Interprète (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Interprète.

Dans le domaine musical, un interprète est un musicien (chanteur, instrumentiste, chef d'orchestre ou chef de chœur) dont la spécialité est de réaliser un projet musical donné, planifié par un autre musicien, appelé compositeur.

La division entre les interprètes et les compositeurs est une singularité de la musique occidentale. Cette opposition concerne, non seulement la musique savante ou traditionnelle des pays de culture occidentale, mais également, les différents courants musicaux apparentés (tels que jazz, blues, musiques populaires dérivées, etc.), en un mot, « la musique pratiquée et consommée dans les pays industriels ».

Traditionnellement, le projet musical en question est transcrit sur un document appelé partition de musique, au moyen d'un système de notation (le solfège le plus souvent). Cette partition est le support matériel de l'œuvre musicale que l'interprète a pour mission de réaliser.

Musique classique[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XIXe siècle, les musiciens connus étaient principalement compositeurs et interprètes de leurs œuvres. Puis, on observe une dissociation qui va croissante lorsque les musiciens tels un Felix Mendelssohn à la tête de l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig recréent les grandes œuvres de compositeurs du XVIIIe siècle comme Jean-Sébastien Bach ou Georg Friederich Haendel. À Paris, où s'est créé l'orchestre de la Société des concerts du Conservatoire un an après la mort de Beethoven, le public peut en entendre les 9 symphonies (sous la direction de François-Antoine Habeneck).

C'est donc une musique de répertoire qui se constitue (œuvres musicales écrites antérieurement) et dont s'emparent les musiciens interprètes, individuellement (en tant que solistes) et collectivement à travers les orchestres symphoniques qui vont essaimer dans toutes les grandes villes en Europe et Amérique. Ce mouvement se poursuit tout au long du siècle de l'industrie porté par la multiplication des concerts et des spectacles lyriques. En Europe, la musique amorce au XXe siècle un mouvement qui la mettra de plus en plus en rupture avec les goûts des publics des salles de concerts. Les interprètes, en médiateurs avisés, puiseront quant à eux de plus en plus, pour composer leurs programmes, dans un répertoire qui s'élargit vers les siècles antérieurs laissant dans leurs programmes une part secondaire à la musique de leur temps. Ils commencent également à se tourner vers la musique baroque voire la musique ancienne (par exemple Charles Bordes en France avec la Schola Cantorum). Pour Mario d'Angelo "c'est la figure de l'interprète, dans les récitals et les concerts avec solistes qui se verra auréolée d'un pouvoir d’attraction sinon d'une fascination sur les publics (…) N'étant plus le créateur des œuvres qu'il interprète, et qui plus est jouant des œuvres connues du répertoire, l'interprète va aussi devoir affronter la concurrence d'autres interprètes jouant ces mêmes œuvres connues des amateurs avertis et surveillées par la critique musicale." (voir bibliographie)

Pris dans l'engrenage de la spécialisation, certains interprètes vont surtout s'orienter vers ce qui est devenu tout au long du XIXe siècle le répertoire, alors que d'autres ne délaisseront pas la création de leurs contemporains. La comparaison entre un Alfred Cortot et un Ricardo Viñes illustre bien ce phénomène. Le premier se fera connaître dans le monde entier pour ses interprétations du répertoire classique, romantique et de Jean-Sébastien Bach. Le second laisse à la postérité l'image d'un interprète au service des créateurs de son temps comme le montre ses programmes subtilement construits.

En musique moderne, l'interprétation est rendue quelquefois difficile lorsque les interprètes veulent jouer des œuvres de musique ancienne, alors que les instruments par exemple ont évolué. C'est le cas par exemple de la musique médiévale, de la musique de la Renaissance et de la musique baroque dont on cherche à interpréter les œuvres avec des instruments d'époque de nos jours.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Interprète », in Dictionnaire de la musique, Gérard Pernon, Paris, Jean-Paul Gisserot, Coll. Histoire de la musique, 2007, p.140-141.
  • Michel Faure, Musique et société du Second Empire aux années vingt, Paris, Flammarion, 1985 ISBN 2-08-064650-8
  • Mario d'Angelo, La musique à la Belle Époque. Autour du foyer artistique de Gustave Fayet (Béziers, Paris, Fontfroide), textes réunis avec le soutien de l'Observatoire musical français, éditions du Manuscrit, 2012 (nouvelle édition), EAN 9782304041521.