Tracker (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tracker.
ModPlug Tracker in Fast Tracker 2 color mode

Tracker, ou aussi soundtracker, est le terme générique pour désigner une classe de logiciels Audio (MAO) dans leurs plus pures formes, ils permettent à l'utilisateur d'arranger progressivement des échantillons sonores sur une grille de temps à travers plusieurs pistes monophoniques. L'interface du tracker est d'abord numérique; les notes sont entrées via le clavier, alors que les paramètres, effets et autres sont entrés en hexadécimal. Un morceau complet repose sur plusieurs petites multi-pistes chainées ensemble via une liste principale.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs éléments communs à tous les logiciels de tracker : échantillons, effets, pistes, patrons et ordres.

  • Un Echantillon (ou Sample) est un petit fichier sonore numérique d'un instrument, voix ou autre effet sonore. La plupart des trackers permettent à une partie de l'échantillon d'être bouclé, simultanément à une note.
  • Une Note désigne la fréquence à laquelle l'échantillon est joué. En augmentant ou ralentissant la vitesse de lecture de l'échantillon numérique, le ton (ou pitch) est augmenté ou baissé, simultanément aux notes. La notation anglaise est ici utilisé : C, C#, D, etc... pour Do, Do#, Ré, etc...
  • Un Effet est une fonction spéciale appliquée à une note particulière. Ces effets sont ensuite appliqués pendant la lecture à travers le matériel ou logiciel. Les effets principaux du tracker incluent le volume, portamento, vibrato, retrigger et l'arpeggio.
  • Une Piste (ou Canal) est un espace où un sample est joué. Tandis que les trackers Amiga originaux fournissent seulement 4 pistes dù à la limitation du matériel, les trackers modernes peuvent mixer un nombre illimité de canaux virtuels à travers le mixage logiciel. Les pistes ont des rythmes fixes, bien que les rythmes et le tempo peuvent être montés ou descendus selon les gouts du compositeur.
Un jeu de batterie basique pourrait ainsi être arrangé en plaçant le rythme 'basse' sur les lignes 0, 4, 8, 12 etc... d'une piste, quelques 'hithats' sur les lignes 2, 6, 10, 14 etc... d'une seconde piste. Bien sur, les 'basses' et 'hithats' peuvent être intercalés sur une même piste, si les samples sont assez courts. Si non, l'échantillon précédent s'arrête quand le prochain commence.
  • Un Patron est un groupe de pistes joué simultanément qui représente une section complète d'un morceau. Un patron est destiné à représenter égal nombre de mesures d'une composition musicale.
  • Un Ordre est la partie d'une séquence de patrons lequel définit le sens du morceau. Les patrons peuvent être répétés dans n'importe quel ordre pour sauver du temps et de l'espace sur le fichier.

Il y a aussi quelques logiciels qui utilisent le style schématique de séquence du tracker en utilisant la synthèse sonore en temps réel à la place des échantillons. Beaucoup de ces logiciels sont conçus pour créer de la musique pour une puce synthétique particulière comme les puces OPL des cartes sons Adlib et Soundblasters, ou la puce sonore PC classique. Ces logiciels sont aussi souvent appelés "trackers" et sont listés dans cet article.

La musique du tracker est typiquement stockée dans ce qu'on appelle des fichiers module où les données et samples du morceau sont encapsulés dans un simple fichier. Plusieurs formats de module sont toujours supportés par les lecteurs musicaux populaires comme Winamp ou XMMS : MOD, S3M, XM et IT.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tracker History Graphing Project, 2012

Le terme tracker dérive de Ultimate Soundtracker, le premier logiciel tracker écrit par Karsten Obarski et édité en 1987 par l'allemand EAS pour le Commodore Amiga. Ultimate Soundtracker était un produit commercial, mais un peu plus tard des clones tels que NoiseTracker apparaissaient. Le concept général d'échantillons numériques séquencés pas-à-pas, comme utilisé dans les trackers, se retrouve dans la station de travail Fairlight CMI à la fin des années 70.

Le premier jeux vidéo à introduire la musique tracker était Amegas (1987), un clone d'Arkanoid pour Amiga. La musique composée par Obarski est fréquemment décrite aujourd'hui comme étant le premier MOD jamais réalisé et est bien connu des fans "old school" de musique réalisée sur ordinateur.

Les premiers compositeurs étaient souvent originaires du Royaume-Uni et de Scandinavie. Ceci peut être attribué aux relations du tracker à la Demoscene, laquelle grandissait rapidement dans les pays scandinaves, et le prix relativement accessible au Royaume-Uni des ordinateurs pour utiliser les logiciels tracker. Cette musique devint quelque chose dans le phénomène underground, spécialement quand beaucoup de morceaux en tête des ventes étaient ensuite la base des samples de la musique Dance (un genre relativement simple à produire avec un séquenceur pas-à-pas).


La popularité du format tracker peut être attribuée à l'inclusion simultanée des données et des échantillons. Au début des années 90, le prix des cartes sons à synthèse wavetable pour un usage personnel était trop élevé, et les capacités d'expression de la synthèse FM bas de gamme étaient aussi limitées. Un tracker ne requiert pas les caractéristiques de ces cartes son.

Les premiers trackers supportaient seulement 4 canaux d'échantillon PCM 8-bit, une limitation dérivée de la puce audio Paula de l'Amiga. Néanmoins depuis que les notes sont échantillonnées, la limitation est moins importante que toutes ces puces de synthèse musicale. Par exemple, un processus qui devenait un cliché des premiers morceaux connus de pop-rave était d'échantilloner les harmonies et les jouer sur un canal simple, marque de fabrique d'Altern-8 et des autres phénomènes de la scène Transient. Les trackers suivants comme OctaMED, permettaient 8 canaux ou plus, tandis que le matériel pouvait permettre une lecture 16-bit.

Par la suite, la 'musique de tracker' devenait un terme de dérision pour la rave stéréotypée, les morceaux pop de style jeux d'ordinateur, tandis que la difficulté impliquait d'ajouter du rythme à un style mécanique séquentiel résultant souvent en un morceau 4/4 basé sur des sections strictes de 4-bar, utilisant des échantillons similaires.

PC[modifier | modifier le code]

Dans les années 90, les musiciens de tracker gravitaient autour du PC, bien que la plateforme ne disposait pas initialement des possibilités de processus de son matériel de l'Amiga. Pourtant avec l'avènement de la ligne Sound Blaster de Creative, l'audio commença doucement à se rapprocher des qualités du CD (44.1 kHz/16-bit/Stereo, avec la SoundBlaster 16).

Une autre carte son populaire sur la scène PC des trackers était la Gravis Ultrasound, laquelle continuait la tradition du mixage hardware, avec 32 canaux internes et une mémoire embarquée pour le stockage d'échantillons. Pour un temps, elle offrait une qualité de son unique et devenait le choix des musiciens distingués. Comprenant que le support du tracker/Demoscene serait bénéfique aux ventes, Gravis offrait quelque 6000 cartes aux participants. Couplé avec une excellente documentation de développement, ce geste poussa rapidement GUS (acronyme de Gravis UltraSound) à devenir un composant intégral de la plupart des démos et logiciels de tracking. Inévitablement, la balance était largement redressée avec l'introduction de la Sound Blaster AWE32 et de ses successeurs, lesquels proposaient de la RAM embarquée et un mixage wavetable.

La charge pour le mixage audio est passée du matériel au logiciel (le CPU principal), lequel permettait graduellement l'utilisation de plus en plus de canaux. Des typiques 4 canaux du MOD de l'Amiga, la limitation a augmenté à 16 avec ScreamTracker 3, ensuite 32 avec Fast Tracker 2 et 64 avec Impulse Tracker 2.

En l'état, le mixage matériel n'a pas duré. Comme les processeurs vont de plus en plus vite et acquièrent des capacités de traitement multimédia spéciales (ex : MMX) et que les entreprises commençaient à pousser les couches d'abstraction matérielles, comme DirectX, AWE et GUS devenaient obsolètes. DirectX, WDM et maintenant ASIO livrent un échantillonnage audio de haute qualité sur toutes les marques de matériel sans exception.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La musique basée sur les trackers existe toujours aujourd'hui. On peut la trouver dans les jeux vidéo tels que Unreal Series et Deus Ex, dans beaucoup de jeux sur Playstation 2 et dans quasiment tous les jeux sur console portable (Game Boy Advance, Nintendo DS). Toutefois, elle est de moins en moins présente dans les jeux récents, car les machines récentes possèdent suffisamment de mémoire pour stocker directement les musiques dans des formats tels que le MP3 ou l'OGG. Avec ces formats la musique tracker perd de son intérêt : une musique générée en temps réel (et modifiable à volonté), mais on gagne en portabilité : le compositeur est libre de créer sa musique sur des séquenceurs très puissants et des ordinateurs dernier cri, puis d'exporter le résultat en MP3 pour qu'il soit lu par la console (lire une musique pré-rendue est bien moins demandeur de ressources qu'une musique de type tracker, générée en temps réel). Néanmoins, le logiciel de tracking continue d'être développé en 2006. La série des trackers Amiga originaux (Sound/Noise/Pro Tracker) existe sur PC avec ProTracker version 5. Buzz, ModPlug Tracker, MadTracker, Renoise, reViSiT, Skale, CheeseTracker, BeRoTracker et d'autres fonctionnalités revées au commencement des trackers (sortie de haute qualité, automation, support des VST, DSP et multi-effets internes, support des cartes à entrées et sorties multiples, etc...). Les fichiers tracker sont devenus populaires dans la communauté Game Boy Advance, à l'inverse de la Game Boy original, la Game Boy Advance a les capacités techniques pour supporter la musique sur tracker, et la qualité de son générateur de son est vraiment supérieure, le tout prenant toujours moins place comparé au fichiers MP3 et autres formats audio de haute qualité.

Le traditionnel stigmate adressé aux trackers de logiciels compliqués visant un public porté sur la technologie pré-dominante, est en train de disparaitre petit à petit, au fur et à mesure que les logiciels deviennent plus accessibles et simples d'utilisation. Le tracking a récemment bénéficié d'une résurgence d'utilisateurs débutants qui apprécient l'importance de pouvoir créer de la musique aussi vite que possible. Un projet de recherche est actuellement à l'étude en musique : le Human Computer Interaction, et examinera quelles méthodes comme le tracking contiendra des enseignements pour des méthodes de musique par ordinateur grand public (comme le séquenceur) sur comment augmenter la créativité avec le logiciel.

Bref historique des principaux trackers[modifier | modifier le code]

  • Soundtracker – 1987 (Amiga)
  • Protracker – 1990 (Amiga)
  • Octamed – 1991 (Amiga)
  • Audio Sculpture - 1991 (Atari ST)
  • Scream Tracker 3 – 1993 (PC)
  • Digital Tracker - 1994 (Atari Falcon030)
  • Fast Tracker 2 – 1995 (PC)
  • Graoumf Tracker - 1996 (Atari Falcon030) et V2 - 1998 (PC)
  • Impulse Tracker 2 – 1996 (PC)
  • ModPlug Tracker - 1997 (PC)
  • Digital Home Studio - 1997 (Atari Falcon030)
  • LSDJ (Little Sound DJ) - 2000 (Gameboy)
  • Renoise – 2000 (OS X, Linux, Windows)
  • ACE Tracker - 2003 (Atari Falcon030)
  • Skaletracker – 2003 (PC)

Trackers modernes[modifier | modifier le code]

Name Latest
update
License OS versions File format support VST
support
ASIO
output
Windows OS X Linux MID MOD XM IT S3M
Renoise 2012-03 Propriétaire oui Oui oui Oui oui Oui Charge Charge Charge Charge Non Non oui Oui oui Oui
OpenMPT 2012-09 GPL / BSD oui Oui Non Non Non Non oui Oui oui Oui oui Oui oui Oui oui Oui oui Oui oui Oui
SoundTracker (beta) 2006-02 GPL Non Non Non Non oui Oui Non Non oui Oui oui Oui Non Non Non Non Non Non Non Non
MilkyTracker (beta)[1] 2010-01 GPL oui Oui oui Oui oui Oui Non Non oui Oui oui Oui Charge Charge Non Non oui Oui
ChibiTracker[2] 2008-03 GPL oui Oui oui Oui oui Oui Non Non Charge oui Oui oui Oui Charge Non Non Non Non
SunVox 2012-09 Freeware oui Oui oui Oui oui Oui Sauve Charge Charge Non Non Non Non Non Non oui Oui
Psycle 2009-11 GPL oui Oui Non Non Non Non Non Non Charge oui Oui Charge Charge oui Oui oui Oui
Schism Tracker[3] 2011-01 GPL oui Oui oui Oui oui Oui Charge Charge Charge oui Oui oui Oui Non Non Non Non
MadTracker[4] 2006-02 Propriétaire oui Oui Non Non Non Non Charge Charge oui Oui Charge Charge oui Oui oui Oui
Buze (beta)[5] 2012-05 GPL / BSD oui Oui Non Non Non Non Charge Charge Charge Charge oui Oui oui Oui oui Oui

Compositeurs[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes électroniques utilisent les trackers, comme Venetian Snares, le web-label 8BitPeoples.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Kirn, « MilkyTracker Pan-Platform Tracker Now Open Source, with New Features », Create Digital Music,‎ 2008-03-14 (consulté le 2010-05-17)
  2. (en) Peter Kirn, « Chibitracker on DS; Favorite Trackers on the Road? », Create Digital Music,‎ 2008-04-11 (consulté le 2010-05-17)
  3. Wii homebrew - Schism Tracker v20100202
  4. MadTracker
  5. Buzé - index

Liens externes[modifier | modifier le code]