Karabiner 98k

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La K98k indissociable du soldat allemand de la Seconde Guerre mondiale.

La Karabiner 98k (en abrégé Kar98k ou K98) est une carabine à répétition manuelle par verrou allemande conçue par Mauser Waffenfabrik. Elle fut adoptée en 1935 par la Wehrmacht. Elle équipait une bonne partie des troupes. Plus de 15 millions d'unités furent produites jusqu'en 1945.

Présentation historique et technique[modifier | modifier le code]

Un soldat allemand avec sa Karabiner 98k équipée d'une grenade à fusil, Nord de la France, 1944

Les militaires allemands définissaient alors une Karabiner comme une carabine dont la bretelle se fixait latéralement. Il s'agit de la version raccourcie, et donc plus maniable et d'un poids inférieur, du fusil Mauser modèle 1898 utilisé pendant la Première Guerre mondiale. Le Kar98k se charge au moyen d'une lame-chargeur de cinq cartouches[1] de 7,92 mm Mauser. Cette carabine est une arme très puissante et de bonne taille, maniable et simple de conception.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle était l'équivalent fonctionnel du Springfield M1903 américain ou du Lee Enfield no 4 britannique, mais était inférieure au Garand américain capable de tirer en semi-automatique. La Kar98k était supérieure par sa munition plus lourde et plus puissante que le calibre 30-06 américain. L'ajout d'une lunette de tir au Kar98k (comme la lunette Zielfernrohr39 et la ZF41) permet d'en faire un fusil de très bonne précision.

Le mécanisme du Mauser 1898 et 98k est le fameux système Mauser. il est très apprécié par les chasseurs et les tireurs sportifs grâce aux multiples calibres proposés par des marques qui reprennent ce système fiable et simple (Parker Hale 1000, 1100, 1200…). La production de cette carabine a été telle que l'on trouve encore aujourd'hui des quantités formidables de pièces de rechange neuves d'origine. Le système Mauser est encore de nos jours une marque de qualité et de robustesse.

Un soin tout particulier a été apporté à la simplicité d'entretien de cette arme, dont la plupart des démontages à fin de nettoyage courant peuvent s'effectuer en utilisant comme seul outil la pointe d'une cartouche. La rondelle d'acier sur la crosse était une enclume qui servait à appuyer l'extrémité du percuteur afin d'en comprimer le ressort pour démonter le système de percussion dans sa totalité, pour le nettoyer ou en remplacer des composants.

Le bois utilisé de 1934 à 1939 était du noyer massif, puis à la suite du manque de bois de qualité, on recourut au bois de hêtre lamellé-collé, c'est-à-dire que le bois intérieur était fait à partir de bois aggloméré et l'extérieur sur une épaisseur de 2,5 mm était composé de lamelles de bois collées à chaud. Cette technique lui permettait d'être aussi solide que du bois massif, mais légèrement plus lourd que le noyer. Les exemplaires en bois de noyer ont une plaque de couche (pièce métallique en contact avec l'épaule du tireur) plate et vissée en bout de la crosse, les séries suivantes ont une plaque enveloppante (voir photo) pour compenser la relative fragilité des matériaux utilisés et éviter qu'ils ne se fissurent lors de l'utilisation de l'arme comme bélier ou en combat corps-à-corps.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Calibre : 8 × 57 JS également appelé « 7.92 mm Mauser » ou « 8 mm × 57 mm »
  • Longueur : 110 cm
  • Longueur du canon : 59,94 cm
  • Poids : 3,92 kg (crosse en noyer) ou 4,2 kg (crosse en lamellé-collé)
  • Magasin : magasin interne, rechargement à l'unité ou par clip
  • Capacité : 5 coups
  • Cadence de tir : approximativement 15 coups par minute
  • Hausse à curseur tangentielle graduée de 100 à 2 000 mètres
  • Portée pratique: 500 m (547 yd) (avec la hausse)/800+ m (875 yd) (avec lunette)

Utilisation après guerre[modifier | modifier le code]

On le retrouve après guerre en Yougoslavie : matériel confisqué aux Allemands, le fusil est alors repoinçonné aux armoiries du pays. (Yougoslavie : épis de blés, référence au régime communiste en place à l'époque). Durant les années 1990, les Kar98 yougoslaves ont été utilisés par toutes les factions durant le conflit des Balkans. On rencontre beaucoup de photographies montrant des soldats ou des tireurs d'élite utilisant le Kar98 à Sarajevo.

Un certain nombre de 98k (ainsi que des Mp 40, Mg 34, Mg 42) furent également achetés à la Tchécoslovaquie en 1948, par la commission d'achat israélienne (qui se porta également acquéreur d'avions de chasse Avia S 199) afin d'équiper Israël soumise pourtant à l'embargo de l'ONU sur les ventes d'armes.

L'Armée française utilisa des Mauser 98K de prise (FFI/FFL) et 47 000 fusils neufs (produits par Mauser au titre des dommages de guerre) durant la guerre d'Indochine. Elle affronta aussi le feu de ce type de fusils (souvent des G24(t)avec de faux marquages allemands) aux mains de l'ALN entre 1954 et 1962 en Algérie.

La Bundeswehr continue d'utiliser des Kar98 au Wachbattalion pour les cérémonies militaires.

Beaucoup de pays du Tiers-Monde possèdent des Kar98 dans leurs arsenaux et le Kar98 a encore de nombreuses années de service devant lui. Les soldats américains en ont notamment capturé un certain nombre en Irak ainsi que des carabines russes Mosin Nagant.

La K98k aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le Mauser Karabiner 98 kurz est encore utilisé actuellement pour la chasse. Le calibre d'origine, 8x57 JS, est passé en catégorie C, et le 98k est donc disponible en calibre d'origine sous simple régime de déclaration. Cependant, il reste encore un grand nombre de fusils 98k rechambrés en 8x60s et 8x64s pour les besoins de l'ancienne législation. Il est toujours d’actualité dans de nombreux pays. On retrouve aussi une version « à blanc » permettant le tir de cartouches de 8 mm à blanc. La carabine est neutralisée selon la norme du Banc d'Epreuve de Saint-Étienne, seul autorisé par l'État à neutraliser ou transformer les armes officiellement. Le canon est bouché et une douille adaptatrice est utilisée pour maintenir la cartouche à blanc dans la chambre de tir. Le Kar98 est très populaire aujourd'hui parmi les tireurs sportifs et les collectionneurs du monde entier du fait de l'intérêt historique et de sa grande qualité de fabrication. On trouve désormais des Kar98 capturés par les Soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale et reconditionnés dans les arsenaux sur le marché (souvent rebronzés et renumérotés au stylo électrique sur le boitier et la culasse). Ils sont très populaires, notamment aux États-Unis, du fait de leur histoire.

Production durant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un soldat allemand avec sa Karabiner 98k en 1944

Liste des fabricants de Mauser 98k avec leurs codes (marquages sur le tonnerre de l'arme) :

  • 1934
    • Mauser, Oberndorf - S/42K .
    • J.P Sauer, Suhl - S/147K
  • 1935
    • Mauser, Oberndorf - S/42G .
    • J.P Sauer - S/147G ERMA - S/27G
    • Mauser, Borsigwalde - S/243G
  • 1936
    • Mauser, Oberndorf - S/42
    • J. P. Sauer - S/147
    • ERMA - S/27
    • Mauser, Borsigwalde - S/243
    • Berlin-Lubecker - S/237
  • 1937
    • Mauser, Oberndorf - S/42, 1937
    • J. P. Sauer - S/147, 1937
    • ERMA - S/27, 1937
    • Mauser, Borsigwalde - S/243, 1937
    • Berlin-Lubecker - S/237, 1937
    • Berlin-Suhler-Waffen (BSW) - BSW, date 1937
  • 1938
    • Mauser, Oberndorf - S/42 1938, ou bien "42" 1938
    • J. P. Sauer - S/147 1938, ou bien "147" 1938
    • ERMA - S/27, 1938, ou bien "27" 1938
    • Mauser, Borsigwalde - S/243 1938, ou bien "243" 1938
    • Berlin-Lubecker - S/237 1938, ou bien "237" 1938
    • Berlin-Sühler-Waffen - BSW 1938
  • 1939
    • Mauser, Oberndorf - "42" 1939
    • J. P. Sauer - "147" 1939 ou bien sans date ni code.
    • ERMA - "27" 1939
    • Mauser, Borsigwalde - "243" 1939
    • Berlin-Lubecker - "237" 1939
    • Berlin-Sühler-Waffen - BSW 1939,
    • Steyr - Daimler, Steyr - "660" 1939
  • 1940
    • Mauser, Oberndorf - "42" 1940
    • J. P. Sauer - "147" 1940
    • ERMA - "27" 1940, and also "ax" 1940
    • Mauser, Borsigwalde - "243" 1940
    • Berlin-Lubecker - "237" 1940, ou bien "duv" 40 .
    • Gustloffwerke - "337" 1940 Steyr - "660" 1940, ou bien "bnz" 40.
  • 1941
    • Mauser, Oberndorf - "byf" 41.
    • J. P. Sauer - "ce" 41
    • ERMA - "ax" 41
    • Mauser, Borsigwalde - "ar" 41
    • Berlin-Lubecker - "duv" 41
    • Gustloffwerke - "bcd" 41
    • Steyr - "bnz" 41
  • 1942
    • Mauser, Oberndorf - "byf" 42
    • J.P. Sauer - "ce" 42
    • Mauser, Borsigwalde - "ar" 42
    • Berlin-Lubecker - "duv" 42
    • Gustloffwerke - "bcd" 42
    • Steyr - "bnz" 42
    • Waffen Werke Brunn, Bystrica - "dou" 42
  • 1943
    • Mauser, Oberndorf - "byf" 43
    • J. P. Sauer - "ce" 43
    • Mauser, Borsigwalde - "ar" 43
    • Gustloffwerke - "bcd" 43
    • Steyr - "bnz" 43
    • Waffen Werke Brunn, Bystrica - "dou" 43
    • Waffen Werke Brunn, Brunn - "dot" 43
  • 1944
    • Mauser, Oberndorf - "byf" 44
    • J. P. Sauer - "ce" 44
    • Mauser, Borsigwalde - "ar" 44
    • Gustloffwerke - "bcd" 4
    • Steyr - "bnz" 44 ou "bnz" 4 *
    • Waffen Werke, Brunn, Bystrica - "dou" 44 *
    • Waffen Werke, Brunn, Brunn - "dot" 1944 *
  • 1945
    • Mauser, Oberndorf - "byf" 45
    • Mauser, Oberndorf - "svw" 45
    • Mauser, Oberndorf - "svw" MB
    • Gustloffwerke - "bcd" 45
    • Steyr - "bnz" 45
    • Waffen Werke Brunn, Bystrica - "dou" 45
    • Waffen Werke Brunn, Brunn - "swp" 45

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Certaines armes ont été modifiées pour utiliser des cartouches 8 × 60 mm S.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc GUILLOU, Mauser : fusils et carabines militaires, 2 tomes, Éditions du Portail, 1997 et 2004
  • Jean HUON, Le Mauser 98 et ses dérivés, Crépin Leblond, 2003
  • CLINTON EZELL, EDWARD, Encyclopédie Mondiale des Armes légères, Paris, Pygmalion, 1980 et 1989 (1re et 2e éd° françaises).
  • HOGG (IAN V) et WEEKS (JOHN), Les Armes légères du XXe Siècle, Paris, Éditions de Vecchi, 1981.
  • Cibles
  • AMI/ArMI/Fire
  • Gazette des Armes
  • Action Guns

Notes et références[modifier | modifier le code]