Lignan-sur-Orb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lignan-sur-Orb
Statue à Lignan-sur-Orb
Statue à Lignan-sur-Orb
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Arrondissement de Béziers
Canton Canton de Béziers-3
Intercommunalité Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée
Maire
Mandat
Jean-Claude Renau
2014-2020
Code postal 34490
Code commune 34140
Démographie
Population
municipale
2 888 hab. (2011)
Densité 847 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 05″ N 3° 10′ 16″ E / 43.3847, 3.171143° 23′ 05″ Nord 3° 10′ 16″ Est / 43.3847, 3.1711  
Altitude Min. 9 m – Max. 86 m
Superficie 3,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Lignan-sur-Orb

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Lignan-sur-Orb

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lignan-sur-Orb

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lignan-sur-Orb

Lignan-sur-Orb (en occitan Linha d'Òrb) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Les habitants de lignan sont les lignanaises et les lignanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

Lignan fut conquis en 120 par les Romains et reçut une colonie en 52 avant Jésus-Christ. Plus tard la civilisation chrétienne fut introduite par saint Aphrodise, le premier évêque de Béziers. Prise en 416 par les Wisigoths, nous possédons un sarcophage de cette époque dans la localité. Lignan fut l’objet de terribles combats, non seulement de la fureur des Wisigoths, mais aussi de Sarrasins en 725. Détruite onze ans plus tard, par Charles Martel en 736. Entre 780 et 844, Charlemagne et ses successeurs voulaient effacer les conséquences des invasions et des guerres qui suivirent, prirent des mesures pour assurer la remise en culture des terres abandonnées par les guerres. C’est alors que le 10 février 816, Louis le Débonnaire donne un diplôme en faveur des Espagnols fugitifs s’étant réfugiés à Lignan. Les terres de Lignan furent concédées à ces Espagnols qui occupèrent le village en travaillant avec ardeur à sa reconnaissance.

Les évêques de Béziers s’établirent en 924 à Lignan. Et nous retrouvons dans les archives que le 23 août 977 Guillaume successeur de Rainard II, vicomte de Béziers et sa femme Armentrude dotent Saint-Nazaire du domaine de Lignan, avec ses dépendances, afin que les revenus soient appliqués à la construction de Saint-Nazaire de Béziers.

Plus tard, peu avant la guerre de Cent Ans, en 1358, Jean de Grailly, dit capitaine de Buch s’avança avec ses troupes jusqu’à Lignan. En 1360, le traité de Brétigny mets la frontière anglaise à 10 lieues de notre village de Lignan. C’est alors que les Grandes compagnies commencèrent leurs invasions dévastatrices… Aussi, en 1361, Lignan devient une base de leurs opérations. Les troupes séjournent à Lignan durant plusieurs années !…tenant Béziers en perpétuelles alertes ! Lignan étant un point stratégique de très haute importance ! Le vicomte de Béziers, Hugues de la Juque las de cet état des choses, avec l’aide de son sénéchal de Carcassonne, lèvent les troupes pour reprendre le château de Lignan aux Routiers ! Ceux-ci commencèrent à partir en échange de dix milles florins, laissant le pays de Lignan dans une grande misère. Un an après, en 1364, celle-ci s’aggrave encore, par un hiver vigoureux qui sévit, les bords de l'Orb, gelèrent les oliviers et les vignes qui furent détruites.

Pareilles calamités se renouvelèrent au cours des siècles, Lignan toujours se relève, mais plus tard, en 1562, Lignan fut ravagé par les guerres de religion. Les protestants et les catholiques y soutinrent tour à tour, des sièges acharnés. Il fut pris et repris jusqu’à trois fois. Joyeuse ne s’en empara définitivement que le 17 juillet 1562 et ne put s’y maintenir qu’un an ! Ce fut le 19 mars 1563 que les catholiques en devinrent maîtres grâce à l’édit d’Amboise qui suspendit les hostilités. Notons que Lignan est également citée dans les périodes prospères, comme un domaine de choix aux produits réputés. Ainsi, sous le règne d’Henri IV, la nouvelle reine, Marie de Médicis remercie dans une lettre datée de 1604, l’évêque de Bonsi d’un envoi d’huile et de fruits récoltés dans le domaine de Lignan !…

Lignan sera évoqué lors de la Révolution française, l’ordonnance mettant les biens ecclésiastiques à la disposition de la Nation. C’est ainsi que dépossédé de son dernier propriétaire, monsieur Nicolaë 81e évêque de Béziers, le mobilier du château se vendit le 22 mars 1790. L’argenterie seule fut sauvée par les nouveaux acquéreurs. Signalons que l’empereur des Français accorda les armoiries spéciales pour Lignan.

En 1800, la commune se dote d'armoiries, encore conservées de nos jours, soit « d'hermine au sautoir losangé d'or et de gueules ».

Avant la fin du XIXe siècle, Vincent Tartot alors maire permet à la commune de connaître un premier essor économique grâce à la construction de la gare acheminant le transport des vins de Béziers et de Faugères. Sa demeure, le château du Bosc et une pompe à incendie sont d'autres vestiges qui restent de cette époque.

Dès 1928, Lignan devient Lignan-sur-Orb, avec un peu moins de 300 habitants. Vers 1940, la commune voit arriver des réfugiés fuyant l'Espagne franquiste, et durant ces quarante dernières années, de nouveaux arrivants le plus souvent de Béziers et de ses environs viennent augmenter les rangs des Lignanais. La ville a dû rapidement maîtriser son urbanisation (eau, assainissement, station d'épuration, voies de circulation) et améliorer les équipements scolaires, sportifs et culturels.

(Historique de Mme Régine Gout sur le site de la commune)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lignan-sur-Orb Blason D'hermine, au sautoir losangé d'or et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Alain Sénégas DVD  
mars 2014 en cours Jean-Claude Renau DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 888 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
287 332 338 335 347 354 329 330 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298 305 331 286 327 376 509 442 449
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
445 450 454 473 454 452 397 347 386
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
482 654 1 081 1 867 2 543 2 839 2 932 2 888 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Fête locale : 3° week-end de Juillet

Les Maïerolles : Le dernier dimanche de Mai. La tartugo de Lignan.

Le sentier du Bladier : du seuil de Tabarka au parc du Château.

L'ile de Tabarka proche de la rivière l'Orb.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :