Mil à chandelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Millet perle)
Aller à : navigation, rechercher
Pennisetum glaucum
Muséum de Toulouse

Le mil à chandelle ou simplement mil (Pennisetum glaucum) est une espèce de plantes annuelles de la famille des Poaceae (Graminées). Elle est cultivée comme céréale pour ses graines comestibles. Le terme désigne aussi ses graines consommée par l'homme et les animaux domestiques. C'est la plus cultivée de toutes les espèces de mil et millets.

Elle appartient à la sous-famille des Panicoideae, tribu des Paniceae.

Elle est aussi appelée « mil perle », « mil pénicillaire » ou « petit mil », mil perlé, babala, bajra, cumbu, dukhn, gero, sajje, sanio et souna (de : Perlehirse, en : bulrush millet, pearl millet, es : mijo perlado, it : miglio perlato). Le nom de « petit mil » l'oppose au sorgho, qui est le « gros mil » en français d'Afrique.

Description[modifier | modifier le code]

Le mil est une grande graminée, de 1 m jusqu'à 3-4 m de haut. L'inflorescence est un panicule dense ou faux-épi, long de 20 cm jusqu'à 1,5 m qui rappelle l'inflorescence des joncs (d'où son nom de mil à chandelle). Les graines sont des caryopses, de 3 à 5 mm de long, généralement libres des glumelles. Ces graines globuleuses à elliptiques, de couleur blanche, jaunâtre ou grise, ressemblent à des perles.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Alimentation humaine[modifier | modifier le code]

C'est une culture vivrière qui a quelque importance en Inde et au Pakistan, ainsi que dans le Sahel africain, dans des zones semi-arides. Les graines sont consommées comme le riz, bouillies, cuites à la vapeur... Elles sont aussi transformées en farine, mais celle-ci n'est pas panifiable. En Afrique, on en fabrique également de la bière (dolo) à partir des graines germées.

Alimentation animale[modifier | modifier le code]

En Europe, l'usage principal est l'alimentation des oiseaux de compagnie, de la volaille et autrefois du bétail. La plante entière est aussi récoltée comme fourrage.

Biocarburants[modifier | modifier le code]

Au Canada, une étude de recherche du MAPAQ (Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Pêcheries du Québec) démontre le potentiel phénoménal de cette plante pour produire de l'éthanol. La plante est récoltée comme fourrage et pressée. La sève alors extraite est fermentée et distillée. Les drèches peuvent très bien servir à l'alimentation animale. Le potentiel d'éthanol est d'environ 4000 litres par hectare contre 3000 à 3200 pour le maïs[1].

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Panicum glaucum L.
  • Chaetochloa glauca (L.) Scribn.
  • Chamaeraphis glauca (L.) Kuntze
  • Holcus spicatus L.
  • Pennisetum spicatum (L.) Körn.
  • Panicum spicatum (L.) Roxb.
  • Pennisetum americanum (L.) Leeke

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après les recherches de Marc F. Clément, B.Sc, agr. et de Anne Vanasse, Ph.D., agr.