Vermifuge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le vermifuge est un médicament antiparasitaire[1] qui permet d'éradiquer les parasites gastro-intestinaux de son hôte. Le vermifuge peut se retrouver sous forme de comprimé ou sous forme liquide. Une fois administré, le vermifuge permet d'éliminer - notamment par les selles- les parasites présents dans l'organisme.

Il existe des parasites propres à certaines espèces animales précises. Le toxocara canis, par exemple infecte habituellement les chiens[2], tandis que le toxocara cati se retrouve chez le chat[3]. Certains parasites peuvent également avoir plusieurs hôtes possibles ou réagir différemment tout dépendamment de leur hôte. Le toxocara canis, par exemple, reste à l'état larvaire chez l'humain et s'enkyste dans l'organisme de celui-ci[4].

On appelle la vermifugation l'action de vermifuger.

Les parasites éradiqués par les vermifuges[modifier | modifier le code]

Plusieurs types de parasites peuvent être éradiqués par les vermifuges. On peut parfois les retrouver sous forme d'œufs, de vers ou de larves. Cependant, il faut savoir que certains vermifuges sont plus susceptibles d'éradiquer certains types de parasites. Par exemple, le HeartGard est un vermifuge utile contre les vers du cœur et quelques parasites du type Ascaris. Le Panacur, quant à lui, est un vermifuge à large spectre utilisé contre le toxocara canis.

Les principaux parasites intestinaux sont :

Symptômes[modifier | modifier le code]

Symptômes le chien et le chiot[modifier | modifier le code]

Les symptômes provoqués par ces parasites sont :

  • Croissance des chiots ralentie;
  • Maigreur, appétit irrégulier ou manque d'appétit;
  • Pelage terne et piqué;
  • Perte de poils;
  • Diarrhée, ballonnements;
  • Prurit anal, signe du traineau (le chien se frotte l'anus par terre en continuant d'avancer avec les antérieurs);
  • Élimination des vers par les selles et pour certain par les vomissements.

D'autres symptômes plus spécifiques de chaque parasite peuvent s'y ajouter. Il faut également noter que l'examen des selles par un laboratoire et souvent la meilleure façon de repérer les parasites[5].

La vermifugation chez le chien[modifier | modifier le code]

Pour les chiots et les chatons, le vermifuge doit être administré tous les 15 jours pendant 2 mois.

Les vétérinaires conseillent par la suite de faire vermifuger son animal tous les mois jusqu'à l'âge de six mois. Par la suite, le vermifuge devra être administré tous les six mois ou lors des situations qui le nécessitent[1]. Les chiennes reproductrices peuvent contaminer les chiots, il est donc conseillé de les vermifuger 1 à 2 semaines avant la mise bas, juste après la mise bas puis toutes les 2 semaines jusqu'au sevrage. Les protocoles varient selon le médicament prescrit, la plupart nécessitent une seule administration. Les vermifuges se présentent sous forme de comprimés ou de pâte et maintenant sous forme de spot on (liquide à appliquer sur la peau) chez le chien.

Les risques de contamination chez l'humain[modifier | modifier le code]

Habituellement, les excréments infectés ou la peau de la région péri annale sont les vecteurs principaux de la contamination[4]. Les chiots et les chatons sont parfois infectés par le lait de leur mère, d'où l'importance de faire vermifuger les femelles reproductrices.
Les vers sont surtout acquis par les enfants et par voie orale. Les enfants sont particulièrement à risque puisqu'ils ont moins tendance à se laver les mains après avoir été en contacts étroits avec leur animal[1]. Les femmes enceintes peuvent également être à risque[3].

Contamination chimiques environnementale[modifier | modifier le code]

Une contamination de l'environnement par des anthelminthiques toxiques et/ou écotoxiques, plus ou moins rémanents selon les types de molécules et formulations utilisés, préoccupe les écotoxicologues et certains vétérinaires, notamment pour certaines niches écologiques vulnérables à ces produits (nécrophages, coprophages...) ; elle se fait en général via l'urine ou les excréments après traitement par voie orale ou à partir d'un cadavre contaminé (chez le vautour, le sanglier, les insectes nécrophages), ce qui devrait encourager un usage vétérinaire raisonné de ces produits dans les écosystèmes fragiles ou fragilisés[6]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :