Maschinengewehr 34

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maschinengewehr 34
Image illustrative de l'article Maschinengewehr 34
Présentation
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne nazie
Type Mitrailleuse
Munitions 7,92 mm Mauser
Fabricant Mauser principalement
Période d'utilisation 1934
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 10,5 kg avec son bipied
Longueur(s) 1 219 mm
Longueur du canon 627 mm
Caractéristiques techniques
Cadence de tir 800-900 coups/min
Vitesse initiale 755 m/s
Capacité Bandes de 50 ou 250 coups, ou tambours de 50 ou 75 coups

La Maschinengewehr 34 ou MG34 est une mitrailleuse allemande de la société Mauser utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale

Histoire[modifier | modifier le code]

Entraînement en 1939 sur une Maschinengewehr 34

La MG34 a été conçue au début des années 1930, par Heinrich Vollmer de la Mauser Werke, elle est basée sur la Solothurn 1930 ou MG30. Elle fut créée par une équipe dirigée par Louis Stange chez Rheinmetall et commença à rentrer en service en Suisse. Elle apportait une amélioration de l'alimentation par bande, déplacée sur la gauche de l'arme, un manchon perforé de refroidissement et une cadence de tir accrue entre 800 et 900 coups par minute. Elle fonctionnait aussi par court recul du canon et le verrouillage se réalisait grâce à une tête de culasse pivotante, pourvue de tenons qui s'engageaient dans une extension du canon.

Elle entra en service dans la Wehrmacht pour remplacer les anciennes MG13 et fut envoyée rapidement en Espagne où elle se comporta bien. Sa polyvalence était révolutionnaire, permettant de l'employer sur son bipied, ou montée sur le trépied MG-34 Laffette de 23,6 kg, ou encore sur un autre trépied plus léger de 6,5 kg, pour le tir antiaérien. Le bipied possédait de plus deux positions, une sous la bouche du canon qui était la plus stable et une autre au niveau du centre de gravité de l'arme qui permettait un meilleur champ de tir.

La mitrailleuse possédait un sélecteur de tir, lui permettant le tir au coup par coup, lorsqu'on appuyait sur la base de la détente. Le canon se changeait en faisant pivoter le corps d'un quart de tour par rapport au manchon du canon, on retirait alors ce dernier par l'arrière, une moufle en amiante était fournie avec l'arme pour cette opération. Pour l'utilisation en assaut sur bipied, des chargeurs simple de 50 et double de 75 coups, sinon l'alimentation se faisait par bandes de 50 ou 250 coups. L'utilisation du chargeur double de 75 cps nécessite utilisation d'un capot d'alimentation spécial. De façon générale, c'était une arme très bien finie, avec usinages de très faibles tolérances. Le lafette 34 permettait le pointage en tir indirect et était fourni avec une lunette de visée.

Par contre, l'arme souffrait de deux défauts majeurs : elle avait tendance à s'enrayer lors d'une utilisation dans un environnement poussiéreux et, surtout, elle était extrêmement coûteuse à produire, nécessitant 59 kilogrammes de métal et 150 heures de main-d'œuvre. Elle servit jusqu'à l'apparition en masse de la MG42, moins onéreuse et moins sensible à l'encrassement. La MG34 fut néanmoins utilisée pendant toute la durée de la guerre, dans sa version à canon lourd montée sur les blindés, MG34T ; en effet, la section carrée de la MG42 se révèlera impropre au montage sur des rotules.

Variantes[modifier | modifier le code]

Soldats allemands progressant durant l'été en Russie. L'un d'eux porte une mitrailleuse MG34. L'année n'étant pas identifiée, il peut s'agir de l'opération Barbarossa en 1941 ou du Fall Blau de l'été 1942.
  • MG34 version majeure.
  • MG34T version pour les blindés, canon alourdi, sans évents.
    • Les dérivés
  • MG34S version améliorée, non produite, 1939.
  • MG34/41 cadence de tir augmentée à 1 200 coups par minute, 300 ou 1 500 exemplaires produits.
  • MG81 version aérienne, sens d'alimentation inversable.
  • MG81Z assemblage de deux MG81.

Diffusion[modifier | modifier le code]