Église Sainte-Marthe de Tarascon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Sainte-Marthe
de Tarascon
Le portail méridional et le clocher
Le portail méridional et le clocher
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Archidiocèse d'Aix-en-Provence et d'Arles
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Art roman provençal
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Blason région fr Provence-Alpes-Côte d'Azur.svg Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département
Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg
Bouches-du-Rhône
Commune Blason de la ville de Tarascon (13).svg Tarascon
Coordonnées 43° 48′ 20″ N 4° 39′ 22″ E / 43.805614, 4.656084 ()43° 48′ 20″ Nord 4° 39′ 22″ Est / 43.805614, 4.656084 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Marthede Tarascon

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Église Sainte-Marthede Tarascon

La Collégiale Royale Sainte-Marthe est une église romane située à Tarascon dans le département français des Bouches-du-Rhône.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Marthe fut érigée aux XIe et XIIe siècles[1] en l'honneur de Marthe de Béthanie, venue de Palestine et qui dompta la Tarasque, un monstre amphibien qui terrorisait la population de Tarascon. Elle fut consacrée le ler juin 1197, par Imbert d'Eyguières, archevêque d'Arles, assisté de Rostaing de Marguerite, évêque d'Avignon.

L'église fut reconstruite au XIVe siècle, remaniée au XVe siècle et au XVIIe siècle, endommagée en 1944 et restaurée[1].

Le sanctuaire, dont la crypte renferme le tombeau de Sainte-Marthe, fut élevé au titre de collégiale en 1482.

La collégiale royale Sainte-Marthe de Tarascon fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[2]. Elle figure donc sur la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le portail[modifier | modifier le code]

Comme nombre d'édifices relevant de l'art roman provençal, l'église Sainte-Marthe de Tarascon présente une décoration inspirée de l'antique, en particulier au niveau du portail méridional et de la fausse galerie qui le surmonte :

La fausse galerie est supportée par des modillons typiquement romans, ornés d'aigles et de têtes d'ânes et de béliers. À ses extrémités, elle est soutenue par deux élégantes colonnettes supportées par des têtes de bovidés.

La crypte[modifier | modifier le code]

La crypte, remaniée au XVIIe siècle, contient un autel pré-roman ainsi que le mausolée de Sainte Marthe[1].

Le portail méridional
Chapiteau surmonté d'une frise de feuilles d'acanthe
Chapiteau à feuilles d'acanthe
La fausse galerie surmontant le portail méridional

L'orgue Boisselin-Moitessier[modifier | modifier le code]

Orgue de Tarascon,Ste Marthe02.jpg

L'orgue Boisselin-Moitessier de la collégiale royale Sainte-Marthe de Tarascon a vu se succéder les plus grands facteurs d'orgues provençaux: Marchand, Boisselin, les Isnard, Moitessier.

Son buffet est un des plus beaux buffets Louisquatorzien de Provence[3] et le seul buffet polychrome connu du facteur d'orgues Charles Boisselin, classé Monument Historique au titre immeuble par destination, par la liste de 1840[4].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Encyclopédie Quid
  2. « Notice no PA00081475 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Le chœur des anges, p. 110
  4. « Notice no PM13001051 », base Palissy, ministère français de la Culture

Articles connexes[modifier | modifier le code]