais les Penguins gagnent les deux matchs chez eux 4-2[45]. Osgood blanchit les Penguins lors de la cinquième date, 5-0, puis Pittsburgh gagne 2-1 le sixième match[46]. La finale se joue donc au terme d'un septième match disputé à Détroit le 12 juin et Orpik soulève la Coupe Stanley à la suite d'une victoire 2-1 des siens grâce à un doublé de Talbot[47]. Avec cent douze mises en échec, Orpik est le joueur le plus robuste des séries et bloque également cinquante-et-un tirs, pour la deuxième place des joueurs au cours des séries[41].

Les Jeux olympiques de 2010[modifier | modifier le code]

Photographie de Jack Johnson avec le maillot américain
Lors des Jeux olympiques d'hiver de 2010, Orpik est associé à Jack Johnson en défense.

Comme tous les joueurs champions de la Coupe Stanley, Orpik a droit à une journée entière pour profiter du trophée ; ainsi le 19 juillet 2009, il accueille la Coupe Stanley dans la ville de Cohasset, dans le Massachusetts, où vivent ses parents. Il emmène ensuite la Coupe dans son université où il signe pendant trois heures des autographes pour tous les fans qui le souhaitent[48]. Orpik et les joueurs des Penguins rencontrent le Président des États-Unis Barack Obama le 10 septembre 2009 à la Maison-Blanche avant d'attaquer la saison 2009-2010[49].

Le 30 novembre 2009, Orpik joue son quatre-centième match dans la LNH lors d'une victoire 5-2 contre les Rangers de New York[50] puis le 1er janvier il est choisi par Brian Burke pour représenter les États-Unis aux Jeux olympiques d'hiver de 2010 qui se jouent à Vancouver au Canada[4],[51]. Les Américains remportent les trois rencontres du premier tour, y compris le match contre les Canadiens puis ils passent tous les tours des play-offs pour jouer la finale olympique contre cette équipe du Canada. Les deux équipes sont à égalité deux buts partout à la fin du temps réglementaire, Jonathan Toews et Corey Perry ayant marqué pour le Canada contre Ryan Kesler et Zach Parisé pour les Américains[52]. Les deux équipes jouent les prolongations mais au bout de sept minutes, Crosby récupère une passe de Jarome Iginla et réussit à tromper le portier américain, Ryan Miller, entre ses jambières pour offrir au Canada la huitième médaille d'or au hockey et la quatorzième médaille d'or des Jeux de 2010[53],[54]. Malgré la défaite en finale, Orpik revient des Jeux avec de très bons souvenirs et une médaille d'argent[55].

Les Penguins retournent à la compétition à la suite des Jeux début mars ; un mois plus tard, ils terminent à la deuxième place de la division et sont qualifiés pour les séries de la Coupe. Ils rencontrent une nouvelle fois les Sénateurs lors de la première ronde et en viennent à bout en six matchs[56], mais au cours du deuxième tour, ils sont éliminés en sept matchs par les Canadiens de Montréal[56]. La saison 2010-2011 des Penguins est gâchée par les blessures des joueurs de l'équipe. Ainsi Orpik manque un mois de compétition, puis Jordan Staal rate tout le début de la saison ; quand il revient au jeu en janvier, c'est au tour de Crosby puis de Malkine d'être blessés. Ils manquent tous les deux la fin de saison mais malgré tout, Crosby finit meilleur pointeur de l'équipe avec soixante-six points. En février, Orpik devient le troisième défenseur de l'équipe à jouer son cinq-centième match de carrière sous le maillot de l'équipe[57]. Deuxième de la division Atlantique, l'équipe de Pittsburgh perd au premier tour en sept rencontres contre le Lightning de Tampa Bay[58].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques en club[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[59]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1996-1997 Thayer Academy High S. 20 4 1 5 -
1997-1998 Thayer Academy High S. 22 0 7 7 -
1998-1999 Eagles de Boston College NCAA 41 1 10 11 96
1999-2000 Eagles de Boston College NCAA 38 1 9 10 104
2000-2001 Eagles de Boston College NCAA 40 0 20 20 124
2001-2002 Penguins de WBS LAH 78 2 18 20 99
2002-2003 Penguins de WBS LAH 71 4 14 18 105 6 0 0 0 14
2002-2003 Penguins de Pittsburgh LNH 6 0 0 0 2
2003-2004 Pittsburgh Penguins NHL 79 1 9 10 127
2003-2004 Penguins de WBS LAH 3 0 0 0 2 24 0 4 4 5
2005-2006 Penguins de Pittsburgh LNH 64 2 7 9 124
2006-2007 Penguins de Pittsburgh LNH 70 0 6 6 82 5 0 0 0 8
2007-2008 Penguins de Pittsburgh LNH 78 1 10 11 57 20 0 2 2 18
2008-2009 Penguins de Pittsburgh LNH 79 2 17 19 73 24 0 4 4 22
2009-2010 Penguins de Pittsburgh LNH 73 2 23 25 64 13 0 2 2 12
2010-2011 Penguins de Pittsburgh LNH 63 1 12 13 66 7 0 3 3 14
2011-2012 Penguins de Pittsburgh LNH 73 2 16 18 61 6 0 0 0 4
2012-2013 Penguins de Pittsburgh LNH 46 0 8 8 32 12 1 1 2 10
Totaux LNH 631 11 108 119 688 87 1 12 13 88

Statistiques internationales[modifier | modifier le code]

Statistiques internationales
Année Équipe Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1999-2000 Équipe des États-Unis junior Championnat du monde junior 7 1 1 2 6 Quatrième place
2005-2006 Équipe des États-Unis Championnat du monde 7 0 0 0 10 Septième place
2009-2010 Équipe des États-Unis Jeux olympiques 6 0 0 0 0 médaille d'argent Médaille d'argent

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Photographie couleur de la Coupe Stanley gravée des noms des joueurs 2008-2009 des Penguins
La Coupe Stanley et l'effectif des Penguins 2008-2009 gravé.

Championnat NCAA et Hockey East[modifier | modifier le code]

  • 1998-1999 : champion de Hockey East.
  • 2000-2001 :
    • Champion de Hockey East ;
    • Champion de la NCAA.

Ligue nationale de hockey[modifier | modifier le code]

  • 2000 : premier choix des Penguins lors du repêchage d'entrée dans la LNH, 18e choix au total.
  • 2003-2004 : joue le 54e Match des étoiles avec les recrues.
  • 2008-2009 : champion de la Coupe Stanley.

Trophées internes aux équipes[modifier | modifier le code]

  • 2000-2001 : James E. Tiernan Memorial Award, trophée des Eagles de Boston College pour le joueur le plus accompli de l'équipe.
  • 2003-2004 : "Baz" Bastien Memorial - Good Guy Award, trophée des Penguins de Pittsburgh pour le joueur le plus disponible pour la presse.
  • 2008-2009 : "Baz" Bastien Memorial - Good Guy Award.
  • 2009-2010 : meilleur défenseur des Penguins.
  • 2010-2011
    • meilleur joueur selon les autres joueurs
    • meilleur défenseur des Penguins[60].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « repêchage » correspond au mot anglais de Draft et désigne un évènement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, où les équipes d'une catégorie sélectionnent des sportifs issus d'une autre catégorie – souvent une catégorie de joueurs plus jeunes.
  2. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  3. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  4. Un agitateur au hockey sur glace est un joueur dont un des rôles est de déstabiliser l'équipe adverse en mettant la pression sur ses meilleurs joueurs, souvent sournoisement.
  5. Une superstition de la LNH considère que le véritable trophée à remporter est la Coupe Stanley et qu'en touchant le trophée Prince de Galles, l'équipe perd ses chances de remporter la finale par la suite.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Andrew Orpik hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  2. « 2010-11 Boston College Men's Ice Hockey Media Guide », page 96.
  3. a, b et c (en) « Player Bio: Brooks Orpik - Boston College Official Athletic Site », sur le site officiel des Eagles de Boston College (consulté le 23 février 2011).
  4. a et b (en) Jason Seidling, « Orpik Selected to United States Olympic Squad », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 1er janvier 2010 (consulté le 23 février 2011).
  5. « 2010-11 Boston College Men's Ice Hockey Media Guide », page 67.
  6. a et b (en) « Hockey East championship all-time results », sur le site officiel de Hockey East (consulté le 23 février 2011).
  7. (fr) Marc Branchu, « Championnat du monde des moins de 20 ans 1999/2000 », sur le site Hockeyarchives.com (consulté le 23 février 2011).
  8. « Brooks Orpik - Statistiques », sur www.nhl.com.
  9. a et b Podnieks, « The Year of the Penguins », page 160.
  10. « 2010-11 Boston College Men's Ice Hockey Media Guide », page 119.
  11. « 2010-11 Boston College Men's Ice Hockey Media Guide », page 95.
  12. « 2010-11 Boston College Men's Ice Hockey Media Guide », page 74.
  13. (en) « 2001-02 American Hockey League standings », sur le site The Internet Hockey Database (consulté le 24 février 2011).
  14. (en) « 2003-04 Pittsburgh Penguins roster and player statistics », sur le site The Internet Hockey Database (consulté le 24 février 2011).
  15. a et b « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 244.
  16. a et b (en) « Penguins re-sign defensman Brooks Orpik », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 13 septembre 2005 (consulté le 24 février 2011).
  17. (en) « 2003-04 AHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 24 février 2011).
  18. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 65.
  19. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 396.
  20. (en) « Hurricanes at Penguins - 03/04/2006 - Recap », sur le site officiel de la Ligue nationale de hockey,‎ 4 mars 2006 (consulté le 25 février 2011).
  21. (fr) « Cole : c'est sérieux », sur le site officiel du Réseau des sports,‎ 5 mars 2006 (consulté le 25 février 2011).
  22. (en) « Erik Cole, Hurricanes - 2005-2006 Game Log », sur le site officiel de la Ligue nationale de hockey (consulté le 25 février 2011).
  23. (fr) « Orpik suspendu trois parties », sur le site officiel du Réseau des Sports,‎ 6 mars 2006 (consulté le 25 février 2011).
  24. « Official Guide & Record Book / 2010 », page 162.
  25. (fr) Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Suède - États-Unis (17 mai 2006) », sur le site Hockeyarchives.com (consulté le 25 février 2011).
  26. (en) « Penguins re-sign defenseman Brooks Orpik », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 23 juillet 2006 (consulté le 25 février 2011).
  27. a et b « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 398.
  28. « Official Guide & Record Book / 2010 », page 113.
  29. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 304.
  30. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 400.
  31. a et b « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », page 49.
  32. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 305.
  33. a, b et c « Official Guide & Record Book / 2010 », page 163.
  34. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 306.
  35. (en) « Pens Re-Sign Orpik To 6-Year Deal », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 2 juillet 2008 (consulté le 25 février 2011).
  36. (en) « Gonchar To Miss 4-6 Months », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 30 septembre 2008 (consulté le 26 février 2011).
  37. (en) Rob Rossi, « Pens' Malkin earns early 'A' », sur le site www.pittsburghlive.com,‎ 2 octobre 2008 (consulté le 26 février 2011).
  38. a et b (en) Shelly Anderson, « Penguins name Malkin alternate captain for rest of season », sur le site de la Pittsburgh Post-Gazette,‎ 3 février 2009 (consulté le 26 février 2011).
  39. « Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide », page 111.
  40. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 50 et 51.
  41. a et b « Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide », page 60.
  42. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 94 et 95.
  43. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 114 à 115.
  44. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 124 à 126.
  45. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 128 à 140.
  46. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 142 à 148.
  47. Podnieks, « The Year of the Penguins », pages 149 à 150.
  48. (en) Kevin Shea, « Hockey Hall of Fame - Stanley Cup Journals: 2009, 08 », sur le site officiel du Temple de la renommée du hockey,‎ 24 juillet 2009 (consulté le 26 février 2011).
  49. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 307.
  50. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 114.
  51. (fr) Marc Branchu, « Analyse de l'effectif américain aux JO », sur le site Hockeyarchives,‎ 20 janvier 2010 (consulté le 26 février 2011).
  52. (fr) Marc Branchu, « États-Unis - Canada (JO 2010, finale) », sur le site Hockeyarchives,‎ 1er mars 2010 (consulté le 26 février 2011).
  53. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 309.
  54. (fr) « Jeux olympiques d'hiver 2010 - États-Unis 2 - Canada 3 (Prolongation) », sur le site officiel de Hockey Canada (consulté le 4 décembre 2010).
  55. (en) Jason Seidling, « Orpik Returns to Pittsburgh Proud of Silver Medal », sur le site des Penguins de Pittsburgh,‎ 2 mars 2010 (consulté le 26 février 2011).
  56. a et b « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », page 118.
  57. (en) Michelle Crechiolo, « Penguins-Islanders In-Game Blog », sur le site des Penguins de Pittsburgh,‎ 11 février 2011 (consulté le 2 mai 2011).
  58. (en) Tony Jovenitt, « Perseverance: the Penguins' 2010-11 Season in Review », sur e site des Penguins de Pittsburgh,‎ 10 avril 2011 (consulté le 2 mai 2011).
  59. (en) « Brooks Orpik hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  60. (en) Michelle Crechiolo, « Aftermath: Penguins 2, Panthers 1 (SO) », sur Pittsburgh Penguins,‎ 27 mars 2011 (consulté le 28 mars 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Boston College Eagles, 2010-11 Boston College Men's Ice Hockey Media Guide,‎ 2010, 143 p.
  • (en) Andrew Podnieks, The Year of the Penguins : Celebrating Pittsburgh's 2008-09 Stanley Cup Championship Season, Fenn Publishing Company,‎ juillet 2009, 184 p. (ISBN 978-1551683331)
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide,‎ 2008, 421 p.
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide,‎ 2009, 428 p.
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide,‎ 2010, 440 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 mars 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.